Ce que Musk montre du vrai visage de Twitter

Musk veut racheter Twitter : les réactions de certains utilisateurs et de ses actuels patrons en disent long sur les biais de la plateforme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
twitter source https://unsplash.com/photos/k1xf2D7jWUs

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que Musk montre du vrai visage de Twitter

Publié le 18 avril 2022
- A +

Intéressante péripétie à laquelle nous convie Elon Musk, cet entrepreneur milliardaire qui expédie en orbite via sa société Space-X une voiture électrique de sa société Tesla, et qui est essentiellement partie d’un simple sondage.

Le 25 mars dernier, Musk lançait en effet sur Twitter un sondage sous forme d’une question simple : « La liberté d’expression est essentielle à une démocratie qui marche. Pensez-vous que Twitter adhère rigoureusement à ce principe ? »

L’homme, qui compte plusieurs dizaines de millions d’abonnés, n’a pas tardé à recevoir une réponse claire puisque plus de 70 % des internautes ayant participé ont répondu par la négative. Twitter, qui aura pendant un temps tenté de camoufler le sondage et son résultat, doit se rendre à l’évidence : ses valeurs prônées officiellement masquent mal les biais dont la société fait preuve dans sa politique de modération des informations et conversations tenues sur sa plateforme.

C’est à la suite de ce sondage et de son résultat sans équivoque que Musk a fait savoir, quelques jours plus tard, avoir acheté pour plus 9 % des actions Twitter disponibles sur le marché boursier, se plaçant temporairement comme son premier actionnaire, avant d’être dépassé par Vanguard, le fonds d’investissement, qui a complété son portefeuille en replaçant Musk comme second plus gros actionnaire.

En toute logique, le Conseil d’administration de la société a rapidement proposé à Elon Musk de le rejoindre : avec un tel niveau de participation, il semblait en effet nécessaire de lui offrir un siège à la direction de l’entreprise. Siège que Musk, après quelques heures de tergiversations, a finalement refusé… Ce qui lui permet d’une part de continuer à racheter des actions de Twitter comme bon lui semble (alors qu’un siège l’aurait limité à un maximum d’un peu plus de 14 % des actions disponibles), quitte, quelques jours plus tard, à carrément proposer un rachat de l’ensemble des actions disponibles en bourse : Musk a ainsi soumis au Conseil une offre à 54,20 dollars (bien au-dessus du cours qui tourne actuellement autour de 45 dollars après une hausse notable quand le patron de Tesla a fait connaître sa position.

La stupeur passée, il semble que le Conseil d’administration et les dirigeants de Twitter ne soient pas tout à fait d’accord avec cette nouvelle prise de participation voire un changement brutal d’exécutif au sein de la société. Il a donc été décidé d’envisager un mécanisme assez traditionnel (poison pill) d’émission massive de nouvelles actions visant à rendre le rachat nettement plus coûteux en théorie. En pratique, c’est un procédé à double tranchant puisque si l’afflux de nouvelles actions peut gêner l’acheteur, le cours des actions peut aussi s’ajuster à la baisse, et une partie des actionnaires se retourner contre le Conseil d’administration s’il juge la manœuvre contraire à ses propres intérêts, notamment si l’offre d’achat est substantiellement plus élevée que le cours actuel du marché (ce qui est ici le cas).

Indépendamment de ces opérations boursières et des tractations commerciales et juridiques qui ne manqueront pas d’émailler les prochains jours entre Twitter et Musk, l’affaire secoue non seulement le réseau social mais aussi la plupart des médias grand public qui commentent la tentative de prise de contrôle plus ou moins hostile de l’entrepreneur sur le réseau social.

Et là, les choses prennent une tournure révélatrice : là où les petites troupes progressistes se pourléchaient les babines de voir, par exemple, Jeff Bezos, alors patron d’Amazon, racheter le Washington Post, ou se réjouissaient de la politique particulièrement agressive de Twitter à l’encontre de certains discours, ces mêmes sont maintenant saisis d’effroi à l’idée que la plateforme puisse tomber dans l’escarcelle de Musk, nous offrant quelques articles d’anthologie pour défendre un point de vue bancal, au point d’en arriver à de belles absurdités illustrées par un double langage qu’Orwell n’aurait pas surpassé :

Après un voyage étrange en Absurdistan où la liberté d’expression nécessite soudainement une bonne dose de censure, la réalité est cependant sans détour : les élites autoproclamées, les petits blue checks de Twitter (ces comptes personnels dont le statut officiel a été vérifié par la plateforme elle-même) et toute l’habituelle coterie de « journalistes » terriblement conscientisés aux problématiques de droits d’expression se retrouvent à devoir expliquer, par des contorsions intellectuelles et rhétoriques assez croustillantes pourquoi la liberté d’expression doit être absolument contrôlée, pourquoi Twitter ne peut surtout pas faire l’économie d’une solide modération des contenus et ce d’autant plus que cette modération est complètement politique et assumée comme telle.

Mais cette réalité est aussi cruelle : lorsque pleuvaient les bannissements de comptes Twitter pour des raisons idéologiques (dont l’un des plus célèbres, celui de Donald Trump), les mêmes troupes progressistes applaudissaient des deux mains en rappelant qu’une plateforme privée peut appliquer les règles d’utilisation qu’elle désire. Après tout, expliquaient-ils, ceux qui ne s’estiment pas heureux ainsi peuvent toujours « aller voir ailleurs », « construire leur propre plateforme », ou « racheter celle-ci ».

L’ironie du sort est dès lors insupportable lorsque l’argument s’applique à leurs dépens, au moment où Musk devient le patron de fait.

Ici et sans surprise, Elon Musk permet de faire sortir du bois les habituels hypocrites qui prétendent garantir les droits fondamentaux mais hurlent lorsque leur forteresse de bien-pensance est assiégée et qui s’écrient alors tous d’une seule voix : « la censure, c’est mal sauf lorsqu’il s’agit de notre censure ! »

On peut spéculer sur la façon dont cette affaire va se terminer, et il n’est pas dit que Twitter gagne et oblige Musk à renoncer à ses idées (et plusieurs éléments permettent même d’envisager une victoire de Musk dans sa tentative de prise de contrôle). Néanmoins, le déroulement des faits montre sans la moindre ambiguïté que Twitter n’est plus une source d’information, un réseau social de discussion, mais bien une plateforme au service d’un agenda politique et communicationnel précis, autrement dit une source de propagande clairement manipulée par ses équipes (de modération, de direction) pour largement y favoriser certains messages et certains messagers.

À titre d’exemple, on devra rappeler les rôles absolument primordiaux de Twitter et de Facebook dans la dissémination d’informations spécifiques et orientées sur différents sujets ces dernières années, depuis le portable de Hunter Biden (purement et simplement censuré) en passant par les élections américaines de 2020, la pandémie (son extension, les traitements, les vaccins) ou l’actuel conflit russo-ukrainien.

Dans ce contexte, Twitter n’a plus rien de neutre et le choix répété de cette plateforme (avec d’autres) de supprimer certaines voix discordantes, toujours dans le même sens, de ne laisser que certains messages et d’agrémenter certains autres d’avertissements plus ou moins infâmants, toujours dans le même sens aussi, ne laisse aucun doute sur l’existence d’un agenda politique clair qu’on pourra qualifier de progressiste / mondialiste, visant clairement à écraser dans l’œuf toute pensée dissidente qui prônerait certaines valeurs diamétralement opposées.

On comprend dès lors que l’arrivée de Musk dans ce tableau aboutirait, si on le laisse faire, à déposséder certains militants d’un magnifique outil de propagande redoutablement efficace, et que cela ne peut se passer sans grincements de dents. La meute journalistique qui se déchaîne actuellement dans certains médias (Washington Post, Huffington Post, CNN, et j’en passe) montre combien l’idée même d’une plateforme sans la moindre censure les irrite au plus haut point et, en creux, toute l’importance qu’ils accordent à celle-ci.

Si le projet de Musk aboutit, et si le nouveau patron applique effectivement une politique de modération bien plus en ligne avec une vraie liberté d’expression, on peut effectivement s’attendre à un changement drastique de la façon dont la plateforme sera utilisée et on peut d’ores et déjà parier que les couinements actuels seront remplacés par des hurlements ininterrompus de ces meutes, avec des appels de plus en plus forts à une régulation sévère de l’État.

Ne vous y trompez pas : ce n’est pas une escarmouche, mais bien une véritable guerre qui peut s’ouvrir dans les prochains mois.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Je suis sidéré que certains croient encore que ces plateformes peuvent ne pas avoir les mêmes objectifs que la presse mainstream (d’ailleurs les nouvelles règles de responsabilités éditoriales sont un bon prétexte pour ces journaux les uns après les autres de supprimer les commentaires des lecteurs). Tout cela nécessite de lourds investissements et si ce n’est pas pour faire progresser ses propres idées …
    Elon Musk, avec son syndrome d’Asperger, est totalement atypique mais c’est un exemplaire unique, le moule est cassé

  • Et si Musk voulait juste être Twitter à la place de Twitter ? Il y a autour de ces justifications libertophiles comme un fumet de dindon farci. AMHA, hein !

    -1
    • Musk a fait fortune avec les véhicules électriques qui vont sauver la planète et les voyages spatiaux qui permettront d’en sauver les habitants. N’étant convaincu ni de la nécessité de sauver la planète, ni de la supériorité de l’espace sur mon petit lopin de terre, j’ai du mal à croire à la pureté de ses intentions quand il envisage de sauver notre liberté.

      • Sauf qu’en attendant, il ne fait ch*** personne avec ses projets, car il utilise son propre argent… (Et ne me sortez pas que Space X est financé par le public, car la NASA utilise vraiment pour le coup l’argent public depuis plus de 50 ans et n’est même pas au niveau de Space X avec seulement 20 ans d’existence… une anecdote qui démontre encore bien le Privé vs Public…

        • Tant qu’il ne fait ch*** personne, j’en suis un grand admirateur. Mais quand on nous serine qu’il va être le grand défenseur de la liberté d’expression que le monde attendait en vain, les serins me font ch***. Il fait un coup de bourse, il fait sa pub, grand bien lui fasse, mais si je l’admire pour avoir su faire fortune, je ne l’admire pas pour sa prétendue défense des libertés.

  • l’idée de moderation de contenu, concept qui peut recouvrir la simple politesse ou plus largement le langage policé et courtois, est floue..
    contrepoint modère.

    ce n’est pas la démocratie qui nécessite la liberté d’expression mais..la liberté!!!

    le problème n’ets pas twitter mais ;.l’incroyable nébuleuse qui pense que twitter dit d’unepart l’opinion et pire le vrai.

    la loi importe..pas twitter.

  • Nous sommes surtout bien plus libres sans trainer sur Twitter.

    • « Et si Musk voulait juste être Twitter à la place de Twitter ? Il y a autour de ces justifications libertophiles comme un fumet de dindon farci. AMHA, hein ! »
      Et pourquoi pas ? Cela pourrait éventuellement changer l’état actuel, particulièrement nauséabond… AMHA, hein ?

    • Ça c’est pertinent ! Je plussoie… mais rien n’empêche d’apprécier la tentative de Musk, si son projet est de créer un Twitter plus… libre d’expression, genre Hashtable

  • « Musk a ainsi soumis au Conseil une offre à 54,20 dollars (bien au-dessus du cours qui tourne actuellement autour de 45 dollars après une hausse notable quand le patron de Tesla a fait connaître sa position. »

    N’étant pas connaisseur en bourse, je pose une question stupide ( j’assume!):
    Que se passerait-il si une majorité de petits actionnaires de Twitter décidaient de vendre leurs actions à Elon MUSK au tarif proposé de 54,20$ ? Le conseil d’administration de Twitter a-t-il un moyen de s’y opposer?

    • @C2MR
      Bonjour,
      Je trouve votre question pertinente.

    • Rien ne s’y oppose si l’OPA (Offre Publique d’Achat) est bien déposée selon les règles prescrites … sauf que les petits actionnaires ne font probablement pas la majorité, et que les gros sont soumis à des règles genre déclarations d’intention pour ne pas biaiser les marchés.

      • Je lis quelque part:
        « Musk a fait savoir, quelques jours plus tard, avoir acheté plus 9 % des actions Twitter disponibles sur le marché boursier, se plaçant temporairement comme son premier actionnaire, avant d’être dépassé par Vanguard, le fonds d’investissement, qui a complété son portefeuille en replaçant Musk comme second plus gros actionnaire. »
        Etant toujours aussi nul en calculs boursiers, votre réponse m’interpelle, car alors où sont les petits actionnaires et combien sont-ils et pour quelle fraction du capital de Twitter?

        • Une petite recherche sur internet donne seulement 54% du capital chez ceux qui en possèdent moins de 2%.
          The Vanguard Group, Inc. 10,3%
          Elon Musk 9,13%
          Morgan Stanley Investment Management, Inc. 8,08%
          SSgA Funds Management, Inc. 4,54%
          Lone Pine Capital LLC 2,69%
          Aristotle Capital Management LLC 2,51%
          Jack Dorsey 2,25%
          ARK Investment Management LLC 2,15%
          BlackRock Fund Advisors 2,13%
          ClearBridge Investments LLC 2,09%
          J’extrapole que si on considère qu’un « petit » actionnaire ne mérite de s’appeler ainsi qu’à moins de 1 %, ils ne sont pas majoritaires.

          • « J’extrapole que si on considère qu’un « petit » actionnaire ne mérite de s’appeler ainsi qu’à moins de 1 %, ils ne sont pas majoritaires. »
            Extrapolation osée, voire hasardeuse, le chiffre de 1%, vous le sortez d’où?
            Et les fonds qui ont entre 2 et 4% du capital seraient peut-être ravis de vendre aux conditions d’Elon MUSK? Non? Sauf s’ils jouent sur le fait qu’il valorisera leurs actions, s’il prend le contrôle de Twitter, bien au delà de leur valeur actuelle? Cependant, les arbres ne montent pas au ciel et savoir où est la limite= pas facile!!!

            0

            • Bon, ok, si pour vous on est encore petit actionnaire à plus de 350 M$…
              Pour moi, le principe du dépôt d’une OPA suivant les règles vise à éviter que les petits actionnaires (suivant MON interprétation) ne soient floués, l’acheteur ne proposant ses 54.2$ qu’à une douzaine de personnes choisies, ce qui lui suffirait à obtenir le contrôle, et les autres actionnaires attendant en vain sur le marché des acheteurs à mieux que les 46$ « normaux ». Bien sûr que quand on vous propose 20% de plus que le cours, vous serez ravi de vendre. Sauf que sans OPA, on ne vous les proposera pas si vous n’êtes pas déjà quasi-milliardaire.

  • Elon gagnera dans tous les cas et c’est une très bonne chose :

    Soit il réussit à racheter Twitter :
    – ça sera la fin de cette politique de modération infamante et de la censure ;
    – les quelques wokes les plus radicalisés quitteront la plateforme et iront créer une daube qui bidera et mettra la clé sous la porte en quelques mois (la plupart des modérés des deux camps s’accommoderont très bien d’un relâchement de la censure plus propice au débat).

    Soit il n’y arrive pas :
    – il revendra ses actions et quittera la plateforme en annonçant créer un concurrent ;
    – l’action plongera et le conseil d’administration passera les dix prochaines années avec des procès au derrière pour avoir agit à l’encontre des intérêts des actionnaires ;
    – Twitter mourra tranquillement à la « Yahoo » ou « MySpace » tandis que des alternatives libres prendront sa place.

    Dans tous les cas, c’est du win-win pour les amis de la Liberté. Merci Elon !

  • Musk fait une OPA hostile sans garantir la liberté d’expression si elle réussit ! Et le conseil de Twiter utilise en réaction une manipulation boursière (peut-être sanctionnable… mais où ça ?). Une vraie usine à gaz propriété de multi-milliardaires, ou quoi ?

  • La prochaine étape est sans doute de se présenter aux présidentielles. Quand un homme d’affaire s’intéresse à ce point à un media très politique, c’est significatif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles