Les jeunes ont préféré Mélenchon -et Le Pen- à Macron

Les jeunes ont voté contre l’autoritarisme de Macron en reportant leurs voix vers des votes « révolutionnaires », quitte à choisir des formations dont le track record en la matière n’est pas bien meilleur que celui de l’exécutif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-02-21 at 13-36-03 Mélenchon à « La France dans les yeux » sur BFMTV - Replay - YouTube https://www.youtube.com/watch?v=J5-VjTRGGe0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les jeunes ont préféré Mélenchon -et Le Pen- à Macron

Publié le 13 avril 2022
- A +

Macron pourra-t-il reconquérir la jeunesse séduite par Mélenchon et Le Pen ?

Pour gagner sa place à l’Élysée, il veut convaincre même ceux qu’ils persécutaient ou ignoraient hier. En déplacement à Denain, dans le Nord de la France, le président candidat a été interpellé par deux femmes lui reprochant d’avoir voulu « emmerder les non-vaccinés ». « Emmerder les non-vaccinés, vous l’avez dit », lui rappelle une des deux femmes. « Oui mais je l’ai dit de manière entre guillemets affectueuse » a répondu Emmanuel Macron.

Ce serait donc par amour que l’exécutif a multiplié les attestations absurdes, les confinements et couvre-feux, hystérisé le débat sur la question vaccinale, poussé à l’adoption du controversé pass vaccinal, normalisé la citoyenneté à deux vitesses en fonction des objectifs politiques du gouvernement et suspendu les soignants réticents au pire moment de la crise sanitaire ? Le ton est donc donné. Le temps de la campagne, la comm’ présidentielle minore l’autoritarisme de la gestion de la crise sanitaire en la ripolinant de rose. Cela suffira-t-il à convaincre les hésitants et les sceptiques ?

Les jeunes contre Macron

Parmi eux, il y a cette grande majorité de jeunes qui ont voté Mélenchon ou Le Pen, deux candidats « radicaux » qui ont été parmi les rares politiciens à protester avec véhémence contre l’installation de l’Absurdistan sanitaire qui a étouffé le pays pendant plus de deux années. C’est que la jeunesse française a vécu la crise sanitaire comme une expérience collective particulièrement traumatisante, la plaçant à bonne distance du reste de la population, en particulier des classes plus âgées qui, elles, se sont davantage accommodées de restrictions sanitaires visant à les protéger « quoiqu’il en coûte ».

Dans leur essai La Fracture, les politologues Frédéric Dabi et Stewart Chau rendent compte de ce pessimisme commun devenu vision commune à toute la classe d’âge des moins de 30 ans. Pour 87 % des jeunes interrogés en février 2021, les étudiants se situaient dans une situation de détresse jamais vue. 70 % d’entre eux estimaient que les jeunes générations étaient injustement accusées d’être responsables de la reprise de l’épidémie. 68 % des sondés pensaient que les jeunes générations avaient été sacrifiées au profit des Français les plus âgés.

En plus du pessimisme, c’est la détresse psychologique de toute une classe d’âge occasionnée par les restrictions sanitaires qui fédère la jeunesse, au-delà du clivage droite-gauche et du statut social. Toujours en février 2021, 58 % d’entre eux se sentaient concernés par la déprime ou la dépression. Politiquement, les jeunes sont devenus déclinistes au même titre que le reste de la population, ce qui constitue un véritable effondrement de confiance depuis 2005.

Des votes « révolutionnaires » contre Macron

Il est possible que les jeunes aient voté contre l’autoritarisme de Macron en reportant leurs voix vers des votes « révolutionnaires », quitte à choisir des formations politiques dont le track record en la matière n’est pas bien meilleur que celui de l’exécutif. Mais comme le disait Philippe Muray à propos des électeurs qui utilisaient le vote Le Pen (père) comme un gourdin pour taper sur les partis de gouvernement, pour utiliser un gourdin, pas besoin d’être « gourdiniste ». Voter Mélenchon ou Le Pen, c’est aussi voter contre Emmanuel Macron.

Le président sortant a désormais moins de 10 jours pour convaincre les plus précaires et les jeunes de voter pour lui, malgré un bilan catastrophique en termes de libertés publiques. Il ne suffira plus d’invoquer l’antifascisme pour mobiliser, mais bien de prendre conscience de la gravité des mesures de restrictions qu’un État bien trop centralisé, bien trop parisiano-centré et bien trop myope n’a pas su évaluer pour protéger les plus faibles.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pour être au contact de jeunes de lycée pro, leur attirance pour le couple Mélenchon/ Le Pen est bien antérieur au covid.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’heure où l’Union de la gauche reprend tous les poncifs anti-marché qu’elle a dans sa manche pour améliorer le bien-être social (comme le contrôle des prix, l’augmentation du salaire minimum, etc.), il est temps pour les lecteurs et moi-même de repartir à la découverte de théories d’auteurs abandonnés, inexploités, et pourtant très pertinentes, pour comprendre les problèmes de notre pays.

Nous parlerons donc aujourd’hui de la théorie classique du chômage, et de son plus grand défenseur, l’économiste William Harold Hutt.

Les e... Poursuivre la lecture

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles