Emmerder l’emmerdeur

Macron veut emmerder les non-vaccinés. Il importe maintenant, pour l’avenir de tout le pays, que ces derniers emmerdent l’emmerdeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Macronavirus By: Jeanne Menjoulet - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmerder l’emmerdeur

Publié le 5 janvier 2022
- A +

Nous vivons une époque unique où l’on apprend, de façon tout à fait officielle, qu’un chef de l’État peut ainsi déclarer, sans rire, « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder ». C’est en effet en ces termes qu’Emmanuel Macron, qui est toujours, légalement parlant, le président de la République et donc de tous les Français, a expliqué sa stratégie de lutte contre une pandémie dont tout indique qu’elle se termine (bien malgré lui).

La logique du locataire de l’Élysée est douteuse : pour lui, ceux qui refusent l’actuelle vaccination, quelles que soient leurs motivations, mettent en danger le reste de la société, et deviennent donc irresponsables. Pour Macron en janvier 2022, c’est bien simple, « Un irresponsable n’est plus un citoyen ».

C’est surprenant de bêtise et d’incohérence.

D’incohérence d’une part parce qu’en 2016, le même Macron, pas suffisamment imbu de lui-même pour exciter les foules, expliquait alors en parlant du terrorisme et de la déchéance de nationalité éventuelle de ceux qui s’y adonnent, que « Le mal (les terroristes) ne doit pas être exclu de la communauté nationale ». En somme, un terroriste ne peut pas être exclu de la communauté nationale… Sauf bien sûr s’il refuse bêtement de se faire vacciner !

C’est aussi d’une bêtise rocambolesque dans la mesure où l’on sait maintenant sans le moindre doute que les vaccinés n’empêchent en rien ni de contracter la maladie ni de la refiler généreusement autour de soi, dans les mêmes proportions que les non-vaccinés et avec une décontraction encore plus forte, le sésame sanitaire permettant une désinvolture dont les non-vaccinés ne peuvent bénéficier.

En outre, l’actuelle surcharge très théorique des hôpitaux publics tient bien plus de leur gestion catastrophique que d’un afflux de non-vaccinés : après avoir courageusement viré du personnel en pleine pandémie (au motif qu’il n’était pas vacciné), après avoir obstinément fermé des milliers de lits (pour des économies budgétaires qui n’ont jamais été réalisées), après avoir largement subventionné d’autres domaines – la presse notamment – en lieu et place de ces hôpitaux publics qui réclament des moyens, il est cocasse de voir le chef de l’État parler d’irresponsabilité : manifestement, son poste actuel lui est un peu trop monté à la tête et il croit parler d’expérience.

Ces propos à la fois honteux, scandaleux et tout à fait illustratifs des objectifs réels et de la politique néfaste qui sont poursuivis actuellement, démontrent encore une fois tout le mépris et l’arrogance dont Macron fait preuve : le peuple, péniblerie avec laquelle il fallait composer lors des élections, devient maintenant une variable d’ajustement et s’il est politiquement rentable de se départir d’une partie de celui-ci, qu’à cela ne tienne. En somme, on ne passe pas encore la parcelle encombrante au fil de l’épée (ou au flash ball), mais ça ne saurait tarder…

Il n’en reste pas moins qu’il est absolument invraisemblable que des propos pareils soient tenus sur des citoyens dont on rappellera utilement qu’ils sont encore, à 100 %, totalement humains, et qu’en termes légaux, ils sont encore, à 100 %, des citoyens qui payent des impôts et se comportent en réalité de façon bien trop responsable malgré les avanies qu’ils subissent. Jusqu’à preuve du contraire, petit monsieur Macron, ces citoyens n’ont enfreint aucune loi et parce qu’ils payent votre salaire, vous leur devez le plus élémentaire des respects.

En pratique, on comprend que le petit président veut désigner des boucs émissaires et des coupables faciles mais ce faisant, il finit surtout par déclencher la haine même chez ceux qui avaient jusqu’à présent suivi le mouvement, contraints ou non. L’opposition, rassemblant maintenant droite et gauche, est vent debout contre ces déclarations : il n’y a bien sûr qu’un jeu politique derrière cette indignation franchement tardive, mais elle pourrait être l’élément déclencheur d’une vraie prise de conscience du gouffre dans lequel Macron vient d’emmener à coups de trique tout le pays.

Du reste, regardons les choses en face : ce petit chef de l’État n’a de pouvoir que parce que le peuple le lui a octroyé, et de façon de moins en moins consensuelle. Parallèlement, il semble clair qu’il prend un malin plaisir (ou prétend le faire en tout cas) à imposer de plus en plus de contraintes à une part des Français, à les diviser.

Il semble donc naturel de couper court à la pignolade malsaine de l’emmerdeur élyséen, et notamment en ne tenant plus compte de ses injonctions qui s’apparentent de plus en plus à celles d’un enfant colérique et mal élevé, incapable de jouir d’autre chose que du malheur des autres. Il faut donc emmerder l’emmerdeur : refuser de s’aplatir, continuer à vivre aussi normalement que possible, s’opposer, de façon systématique, à ses diktats de plus en plus stupides et infâmants devient non seulement nécessaire, mais LA méthode pour faire enrager le petit président.

Dans ce contexte, il semble aussi clair que la désobéissance civile, de plus en plus ferme, s’impose maintenant à tous si l’on ne veut pas basculer définitivement dans un monde de ségrégation et de punitions continuelles. Car ici il s’agit bien de punitions et de vexations permanentes : même ceux qui, volontaires ou non, avaient jusqu’à présent accepté l’instauration des lois liberticides, des pires contraintes sociales depuis l’avènement de la Cinquième République, se retrouvent maintenant à devoir composer avec des règles changeantes.

Plus personne, même ceux qui se croyaient « bons citoyens », ne sera épargné et d’ici quelques jours, l’annulation des passeports sanitaires pour des centaines de milliers de Français en jettera autant dans les rangs des « irresponsables » qu’il faut donc « emmerder » ; au 15 février, ce sont de nouvelles cohortes qui viendront grossir le rang des emmerdables par la clique des macronistes.

Ceux qui dictent ces misères arbitraires, sans queue ni tête ni plus aucune justification sanitaire, sont maintenant enfermés dans une course contre la montre : multiplier les lois et les contraintes pour s’assurer que la foule, grandissante, des outrés et des emmerdés ne vienne pas leur expliquer physiquement ce qu’ils pensent de leurs abus. Chaque nouvelle contrainte accroît à la fois l’urgence pour les premiers et le nombre des seconds.

Les prochains mois seront décisifs.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Je me demande comment un député lrem peut encore se regarder dans la glace sans rougir de honte , soutenir ça, impossible et ce n’est pas sa première boulette !

    11
    • Pas compliqué, ils ne sont rien! Totalement inconnus ils n’auraient jamais été élu sans la tête d’affiche Macron; ils ne peuvent donc qu’être des lèche-c… et donc avaler la m….. de leur mentor

  • J’adhère une fois de plus , mais je crains que ces mesures anti-m*cron soient insuffisantes.
    La véritable sanction doit avoir lieu fin avril. Cela me parait plus que jamais essentiel, primordial et salvateur.
    Il est temps d’arrêter de s’abstenir car l’énorme « courge » de notre PR va encore gonflé s’il advient qu’il soit réélu (pour la maturité c’est trop tard). Le pire sera alors à venir…et pour encore 5 ans.
    Pour moi, sans illusion depuis l’extrême début (« penser printemps » disait-il comme argument pour voter pour lui) le concernant, j’ai eu le secret espoir en début de quinquennat (vite démenti en constatant le nombre de ministres, secrétaires d’état etc…) , qu’au moins du point de vue économique, et notamment concernant le poids de l’état et la dette, il ferait le job : et bien NON: nada !

    10
  • Quant à moi je considère que comme trump, il peut aider la démocratie en montrant ce qu’elle est la SIMPLE TYRANNIE DE LA MAJORITE.. en espérant que les gens enfin, se rappellent ou réalisent, que sans des droits et des libertés garantie, en dépit de la volonté de la majorité..une démocratie peut être odieuse et inhumaine.
    EN vérité je ne suis pas optimiste, mais je crois qu’on craint vraiment le feu quand il vous a brûlé .
     » fuck their freedom » comme a dit schwartzy.. laissez les mourir, pourvu qu’ils meurent, emmerdons les ..

    vous vous rendez compte ils surchargent les hôpitaux!!!!

    en temps normal, les cancers qui rappelons le sont pour une bonne partie associés à des choix de vie encombrent aussi les hôpitaux..

    et le covid est qualitativement parlant « comme la grippe »..

    nous vivons dans un monde hallucinant où ce qui fait le crime n’est pas la principe mais la nombre..

    le vol commencera bientôt à 18 euro, le viol si on a mis un tiers de la verge, l’écocide si on a tué plus de 12 pigeons.

    ne pas se vacciner est AU PIRE de l’incivisme donc pas un crime ,et encore , c’est très discutable car ça tient tout autant de l’acceptation d’une stratégie et pour atteindre un objectif ,lui aussi admis comme devant l’être.. » presque à tout prix »..

    Mais non donc , c’est ça un président élu.. RIEN de part sa fonction ne m’empêche de dire cela …mais surtout de faire bien pire..

    Nous sommes en démocratie…c’est les libertés qui partent en couille..la tyrannie banale qui croit..

    • Dans les faits, dans une démocratie, le petit macron peut décider d’emmerder n’importe quelle minorité…il en a le droit..et il le fait ..si ce n’est pas le principe de l’action politique..
      Pour le bien commun, ça va de soi..

    • Majorité il faut vite le dire. La majorité ce sont les abstentionnistes, qui refusent de donner leur caution au pillage de la 5e ripoublique. Une position qui serait honorable si elle s’accompagnait d’actions concrètes.

    • @jacques lemiere
      Bonjour et bonne année.
      La démocratie suppose des citoyens libres ayant des droits qui élisent leurs représentants à la majorité absolue soit 51% (51 voix sur 100 citoyens). Les représentants élus, n’ont aucun droit de violer les droits les des citoyens, quant bien même 100% d’entre eux voteraient des lois violant ces droits.
      Il n’y a pas de démocratie en France. De plus, vous parlez de majorité, mais elle n’existe même pas. Macron n’a pas été élu par une majorité de citoyens français : plus de 55% des citoyens inscrits n’ont pas voté pour lui. C’est encore pire chez les députés dont certains siègent avec 8% des voix.
      Si les libertés, les droits fondamentaux/libertés individuelles, « partent en couille » comme vous l’écrivez, alors il n’y a pas de démocratie.

  • L’emmerdeur a fait son caca nerveux, c’est lui-même qui se définit Président merdique et dire qu’il ne voulait être appelé Manu. Une présidence merdique il va falloir tirer la chasse pour évacuer cette production quinquennale. Incapable de convaincre, nous savons maintenant pourquoi: il manque de vocabulaire littéraire. L’anti Pompidou qui disait lui d’arrêter d’emmerder et le faisait. Depuis Chirac et ses radars c’est tout le contraire. Tout cela ne sent pas bon pour notre pays, drôle d’odeur depuis cette nuit, pouah ça pue ! Et nous sentons des relents de temps bien sombres.

  • On assiste avec les « woke » à un principe de « emmerder les autres » jusqu’au total mépris des conséquences, comme par example avec J. K. Rowling, ou les victimes aléatoires bien moins médiatiques et plus nombreuses.

    Dans le même ordre d’idée, on raccourcit ceux qui pensent mal.

    Comment s’étonner de cette déliquescence de la société quand elle est promue au plus haut niveau. On se croirait revenu 70 ans en arrière quand le chef de l’état déclare ouverte la chasse au vilain petit canard.

  • De Gaulle était un grand homme.
    Pompidou avait une certaine hauteur.

    Mais le gnome qui trône à l’Elysée est à la hauteur d’un tunnelier.
    Et même le tunnelier est plus propre… C’est dire.

  • Prochaine étape: vous n’êtes plus des citoyens donc on vous retire votre droit de vote !!!

  • Depuis que j’ai vu l’analyse de Macron faite par le psychiatre italien Adriano Segatori en 2017, je ne suis plus du tout surpris par les macronades. Ce type devrait être à la place du gars qui lui a lancé un œuf : dans un établissement psychiatrique spécialisé.
    Un président qui n’arrive même plus à masquer son mépris pour les gaulois, un ministre de l’intérieur tout fier d’annoncer qu’il n’y a eu que 800 voitures de brûlées au nouvel-an (alors qu’en Allemagne, en Espagne ou en Italie, bah y’en a eu zéro, comme souvent), un écrivain distributeur de monnaie à Bercy, une cruche à la citoyenneté, un clone de l’Oncle Fétide pour gérer l’école, un garde des sceaux pour qui le bien-être des détenus est plus important que la justice, un fantôme chasseur d’islamo-gauchistes dans notre enseignement supérieur, un ministre des transports qui nous explique comment manger dans le train, un grabataire tellement doué pour les affaires étrangères qu’il espérait une démocratie talibane, sans oublier le mythomane de la santé, et Mr Déconfinement-slash-RentabilitéHôpital-slash-SuppressionDeLits pour nous faire ses gros yeux de Gargamel en colère quand on n’obéit pas.
    On n’a pas mérité ça.
    Personne ne mérite ça.
    On ne souhaiterait même pas ça à son pire ennemi.
    Mais si / quand ça va se terminer, que sera la suite ? D’un côté, ça me réjouit un peu de me dire que Macron a peut-être compromis ses chances de réélection, mais de l’autre, j’ai du mal à être optimiste pour la suite. Zemmour, Le Pen, Pécresse, Taubira, Hidalgo ou Jadot qui reprennent les rennes d’un pays complètement fracassé, à la population divisée comme jamais, endetté jusqu’à plus soif, gangrené par la violence un peu partout… ça ne me rend pas spécialement optimiste pour l’avenir de la France.

    11
  • A moins de ne pas savoir lire la dernière case du tableau Excell où on multiplie par 2 le nombre de contaminés chaque semaine, les politiciens doivent avoir compris que l’immunité vaccinale arrivera comme les carabiniers d’Offenbach quand le virus aura disparu.
    Les joutes politiciennes autour du passe-passe électoral de Mr le président « tenté de se représenter » ont tout des jeux du cirque. Les lions sont les variants et les chrétiens ceux qui croient encore au meilleur système de santé du monde, à leur sécurité et à l’avenir de leurs enfants.

  • L’avantage avec Macron, c’est qu’on sait ce qu’il pense de nous.
    Je suis vacciné, mais aujourd’hui je me considère comme un non vacciné et reçois l’insulte de Macron en pleine figure.
    Nous devons tous être solidaires devant ce personnage inconstant et psychopathe, car il faut véritablement être fou, ou sous substance, pour tenir de tels propos à l’égard du peuple qu’on a l’honneur de diriger.
    J’ai voté pour Macron en 2017, j’ai voté pour mon député LREM du Cher en 2017.
    Je leur dis solennellement « vous n’avez pas mérité mon suffrage et je n’ai pas mérité votre mépris »
    Je ferai tout, quoi qu’il m’en coûte, pour que ce pouvoir dégage en avril prochain.

    • L’exercice va devenir difficile lorsque le contingent des vaccinés refusant une autre dose rejoindra cette masse informe des « cinq millions » d’irresponsables non citoyens ». Cela fera de monde à emmerder. Je prédis que l’entreprise chargée de récurer les cuves à caca dans ma campagne va considérablement augmenter son chiffre d’affaire.

  • Allons, je trouve qu’il y a une certaine cohérence dans ce discours plutôt modéré:
    puisque c’est la guerre quoi qu’il en coûte, les déserteurs devraient être fusillés et là on se contente de les emmerder, verbalement.

    • @mc2
      Bonjour et bonne année.
      « les déserteurs devraient être fusillés » après les traîtres.
      Je suis non vacciné et je ne suis pas un déserteur. Un déserteur est avant tout un soldat. Un soldat qui désobéit à un ordre interdit n’est pas un déserteur. Macron souhaite punir des citoyens pour des actes qui ne sont pas interdits par la loi et qui n’entament pas les droits d’autrui. Il n’en a pas le droit, tout P.R qu’il soit. Les Droits fondamentaux sont au-dessus de lui, il en est d’ailleurs le garant en tant que garant de la Constitution. Il profère des ordres interdits, qu’il n’a donc pas le droit d’ordonner et que ses subalternes ont obligation de ne pas suivre. Nous ne sommes pas ses subalternes, quoi que lui-même et ses sbires pensent.

  • Et avec le (ô)micron qui vous emmerde, une dose de piquouse en plus, qui dit mieux . Le certificat de conformité à remettre à jour au plus tard dans les les 6 mois pour la piquouse suivante. Encore mieux que le contrôle technique! Les contrevenants seront bannis des cinémas, restaurants et autres bains publics. Ô micron qui nous emmerde, puissions-nous malgré tout bénéficier de ton indulgence éclairée, nous te promettons tous de rester bien sages et de nous faire piquer en temps et en heure!

  • Vous faites semblant encore une fois de ne pas comprendre , les réa sont remplies de delta et pas d’omicron et les deltas sont des non vaccinés …c’est pourtant assez simple non..!!!

    -9
    • moi je serais pour interdire l’accès à l’hôpital aux non vaccinés ou d’ailleurs aux mauvais citoyens, avec comme condition de pouvoir quitter la sécu..et d’arreter de la financer..

      ça a le mérite de montrer le principe de la sécu, pour votre santé, c’ets AUSSI la majorité ( votante) é qui décide..

      quand on a payé ces cotisations des années durant pas vu la case  » mais vous ne serez pas soignés si vous refusez tel ou tel vaccin.. »

    • Avatar
      LasciatemiCantare
      5 janvier 2022 at 22 h 22 min

      Faites donc « semblant » de nous citer des sources fiables.

      De toute façon, Omicron est en passe de supplanter le Delta… donc le nombre de cas en réa devrait logiquement diminuer du fait de la moindre dangerosité de ce variant.

      • A nombre de lits constant, oui. Mais pendant ce temps, Véran continue de supprimer des lits hospitaliers, sur ordre de Bruxelles (ou plutôt de Berlin).

  • Aujourd’hui il décide d’emmerder les non-vaccinés qui sont portant parfaitement dans leur droit, mais pas les trafiquants de drogue ou les gangsters…
    Demain si on laisse les institutions qui permettent cela perdurer un autre président décidera peut-être d’emmerder les noirs, les juifs, les chrétiens, les gens qui gagnent plus que X ou moins que Y…

    Ce clown sinistre a eu un intérêt, c’est de montrer à tous ceux qui ont deux doigts de jugeote que les institutions de la Ve république ne peuvent pas fonctionner sans que les élus et les hauts fonctionnaires soient des gens moraux, respectueux des autres ne cherchant pas uniquement leur intérêt personnel. Ce qui, admettons le, devient de plus en plus rare. Mandat unique (quelle que soit la fonction, si on est maire on ne peut plus être député, président ou autre), fonction publique en CDD et tribunaux d’audit post mandat tirés au sort pouvant condamner le mauvais politicien à la prison à vie…

    • Il faudrait surtout que les contre-pouvoirs existent (c’est le cas) et jouent leur rôle (ce n’est pas le cas).
      Assemblée nationale à la botte, journaux achetés par les subventions (et majoritairement « socialo- progressistes-extrême-centristes), conseil constitutionnel à la botte également d’un côté et de l’autre côté : écrasement par la législation européenne supra-nationale aux même tendances politiques.
      L’espace pour la pensée alterne est compté, tellement que lorsque elle apparait les médias main-stream s’étonnent massivement de son existence (« Comment cela, tout le monde ne pense pas comme nous » ??!)

      Le feu sous la marmite n’est pas mort, tant s’en faut, et macron vient de rajouter une belle bûche avec ses propos lamentables.
      Il joue depuis le début de son quinquennat avec des attitudes de maternelles signifiant : « Pas cap’  » (le fameux « venez me chercher »).
      Il se trompe dans sa compréhension des français : tous ne sont pas émasculés et donc beaucoup sont « tout à fait cap’ « …
      Son manque de réalisme, de maturité, le rend très dangereux.

      Tout comme « Jean-Paul » : Je suis vacciné, mais aujourd’hui je me considère comme un non vacciné et reçois l’insulte de Macron en pleine figure…

  • Sur le fond, Macron à 100% raison.
    J’en ai marre de payer les frais d’hospitalisation des non-vaccinés et de voir des malades de pathologies graves mourir faute de pouvoir les opérer à temps.
    Sur la forme, Macron est détestable.

    -10
    • J’en ai marre de payer pour vos thérapies géniques qui vous protègent si bien que je devrai vous en payer une dose tous les quatre mois jusqu’à ce qu’un politicien vous en dispense. J’espère -vraiment- que je ne devrai pas en plus payer trop cher pour soigner les effets secondaires des cobayes de moins de 75 ans.
      Mais bon, macaron est effectivement répugnant sur la forme aussi.

    • Vous devriez vous renseigner concernant les personnes qui mourraient faute de soins à cause des non vaccinés. Au lieu de véhiculer sans discernement les « statistiques » brandies par les médias en général.
      Concernant la facture COVID, les non vaccinés n’y participent que fort peu. Je vous laisse, par exemple, faire le calcul du coût des millions de tests.

    • @Chesnel
      La sécurité sociale repose sur un principe à la fois immoral, absurde et donc porteur de sa propre ruine : tout le monde paie en fonction de ses moyens (ce qui signifie que certains ne paient rien et que d’autres paient beaucoup), et tout le monde a « droit » à être soigné quand il estime en avoir besoin, quelle que soit son éventuelle responsabilité dans ce qui lui arrive. Si Macron veut remettre en cause ce principe, fort bien. Mais qu’il en assume les conséquences : fin du monopole de la sécurité sociale, fin du financement par des cotisations obligatoires, liberté à chacun de fonder sa propre entreprise d’assurance sociale et liberté à chacun de s’assurer la où bon lui semble. Faute de quoi il ne fait que révéler la véritable nature de cette institution : un outil d’asservissement des masses.

  • Depuis 2017, je le surnomme « le sale gosse » … Je n’espérais pas avoir à ce point raison

  • Avatar
    retraitetranquile
    6 janvier 2022 at 11 h 49 min

    Deux remarques.
    La première tous les médiats sont tombés dans le piège. Depuis 3 jours on ne parle que de Tchoupi. Pour son égaux personnel il doit jubiler.
    La seconde concernant les chiffres. Après avoir foutu la trouille aux Français qui terrorisés se rendent en masse se faire tester, il en ressort une simple constatation. Sachant que beaucoup sont porteurs asymptomatiques du virus, plus vous testez des gens plus vous trouvez des porteurs mais pas forcément de malades dignes de ce noms.
    Le seul constat que l’on peut tirer de ces chiffres, c’est que le virus circule beaucoup. Mais ça des épidémiologistes l’avaient déjà dit. Et si on s’en réfère à leur déclaration, la mutation fait perdre de la puissance au virus et d’autre part le contact avec le virus augmente la résistance de chaque individu par une auto-immunité comme pour toute les autres pandémies connues.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles