La finance : une promesse déçue et des comptes à rendre

La relation entre la finance et l’Homme est complexe. Cet outil peut-il rendre la vie plus facile, compréhensible et stimulante ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La finance : une promesse déçue et des comptes à rendre

Publié le 17 mai 2023
- A +

Peut-être éprouvez-vous ce sentiment désagréable, ce picotement gênant, ce recul dont seule l’amertume a le secret, lorsque vous entendez le mot finance. La science n’a jamais pu éclairer la chose. Mais j’ai quelques pistes.

La finance est dans nos gènes. Nous sommes faits de la même matière que nos monnaies : la valeur. Nous éprouvons le réel et l’horizon à l’aune de nos crédits et débits. « J’achète donc je suis » ; « être ou ne pas être à découvert, telle est la question » ; « ce dont on ne peut rien dire, il faut le vendre »…

Ainsi s’exprimait l’Homme de la finance, qui n’éprouve aucune retenue à recycler les aphorismes.

Pourtant, ce n’est pas ce qui était écrit au départ. Il y avait une attente, presque une promesse que fit la finance à l’Homme rêvant d’un monde meilleur. Et il n’y a rien de pire que l’attente déçue, la promesse non tenue. Si la finance n’avait rien dit, on ne lui en tiendrait probablement pas rigueur. Mais quand on vend du rêve, il ne faut pas se plaindre de devoir rendre des comptes au réel.

 

La finance aurait pu nous rendre la vie plus facile

L’hostilité du monde semblait une forteresse imprenable, le risque sauvage tellement difficile à apprivoiser.

Comment l’Homme allait-il pouvoir survivre aussi longtemps ? Résister au présent ne suffisait pas. Il fallait pouvoir imaginer demain, dresser un inventaire des possibles, choisir parmi ceux les plus désirables, mobiliser alors les ressources nécessaires pour que chacun puisse tendre vers un monde meilleur, ou plutôt l’idée qu’il s’en faisait.

Pour toutes ces raisons, la finance semblait un outil pratique, utile, efficace. Elle apparaissait comme un sas entre impossible et pourquoi pas ; un pont entre l’idée et le projet. Voire le pont-levis de René Char permettant à des Hommes différents d’imaginer un langage commun, la finance, afin de produire les conditions favorables à l’échange de bons procédés. Raté.

 

La finance aurait pu nous rendre la vie plus compréhensible

Les achats, les ventes, les profits, les faillites, les embauches, les licenciements, les cycles économiques, les exubérances des marchés.

Tous ces faits sont-ils intelligibles ? Oui, nécessairement, pensa la finance. Car les faits qui ne sont pas intelligibles ne peuvent pas se produire. Ils sont récusés d’office par un axiome qui résume tous les autres : « si tu as le choix entre un pack de bières et deux packs de bières, pour le même prix, tu choisiras toujours les deux packs de bières ».

Inutile de préciser que ce qui fonctionne pour le pack de bières fonctionne aussi pour le paquet de cigarette, le café, le papier toilette. Parmi tous les faits possibles, seuls les faits rationnels devaient être observés. Comme si l’irrationnel était inhibé par la finance, bouté sur le bas-côté par le bon sens de l’homo economicus. Encore raté.

 

Enfin, la finance aurait pu nous rendre la vie plus stimulante

Au départ, il fut pensé que la page blanche de l’Homme de la finance était probablement le symptôme d’une profonde inspiration, devant tôt ou tard accoucher d’un chef-d’œuvre. Il ne fut pas loin d’avoir le dernier mot, puisque l’homo economicus qui jaillît alors des coups de massette du sculpteur semblait alors le délivrer d’un certain obscurantisme, comme s’il était là depuis le départ.

Mais en vérité, la finance académique était juste en train de sculpter l’homo economicus à l’image de celui qu’elle imaginait, victime d’une forme d’idiotisme de métier. L’homo economicus était un peu la fleur de Mallarmé dans Crise des vers, l’idée même de l’Homme parfait, mais absente de tous les bouquets car elle / il n’existe pas. Dès le départ on aurait dû se méfier : « l’œuvre d’art est une idée qu’on exagère », André Gide. Toujours raté.

Rater n’est pas une tare, à condition d’en tirer des leçons. La finance a beaucoup d’ambition, mais elle reste à ce jour inachevée, voire égarée. Il lui reste à « dompter par les vigueurs de la preuve les impatiences de l’intuition ». Claude Hagège.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Aucun intérêt, texte écrit par quelqu’un qui s’ennuie. Totalement vide de références au sujet de la finance, qu’il ignore apparemment, sans exemple à l’appui.
    Vous m’avez beaucoup ennuyé, passez à autre chose

  • Vous feriez mieux de vous former à la finance au lieu de débiter des banalités sans intérêts que vous avez entendues en classe de 3ieme.

  • Texte sans grand intérêt. Je pense que la finance atteindrait mieux ses promesses si les gens étaient plus connaisseurs de la finance. Si tous les français avaient leur petit compte d’actions en gestion directe, la finance changerait la France.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Gérard Minart. Un article de l'Institut Coppet

 

De tous les économistes libéraux qui ont vivement critiqué les idées de Keynes, Jacques Rueff est le premier à avoir affronté l’économiste anglais en un combat singulier, véritable duel intellectuel de grande qualité et de haute tenue, et cela bien avant la parution de la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, le livre principal de Keynes.

Cela se passait en juin 1929, à Genève, à l’époque où Rueff était attaché financier auprès de la Société... Poursuivre la lecture

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont signé en septembre 2023 la Charte créant l’Alliance des États du Sahel (AES). Ces trois pays ont annoncé leur retrait de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) le 28 janvier 2024.

Un article de Marc Raffinot, Économie du développement, Université Paris Dauphine – PSL et François Giovalucchi, Conseil Scientifique, Faculté des Sciences Sociales, Université Catholique de Madagascar (UCM).

Le général Tiani, chef de la junte nigérienne, a fait part le 11 février 20... Poursuivre la lecture

Le film Seul au monde (Cast away) contient plusieurs leçons économiques, mais la plus importante est la suivante : la plupart d'entre nous ne voit pas les miracles qui nous entourent.

Article original paru dans la Foundation for Economic Education.

 

Seul au monde et Robinson Crusoé

Seul au monde raconte l'histoire de Chuck Noland (Tom Hanks), analyste de systèmes chez FedEx obsédé par l'efficacité. Lors d'un voyage d'affaires, l'avion de Chuck s'écrase pendant une tempête. Il est le seul survivant et échoue sur une ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles