Nucléaire : les 7 mensonges capitaux des opposants radicaux

De tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement.  

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Le nucléaire by MPhotographe(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nucléaire : les 7 mensonges capitaux des opposants radicaux

Publié le 29 mars 2022
- A +

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute de connaissances sur le sujet.  

Face à cette vaste entreprise d’intoxication menée aujourd’hui par de véritables lobbies bien organisés, il est encore temps de rétablir la vérité sur les principaux sujets qui alimentent ces débats, en se basant sur des faits et des chiffres qui sont absolument incontestables.

« Il n’y pas de solution pour les déchets radioactifs »

C’est faux. Ce qu’il faut savoir c’est que les déchets radioactifs sont constitués essentiellement de deux grandes catégories. D’abord les déchets de très faible ou moyenne activité à vie courte ou moyenne qui sont soit recyclés soit conditionnés et stockés de façon sûre et pérenne dans des centres de stockage de surface dédiés. Ensuite, les déchets de haute activité à vie longue qui renferment l’essentiel de la radioactivité des déchets nucléaires mais dont le volume est très faible : 0,2 % du total des déchets nucléaires stockés aujourd’hui en France, soit 4000 m3 (volume d’un hangar de 20 m de côté et de 10 m de haut).

Ils sont aujourd’hui noyés dans des matrices vitreuses pratiquement inaltérables et totalement inertes actuellement entreposées sans aucun risque à l’usine de retraitement de La Hague, dans l’attente de leur stockage définitif en formation géologique profonde. Il importe de noter sur ce point que, contrairement à ce qui est parfois affirmé, de tels stockages existent déjà dans le monde, comme le WIPP aux États-Unis qui est entré en service en 1991.

Cette solution est d’ailleurs reconnue par toutes les instances internationales comme celle qui est techniquement la plus sûre et éthiquement la plus responsable. En effet, la très grande stabilité de ces formations à l’échelle géologique permet de garantir le confinement absolu de la radioactivité jusqu’à sa réduction à un niveau comparable à celui de la radioactivité naturelle. Néanmoins, les antinucléaires les plus radicaux s’y opposent farouchement non pas à cause du prétendu risque de ce type stockage mais du fait que sa mise en œuvre leur retirerait l’arme principale qu’ils utilisent pour abattre le nucléaire. 

« Les centrales nucléaires sont dangereuses »

C’est faux. Les réacteurs nucléaires sont sans aucun doute le mode de production le plus sûr au monde, (y compris en tenant compte des deux accidents passés, Tchernobyl et Fukushima), rapporté à la quantité d’énergie produite et si on englobe toutes les phases de construction et les facteurs de production.

C’est une réalité démontrée par l’ensemble des études sur ce sujet au niveau national ou international. Et d’ailleurs, si on comptabilise le nombre de morts causés directement par le nucléaire depuis l’origine dans la population française on aboutit à un résultat simple et incontestable : ZÉRO.    

« Le nucléaire constitue une grave atteinte à notre environnement »

C’est faux. Là encore il suffit d’examiner les conclusions de toutes les études publiées sur le sujet. Pour l’ensemble des critères tels que l’occupation des sols, l’utilisation des ressources naturelles, l’extraction et transformation des matières premières, dégagement de polluants chimiques, le nucléaire apparait comme l’énergie ayant l’impact le plus faible, et souvent de très loin. Sans parler évidemment de l’émission de gaz à effet de serre pour laquelle le nucléaire est le meilleur élève même en comparaison du solaire ou de l’éolien et bien entendu du gaz qui émet cent fois plus de CO2 que le nucléaire.

À cet égard, il est surprenant de constater que presque la moitié des Français estiment que les centrales nucléaires contribuent beaucoup à l’effet de serre. Qui leur a inculqué cette monumentale bévue ?  

« Le coût du nucléaire est bien plus élevé que celui des énergies renouvelables »

C’est faux. En effet, toutes les études non partisanes sur ce sujet démontrent que le nucléaire est compétitif par rapport aux autres formes d’énergies.

Citons par exemple l’étude très fouillée publiée en 2021 par RTE (Réseau de transport d’électricité), organisme d’État pourtant très circonspect vis-à-vis du nucléaire puisqu’il est sous la tutelle de la ministre actuelle de l’Environnement dont on connait l’attitude pour le moins hostile au nucléaire. Cette étude énonce sans ambiguïté que parmi les six scénarios de neutralité carbone à l’horizon 2050 qui sont examinés, celui qui est le plus économique est celui dans lequel la part du nucléaire est la plus grande.  

« On ne sait pas démanteler les réacteurs nucléaires »

C’est faux. Qu’on en juge. Près de 140 réacteurs nucléaires sont en cours de démantèlement dans le monde, dont 10 en France, et une vingtaine de réacteurs ont été entièrement démantelés. Le démantèlement complet des réacteurs nucléaires est donc non seulement réalisable techniquement, mais il bénéficie d’un retour d’expérience notable.

Par ailleurs, les coûts associés à ces démantèlements sont bien appréciés et ne représentent qu’environ 10 % du coût de construction des réacteurs. Ajoutons à cela que des provisions financières permettant de couvrir ces dépenses futures sont mises en place en France conformément à la réglementation. 

« La France dépend totalement de l’étranger pour son énergie nucléaire du fait de ses importations d’uranium »

C’est Faux. En effet, le deuxième producteur mondial d’uranium, ORANO, est français. Il possède en propre un portefeuille de réserves en uranium réparti dans différents pays qui, au demeurant , sont géographiquement très diversifiés et politiquent stables pour la plupart.

De plus, EDF dispose d’un stock d’uranium sur le sol national correspondant à 5 années de production d’électricité, sans compter les 320 000 tonnes d’uranium appauvri stockées en France qui peuvent au besoin être réenrichies pour parer à toute crise majeure d’approvisionnements en uranium naturel.

Précisons par ailleurs que le coût de l’uranium représente à peine 2 % du coût total de l’électricité nucléaire.

Enfin, cerise sur le gâteau, les réacteurs de quatrième génération (que l’on sait déjà concevoir et construire) permettront tout simplement de se passer d’importation d’uranium. 

« Le nucléaire civil favorise la prolifération du nucléaire militaire »

C’est faux. Certes, le nucléaire civil est né historiquement du nucléaire militaire dans les grands pays nucléaires. Mais l’inverse ne s’est jamais produit. Et d’ailleurs le plutonium généré par tous les réacteurs actuels est pratiquement inutilisable pour fabriquer des bombes atomiques. Sur ce point, on peut prendre l’exemple de l’actualité, qui est celui de l’Iran. Ce pays a-t-il besoin de réacteurs nucléaires pour fabriquer éventuellement des bombes atomiques ? La réponse est non. 

La meilleure conclusion à  tout cela peut être trouvée au travers de cette phrase de Nietzsche :

« Le pire ennemi de la vérité n’est pas le mensonge, ce sont les croyances ».  

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Avatar
    jacques lemiere
    29 mars 2022 at 7 h 32 min

    Bah…qui voulez vous convaincre?

    jadot? rousseau? green peace?
    tous les gens qui se définissent comme défenseurs de l’environnement? ( mais qui vivent exactement comme vous..qui êtes sun destructeur pour des raisons obscures)…

  • « Le pire ennemi de la vérité n’est pas le mensonge, ce sont les croyances », mais aussi la peur qui alimente ces croyances. Pour l’instant on n’a pas trouvé mieux que le nucléaire en terme de densité énergétique, malgré les inconvénients.
    Toutes les autres énergies sont moins efficaces et plus couteuses. Ce n’est pas en mettant des normes idiotes que l’on progressera (par exemple : il faut en urgence arrêter le réacteur car la serrure des WC ne ferme plus, j’exagère à peine)

  • « la moitié des Français estiment que les centrales nucléaires contribuent beaucoup à l’effet de serre. »

    Ce n’est pas étonnant, ils confondent fumée et gaz à effet de serre pour une raison bien simple :
    *Tous* les articles catastrophistes sur le réchauffement climatique sont illustrés de photos d’abominables fumées d’usines (alors que le CO2 est incolore, inodore et sans saveur). Et comme les tours de refroidissement des centrales font de la « fumée » (simple condensation de vapeur d’eau), la confusion s’impose d’autant mieux que les pseudo-écolos nucléophobes de gardent bien de la contredire.

    • La moitié des gens c’est plutôt un bon score vu le niveau d’abrutissement.

    • Comme la vapeur d’eau est un « greenhouse gas » bien plus puissant que le CO2 … ils ont quelque part raison /sarcoff

    • Faut dire qu’ils ne sont pas aidés.
      Nombreux parmi les journalistes et les politiciens sont ceux qui confondent pollution et émission de GES. Nombreux sont ceux qui classent le CO2 dans les polluants.
      Et la chasse concomitante des véhicules dans les villes pour cause principale de soi-disant pollution et du trafic automobile urbi et orbi comme cause principale de soi-disant source d’émission de CO2 n’aide en rien à distinguer le bon grain de l’ivraie.
      Et voilà qu’on accuse le diesel des pires maux, alors que les plus récents ne polluent pas plus que l’essence, et rejettent tjs moins de CO2.

  • « le CO2 est incolore »
    Il n’empêche… Il y a peu, une jeune Suédoise portant des nattes et habillée d’un ciré jaune a vu le CO2 à l’œil nu dans l’air ! 🙄
    https://atlantico.fr/article/decryptage/mieux-que-jeanne-d-arc–greta-thunberg-voit-le-co–a-l-oeil-nu–benoit-rayski

    • ?, moi aussi je vois des trucs, mais le CO2 je n’ai pas le level.
      Maintenant, après la pluie qui a décoloré le ciel, ça scintille sur les feuilles des arbres, comme des diamants qui joueraient avec la lumière, c’est très beau. Mais à la différence des expériences mystiques de Greta, vous pouvez tous assister à ce spectacle que nous offre la nature.
      Bon allez, je vais bosser…

  • « RTE, organisme d’État pourtant très circonspect vis-à-vis du nucléaire puisqu’il est sous la tutelle de la ministre actuelle de l’Environnement dont on connait l’attitude pour le moins hostile au nucléaire ».
    Parmi une démonstration remarquable et implacable, cette phrase m’a quand même fait bien rire.
    RTE, société anonyme, filiale d’une autre société anonyme, n’est en rien un organisme d’Etat. RTE résulte de la séparation au sein d’EDF, des activités de transport et des activités de production. Si EDF, et depuis 20 ans maintenant, RTE, dont les principales activités consistent à fabriquer et transporter de l’électricité, à 75 % issue du nucleaire, étaient cisconspects vis à vis du nucléaire, ça se saurait.
    Dans ce cadre, je trouve l’auteur confondant de naïveté quand il croit que la politique énergétique de la France est menée par la potiche qu’on a placée là. Il y a heureusement un président au dessus, et quelques directions d’administration centrale, truffées d’ingénieurs de haute volée en dessous. Science-Po, école dont vient BP, ne fait pas le poids.
    On retiendra d’ailleurs, en confirmation de ce que j’avance, que BP s’est prononcée pour la fabrication des nouveaux EPR !

    • Si l’auteur a un peu raison. RTE se sont pris la « grosse tête » car dans la nouvelle config (production décentralisée) ils se voient en chef d’orchestre. Un orchestre qui joue de plus en plus faux mais c’est pas leur problème …

    • « truffées d’ingénieurs de haute volée en dessous »
      Je sais pas s’ils en ont encore mais en tout cas c’est pas des « ingénieurs de haute volée » qui ont pondu le rapport de leur vision 2050, le torchon ressemble plus à de l’ingénieur débutant biberonné par les escrolos ou erreur de casting…

  • Sur les dechets l auteur gagnerait a etre plus precis
    par ex il dit que les dechets dangereux sont 4000 m3. Une fois mit dans les « matrices vitreuses pratiquement inaltérables » ca fait combien. je suppose que pour etre inalterable ca doit etre nettement plus gros que le dechet stocke (regardez un emballage et ce qu il contient. vous avez facilement un facteur 2 pour une TV. pour des dechets dangeureux le facteur doit etre au moins 10). et je suppose que vous pouvez pas stocker les dechets les uns a cote des autres, il faut prevoir des allees pour intervenir en cas de probleme, pour les refroidir ou eviter une reaction en chaine (ca serait balot)

    En ce qui concerne le stocake en surface, j ai aucun probleme. le stockage profond est a mon avis une mauvaise idee: c est juste cacher la merde sous le tapis. si un jour il y a un probleme, on se retrouve comme a stocamine : aller chercher les futs c est cher et dangeureux. donc on les laisse meme s il y a un risque

  • Cet article me fait penser à un proche qui travaillait il y a quelques années pour un sous-traitant à la centrale de Belleville sur Loire. Il m’avait expliqué qu’il devait tous les matins garer sa voiture à un endroit désigné, puis, vue la taille du site, il avait 15 minutes de marche jusqu’à son lieu de travail. J’ai bêtement suggéré: « Ils ne pourraient pas mettre des vélos à la disposition du personnel pour gagner du temps? ». Sur ce; il m’a répondu: « Tu n’y pense pas sérieusement? Tu imagines un peu si quelqu’un se casse la figure à vélo? Le lendemain matin, tous les journaux titrent en gros ACCIDENT A LA CENTRALE DE BELLEVILLE ». Bon, on est d’accord, se casser la gueule à vélo sur le site d’une centrale nucléaire n’est pas plus dangereux que de se casser la gueule à vélo ailleurs, mais ça montre l’étendue de la bêtise humaine…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles