L’Europe doit s’affranchir de l’énergie russe, voici comment

L’Europe a besoin d’une solution à sa dépendance au gaz russe. Pour faire contrepoids, elle doit augmenter ses investissements dans le gaz naturel, principalement par la construction du gazoduc de la Méditerranée orientale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
gazprom by ruben van eijk (creative commons) (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Europe doit s’affranchir de l’énergie russe, voici comment

Publié le 23 mars 2022
- A +

Ces derniers jours, l’invasion de la Russie a été au centre des discussions internationales. Malgré les nombreuses pertes, les décès de civils, les déplacements de population et l’agression de Poutine, la difficulté de l’offre et de la demande dans le secteur pétrolier reste l’un des points critiques de l’invasion.

L’invasion de l’Ukraine par le Kremlin a créé un choc sur les prix de l’énergie dans le monde entier. Au cours de la dernière semaine de février, les prix du pétrole ont dépassé les 100 dollars le baril pour la première fois depuis 2014. Ces répercussions étaient attendues, étant donné la dépendance de l’Europe au gaz naturel russe.

Le monde – l’Europe en particulier – a besoin d’une solution à sa dépendance au pétrole russe. Pour faire contrepoids, les nations occidentales doivent augmenter leurs investissements dans le gaz naturel, principalement par la construction du gazoduc de la Méditerranée orientale.

La Russie fournit environ un quart de la consommation de gaz naturel en Europe. Elle fournit également la majorité des importations de pétrole brut à l’Union européenne, ce qui en fait un acteur important du marché énergétique de l’Union.

La dépendance à l’égard du pétrole russe varie d’un pays à l’autre. Si le Portugal et l’Espagne, par exemple, ne dépendent pas entièrement de l’énergie russe, l’Allemagne importe de Russie plus de 50 % de son gaz naturel et plus de 75 % de son pétrole brut.

 

Une dépendance à l’énergie russe

Seuls quelques pays européens tournent le dos à l’énergie russe. Même Paris, qui utilise l’énergie nucléaire pour produire une grande partie de son énergie, importe encore des combustibles fossiles de Russie. Néanmoins, les pays qui s’éloignent du pétrole russe pourraient être contraints de s’appuyer sur l’énergie russe à mesure que la clameur de l’abandon des sources d’énergie nucléaire et du charbon se fait plus forte, notamment en Allemagne.

La dépendance énergétique de l’Europe est susceptible de tendre les relations entre les États-Unis et les pays européens, ainsi que de déstabiliser des institutions telles que l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Les ramifications de cette situation se font déjà sentir, car la plupart des justifications de la Russie pour cette attaque non provoquée sont au cœur de la relation de l’Ukraine avec l’OTAN.

Fournir à l’Europe un nouveau fournisseur de gaz naturel aiderait l’Occident à se libérer de l’hégémonie énergétique de la Russie.

 

Le gazoduc EastMed

Le Forum du gaz EastMed est créé en 2016. C’est là qu’intervient le gazoduc EastMed qui relie les réserves de gaz de la Méditerranée orientale à la Grèce. Divers accords ont été signés entre les pays concernés. Les États-Unis ont participé au sommet 3+1 en 2019 avec l’objectif définitif de terminer la ligne de 6 milliards d’euros (6,8 milliards de dollars) d’ici 2025.

Cependant, en raison de l’influence turque et de l’impact négatif de la pandémie sur l’économie mondiale, les financements nécessaires n’ont jamais été acquis.

Étonnamment, l’oléoduc EastMed risque d’être abandonné suite au récent retrait du soutien du gouvernement américain au projet. La déclaration du gouvernement américain pourrait influencer l’avancement de ce projet qui dure depuis une décennie.

La décision de mettre fin à l’assistance au projet EastMed mettrait en péril la sécurité européenne et permettrait à la Russie de renforcer sa domination énergétique sur les marchés européens du gaz.

Alors que l’Europe est aux prises avec des prix du gaz record et que les États-Unis se démènent pour sanctionner le gazoduc Nord Stream 2 de la Russie vers l’Allemagne, investir dans le gazoduc EastMed est la meilleure stratégie.

S’il est achevé, le projet de gazoduc EastMed pourrait améliorer la sécurité énergétique de l’Europe en diversifiant ses itinéraires et ses fournisseurs de gaz naturel, tout en offrant des possibilités de développement économique dans la région de la Méditerranée orientale.

À la lumière de la situation actuelle en Ukraine, la décision des États-Unis de retirer leur soutien au projet devrait être reconsidérée. Il est temps pour les États-Unis et l’EMGF de récupérer le projet.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • C’est pourtant simple, la France a construit des centrales nucléaires pour être indépendante, dans sa majeure partie, du pétrole du Moyen-Orient. Il suffit de continuer dans cette voie pour être indépendant en plus du gaz russe. Le problème c’est l’Allemagne qui est jalouse de notre énergie à bas coût et qui essaye de détruire coûte que coûte notre industrie électronucléaire de façon à augmenter nos coûts de l’énergie. Nous devrions être capables d’assurer 100 % de notre énergie électrique en nucléaire, c’est-à-dire qu’il nous faudrait plus de centrales que cent pour cent pour pouvoir assurer les révisions sans baisse de capacité. Et accessoirement on pourrait vendre, au prix fort, les excédents à l’Allemagne. Nous n’avons pas beaucoup d’industrie exportatrices à forte valeur ajoutée. L’électricité devrait en faire partie. On pourrait vendre de l’électricité comme les pétroliers du Moyen-Orient vendent du pétrole.

    10
    • Avatar
      jacques lemiere
      23 mars 2022 at 8 h 09 min

      alors ça a raté..
      la France n’est PAS indépendante énergétiquement du pétrole …. certes moins du pétrole du moyen orient…
      et encore!!!
      en ne se posant pas la question des biens importés …et du vrai sens de notre consommation de fossiles… si le produit que j’importe utilise du pétrole du moyen orient, si les porte containers utilisent du petrole du moyen orient, j’utilise de fait du pétrole du moyen, orient..

      importer du gaz de schiste américain quand on refuse de prospecter ici car c’est écologiquement unacceptable moi j’appelle ça une farce…

      chacun son opinion…

      mais la première ici à débattre est le « NOUS. »..

      j

    • D’accord avec vous à 200%.
      Voilà longtemps que je partage cet avis mais nous avons des dirigeants qui se sont faits polluer et squatter le cerveau par les écolos et qui par besoins purement électoralistes ne veulent pas faire marche arrière. La france était connue et reconnue mondialement pour son savoir-faire dans le nucléaire, il ne reste pratiquement plus rien.
      Ce n’est pas la petite volte face de macron sur le nucléaire qui va sauver le pays quand de l’autre côté il continue à développer l’éolien offshore, je ne pourrai jamais lui pardonner cette grosse erreur pour accrocher les voix des écolos

  • Avatar
    jacques lemiere
    23 mars 2022 at 7 h 28 min

    quand vous dites l’europe? je dois comprendre quoi? ou qui?

    une remarque la russie fait, pour moi, partie de l’europe…

    on peut très bien vois la guerre de poutine comme une tentative de reconvaincre l’opinion russe que l’occident est un ennemi, / conviction qui partait en cacahuète du fait des contact commerciaux ou autres avec l’europe..les jeunes russes éduqués ne sont plus nostalgiques du communisme et ont oublié l’humilatioet la catastrophe économique après l la chute de l’urss.

    arabie saoudite? algérie? irak? iran?

    diversifier à la rigueur..

    • Avatar
      jacques lemiere
      23 mars 2022 at 7 h 55 min

      je vois cette guerre et je vois le militarisme de Xi comme la peur de perdre le controle, la perte de sens la fin de l’emprise du discours de l’ennemi favorisé par les échanges commerciaux mais aussi les échanges directs entre les personnes..

      Les peuples n’ont rien à gagner à tomber dans une logique d’ennemis. mais les politiques ont tout à gagner.

      Parce que récemment quand on a poussé directement au renversement de dictateurs ça n’a bien fini..
      sauf pour les politiques..

  • Publireportage?
    Plutôt fiable comme vendeur de gaz , de plus, son prix n’est pas lié à la guerre mais à la reprise de l’économie mondiale et à la speculation voulue par Bruxelles…et d’autres… A choisir l’est est plus fiable que le sud et ses dictatures.
    Quant à, attaque non provoquée…. Ce sont des mots afp, donc….

    • Il y a une part du prix liée à la reprise, et une part supplémentaire bien conséquente liée, même d’après l’AFP, à la décision Européenne de refuser d’acheter du pétrole ou du gaz russe. Les stations-service aux prix délirants sont, à l’intention des russophobes, devenues l’endroit idéal pour, comme disent les anglo-saxons, put your money where your mouth is.

  • L’abandon du soutien au projet EastMed par les USA me semble cohérent avec leur politique globale : obliger par tous les moyens à rendre l’Europe dépendante de ses fournitures d’énergie, DONC de SON emprise. Ils ont réussi à :
    – rendre possible l’invasion de l’Ukraine par la menace OTAN puis ses conséquences économiques, dramatiques pour leur ennemi, la Russie, mais surtout de leurs « amis » européens, et bien sûr pas pour eux ;
    – rendre l’Allemagne plus soumise encore (mettre fin à NordStream 2, acheter des avions américains et tout ce qui va avec (formation, maintenance, etc.) pour des années.
    Europe = bravache imbécile derrière l’Allemagne tombée sur la tête après s’être tiré deux balles (une dans chaque pied) ; Charles de Gaule doit se retourner dans sa tombe !

  • si j ai bien compris, l auteur suggere de s affranchir du gaz russe en important du gaz du moyen orient (quatar ?)
    et le jour ou l un de ces pays nous devient hostile (par ex islamistes au pouvoir) on fait quoi ?
    avoir plusieurs fournisseurs c est bien mais c est en aucun cas une solution si un d entre eux decide de vous planter (parce que trouver 20 % de gaz d un coup c est pas evident, et encore pire s il faut remplacer un pipe line par des methaniers)

    • Exactement, de plus déterminer qu’un pays nous est « hostile » est arbitraire.
      La Russie a attaqué un pays tiers.
      L’Arabie Saoudite aussi.
      Les USA encore plus.
      Le Qatar n’est pas très net quand à son implication avec les islamistes, dont certains ont tué des Français.
      Une seule solution : le nucléaire et surtout la 4° génération.

  • billet d’humeur
    tant que les neuneux qui nous gouvernent trouvent 4 millions de barils de petrole , du gaz, du palladium du nickel, du titane, des engrais , du blé de l’huile de tournesol etc….. ce sera ok, oups je rêve, merde ticket de rationnement, mais qu’est ce que ces neuneux sont allés faire dans cette galere, je serai cru mais je me moque de ce qui se passe en Ukraine (conflit entre 2 pays), comme en Birmanie, Irak, Afganistan , de ce pas je vais demander à BIDEN de me fournir tout ce dont j’ai besoin et tant pis pour le peuple américain s’il est rationné, on est solidaire non mais!

    • je rajouterai que je ne suis pas un fan d’un dictateur comme Poutine, mais le Zelensky est un dirigeant dangereux qui veut engager l’Europe dans une guerre, mais il est fou!! il veut que des milliiers millions d’européens meurent pour lui, sans moi.

  • Le nucléaire ?OK Gaz et le pétrole à importer ? tant qu on ne peut faire autrement … MAIS en même temps (lol) interdire légalement de rechercher et de les ‘exploiter en France métropolitaine ET OUTRE MER , là ça dépasse l’entendement … le total d’entre consommation produit sur place ou importé reste le même pour la Planète ,pour autant qu’elle soit concernée par l’activité humaine.. Plus. grotesque encore , on défend la Grèce contre la Turquie pour ? faire respecter par la Turquie les champs gaziers grecs … l’article propose d’importer des champs gaziers de l’est méditerranéen mais pour quoi empêcher les américains de prospecter au large de Marseille ,il sont quasiment persuades qu’il y a là autant de gazer qu au large d Israel . Nous sommes les victimes d’une intoxication politique depuis Sarkozy ; Beaucoup de spécialistes du pétrole et d e militaires avaient à l’époque essayer d’évoquer l’aspect stratégique de ces approvisionnements , ;en vain .La guerre d Ukraine devrait quand même ramener un peu de raison dans ces folies vertes

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Vladimir Poutine
0
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Le 1er décembre 1991 s’est tenu le référendum d’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis de l’Union soviétique. Avec un taux de participation de 82 %, 92 % des votants ont approuvé la déclaration d’indépendance.

Ce référendum reste un évènement important compte tenu de la situation actuelle, d’autant plus que les résultats sont révélateurs des disparités entre les régions malgré une tendance à l’unité nationale.

 

L’ouest plus favorable à l’indépendance que l’est

Dans toutes les régions de l’Ukraine, la majorité a voté en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles