Conflit Russie-Ukraine : voir avec les yeux de la propagande

Voir l’injustice se dérouler suscite à juste titre des émotions fortes. Mais nous devons nous méfier des propagande et des récits selon lequel envoyer davantage de personnes au combat protégera les vies humaines.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conflit Russie-Ukraine : voir avec les yeux de la propagande

Publié le 18 mars 2022
- A +

« Mon premier souhait est de voir ce fléau de l’humanité banni de la Terre ».

George Washington écrit cela à propos de la guerre dans une lettre de 1785, et malheureusement, plus de 200 ans plus tard, ce souhait que tant de personnes ont ardemment formulé ne s’est toujours pas réalisé.

La guerre est un événement épouvantable, banal et horrible. Cette réalité est si traumatisante et inhumaine que l’on a du mal à croire que des hommes et des femmes continuent à s’engager pour y participer.

Mais, comme l’a récemment dit Ron Paul, le peuple américain conserve de bons instincts anti-guerre. Malheureusement, les propagandistes de la guerre s’efforcent toujours de les faire disparaître.

 

Ceux-ci ont certainement fait des heures supplémentaires ces dernières semaines, alors que le monde a vu la Russie envahir l’Ukraine et la crise humanitaire qui en résulte se développer.

Contrairement aux guerres précédentes, celle-ci se déroule sur les médias sociaux. Vous pouvez littéralement regarder des vidéos de personnes sur le champ de bataille sur Tik Tok et Twitter. Et le fait de pouvoir observer la guerre de près et en personne a un impact sur de nombreux Américains, mais pas nécessairement de la façon dont on pourrait l’espérer.

Alors que les sondages montrent que la grande majorité des Américains (et en particulier les anciens combattants et les militaires) sont opposés à l’intervention, les vidéos montrant le président ukrainien Volodymyr Zelensky rester pour se battre pour son pays ont galvanisé le soutien populaire pour ce dirigeant jusqu’alors moins connu. Tik Tok, en particulier, est rempli de vidéos où l’on a soif de Zelensky. On pourrait croire que les femmes viennent de trouver leur nouveau leader de boys band préféré.

@kimi19888

Don’t say I don’t feed you well 😋 #volodymyrzelensky #ukraine #president #toxic #pony

♬ Toxic Pony – ALTÉGO & Britney Spears & Ginuwine

 

@derrickhale3

Ukrain fyp ukraine ukrainetiktok mycrush prayforukraine🇺🇦 zelenskiyofficial zelensky🇺🇦 zelensky zelenskiy_official

♬ original sound – Josh Landry

 

Et ce n’est pas le seul endroit où il est adulé. Twitter est également rempli d’histoires sur sa bravoure et sa célèbre citation, « Je n’ai pas besoin d’un chauffeur, j’ai besoin de munitions. »

Par un trait d’ironie, la Russie, historiquement réputée pour sa maîtrise de la propagande, semble se rendre compte qu’elle est en train de perdre la guerre de l’information. Depuis la semaine dernière, le Kremlin a interdit Facebook et Twitter et met en place une répression contre les médias qui disent la vérité sur les actions du pays.

 

Pourquoi c’est important

Soyons clairs sur quelques points : tout ceci n’est que de la propagande. Il s’agit peut-être d’une guerre, mais il y a toujours une machine politique de relations publiques qui tourne au ralenti au milieu de toutes ces histoires, et la dramatisation des événements, les images que vous voyez, ont un impact sur les gens. Les histoires ont la capacité de faire vibrer les cordes sensibles, ce qui peut influencer l’opinion publique sur notre politique étrangère.

Assurons-nous donc que nous sommes sur la même longueur d’onde sur quelques points : Poutine est un dirigeant ignoble qui n’a aucun respect pour la vie humaine. Mais cela fait-il de Zelensky le gentil ? Non. N’oublions pas que cet homme enrôle également son peuple afin qu’il se batte pour lui. En plus de cela, son bilan en matière de liberté d’expression et de liberté de la presse est également notoirement mauvais. Nous pouvons condamner l’un sans glorifier l’autre.

Franchement, ces vidéos et l’adulation des médias sociaux sont, eh bien, bizarres. Pouvez-vous imaginer regarder la Seconde Guerre mondiale et voir des vidéos de femmes qui convoitent Churchill ou Staline ? Ce sera une drôle d’anthropologie à regarder en arrière dans quelques décennies.

N’oublions pas, cependant, que ceux qui contrôlent le récit contrôlent souvent les résultats.

Dans les années 1960, pendant la guerre du Viêt Nam, de nombreux pacifistes espéraient que les images de guerre sur les écrans de télévision changeraient la donne. Ils pensaient que le fait d’amener l’horreur des champs de bataille dans les salons des Américains inciterait les gens à s’opposer à la guerre. Et bien que le sujet soit encore débattu, il y a des raisons de penser que cela a été le cas.

Il y a également des raisons de penser que l’imagerie de la guerre actuellement diffusée sur les médias sociaux peut influencer ce conflit. Mais les Américains doivent se méfier des propagandistes qui cherchent déjà à utiliser ces images pour susciter un soutien à l’intervention plutôt qu’un soutien à une position anti-guerre.


Albert Einstein a dit un jour : « Rien ne mettra fin à la guerre, à moins que les gens eux-mêmes ne refusent de faire la guerre. » Cela n’arrivera jamais, à moins que le peuple ne devienne assez sage pour voir au-delà la propagande guerrière.

Attention à la propagande

Regarder la guerre se dérouler est atroce. Mais rien ne sera jamais résolu en envoyant davantage de personnes au combat. En l’état actuel des choses, la majorité des celles qui se battent en Russie et en Ukraine ne comprennent pas pourquoi elles sont là. Elles sont enrôlées, manipulées émotionnellement, poussées à la haine par des mensonges. Elles se battent pour des raisons politiques qui n’ont d’importance que pour les oligarques qui les dirigent.

Comme l’a écrit James Madison dans le numéro 10 du Fédéralist :

La propension de l’humanité à s’animer mutuellement est si forte que, lorsqu’aucune occasion importante ne se présente, les distinctions les plus frivoles et les plus fantaisistes ont suffi à enflammer leurs passions inamicales et à exciter leurs conflits les plus violents.

Voir l’injustice se dérouler, en particulier l’injustice de la guerre, suscite à juste titre des émotions fortes. Mais nous devons nous méfier du récit selon lequel envoyer davantage de personnes au combat protégera les vies humaines. Ce n’est pas le cas.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • C’ était l’ oncle Martin, c’ était l’ oncle Gaston…

    • Oui, c’était l’oncle Georges, mort bien trop tôt.
      Mourir pour des idées, d’accord, mais de mort lente…

  • Poutine figure sans aucun doute sur ma liste des gens dangereux et détestables. Quelque part entre Kim Jong-un et Biden …

    Faire un classement « émotionnel » de tous ces braves gens est-il cependant nécessaire. D’autant que le classement sera variable dans le temps, comme par exemple pour Staline, selon la règle : les ennemis de nos ennemis sont … « un peu moins » détestables. Et d’autre part la propagande occulte le principal classement : qui est le plus dangereux.

    J’ai toujours détesté être manipulé et la propagande est une méthode elle-même détestable de manipulation : elle fait pression sur les uns par l’intermédiaire des autres eux-même manipulés. Pour moi les « manipulateurs » sont en tête des gens dangereux.

    Détester est un travers, un luxe émmotionnel, et … un loisir pour certain.

  • « met en place une répression contre les médias qui disent la vérité sur les actions du pays »…. Ha bon, ça existe ?

  • article écrit en direct de Munich
    on a vu le résultat dans un passé récent, on ne sait où nous mène le futur, ce qui est sur c’est que, ma foi, même s’il faut sacrifier 40 millions d’Ukrainiens ,si cela peut faire baisser le prix du gaz, et nous permettre d’être les plus vertueux pour le zéro carbone….

    -1
    • Entre nous, qui avons fourni à Poutine l’arme de chantage économique, les nationalistes ukrainiens qui essaient par tous les moyens de nous embarquer dans leur conflit, les américains qui sacrifient délibérément les populations dans les zones de tension géopolitique, les « ennemis » de l’hégémonie US qui soutiennent la Russie et l’horrible, méchant, fou, malade, homo, néo-tsar … je me demande qui est le plus responsable.

      Probablement les néo-capitalistes, blanc de sexe masculin de plus de 50 ans qui roulent au diesel.

    • Face à la propagande, il est plus important que jamais de se construire son opinion PERSONNELLE. Ceux qui se contentent de vous fournir des opinions toutes faites en sous-entendant combien vous seriez bête et immoral de ne pas les suivre sont très utiles : ils signalent les propagandes les plus éhontées.

  • Faire attention à la propagande c’est commencer par ne pas diaboliser Poutine. Il n’est ni fou, ni sanguinaire et ses actions sont parfaitement logiques quand on connaît un tant soit peu le dossier et l’historique depuis 30 ans.
    .
    Le fond est que les Américains en pleine décadence n’ont aucune intention de laisser d’autres puissances, et encore moins la Russie, contester leur hégémonie et que le « droit international » est en réalité depuis 20 ans leur droit impérial de faire ce qu’ils veulent sans aucune considération morale ni droit des peuples et des nations. L’Ukraine, état failli s’il en est, était un terreau idéal, une fiole de Powell parfaite pour tenter de détruire la Russie économiquement et faire de l’Europe un toutou soumis.
    S’ils doivent pour cela faire de l’Europe une zone de conflit avec des millions de morts et de miséreux soit. Les morts ça n’émet pas de CO2, les miséreux beaucoup moins et on peut même leur vendre des armes.
    « Fuck the EU » disait Victoria Nuland, très fortement impliquée dans ces affaires, comme les Biden père et fils, Obama et toute la clique.
    .
    Cherchez « Pelosi holds talks with Ukraine’s Zelenskyy » sur « AP Archive » et vous vous rendrez compte que cette gauche qui est à la manœuvre aux USA et en Europe est complètement folle et en dehors des réalités.
    Ce n’est pas nouveau, elle est responsable de 95% des pires dictatures meurtrières du XXème siècle et ils reviennent en force.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles