Bas les masques, enfin !

Le port du masque à l’intérieur n’est plus obligatoire, mis à part pour quelques exceptions : les transports en communs et les établissements de santé. Une bonne nouvelle qui mérite d’être soulignée !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Eye for Ebony on Unsplash - https://unsplash.com/photos/OWi1sIWiCAI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bas les masques, enfin !

Publié le 14 mars 2022
- A +

La situation covidienne s’améliore et ce lundi, c’est donc une nouvelle partie des mesures sanitaires qui tombent à l’eau. Le pass vaccinal est pour l’instant suspendu, même si l’obligation vaccinale s’applique toujours aux soignants. Le pass sanitaire est quant à lui toujours requis pour accéder aux établissements médico-sociaux. De nouveaux protocoles sanitaires ont également été défini pour les écoles et les entreprises.

C’est surtout l’une des premières mesures imposées en début de crise, il y a deux ans maintenant, qui vient d’être revue : le port du masque à l’intérieur n’est plus obligatoire, mis à part pour quelques exceptions : les transports en communs et les établissements de santé.

Une nouvelle dont on peut honnêtement se réjouir. La France retrouve littéralement le sourire ! Jusqu’à ce matin, certains d’entre vous ne connaissaient pas le visage de certains collègues arrivés pendant la crise. Les commerçants peuvent enfin revoir le contentement de leurs clients. Les enfants redécouvrent la joie et les expressions de leurs compagnons et éducateurs.

 

Vers la sortie de la panique sanitaire avec la fin des masques

Nous l’avons souligné à plusieurs reprises dans Contrepoints, les bénéfices du port du masque sont moindres lorsqu’il n’est pas correctement mis ou lorsqu’il est touché ou rangé puis remis. Cela ne faisait que trop longtemps que cette saga durait. Souvenez-vous, on vous a conseillé les masques, on vous les a imposés, puis déconseillés et réimposés.

Ce n’est que deux ans plus tard, et on l’espère définitivement, qu’enfin la responsabilité individuelle prévaut : les personnes à risque, ceux qui fréquentent des personnes à risque ou ceux qui ont peur sont libres d’être responsables de leur santé et de continuer à porter le masque. Les autres sont libres de ne plus le porter.

C’est un progrès social important vers la sortie de la crise sanitaire et un progrès non-négligeable en matière de libertés individuelles. Il nous donne l’espoir d’en récupérer encore et encore jusqu’au retour complet de l’Etat de droit.

Un énorme progrès a également été fait en termes d’éducation et d’apprentissage. Peu importe l’âge, en ce qui concerne l’apprentissage d’une langue et la communication, l’analyse du visage est très importante.

Les plus jeunes ont énormément souffert de ce port du masque obligatoire : d’une part, les enfants ne sont pas capables de garder le masque sur le visage pendant des heures sans le tripoter ; d’autre part, des retards d’apprentissage ont été soulignés plusieurs fois pendant la crise par des enseignants et des spécialistes. Qu’il s’agisse de la prononciation ou des expressions du visage, les enfants ont besoin de voir la bouche de leur interlocuteur pour comprendre et évoluer dans leur développement et leur communication.

Ce n’est pourtant pas un scoop : dans une expérience menée en 1975 par le Dr Tronick, on pouvait déjà observer qu’un visage impassible allait amener les enfants à essayer d’attirer l’attention dans un premier temps, puis à cesser complètement de communiquer. Les jeunes enfants sont extrêmement influencés par les émotions, la réactivité et les interactions sociales qu’il peuvent recevoir du monde qui les entoure.

 

Une bonne nouvelle également en ce qui concerne la santé mentale des Français. Le port du masque a représenté pour beaucoup un facteur d’angoisse. La santé mentale, même si on en parle de plus en plus, est un point qui n’a pas été suffisamment mis en avant par les gouvernants pendant la crise. On commence à reconnaitre que le port du masque a eu un impact psychologique important et a joué sur la détérioration globale de la santé mentale.

Bas les masques (si vous le désirez), il était plus que temps !

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Que du bonheur, mais cela arrive avec plus deux ans de retard.. Ils n’ont jamais servi.. Idem pour les pseudos vaccins., ils vont imposer une 4 ème. dose pour les mourants…… Les us ont fait fortavec cette attaque du monde à l’aide d’un virus pas vraiment chinois mais élaboré dans des labos à travers le monde…. Fin de règne quand le monde se réveillera.

    • Tout à fait d’accord.
      « Ce n’est que deux ans plus tard, et on l’espère définitivement, qu’enfin la responsabilité individuelle prévaut »: je rigole de tant de naiveté, ça doit etre un canulard! Est-ce qu’on est encore sur Contrepoint ou est-ce un site d’hameçonnage?

  • Avatar
    jacques lemiere
    15 mars 2022 at 8 h 12 min

    moi j’aurais dit bas l’obligation étatique enfin..

    que qui veut porter un masque le porte..

    que tout propriétaire de lieu privé qui exige le port d’un masque comme condition d’entré soit libre de le faire..

    le débat n’est pas et n’a pas
    à être que le masque soit « utile » collectivement ou pas.. parce que c’ets une impasse rationnelle pour un libéral…..qui doit admettre un interet commun…

  • Le temps des élections… et puis un nouveau variant arrivera, et puis le même cirque recommencera.

    Ont-ils réintégré les médecins et autres soignants et pompiers suspendus ? Je n’ai pas entendu qu’ils l’aient fait. Donc l’abandon du masque obligatoire et la suspension du pass vaccinal ne sont qu’opportunisme politicien, et non des mesures de bon sens.
    La seule façon que nous avons de nous débarrasser de ces mesures scandaleuses est d’élire un candidat s’étant prononcé pour des mesures moins brutales, moins iniques, et une plus grande responsabilisation des citoyens. Que Macron soit réélu, ou que soit élue Pécresse, et on peut être à peu près certain qu’à l’automne prochain, sinon avant, nous repartirons pour un tour (cf aussi l’article de h16 allant dans ce sens).

    • Un virus ne peut pas produire des variants embêtants éternellement. Toutes les pandémies finissent par s’arrêter un jour. Celle-ci suit la même trajectoire que la grippe espagnole. Nos dirigeants ne pourront pas éternellement faire croire que ça continue comme en 2020.
      Il n’y a pas d’élections prévues dans les autres pays européens, pourtant ces pays abandonnent les mesures covid aussi.

      • Notez qu’ils ont aussi « abandonné » les mesures covid en 2020, au printemps, avant de reprendre en automne. Puis au printemps 2021, avant d’en remettre une couche à l’automne.
        Notez qu’ils n’ont pas réintégré les soignants et autres pompiers « suspendus » pour non-vax.
        Notez que les mesures coercitives démentielles se sont prolongées avec le variant omicron, dont tous ceux qui l’ont eu disent que sa gravité va du bon rhume à des symptômes de type grippal.
        Oui, il est vraisemblable que la courbe de cette maladie suivra celle de la grippe espagnole, ou celle du coronavirus ayant sévi à partir de 1890, et les 4-5 années suivantes. (cf le Pr Caumes)
        La question n’est pas là : elle est dans l’habituation de la population à des mesures très disproportionnées voire débiles ou carrément iniques (interdire à un médecin libéral d’exercer, ou à un dentiste… maltraiter les gosses à l’école… obliger au masque à l’extérieur… etc, la liste est très longue) et les graves atteintes aux libertés ainsi que les mensonges à répétition de l’exécutif ou les conflits d’intérêts gigantesques de certains… cf les nombreux articles de CP qui ont détaillé ces choses. Et lire l’article de h16 d’hier, qui montre ce qui est officiellement – et non hypothétiquement – en préparation. Mettre sa tête dans le sable n’a jamais servi à rien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

Dans le débat sur la croissance économique, les gens confondent généralement l'éducation et le capital humain. Il existe pourtant une différence flagrante, car ce dernier fait référence au savoir-faire plutôt qu'à de simples connaissances théoriques. L’éducation suggère que l'on est éduqué, alors que le capital humain indique l'application de la théorie. Un diplômé en ingénierie est instruit, mais il fait preuve de capital humain lorsqu'il dépose un brevet ou crée une entreprise.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles