Invasion de l’Ukraine : une nouvelle guerre froide

Avec le conflit en Ukraine, on assiste à la naissance d’une seconde guerre froide qui s’est préparée pendant des décennies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ukraine conflict Biden, Putin trade warnings during their 50-minute telephonic conversation wion youtube https://www.youtube.com/watch?v=vP7r2uGoYL4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invasion de l’Ukraine : une nouvelle guerre froide

Publié le 10 mars 2022
- A +

La France connait « une passion de l’Histoire ». La place éminente qu’elle lui accorde est en mesure de lui permettre de réacquérir une « conscience-monde », vision qu’elle a perdue à la suite de la fin de son empire colonial.

Le contexte actuel s’y prête. Nous pourrions nous décider de faire du monde l’objet d’un questionnement, en tentant par exemple de penser une périodisation de la Nouvelle guerre froide, laquelle vient d’allumer ses projecteurs sur l’Ukraine. Puisque nous ne saurions préjuger de l’avenir de celle-ci, la seule ouverture qui demeure exploitable est de nous interroger sur la date de son commencement.

Dans le contexte de la mondialisation, la Nouvelle guerre froide met schématiquement aux prises deux Blocs : celui de l’Ouest centré sur les États-Unis, face à celui de l’Est dominé par le couple Chine-Russie.

S’agissant d’une histoire immédiate, il ne nous est pas possible de connaître les réelles motivations de ces trois acteurs, faute d’accès à des sources de première main qui ne seront défrichées qu’après plusieurs décennies. Dans ce brouhaha général qui caractérise la mondialisation, nous disposons tout de même d’une abondance sans pareille de matériaux que sont les déclarations des États et des organisations internationales, les commentaires sur la vie publique, les informations relayées par les médias, les travaux de spécialistes de plusieurs domaines, et, originalité de notre temps présent, les textes et images publiés dans le monde immatériel de l’Internet.

La périodisation

« [Tout historien] doit trouver les articulations pertinentes pour découper l’histoire en périodes, c’est-à-dire substituer à la continuité insaisissable du temps une structure signifiante. »

Ces mots d’Antoine Prost disent parfaitement l’importance d’une périodisation rendant compte de la dynamique d’un phénomène étudié. Il existe en effet des histoires politiques, religieuses, économiques, qui, sans exception, ne peuvent se passer d’être situées dans une échelle temporelle précise, obligatoirement circonscrite selon un questionnement qui lie l’établissement de faits passés à leur simultanéité et leur inter-intelligibilité dans la période ainsi définie.

La périodisation nous autorise à conscientiser les évolutions passées, à en repérer les cassures, les constances, les accélérations, ainsi que le manque de clairvoyance des contemporains de telle ou telle époque.

Par exemple, sauf pour ceux qui, comme Bainville, annoncèrent l’arrivée d’un nouveau conflit, peu avaient conscience de vivre durant les années 1920-1930 dans un entre-deux guerres. Cette période, qui tire sa définition de son insertion temporelle entre les deux conflits mondiaux, fut constituée de deux décennies radicalement différentes, coupées en leur centre par la crise de 1929. Elle n’en posséda pas moins une unité relative, comme quand l’on évoque le revanchisme allemand, né au lendemain du diktat de Versailles, mais qui se plaça dans le centre du jeu à partir de la prise de pouvoir hitlérienne, le 30 janvier 1933.

Cependant, à la suite des Accords de Munich en 1938, le Premier ministre britannique Neville Chamberlain fut accueilli à Londres avec soulagement par ceux qui croyaient le spectre de la guerre éloigné, à l’exception notable de Churchill, lequel comprit que le choix, néfaste selon lui, entre le « déshonneur » et la « guerre », signifiait que le monde saurait rapidement qu’il se situait dans un entre-deux, non pas entre la guerre et la paix, mais dans un « Entre-deux-guerres ».

Quelle date pour le début de la Nouvelle guerre froide ?

À essayer de définir la date du commencement de la Nouvelle guerre froide, nous viennent spontanément à l’esprit trois évènements :

  • la chute de l’URSS à la suite de la démission de Mikhail Gorbatchev le 25 décembre 1991 ;
  • les attentats du 11 septembre 2001, les plus meurtriers de l’histoire ;
  • l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

 

Incontestablement, ces trois dates ont été des jalons significatifs. La dissolution de l’URSS sonna le glas de la Guerre froide, définitivement gagnée par les États-Unis. Après maints atermoiements, les attentats du 11 septembre eurent l’immense répercussion de mener au déclenchement par Washington de la Guerre d’Irak en 2003, dont les effets géopolitiques furent considérables au Moyen-Orient et même au-delà. Enfin, la décision de Vladimir Poutine d’envoyer son armée chez son voisin a provoqué, dans une logique de guerre froide, un soutien inconditionnel des États occidentaux en faveur de l’Ukraine.

2001, une césure 

La période allant de 1991 à 2022 fut indéniablement coupée en deux par les attentats du 11 septembre 2001. Avant cette date, on accolait l’adjectif hyper à la puissance américaine hégémonique, gendarme d’un monde qui, selon une interprétation erronée de la théorie de Fukuyama qui n’a jamais postulé la disparition du tragique, s’enorgueillissait de vivre la Fin de l’Histoire.

Quant à la Russie, qui prit la suite de l’URSS à l’ONU, elle n’en finissait plus de s’enfoncer dans l’impéritie, lui interdisant ainsi de se dresser contre les guerres menées en ex-Yougoslavie. Enfin, troisième des grandes puissances de cette Nouvelle guerre froide, la Chine avançait prudemment dans les pas des réformes de Deng Xiaoping, avec le but de développer le pays grâce au capitalisme, tout en préservant le caractère communiste de son pouvoir.

2001 ne représente pas seulement la date des attentats du 11 septembre. C’est à la fin de cette même année que la Chine fit son entrée dans l’OMC, grâce à laquelle elle bénéficia d’une période de croissance économique inégalée, jusqu’à devenir dès 2014 la première puissance économique mondiale en PIB à parité de pouvoir d’achat. Par ailleurs, au voisinage temporel de cette date de 2001 (le 31 décembre 1999), Vladimir Poutine prit le pouvoir à Moscou, et s’évertua pendant les deux décennies suivantes à redresser la Russie et à la remettre sur le devant de la scène, y compris par des offensives diplomatiques et des interventions militaires.

Enfin, c’est durant les années 2000 que les mastodontes américains, les GAFAM, prirent l’ascendant sur le marché créé par le développement phénoménal du Web et des smartphones, prodiguant aux États-Unis des avantages comparatifs incommensurables.

Ainsi, l’année 2001 marque le tournant des trajectoires de puissances des trois acteurs principaux de la Nouvelle guerre froide. D’un certain point de vue, elle ressemble à 1929, sans la crise de laquelle la marche vers la Seconde Guerre mondiale n’aurait jamais eu lieu. Par analogie à ce précédent, les années 1990 seraient des sortes d’années folles, symbolisées par exemple par la croyance généralisée, insensée pour nous qui portons des lunettes rétroactives, en un règlement définitif, sous le magistère américain, du conflit israélo-palestinien.

Quant aux années 2000-2020, elles représentent une période pendant laquelle le déploiement de l’armée américaine dans de nombreuses régions a été de plus en plus contesté par la double montée en puissance de la Russie et de la Chine ; militaire et diplomatique pour la première ; stratégique, économique et militaire pour la seconde.

La Seconde guerre froide

Cela nous invite à postuler l’existence d’un « Entre-deux guerres froides » (1991-2022). La Nouvelle guerre froide devrait recevoir, en référence aux conflits mondiaux du premier XXe siècle, l’appellation de « Seconde guerre froide » (2022- ?), tandis qu’il serait plus judicieux de nommer « Première guerre froide » l’affrontement indirect entre les États-Unis et l’URSS de 1947 à 1991.

Développer un travail historique sur ce phénomène mondial pourrait nous procurer, en France, la capacité de nous réveiller de nos torpeurs internes, aujourd’hui alimentées par une campagne présidentielle décevante, hier (et demain) nourries par une attention particulièrement vive à nos querelles identitaires.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • si on continue le parralele entre notre epoque et l entre 2 guerres, on peut aussi faire la comparaison sur le systeme financier.
    L un a explosé en 1929, l autre a gonflé demesurément depuis la fin des annees 80 (le CAC 40 etait a 1000 points ! aujourdhui 6000) et ne tient que par l injection de milliards par les banques centrales. Inutile de dire que la croissance basses sur des dettes irrecuperables va un jour s arreter

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles