Écologie : madame Von Strumphflüdel au pays de l’énergie réelle (conte)

Petit conte sur les choix écolos catastrophiques de l’Union européenne en matière énergétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
angry redscale girl by Bierlos (licence creative commons) (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie : madame Von Strumphflüdel au pays de l’énergie réelle (conte)

Publié le 8 mars 2022
- A +

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de contribuer à ma modeste mesure au mieux-être de notre planète. Et vous ?

(Cette étrange impression de me retrouver d’un coup petit garçon jusqu’au coude dans le bocal des bonbons face à la maîtresse d’école)

— Oh, vous savez, je suis ouvert. Au fait, que pensez-vous du fait que les politiques écologistes en Europe nous ont rendus si dépendants au gaz russe ?

— Bfouuh… je ne sais pas si on peut vraiment faire un lien…

— Aujourd’hui 5 mars 2022 l’Europe a versé près de 700 millions d’euros au gouvernement de la Russie pour le prix de son gaz. C’est beaucoup. Pareil, hier. Ce sera pareil demain. En fait, tous les jours.

— Bah oui, mais…

— Soit le prix de 200 chars russes d’assaut, par jour, comme le relevait malicieusement le professeur Damien Ernst ; peut-être le connaissez-vous ? Spécialiste de l’énergie de grand talent, dont le ton apocalyptique est parfois un chouïa agaçant, mais dans l’ensemble il voit clair.

— Coupons le robinet du gaz russe ! On ne peut pas financer le fascisme !

— Couper le robinet ? À la place on consomme quoi, madame Von Strumphflüdel ? Parce que le gaz russe c’est quand même 40 % du gaz consommé en Europe. En 2016, 30 % du gaz naturel consommé par l’Union européenne provenait de Russie. En 2018, ce chiffre est passé à 40 %. En 2020, il était de près de 44 %, et au début de 2021, il était de près de 47 %. Couper le robinet cela veut dire que nos économies s’arrêtent et que les gens arrêtent de se chauffer. À terme, la guerre civile.

— Je ne sais pas moi, je ne suis pas une spécialiste de l’énergie, remplaçons le gaz russe par du gaz américain !

— Le gaz américain est de roche-mère (schiste), vous n’allez tout de même pas nous infliger ce que les écologistes dénoncent depuis 15 ans comme le Mal absolu, fût-il importé ?! Par ailleurs un pays tel l’Allemagne, sous la pression de ses organisations écologistes et de la si clairvoyante et modérée madame Merkel, votre compatriote, a pris soin de ne pas construire un seul terminal apte à recevoir du gaz américain. Il leur faudra des années. Dans l’intervalle, l’Europe n’a d’autre choix que de persister à financer servilement l’impérialisme russe.

— Vous êtes atroce !

J’ai été ravi de faire la connaissance de madame Von Strumphflüdel. Je lui souhaite un beau voyage en Inde. En espérant qu’elle aura garde à ne pas traverser l’Ukraine.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bruxelles-New Delhi en train. Très beau voyage en perspective. Ça fleure bon le 19eme siècle de Jules Verne et son tour du monde en 80 jours. Sauf que Phileas Fogg prenait aussi le bateau, sans quoi il aurait perdu son pari!

  • Avatar
    jacques lemiere
    8 mars 2022 at 7 h 27 min

    on peut rappeler qu’on a même pas le droit de rechercher du gaz chez nous…

    comme si un train n’etait pas un enfant de l’énergie fossile…

    la diabolisation des fossiles est une absurdité…si il ya une mutation énergétiques elle sera la fille des fossiles.. d’ailleurs on va le répéter le problème n’ets que que les fossiles mais que VOUS , individu sans cerveau, vous décidiez quoi en faire ..

  • Diagoras L Athee
    8 mars 2022 at 8 h 16 min

    Depuis l’Europe, pour aller en Inde en train c’est un des deux parcours suivants au choix
    1. Balkans Turquie Iran Pakistan Inde… Bonne chance à une européenne qui voyage seule…
    2. Europe centrale UKRAINE-RUSSIE Kazakhstan Ouzbekistan Turkménistan Iran Pakistan Inde.
    Choisi ton camp camarade!
    Les pays Européens n’ont pas fini de payer des frais diplomatiques pour sortir de taule les écolos au Moyen Orient/Asie Centrale.

    • Beaucoup de jeunes européens partaient en voiture en Inde ou à Katmandou dans les années 70. J’ai un copain qui est parti en Afghanistan, via la Turquie. Aujourd’hui, c’est plus risqué.. ou on a vieilli 🙁

      • En 2 chevaux bien souvent, qui plus est !

        • La 2 chevaux était le véhicule idéal pour ça! Une mécanique tellement simple que n’importe quel garagiste au fin fond de l’Inde ou de l’Afghanistan est capable de la réparer en cas de pépin. On ne peut pas en dire autant des ordinateurs à quatre roues qu’on vend aujourd’hui sous le vocable de voiture.

  • Ah non ! plutôt faire venir des éoliennes d’Inde….. (hi hi.)

  • L’idéologie en vogue chez l’oligarchie néo-marxistes est que « l’Homme est toxique pour la planète » quand le fond idéologique des marxistes était quand même le « bien » humain. Ils sont encore moins doués d’empathie pour leur peuple que les membres du Politburo et sont prêt a accepter une quantité gigantesque de perte soit par misère énergétique, soit par un conflit direct.
    .
    Madame Stroumpflüdel est peut-être repartie avec l’idée géniale de fermer effectivement les robinets parce qu’on ne fait « pas d’omelette sans casser quelques œufs » quand la survie de la planète est en jeu.
    .
    Les menaces de déconnexion du swift de 144 millions de Russes datent de 2014 et les sanctions contre l’Irak avaient fait 1 million de morts. C’est une arme nucléaire économique utilisable et qui allait être utilisée tôt ou tard que ces oligarques ont pointé sur la tempe des Russes.
    Après 20 ans de toxicité belliciste « du bien », lire les actions de Poutine comme un « impérialisme » et pas la défense de son pays est une erreur qui fait justement le jeu de ces oligarchies. Non seulement, ils se moquent des pertes, mais une crise énergétique ou guerrière est le prétexte idéal pour imposer un contrôle total aux populations.
    .
    Si en plus c’est Poutine qui ferme NordStream 1 en pensant les ramener à la raison, c’est double bénéfice.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles