Comment Elon Musk et Starlink aident l’Ukraine

Grâce à la technologie de Musk et internet, les Ukrainiens coordonnent leur défense, font directement appel à la parenté russe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Sheyene Gerardi spacex ELon Musk BY Telenovela Foro (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment Elon Musk et Starlink aident l’Ukraine

Publié le 7 mars 2022
- A +

Par Isaac Reese.
Un article de Reason Magazine.

Depuis le début de l’invasion russe, les Ukrainiens ont partagé des recettes de cocktails Molotov et des instructions pour conduire des véhicules de transport de troupes abandonnés.

Ils ont utilisé des applications cryptées pour coordonner leurs tactiques et demander aux Russes de s’opposer à leur gouvernement, lesquels ont à leur tour organisé des manifestations à Moscou et dans d’autres villes.

Bien qu’elle puisse finir par perdre sur le champ de bataille, l’Ukraine a pu montrer au monde la brutalité et la folie de l’attaque russe, ce qui n’est possible que parce que les citoyens ordinaires ont conservé l’accès à l’internet.

Mais peut-être pas pour longtemps : dans les zones où les combats sont les plus intenses, les coupures d’Internet deviennent courantes, et comme l’information est le pouvoir sur le champ de bataille, la Russie risque de trouver un moyen de déconnecter complètement le pays.

C’est pourquoi le vice-Premier ministre et ministre de la Transformation numérique de l’Ukraine a adressé un appel à Elon Musk sur Twitter : « Nous vous demandons de fournir à l’Ukraine des stations Starlink et de demander aux Russes sains d’esprit de se rebeller. »

Le déploiement du réseau satellite d’Elon Musk en Ukraine

« Le service Starlink est maintenant actif en Ukraine. » a répondu Elon Musk sur Twitter plus tard dans la journée, réduisant à moins de 280 caractères un processus réglementaire pouvant prendre des mois ou des années.

 

Starlink, qui est opérationnel depuis 2021, est un fournisseur mondial d’internet par satellite appartenant à SpaceX, la société de Musk, qui vise à fournir un internet haut débit à faible latence aux zones moins densément peuplées où l’internet rapide et fiable peut faire défaut.

Le premier obstacle est que les Ukrainiens ne peuvent pas se connecter directement aux satellites Starlink : ils ont d’abord besoin de terminaux au sol.

« … terminaux en route », c’est ainsi que Musk a terminé son tweet, et moins de 48 heures plus tard, Fedorov a répondu avec une photo montrant un camion chargé de ces terminaux en Ukraine, « Starlink – ici. Merci, @elonmusk »

 

Ces terminaux devront être amenés dans les villes assiégées et connectés au wi-fi, ce qui permettra aux Ukrainiens de connecter leurs appareils. Cela représente un défi au milieu d’une guerre.

Et si les terminaux perdent de l’énergie, ils auront besoin de batteries ou de générateurs pour rester en ligne.

Les signaux radio pourraient également être triangulés, et Musk a également prévenu que les terminaux pourraient être pris pour cible par les forces russes, avertissant les utilisateurs de garder les terminaux « aussi loin des gens que possible ». Ces terminaux devront être amenés dans les villes assiégées et connectés au wi-fi, ce qui permettra aux Ukrainiens de connecter leurs appareils. Cela représente un défi au milieu d’une guerre.

Et si les terminaux perdent de l’énergie, ils auront besoin de batteries ou de générateurs pour rester en ligne.

 

Mais si les terminaux peuvent être installés et entretenus, Starlink pourrait constituer une bouée de sauvetage numérique pour certains Ukrainiens.

Le fait de séparer le monde en ligne de la géographie et de le placer hors du contrôle de l’État est conforme à la promesse initiale de l’internet.

Un atout pour l’internet du futur et la liberté

Eli Dourado, chargé de recherche au Center for Growth and Opportunity de l’université d’État de l’Utah explique :

Le rêve de l’internet était celui d’une déterritorialisation complète. Internet était censé signifier que l’endroit où vous vivez n’a pas d’importance. Vous êtes connecté à toute l’humanité par le biais de ce réseau totalement transparent où la géographie n’a aucune importance. Nous avons vu à quel point nous sommes loin de cet objectif. Nous avons vu certains gouvernements censurer l’internet. Je pense que le meilleur résultat pour l’internet aurait été que nous puissions exporter le premier amendement à la planète entière.

Starlink peut-il aider à tenir la promesse initiale d’internet d’être un outil de libération ? Imaginez que Poutine doive répondre à une population disposant d’un accès immuable à Internet et pouvant voir la réalité crue de la guerre. Comment cela pourrait-il changer la façon dont un conflit se déroule ?

L’une des principales innovations de Starlink est que le signal peut être relayé latéralement un certain nombre de fois, au-delà des frontières nationales, au-delà des fuseaux horaires et même des océans, avant d’être retransmis à une station terrestre. Il pourrait ainsi être plus difficile pour un pays de censurer ou de suivre les accès en ligne de ses citoyens. Mais cela n’est possible que si Starlink active d’abord le service dans ces endroits et achemine ensuite le trafic internet par des stations terrestres dans les pays voisins.

Bien que la technologie le permette, Starlink pourrait ne pas servir ce grand objectif.

Eli Dourado prévient :

Starlink est bien sûr une offre commerciale d’une société américaine qui se lance fréquemment dans l’espace. En vertu du traité sur l’espace extra-atmosphérique, le gouvernement des États-Unis est responsable en dernier ressort de ce que SpaceX fait lorsqu’elle est dans l’espace.

Jusqu’à présent, Starlink n’est disponible que dans les pays qui accueillent sa présence.

Mais cette technologie est prometteuse. L’internet par satellite pourrait un jour offrir une alternative non censurée aux personnes vivant en Corée du Nord, en Chine ou à Cuba.

Grâce à la puissance de l’internet, les Ukrainiens coordonnent leur défense, communiquent avec les Russes, rallient les gens à leur cause et montrent le coût dévastateur de la guerre. Starlink pourrait les aider à vaincre dans cette bataille.

Traduction d’Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Avatar
    jacques lemiere
    7 mars 2022 at 13 h 01 min

    alors chez nous changer la fiscalité c’est par contre TRES difficile.

  • « L’internet par satellite pourrait un jour offrir une alternative non censurée aux personnes vivant en Corée du Nord, en Chine ou à Cuba. » Comme en France, par exemple, où pour ne pas être censuré il suffit de ne pas afficher ses sympathies pour Zemmour.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles