Ne poussons pas les Russes dans les bras de Poutine !

Il serait judicieux de concentrer les sanctions contre les dirigeants russes plutôt que la population.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ukraine war source https://unsplash.com/photos/YK3SOCy_wQM

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ne poussons pas les Russes dans les bras de Poutine !

Publié le 5 mars 2022
- A +

Face à l’invasion de l’Ukraine, les pays occidentaux ont choisi les sanctions économiques. Le but est de pousser les dirigeants à faire marche arrière et mettre fin aux combats en Ukraine. Néanmoins, très rapidement, on a assisté à une surenchère qui touche désormais davantage la population russe que ses dirigeants, une posture qui semble faire de tout Russe un responsable des actes de son gouvernement. Cette situation est dangereuse car elle risque de pousser les Russes à se ranger derrière Poutine.

Des sanctions touchant plus la population que le gouvernement russe

L’Union européenne et les États-Unis ont commencé par prendre des sanctions plutôt ciblées contre les dirigeants russes et des secteurs stratégiques de la Russie. Le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Lavrov ont vu leurs avoirs gelés par l’Union européenne (UE). Des mesures ont aussi été prises à l’encontre des entreprises liées au complexe militaro-industriel russe, notamment en matière d’exportation.

Si ces mesures sont ciblées, d’autres sont plus problématiques. Ainsi l’interdiction des vols russes en direction de l’UE, du Canada et des États-Unis va toucher les citoyens ordinaires, les dirigeants ayant leurs propres avions privés.

De même, Visa, Mastercard et Amex qui écartent des banques russes de leur réseau de cartes est encore une sanction qui va toucher en priorité les citoyens russes. Et plus précisément, ce sont les urbains, soit la population la moins favorable au pouvoir de Poutine, qui seront pénalisés.

L’exclusion des Russes aux compétitions sportives comme le jeu d’échecs est aussi un autre exemple.

Enfin, la déclaration de Bruno Le Maire, sur laquelle il est revenu depuis : « Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe » montre la mentalité actuelle. Pour s’attaquer à Poutine, punissons 140 millions de Russes.

Le risque de faire le jeu de Poutine

Faire de Poutine un paria international est une chose. Faire de tous les Russes des parias en est une autre. Le risque étant de créer un effet de ralliement au drapeau des Russes, rejetés par l’Occident, en faveur de Poutine. Une situation qui serait à l’opposé de celle recherchée.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • « … une posture qui semble faire de tout Russe un responsable des actes de son gouvernement. »
    Oui c’est bien le cas, comme nous le disait déjà Etienne de la Boetie.

    • Par curiosité, suivant vos principes, de quel gouvernement êtes-vous, vous, responsable ?

      • D’aucun.
        Mais j’aimerais bien être d’un gouvernement qui se donne comme objectif de supprimer les gouvernements.

    • Donc les Ukrainiens sont responsables de leur gouvernement, aussi. Et puisque ce gouvernement célèbre tous les ans un nazi (Stepan Bandera : https://www.timesofisrael.com/thousands-march-to-honor-nazi-collaborator-in-kiev/) les Ukrainiens sont tous nazis. Et puisque le gouvernement Ukrainien bombarde les séparatistes du Donbass, tous les ukrainiens sont pro-bombardement.

      Donc Poutine à raison ? Et on devrait l’aider plutôt à rayer l’Ukraine actuelle, son gouvernement et son peuple de la carte, et la « dénazifier ».

      Ou alors la responsabilité collective c’est juste pour les Russes, les Serbes, les Afghans et quelques autres désignés « méchants » à la télé ?

      • Et si on arrêtait de jouer avec la polysémie de Responsable ?

      • Franz, c’est exactement ça.

      • Bandera cultivated German military circles favorable to Ukrainian independence, and organized OUN expeditionary groups. When Nazi Germany invaded the Soviet Union, he prepared the 30 June 1941 Proclamation of Ukrainian statehood in Lviv, pledging to work with Nazi Germany.[4][5] For his refusal to rescind the decree, Bandera was arrested by the Gestapo, which put him under house arrest on 5 July 1941,[6] and later between 1942 and 1943[7] sent him to the Sachsenhausen concentration camp.[8] In 1944, with Germany rapidly losing ground in the war in the face of the advancing Allied armies, Bandera was released in the hope that he would be instrumental in deterring the advancing Soviet forces. He set up the headquarters of the re-established Ukrainian Supreme Liberation Council, which worked underground. He settled with his family in West Germany where he remained the leader of the OUN-B and worked with several anti-communist organizations such as the Anti-Bolshevik Bloc of Nations[9][10] as well as with the British intelligence agencies.[9] Fourteen years after the end of the war, Bandera was assassinated in 1959 by KGB agents in Munich.[11][12]

    • En quoi les Russes sont-ils responsables des décisions de Poutine ?
      Perso, les décisions stupides de Macron pendant le Covid n’ont pas été décidées avec mon accord. Ses décisions actuelles de sanctions économiques non plus, telles que la fermeture d’entreprises françaises cotées, qui vont nous toucher de plein fouet nous également, alors que l’Allemagne s’est préservée en obtenant que 2 banques russes ne soient pas éjectées de Swift, de façon à pouvoir continuer d’acheter le gaz russe.
      Alors je ne veux pas entendre dire que le citoyen lambda est responsable des décisions de ses dirigeants, à plus forte raison en Russie. Je voudrais vous voir manifester contre la guerre, mais là-bas, hein, pas entre Bastille et République….

  • A mon avis les russes ont l’habitude d’être des parias, et cela bien avant cette histoire d’Ukraine…. Issue d’un coup d’état bizarre comme la tentative de coup d’état au Belarus… Échouée grâce aux russes.

    -1
  • Mouais, le sujet est complexe, mais quand on écoute ou lit les « mainstream », on peut avoir impression qu’il n’y a que notre président qui parle avec le tsar. En fait la vraie diplomatie fonctionne en silence, loin du fatras médiatique. La mise en scène des conversations (Russie/France) permet à notre candidat de surfer sur une image qu’il estime positive. A l’opposé, en Russie, le tsar utilise celles-ci pour démontrer à sa population, que « l’occident » est ridicule et faible et ainsi rallier ses partisans…
    Enfin c’est ce qu’il me semble.

  • les « sanctions » contre « un pays » ou « un dirigeant » ne sont jamais réellement dirigées contre ces gens/concepts. Elles visent avant tout la populace du pays qui sanctionne et le prix en est payé par cette populace et celle du pays visé.
    En gros les dirigeants européens et américains font du cirque électoraliste en direction de leur peuple en « punissant » les « méchants russes » (étrangement ils ne disaient rien quand les Ukrainiens bombardaient le Donbass ou pire encore quand eux même bombardaient Belgrade). Le prix de cette manœuvre est bien sûr payé par le peuple Russe (double victime donc : Poutine les envoie se faire tuer et tuer en Ukraine et « nous » on les « ruine » et on les exclue de tout pour les soulager) et par les peuples « occidentaux ». D’abord en renchérissant pas mal de matières premières, donc par conséquences, un peu tout (cela dit, c’est top, ça donne une bonne excuse pour l’inflation que le « quoi qu’il en coûte » a causée), en restreignant leur droit à commercer avec qui bon leur semble donc leur richesse effective et finalement, peut-être, en les envoyant se battre sur des champs de bataille lointains pour des raisons qui devraient leur être étrangères sans la propagande lourde et outrancière qu’on nous assène.

  • Tout à fait d’accord avec l’auteur, et je rajouterai que le peuple européen va souffrir de plus en plus avec le temps que dure cette guerre,
    Pour l’instant Poutine n’a pas encore menacé de couper le gaz mais le prix explose. 213€/MWh soit presque 10 fois plus qu’il y a 1 an!
    AIRBUS SAFRAN vont devoir stopper leurs usines, et oui on s’approvisionne massivement en titane en provenance de Russie
    Les constructeurs automobiles ne peuvent plus se fournir en palladium dont la Russie est le principal fournisseur donc plus de pots catalytiques => les usines vont s’arrêter……
    Le Nickel de classe 1 et cette qualité est la seule qui peut être utilisée pour la fabrication des batteries lithium NMC est fournie aux constructeurs européens par la Russie.
    Les engrais et les céréales, les prix sont en train d’exploser.
    La Russie peut vivre longtemps en autarcie car elle a toutes les richesses alors que des usines européennes sans matière première on entendra les oiseaux……. et des agriculteurs sans engrais = baisse de rendement et de qualité => hausse des prix
    Nos dirigeants auraient mieux fait de sanctionner quelques oligarques proches de Poutine et de créer une aide humanitaire massive pour les réfugiés et STOP STOP car nos dirigeants politiques réagissent dans l’émotion et la comm’ . Ce sont des irresponsables (fous, hors sol) dangereux pour les peuples européens.

    • Déjà, si nos dirigeants mettaient en place des garanties que l’aide parviendra à ceux qui en ont besoin et qu’il ne leur sera pas demandé de payer en échange…
      « The volunteers [for the Ukrainian Red Cross Society] were shocked when they saw that people were being asked for payment to receive basic humanitarian aid or to join first aid courses, which should have been provided for free. » — Rapport de Transparency International

  • « Le risque étant de créer un effet de ralliement au drapeau des Russes »
    Et ça changerait quoi, vu que Poutine ne leur laisse pas d’autre choix ?!

    • Ne voyez-vous pas la différence entre un peuple qui soutient le dirigeant de son pays et un peuple qui ne le soutient pas ?

      • Mais oui, suis-je bête. Vous avez raison.
        Sans les sanctions économiques, les Russes de la rue :
        1. Prendraient fait et cause pour l’Occident
        2. Renverseraient Poutine
        3. Mettraient fin à la guerre
        4. Instaureraient une démocratie (libérale svp)
        5. Et demanderaient immédiatement leur adhésion à l’UE et à l’Otan.

          • Si demain Macron décide d’envahir la Sardaigne, que la France se retrouve au ban des nations, les Français victimes de sanctions économiques sans précédent, allez-vous devenir macronien ? !
            Alors ne prenez pas le Russe moyen pour plus bête que vous.

            • @Pierre Ponce
              Bonjour,
              La Sardaigne !? La Sardaigne, c’est l’Italie tout comme la Corse est la France.
              Qand les Italiens ont attaqué la France en 40, ils n’en avaient pas envie. La menace d’être exécutés leur a forcé la main. Sur quelques vidéo que j’ai pu voir, les soldats russes expriment leur manque d’envie aussi.
              « devenir pro-macronien »
              Malgré les punitions qu’ont subies les Français il y a beaucoup de pro-macroniens. Le « truc » c’est de bien emballer « le projet ».

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

Par Dominique Colas.

Au moment de son démantèlement en 1991, l’Union soviétique comptait des milliers de statues représentant son fondateur, Vladimir Lénine (1870-1924). Les quinze républiques constitutives de l’Union, devenues autant d’États indépendants, ont adopté à l’égard de ces monuments des politiques très différentes, qui en disent long sur leur vision politique et historique – ou, du moins, sur celle de leurs dirigeants. On le constate tout particulièrement en examinant les cas, opposés ici comme sur bien d’autres points, de l... Poursuivre la lecture

Rassemblement national Russie présidentielle pro-russe
6
Sauvegarder cet article

Parmi les nombreuses étrangetés qui signalent le conflit en cours, une des premières à avoir frappé l’opinion mondiale a été l’interdiction faite aux Russes de le qualifier de « guerre ». C’était, annonçait le Kremlin, une « opération spéciale », terme qui ne signifiait rien de précis et auquel personne en Occident n’accorda de crédit, mais dont l’usage fut rendu obligatoire en Russie, au point que ceux qui l’ont dénoncé ont fini en prison pour longtemps. L’armée russe déferlait sur le sol ukrainien, elle tuait, détruisait, occupait, son inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles