Le crypto-euro amène le communiste 2.0

Si l’État contrôle la monnaie, il nous contrôlera tous.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le crypto-euro amène le communiste 2.0

Publié le 4 mars 2022
- A +

Plutôt que d’ouvrir une nouvelle ère d’innovation le crypto-euro promet de nous plonger dans un communiste 2.0. L’État pourra contraindre ses citoyens et son économie sans effort juste par la monnaie.

Qu’est-ce qu’une MNBC ?

Dans le dernier article, nous avons soulevé le voile derrière les très paradoxales monnaies numériques de banque centrale (MNBC) également appelées cryptomonnaies de banque centrale. Paradoxales, car une cryptomonnaie est par nature décentralisée et anarchique. Rien à voir donc avec une banque centrale.

Les MNBC sont donc plus une innovation linguistique qu’une innovation monétaire. Mais derrière le cosmétique, se cache un danger. Avec elles, l’État obtiendra un contrôle absolu sur sa monnaie. Il conservera bien sûr son monopole sur la régulation de la création monétaire mais il obtiendra également le rôle de gestion de compte client, auparavant entre les mains des banques, ainsi que le rôle de vérification des transactions, auparavant tenu par SWIFT, Visa ou Mastercard.

Dans le précédent article, nous avons vu comment l’État pourrait forcer le passage vers son crypto-euro en la faveur d’une crise d’hyperinflation. Aussi, nous allons voir dans cet article, comment les MNBC pourraient donner lieu à un communiste 2.0.

Communiste 1.0 : contrôler par les moyens de production

Le communiste 1.0 a parfaitement montré qu’on pouvait contrôler l’intégralité d’un pays et la vie de tous ses citoyens en contrôlant l’information et son économie.

Cependant le communiste 1.0 a voulu planifier et contrôler les moyens de production pour asseoir son pouvoir sur l’économie. Il faut lui reconnaître quelques réussites dans le domaine du nucléaire, du spatial ou de l’industrie. Des avancées dissoutes dans l’incapacité de l’État à s’occuper de son peuple. Le communiste 1.0 est une succession de pénuries et famines sous Staline comme sous Mao.

Le rêve d’une bureaucratie capable de tout produire est bien mort. Toutefois, le désir de contrôler totalement l’économie reste présent pour de nombreux dirigeants.

Et si grâce aux MNBC, les États pouvaient de nouveau contraindre l’économie juste en contrôlant la monnaie ?

Communiste 2.0 : contrôler par la monnaie

L’État laissera donc les chefs d’entreprises et leurs salariés produire ce qu’ils veulent.

Il se contenterait d’imposer son crypto-euro à tous. Plus aucune personne ne peut payer ou être payée dans une autre monnaie. Or on le rappelle, avec une MNBC, le gouvernement contrôle les dépôts, les comptes et les transactions.

Le gouvernement a donc un aperçu instantané de la vie privée de ses citoyens, que ce soit l’achat d’une maison ou d’une baguette de pain.

Il peut exclure n’importe quel citoyen, entreprise ou association du système monétaire, asphyxiant monétairement ses victimes jusqu’à la mort.

L’État peut aussi imposer très facilement des quotas arbitraires à l’ensemble de la population. On ne pourra dépenser que 50 euros d’essence par semaine, 500 euros de chauffage par an ou un repas au restaurant par mois. Dans cette optique, les mesures écologiques se marieront à merveille avec le communiste 2.0 pour nous retirer des libertés.

Enfin, l’État pourra aussi prendre ce qu’il veut quand il veut sur l’ensemble des comptes des citoyens.

Tous ces cas d’usage sont impossibles avec l’or, le cash ou le bitcoin, compliqués avec la finance actuelle, mais très facile en imposant une MNBC.

Le contrôle de l’économie se retrouve donc renforcé avec les MNBC sans avoir besoin de gérer les moyens de production, c’est la naissance d’un communiste 2.0.

Une vision déjà en marche

Une telle perspective est déjà en marche en Chine. Le pays a bien renoncé au communiste 1.0, il regorge d’entrepreneurs, startup ou entreprises privées qui innovent et produisent à la place de l’état.

Bien évidemment tout le monde est contrôlé par la surveillance de masse, le crédit social et la peur d’être arrêté. Comme ce fut le cas avec les disparitions de Jack Ma fondateur Alibaba ou la tennis women Peng Shuai.

Le contrôle de la monnaie, si central pour le communiste 2.0, faisait longtemps défaut au Parti, notamment à cause de l’utilisation massive du cash.

En quelques années, grâce à la fulgurante ascension des paiements mobile, le Parti a pu disposer d’un meilleur contrôle de sa monnaie. En enfonçant le clou avec le cryptoyuan, Xi Jinping prend directement la place de WeChat (WePay) et Alibaba (AliPay). Il récupère tous les rôles et un contrôle total sur sa monnaie. La Chine est une vitrine du communiste 2.0.

Bonus canadien

Cet article devait s’arrêter là, mais Trudeau a décidé de devenir le premier dirigeant occidental à utiliser le communiste 2.0. En effet, pour casser le Convoi de la Liberté, le Premier ministre canadien a décidé de geler les comptes en banque des manifestants. Il a aussi mis sur liste noire les adresses de cryptomonnaies liées aux manifestations. Les détenteurs de ses bitcoins gardent toujours leurs actifs, ils ne pourront plus les déposer sur un crypto-échange.

Le contrôle total de la monnaie est bien dans le viseur des dirigeants occidentaux. Leur MNBC n’aura comme seul but d’amener vers une communiste 2.0 où la liberté et la vie privée seront inexistantes.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Bizarre, le 1er niveau du E-yuan sans donner son nom, ni compte en banque permet de stocker 6 mois de salaire d’un Smicard Chinois, c’est pas mal.
    Et WeChat viens de diminuer les frais qu’elle prenait aux commerçants, le E-yuan Chinois le boulot gratuitement comme le cash.
    Et jack Ma était en Espagne en octobre 2021

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
la Chine
11
Sauvegarder cet article

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie car c’est avec elle qu’il paye ses militaires et c’est par elle qu'il entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire voulant durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et écono... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Dans un entretien donné à Politico, Bill Nelson, administrateur à la NASA, fait part de son inquiétude quant à l’entrée de la Chine dans la compétition spatiale pour aller sur la Lune. Pour lui, la Chine pourrait rapidement trouver un moyen d’alunir pour tenter de s’approprier les ressources les plus riches du satellite naturel. Nelson cite en exemple -plus terre à terre oserions-nous dire- l’attitude de Pékin en mer de Chine méridionale, qui a étendu sa domination militaire sur certaines îles au statut contesté : « Si vous en doutez, regarde... Poursuivre la lecture

Par le Club Influence de l’AEGE. Un article de Conflits

Depuis la Seconde Guerre mondiale et a fortiori au cours de la dernière décennie, le sujet de l’intelligence artificielle s’est véritablement imposé comme un enjeu technologique clé, conduisant à une course à l’innovation entre acteurs mondiaux.

Mais plus encore que de simplement réveiller l’intérêt des startups, des chercheurs, des fonds d’investissement ou des écrivains de science-fiction, l’IA s’impose aussi comme un véritable enjeu de souveraineté politique et géopoliti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles