Poutine ou la fascination maladive pour la puissance

L’obsession de la puissance qui conduit certains dirigeants des États-nations vers la tyrannie et la violence est incontestablement l’ennemi à abattre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Vladimir Poutine & Dimitri Medmedev (Crédits Jürg Vollmer, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Poutine ou la fascination maladive pour la puissance

Publié le 2 mars 2022
- A +

L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe nous fait basculer définitivement dans une nouvelle ère. L’évolution était perceptible depuis au moins une dizaine d’années, mais il ne fait désormais aucun doute que Francis Fukuyama se trompait lorsqu’il proclamait la fin de l’histoire en 1992, après la chute de l’URSS. La civilisation occidentale fait rêver beaucoup d’hommes mais ne se généralise pas au monde entier. Elle se heurte au phénomène du pouvoir politique. Le pouvoir est toujours à la recherche de sa propre puissance et il suffit qu’il tombe entre les mains d’un obsédé pour dériver vers la violence.

 

Une calamité : les chefs

Avons-nous besoin d’un chef ? Non. Rien ne vaut l’indépendance d’esprit et l’indépendance dans l’action. Malheureusement, les sociétés humaines se sont constituées en groupes de plus en plus nombreux et puissants, rendant le phénomène du pouvoir particulièrement inquiétant au XXIe siècle. Qu’il s’agisse de l’État-nation ou de l’entreprise multinationale, des dirigeants sont indispensables pour faire fonctionner le groupe. Par construction psycho-sociologique, ces dirigeants sont des ambitieux attirés par l’influence qu’ils exercent. Ils ont le goût du pouvoir et ils jouissent du pouvoir qu’ils possèdent. Tout est là.

De petits teigneux au regard haineux du type Napoléon, Mussolini, Hitler, Staline ou Poutine parviennent parfois au sommet par la ruse, les manœuvres et les coups de force. Ils s’y maintiennent par l’aveuglement de leurs contemporains et la peur qu’ils suscitent. Voilà le cas extrême de la dérive du pouvoir. Mais le pouvoir est dangereux par principe et nous devons donc nous méfier de tous ceux qui réclament nos suffrages dans le but de nous diriger. Le pouvoir est un mal nécessaire, mais un mal. Il ne faut jamais l’oublier. Corrélativement, la liberté individuelle est un objectif permanent. Elle sera toujours limitée par le pouvoir et il faut donc sans relâche lutter pour la maintenir.

 

Pouvoir et puissance

Le pouvoir des dirigeants actuels est colossal par rapport à celui des chefs de tribu ou des édiles placés à la tête des cités grecques antiques. Il ne fait aucun doute que la puissance des gouvernants des démocraties est de beaucoup supérieur à celle du Louis XIV ou de Catherine II. Biden, Macron, Johnson sont infiniment plus puissants que les souverains du passé. Le pouvoir moins arbitraire des dirigeants des démocraties est cependant un pouvoir sans précédent dans l’histoire par les moyens dont il dispose.

Il suffit donc de se déplacer vers les dictatures contemporaines pour apprécier la puissance d’hommes comme Poutine ou Xi Jinping. Ils disposent de tous les pouvoirs. L’arbitraire le plus total, l’élimination physique de l’adversaire, les pires folies collectives sont à leur portée. Poutine, isolé par la Covid-19 depuis deux ans, a perdu toute modération, peut-être même toute capacité de véritable réflexion. Cet ancien officier du KGB, formé par le communisme stalinien, ne croit qu’au mensonge et à la force brutale. Livré à lui-même, il dérive vers la réalisation de fantasmes de puissance.

De toute évidence, Poutine n’est pas un grand stratège. Il vient d’orienter son pays dans une direction qui altérera l’image de la Russie aux yeux du monde entier. Seuls quelques autocrates et leurs affidés se réjouiront de l’écrasement de la liberté des Ukrainiens. Tous les peuples libres regardent l’invasion de l’Ukraine comme un désastre provoqué par un obsédé de puissance ayant perdu toute mesure. Mais Poutine risque également à échéance de plusieurs années de fragiliser sa position personnelle. L’autocrate au regard implacable n’est certainement pas apprécié de l’élite russe. Craint, sans aucun doute, mais aimé… Qui d’ailleurs pourrait aimer Poutine ? Les deux mots accolés forment un oxymore.

 

Gigantisme des États-nations ou petites entités en concurrence ?

Le gigantisme de certains États représente un risque majeur pour l’humanité car le glissement vers le despotisme n’est jamais exclu. Pour assurer sa puissance l’État-nation doit avoir la capacité de mobiliser un nombre considérable de soldats, la fameuse chair à canon. Avec une population de plusieurs dizaines ou centaines de millions d’individus, il est possible de puiser de grandes quantités dans le stock sans l’entamer trop fortement. L’indifférence des despotes face à la mort de la jeunesse est terrifiante. Citons à nouveau cette phrase de Napoléon 1er devant les morts de la bataille d’Eylau en 1807 : « Une nuit de Paris réparera tout çà ». Le profil de Poutine est donc habituel dans l’histoire.

Les libéraux se situent à des années-lumière de tous les despotes. L’idéal libéral est le cantonnement du pouvoir. La meilleure solution pour réduire le pouvoir des dirigeants est de limiter la population qu’ils dirigent et de rapprocher les gouvernants des gouvernés. C’est la raison fondamentale qui conduit les libéraux à proposer un primat du marché et une réduction du rôle des États. Mais il faut s’entendre : dans l’idéal, il s’agit du marché que les classiques qualifiaient « de concurrence parfaite », comportant un très grand nombre d’offreurs et de demandeurs, aucun d’entre eux ne pouvant dominer ou même orienter à lui seul les transactions.

De petites entités nombreuses et en concurrence conduisent à une auto-limitation du pouvoir. Il n’en va pas autrement dans le domaine politique. Souhaitons donc, non pas un État mondial comme certains irresponsables, mais une disparition progressive de l’État-nation par horizontalisation du pouvoir. Un rêve, sans doute ! Mais l’obsession de la puissance qui anime encore l’humanité et conduit certains dirigeants vers la tyrannie et la violence est incontestablement l’ennemi à abattre.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Poutine est un Young Global Leader. Sa vision est la même que celle de Macron et de leur gourou Klaus Schwab. Ils préparent l’arrivée de la Bête de l’Évènement en nous infligeant une guerre qui est à l’image de la crise covidienne : un Fake.

  • Avatar
    jacques lemiere
    2 mars 2022 at 7 h 35 min

    le cas poutine… moi, je pense à la popularité de de gaulle..

    la russie a été humiliée..

  • Tres bon article . Mais voila la force fascine , la force fonctionne . Il suffit de voir la fascination qu’exerce encore Napoléon , fascination partagée d’un bout à l’autre de la terre . Celle de Mao , de Staline , de Lenine . Les morts ont disparu du paysage , les vivants se parent de la gloire du despote. Le seul qui a refusé : Jésus , c’est cela dont il est question dans le désert , « Le démon l’emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer. » JC le premier liberal ?

  • « Une nuit de Paris réparera tout çà »

    tout ça, pas d’accent.

  • Ah, les chefs… On n’en a « pas besoin » quand ils vous contrarient mais on est bien content d’en avoir quand ils prennent les décisions que l’on souhaite. Le 8 janvier dernier, sur votre blog, vous trouviez très pratique qu’il y ait un chef pour « emmerder les non-vaccinés ».
    Alors « Rien ne vaut l’indépendance d’esprit et l’indépendance dans l’action »… sauf quand quand cette indépendance d’esprit ne va pas dans votre sens.
    Moi aussi je rêve de « l’horizontalisation du pouvoir », pour que des gens comme vous ne puissent pas contraindre les autres.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Vladimir Poutine
1
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Fidel Castro
0
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles