Nucléaire : STOP à l’antiscience des écologistes !

La destruction par les écologistes belges de la capacité nucléaire civile emportera trois conséquences.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Centrale nucléaire Vogtle USA-Blatant World(CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nucléaire : STOP à l’antiscience des écologistes !

Publié le 19 février 2022
- A +

Quatorze pourcents. C’est ce que représentent les deux partis écologistes à la Chambre belge des représentants : 14 % des sièges.

Ce nonobstant, les écologistes entendent dicter leur credo religieux, antirationnel et antiscientifique à l’ensemble de la population.

Les données de l’équation nucléaire sont sans inconnue : la destruction par la Belgique de sa capacité nucléaire civile emportera trois conséquences.

Une politique contre le nucléaire contre productive

Un, les émissions de CO2 de la Belgique vont exploser. Les centrales au gaz que rêvent de bâtir les écologistes soudainement réconciliés avec les énergies fossiles émettent quarante fois plus de CO2 que le nucléaire (490 g/kWh vs. 12 g/kWh). Détruire la capacité nucléaire civile belge implique donc mécaniquement une explosion des émissions de CO2, en contravention de tous les engagements européens et internationaux de la Belgique. Autant pour des partis ECOLO et GROEN qui ne jurent que par la décarbonation.

Deux, dans un contexte international de plus en plus aléatoire et chaotique, marqué par l’explosion récente des prix du gaz, la destruction de la capacité nucléaire belge implique mécaniquement une explosion de la facture des ménages et des entreprises. À partir de combien de millions de ménages plongés dans la précarité énergétique considère-t-on qu’une politique est objectivement inhumaine et dégradante ? Faudra-t-il désormais se résoudre à ce que les familles portent leurs vêtements d’hiver à l’intérieur de leur domicile parce qu’elles ne peuvent plus assumer leurs factures d’énergie ?! Ne voit-on pas la régression cruelle que cela signifie ?

Une soumission de fait aux Russes

Trois, la destruction aveugle du nucléaire belge implique la soumission au régime autocratique russe, car c’est d’abord en Russie que la Belgique ira acheter son gaz. L’actuel épisode ukrainien nous le montre : par sa dépendance au gaz russe, l’Allemagne est complètement neutralisée, impotente, finlandisée de facto, dès lors qu’il s’agit de ne pas contrarier l’Ours russe. Allons-nous suivre les Allemands dans leur servilité, pour complaire à 14 % des sièges à la Chambre ?!

Les écologistes ont beau jeu de se retrancher derrière un « accord de gouvernement » qui prévoit le maintien du nucléaire civil si la sécurité d’approvisionnement n’est pas garantie. Elle n’est en rien ni aucune façon garantie.

Le vrai est que la haine irrationnelle que portent les écologistes à l’énergie nucléaire risque de plonger des millions de ménages dans la précarité énergétique, et le pays dans la dépendance la plus abjecte à l’égard d’un régime autocratique.

Sur le nucléaire, ECOLO et GROEN sont les partis de l’antiscience, négateurs des réalités énergétiques, diplomatiques, mais d’abord et avant tout : humaines.

La Belgique est une démocratie parlementaire. Sur le maintien du nucléaire civil, une très nette majorité parlementaire se dégage ces derniers jours à la Chambre. Si les écologistes persistent dans leur aveuglement haineux et irresponsable, pensée magique, il est à souhaiter que cette majorité parlementaire prenne enfin ! ses responsabilités.

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • un écologiste a toujours raison …. même si il ne sait pas vous expliquer pourquoi. sa référence c’est ce que pensent les autres écologistes et surtout les gourous . .

    face à vous il va se taire faute d’arguments…il va même avouer que vous avez raison, surtout si il y des chiffres ou de la » technique ».. quoique parfois, même si il n’y comprend rien il lui suffit de citer une « autorité..

    et le lendemain ayant rejoint le groupe, il va reprendre les mêmes slogans que la veille..

    nous avons créé des armées de gens diplômés , éduqués et absolument dénués de sens critique ayant lu des livres et reconnaissant leurs auteurs comme dieux infaillibles..ce n’tes pas un hasard si l’ecologisme ressemble à une secte..

    Il existe de gens qui savent.. et eux ne savent qu’une chose, qui sont les maitres.. dont ils apprennent les textes sacrés..

    le ciel est donc vert.

    sans parler de leur ambiguïté vis à vis de l’argent. selon eux l’argent est à fuir..
    mais ils ne se redent pas compte qu’en fuyant l’argent il en font aussi leur boussole…

    il s’imaginent qu’en faisant le contraire des gens normaux…qui agissent mus par la cupidité.. ..ils sont généreux..

    c’est fascinant, ils ne sont pas idiots..mais ne savent aller jusqu’au bout de leurs doutes..ils refusent de renverser l’idole qui leur a donné tant de confort et de réconfort;

  • Imparable !
    Sur les 30 dernières années, quand on regarde les chiffres, l’evolution de la production électrique en Belgique peut être résumée comme suit :
    – remplacement du charbon par le gaz (vertueux pour les GES)
    – dans une moindre mesure, remplacement du nucléaire par les ENR (neutre pour les GES).
    La Belgique tire encore aujourd’hui près de la moitié de son électricité du nucléaire. L’abandon total, c’est du suicide.

  • La Belgique, une démocratie parlementaire !
    Une belle démocratie en réalité: je ne serais pas étonné d’apprendre que le rapport entre nombre de représentants et nombre de citoyens y soit le plus élevé au monde. A côté de la corruption classique , il y a la corruption légale, diffuse, basée sur un clientélisme généralisé à tous les étages et si la Belgique est peut être qualifiée de démocratie, elle peut l’être aussi de particrassie !

  • Des années de désinformations rendues d’autant plus faciles que les sujets sont  » techniques » et donc non maitrisés par les Dirigeants, les Médias et les Populations toujours enclins à se laisser porter par le « Move » (bien orchestré par les Lobby, ONG, et ADEME etc…). En France, même l’EDF, RTE etc.. s’y sont mis essayant de triturer/(mettre en avant) les chiffres pour coller au Mouvement. Le poison est dans le fruit. Il faudra malheureusement attendre les gros problèmes (qui arrivent) pour que l’Europe, l’Allemagne etc…

    • Le revirement de Macron semble indiquer qu’il pense qu’il serait éventuellement possible qu’il y ait un petit problème.

      Mais connaissant Macron, sa fébrilité devant les sondages, son indécision chronique, son inertie, son incapacité à hiérarchiser les problèmes et ses multiples revirements … cela ne change pas grand-chose.

      • Si il ose le dire cela signifie quand même qu’il y a maintenant quelques personnes à l’arrière qui tirent la sonnette d’alarme.

  • Et delenda est escrologia !

  • Plus le temps passe et plus j’ai la « comprenette » difficile, c’est particulièrement vrai pour l’écologie. Rien que pour les transports, les tendances à la mode sont des véhicules plus lourds, donc plus d’énergie pour se déplacer, mais plus de ressources pour les produire… avec des énergies consommées plus importantes (baisse des rendements). Juste un autre point de détail : l’hydrogène est considéré par certains gourous comme l’avenir, mais l’hydrogène « n’existe pas » à l’état naturel. Il faut le fabriquer…ben oui nous avons beaucoup d’oxyde d’hydrogène (de l’eau), et quand je regarde cette page : https://lelementarium.fr/element-fiche/hydrogene/ en particulier la partie thermodynamique…. je constate que le rendement va être catastrophique : schématiquement, et en simplifiant, on va dépenser 100 pour récupérer 10, mais avec quelle source d’énergie?
    Cette donnée physique est incontournable, aucune « rupture de technologie » réduira cet écueil. Pour ceux qui voudraient comprendre pourquoi cette réalité en incontournable, je les invite à revoir leurs cours de chimie, la structure des ces atomes, comment ils sont liés et surtout remarquer la stabilité de la molécule « eau ».

  • Ecologiste est devenu un terme totalement détourné de son sens initial, à savoir que l’écologie est l’étude des milieux hébergeant les êtres vivants, ainsi que de leurs relations entre eux (NB : l’Homme fait partie des êtres vivants …). Aujourd’hui, le sens courant est : « Doctrine visant à un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement naturel ainsi qu’à la protection de ce dernier » d’après le dictionnaire électronique Le Robert.
    Doctrine, par conséquent parti pris, par conséquent idéologie. L’écologisme est né, avec comme mantra : « l’Homme détruit la Planète ». C’est devenu une évidence pour nos politiques, pour nos médias, et c’est même enseigné par notre extraordinaire éducation nationale ….
    Dans ce contexte, la Raison et la factualité scientifique ont quitté notre nation, c’est un nouvel avènement du lyssenkisme.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les éleveurs de bétail néerlandais sont de plus en plus indignés et désemparés par une décision de justice qui a commencé à contraindre des milliers d'entre eux à cesser leur activité - à dessein.

En 2019, le Haut Conseil des Pays-Bas, l'autorité judiciaire suprême du pays, a jugé qu'un système de 2015 consistant à autoriser de nouveaux projets émetteurs d'azote en exigeant des compensations d'azote ne respectait pas les limites d'émission convenues par tous les membres de l'Union européenne. La décision du Haut Conseil répondait au ve... Poursuivre la lecture

Par Cyrille Bret et Florent Parmentier.

Près d’un an après le déclenchement de l’opération militaire russe contre l’Ukraine, le 24 février 2022, quelles sont les évolutions possibles du conflit dans les mois qui viennent ? La difficulté de la prospective est particulièrement marquée pour ce conflit car les « surprises » militaires, diplomatiques et stratégiques ont été nombreuses.

D’un côté, la combativité des forces ukrainiennes, le soutien de l’UE et des États-Unis à Kiev, les difficultés logistiques et tactiques des forces ar... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles