Joe Biden en Ukraine : égal à lui-même

Joe Biden tente de se racheter une stature d'homme d'Etat en politique étrangère en soufflant sur les braises du conflit ukraino-russe.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe_Biden_portrait_2021

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Joe Biden en Ukraine : égal à lui-même

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 février 2022
- A +

Un président américain qui échoue en politique intérieure, parfois se rachète en politique étrangère. Ce ne sera malheureusement pas le cas de M. Biden qui, après avoir offert à l’armé des talibans 80 milliards de matériel militaire américain, a malement empoigné le dossier ukrainien.

La défaite de Joe Biden

Deux semaines plus tard, le président ukrainien appelle les États-Unis — non la Russie — à se calmer et adopter une rhétorique moins outrancière ; taxant l’hyperbole américaine de faire perdre un demi-milliard de dollars à l’économie ukrainienne en créant la panique.

Il est vrai, Joe Biden qualifiait la veille l’invasion de l’Ukraine par la Russie de virtuellement certaine (sic). Un discours dont la teneur est reprise par la majorité de la presse européenne (qui ne comprend pas grand-chose) et la presse américaine démocrate (qui comprend très bien les enjeux). Joe Biden n’a-t-il pas été jusqu’à décréter probable la mise à sac (sic) de la capitale ukrainienne Kiev par les troupes russes ?

L’image évoque des horreurs : pillages, viols, exécutions et sème la panique. Qu’on se mette à la place des Ukrainiens !

Pour ma part, je n’en crois rien. Quand il s’agit d’avenir, il faut se montrer prudent, cette espiègle petite bestiole tendant à se dérober aux pronostics les mieux avisés. Il est donc évident que je peux me tromper et que demain les troupes russes feront possiblement pleuvoir le feu sur l’Ukraine.

Je n’en crois rien parce que les Russes peuvent obtenir ce qu’ils veulent — ont déjà obtenu, pour une large part — sans invasion : que l’OTAN cesse de guigner l’Ukraine. Pour brutal, impardonnable, primaire et impitoyable qu’il soit, l’impérialisme russe n’est pas stupide. Ce qui est obtenu par la menace et la diplomatie ne vaut pas la guerre.

Les leçons de cette affaire me paraissent les suivantes

L’Ukraine n’entrera pas dans l’OTAN.

Par sa dépendance au gaz russe, l’Allemagne n’est plus un membre actif de l’OTAN dès lors qu’il s’agit de la Russie. Si les écologistes belges réalisent leur rêve de destruction du nucléaire civil, la Belgique suivra l’Allemagne dans cette voie, qui est celle de la soumission, en politique étrangère, à l’impérialisme russe.

L’Occident brisera le partenariat de fait qui s’est instauré entre la Russie et la Chine, sans quoi ces deux impérialismes avanceront systématiquement de concert, sans que l’Occident n’y puisse mais.

Sauf aggraver la situation, tout en reculant dans un cortège de vociférations stériles, à l’instar de monsieur Biden.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Les américains cherchent une nouvelle guerre et des debouches pour leur gas. L’Europe sera encore le dindon de la farce comme apres les aventures militaires US et leur ‘coalition of willings » au Moyen Orient et les wagons de réfugiés qu’il faut maintenant gérer. L’Occident ne brisera pas la coalition de fait entre Russes et Chinois tant que l’Europe sera soumise aux USA. Je crois plutôt a un recul progressif et des relations purement mercantiles.

    • Ils n’ont absolument aucun intérêt à une guerre contre la Russie, tant la situation avec Pékin est déjà dangereuse.
      S’il y a guerre otan-russie, Pékin en profitera et on aura un double front, ce qui est un cauchemar pour les USA

    • L’ iéal pour les américains c’ est que l’ Europe achète du gaz qatari, le Qatar état un très bon client pour l’ industrie militaire US.

  • Cette fin de règne des usa est pitoyable. Et ne parlons pas des ses laquais…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles