Les chiffres clés de l’épargne en France

L'augmentation de l'épargne des Français semble s'expliquer en partie par leur volonté de préparer leur future retraite.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Viacheslav Bublyk on Unsplash https://unsplash.com/photos/6WXbPWhT8c8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les chiffres clés de l’épargne en France

Publié le 16 janvier 2022
- A +

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d’épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d’épargne de près de 187 milliards d’euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d’euros en un an.

Plus de 44 milliards d’euros d’épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l’épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impact sur le fait d’épargner. En effet, l’épargne des Français a augmenté par rapport à avant le début de la crise du coronavirus (Covid-19). En fin septembre 2021, la Banque de France estime que le montant de l’épargne a atteint 169 milliards d’euros.

De plus, en novembre 2021, la Banque de France a publié des statistiques sur l’épargne et le patrimoine financiers des ménages. Le deuxième trimestre 2021 a connu une hausse de 3,8 milliards d’euros des placements financiers par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 44,4 milliards d’euros.

La principale augmentation concerne l’épargne investie en produits de taux, qui représente 32,7 milliards d’euros. L’assurance vie est en stabilisation et représente 0,6 milliard d’euros. On note également une légère progression des produits de fonds propres. Si on fait un focus sur les actifs financiers, voici la répartition de l’épargne financière placée par les Français :

Assurance vie : 40 %
Comptes courants et livrets : 36 %
Valeurs mobilières (actions, obligations…) : 14 %
Épargne salariale : 10 %

L’explication principale avancée est la succession des périodes de confinement. Ces différentes périodes ont amené les Français à moins dépenser. Face à l’incertitude de la conjoncture économique, ils en ont profité pour accumuler une somme importante à mettre de côté.

De plus, selon l’Insee, les Français semblent conserver leur comportement, avec un taux d’épargne qui reste toujours supérieur à celui d’avant la crise sanitaire. La question qui reste en suspens est de savoir ce que les ménages feront de cette somme d’épargne accumulée, qui doit atteindre les 180 milliards d’euros en début d’année 2022.

Les Français épargnent pour leur retraite

Les Français sont plus de 60 % à craindre une faillite du système de retraite, selon une étude Ifop. Ils estiment en effet que le dispositif mis en place actuellement risque de disparaître. De plus, les plus préoccupés sont les jeunes à 69 % et les plus de 65 ans à 70 %.

En général, les Français estiment au pire qu’ils n’auront pas droit à la retraite et au mieux qu’ils y auront droit mais avec une faible pension. L’augmentation de l’épargne des Français semble donc s’expliquer en partie par leur volonté à préparer leur future retraite.

Pour autant, depuis la crise sanitaire, certains Français disent privilégier une épargne de court terme. Près de 50 % des personnes interrogées affirment mettre de l’argent de côté pour leur retraite, soit 10% de moins qu’auparavant.

Près d’un tiers des Français connaît le PER

Le Plan d’Épargne Retraite (PER) a été créé par la loi Pacte et est commercialisé depuis octobre 2019. Il permet en premier lieu de préparer sa retraite en se constituant un complément de revenu sous forme de rente. Aussi, le PER présente l’avantage de pouvoir épargner à son rythme, sans aucune obligation de versement.

D’après une enquête de la fintech Altaprofits, plus de 30 % des Français connaissent le Plan d’Épargne Retraite. De plus, parmi ceux qui en ont déjà entendu parler, 10 % en ont déjà souscrit un et 26 % se disent prêts à faire les démarches.

L’enquête révèle également que 50 % des Français semblent préoccupés et envisagent une baisse de leur pouvoir d’achat au moment de la retraite. Pour autant, moins de 30 % d’entre eux ont déjà entrepris des actions pour s’y préparer. Plus en détail, la majorité des personnes qui n’ont pas préparé leur retraite sont les femmes âgées de 45 à 54 ans pour 64 %.

Source : https://finfrog.fr/blog/chiffres-cles-epargne-en-france-2021

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pauvres épargnants ! Toujours plumés, en fin de compte.
    Pareto: « Dans nos sociétés, telles que nous les connaissons depuis les temps historiques, les producteurs et les possesseurs d’épargne sont continuellement dépouillés du fruit de leur économie ».
    Cela est particulièrement vrai en France.
    Je suggère aux possesseurs d’une épargne en vue de compléter une retraite par répartition qui s’annonce pour eux misérables, de préparer leur départ à l’étranger, pour s’y installer quand viendra l’heure. Car, à moins d’un sursaut que j’espère, ce pays est véritablement foutu.

  • « La question qui reste en suspens est de savoir ce que les ménages feront de cette somme d’épargne accumulée, qui doit atteindre les 180 milliards d’euros en début d’année 2022 »
    Ne vous inquiétez pas, au pire, quelqu’un trouvera une utilisation de cet argent laissé à l’abandon…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles