Grève : la panique sanitaire s’étend aux écoles

Le protocole sanitaire bancal appliqué aux écoles donne une impression générale d’amateurisme qui y est pour beaucoup dans la mobilisation syndicale.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2021-09-06 at 16-04-13 Jean-Michel Blanquer promet une hausse des salaires pour les profs jusqu'à 57€ net par mo[...]

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grève : la panique sanitaire s’étend aux écoles

Publié le 12 janvier 2022
- A +

Nous sommes peut-être en guerre contre le covid, dixit Emmanuel Macron, mais il est impossible de « faire grève contre le virus », a affirmé son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. C’est pourtant ce qui va se passer jeudi.

La panique sanitaire gagne parents, enseignants et élèves qui réclament une révision « durcie » du protocole sanitaire contre un virus que l’exécutif n’a de cesse de présenter comme une menace irrésistible. Alors que la couverture vaccinale est largement étendue parmi la population adulte, que le nouveau variant Omicron promet d’éteindre la pandémie, les syndicats ne veulent rien entendre et réclament la bunkérisation des écoles.

La gestion macronienne des écoles a réussi le tour de force de mettre d’accord 11 syndicats d’enseignants ainsi que la principale fédération des parents d’élèves pour battre le pavé ensemble. Une école sur deux devrait être impactée, et 75 % des enseignants pourraient arrêter le travail, selon la SNUipp-FSU.

C’est que le président de la République avait fait le choix de maintenir les écoles ouvertes, tout en les soumettant à des règles sanitaires impraticables. Dès lundi, Jean Castex a dû prendre la parole pour simplifier le protocole de dépistage sanitaire pour les élèves, qui s’est révélé être un facteur de désorganisation bureaucratique dont l’Absurdistan français a le secret. Curieusement, les syndicats en redemandent, et ce qu’ils réclament, c’est qu’on empile davantage de règles à celles déjà en vigueur.

Le protocole sanitaire bancal appliqué aux écoles donne une impression générale d’amateurisme qui y est pour beaucoup dans la mobilisation syndicale. S’agit-il d’une stratégie oblique de l’exécutif pour pousser à la vaccination des enfants, comme le suggère H16 ? C’est possible. Seulement, si c’est le cas, Emmanuel Macron prend un risque tactique énorme à quelques mois de l’élection présidentielle. Entre des syndicats qui veulent renvoyer les profs à la maison et des parents qui veulent qu’on leur simplifie la vie, il faudra choisir, et surtout ajuster un discours de crise qui jusqu’à présent ne joue que sur la peur de la pandémie pour occuper le terrain médiatique.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Chez les fonctionnaires toute rébellion a un prix en euros, le reste n’est que prétextes… Notre valeureux président a peut être donné un coup de pouce, ces mains sont pleines de milliards à dépenser, notre ruine n’étant pas complète.

  • Laurent Lenormand
    12 janvier 2022 at 13 h 59 min

    Entre le ministère et les syndicats, on ne sait qui est le plus barjot. L’Education nationale est une machine folle, en complète roue libre. Plus personne ne comprend rien à rien, et tout ceci n’a évidemment plus rien de « sanitaire »…

  • J’irai emmerder les enfants jusqu’au bout.

  • AAaaah, ils font grève pour réclamer une durcissement des mesures ?
    En survolant les titres j’ai cru qu’ils s’étaient réveillés et luttaient pour le bien des enfants contre la tyrannie bureaucratique absurde. Je ne sais pas ce qui m’a pris, la gauche est toxique depuis 100 ans.
    LOL, ce pays est foutu !

    • Il font grève pour 1001 raisons différentes, mais la première d’entre elle est « ne pas travailler ».

      Sinon, oui il y a des grévistes qui voudraient qu’on « arrête d’emmerder les enfants », d’autres qui veulent pouvoir faire leur métier « normalement »… Mais il y a aussi plein de stressés de la COVID, en panique dès qu’un enfant éternue et qui voudraient des normes et règles pour les protéger (ils/elles croient encore, du fait de la propagande médiatique, que les « règles » et autres agitations gouvernementales ont un effet significatif sur le virus et sa dynamique).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles