Au-delà du covid, la recherche contre le sida avance

Pendant que les Etats jouent la carte de la panique avec le Covid, la recherche contre le sida progresse.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Julia Koblitz on Unsplash - https://unsplash.com/photos/RlOAwXt2fEA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au-delà du covid, la recherche contre le sida avance

Publié le 5 janvier 2022
- A +

Depuis deux ans le monde occidental vit en fonction de la Covid-19. Que ce soit par incompétence ou par volonté délibérée, ses dirigeants ont fait perdre une par une aux populations les libertés individuelles qui leur ont pourtant permis d’arriver à un niveau de développement inédit depuis le début de l’humanité.

La France ne se distingue pas des autres pays. Aujourd’hui, la propriété de soi et celle des biens honnêtement acquis sont remises en cause par la perte de ces libertés de circuler, de travailler, de se réunir et de s’exprimer, tout cela sous un fallacieux prétexte sanitaire qui est en réalité politique.

Les courbes des cas et des décès covid

Il n’est pas question de nier l’importance des épidémies successives dues aux différents variants, mais force est de constater, comme le soulignait Stephen Daviesdans le livre collectif Les défis de l’après-Covid, publié par l’Institut Libéral, que  » pour les infections virales, l’infectiosité et la gravité sont inversement proportionnelles.  »

Les deux courbes des cas et des décès dus au Sars-Cov2 en France sur toute la période et jusqu’à ce jour le montrent très clairement sans qu’il soit besoin de faire de commentaires :

 

Il n'y a pas que la Covid dans la vie
Il n'y a pas que la Covid dans la vie

Il ne faut donc ni minimiser ni exagérer la pandémie. Or, exagérer, c’est ce que font les dirigeants pour justifier des mesures de plus en plus restrictives des libertés. Comme ils ont lâché la proie des remèdes pour l’ombre des vaccins (voir mon article du 18 février 2021), ils n’ont de cesse d’obliger les populations à se faire vacciner.

Pour leur faire accepter cette thérapie expérimentale qui n’a pas tenu ses promesses (Tous vaccinés, tous protégés), ils ont imposé le pass sanitaire et imposeront, bientôt, le pass vaccinal, qui sont des mesures politiques et non pas sanitaires puisque ces vaccins n’empêchent ni d’être contaminé ni de contaminer, même s’ils protègent partiellement.

La dernière trouvaille des dirigeants est de culpabiliser ceux qui ne veulent pas du vaccin en propageant une fausse nouvelle. Les non-vaccinés occuperaient indûment des lits de soins critiques dans les hôpitaux. C’est du moins ce que prétend la DREES, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, du ministère de la Santé.

Pour y parvenir, cet organisme opère une règle de trois à partir du nombre théorique de 86 % de vaccinés chez les plus de 20 ans. Alors qu’au cours des trois derniers mois, sur 100 lits en soins critiques, 15 patients sont identifiés Covid-19, que 3 ne sont pas venus pour cette affection, mais que 6 vaccinés et 6 non-vaccinés sont venus pour cela, il y aurait « neuf fois plus d’entrées en soins critiques parmi les personnes non-vaccinées… »

Dans un article paru dans le numéro 587 de mars 2021, de la revue Population & Sociétés de l’INED, se trouve une figure sur les nombres de décès hebdomadaires attendus et observés d’août 2014 à février 2021, qui relativise l’épidémie de Covid-19 en France et montre qu’auparavant la vie continuait en dépit de grippes meurtrières :

Il n'y a pas que la Covid dans la vie

La recherche contre le sida progresse aux États-Unis

Il n’y a pas que la covid dans la vie. Il existe d’autres virus à combattre et à continuer de combattre, et notamment le VIH, le virus de l’immunodéficience humaine. L’OMS lançait d’ailleurs une campagne le 1er décembre dernier et rappelait que dans le monde 37,7 millions de personnes vivaient avec, qu’en 2020, 680 000 en étaient mortes et 1 500 000 avaient été infectées.

Aux États-Unis, la recherche continue tandis qu’en Europe occidentale, elle semble sommeiller. C’est ainsi que la BBC annonçait que la  » Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé lundi 20 décembre une injection [de Cabotégravir, CAB-LA] destinée à prévenir l’infection par le virus responsable du sida, la première de ce type au monde.  »

Puissent ceux qui ne se rendent pas compte que l’État, qui veut s’occuper de la vie des Français dans ses moindres détails (santé, éducation, recherche, etc.), ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard et comprendre qu’il est le problème et non pas la solution à tous leurs maux et que, en se passant de lui, c’est-à-dire en étant libres, ils pourraient bien mieux vivre.

Sur le Web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Cet article est un (trop!) peu léger sur le sujet du sida. Même pas un petit graphique. Oui les choses s’améliorent (lentement) depuis une dizaine d’année pour le sida. C’est une épidémie essentiellement d’Afrique sub saharienne (ce qui explique qu’on s’en fout un peu…) mais les contaminations ne cessent de reculer. Les tri thérapies non seulement prolongent la vie, mais en plus limitent fortement le risque de transmission.
    Il serait bien d’avoir un traitement curatif. La greffe de moelle osseuse peut potentiellement fonctionner, mais elle est risquée. Une question se pose aussi sur les malades vieillissant, pour lesquels on n’a pas trop d’idées de comment leur espérance de vie va évoluer.
    Remarque: on a déjà un moyen de protection efficace à 99%, mais cela ne suffit pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il en va des chiffres du covid comme de ceux du chômage ou des comptes publics. Non seulement il est impossible de se fier au discours gouvernemental qui accompagne les différentes publications – mais cela, on le savait ; c’est une donnée pour ainsi dire structurelle du discours politique. Mais surtout, impossible d’en tirer une image adéquate de la situation sanitaire sans chercher d’abord à savoir ce que les chiffres indiqués signifient réellement.

On se rappellera par exemple que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire qualifiait d... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Si la question de l’origine du Covid-19 a occupé un espace réduit dans le débat public par rapport aux restrictions de libertés que nous avons connues depuis mars 2020, elle reste d’une importance capitale pour le futur. Comprendre l’origine de la pandémie est vital pour une orientation correcte des futures politiques de santé publique au niveau mondial.

Le débat semblait pourtant clos depuis un long moment. La thèse généralement admise est que le virus a muté depuis une souche de virus impactant les chauves-souris via l’intermédiaire ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

En France on teste aujourd’hui à tout-va. Le ministre de la Santé annonce que la barre des 12 millions de tests hebdomadaires serait très prochainement atteinte, un record dont se félicite son administration. Depuis le début de l’épidémie, six milliards d’euros d’argent public ont déjà été consacrés à ce poste de dépense qui fait la fortune des laboratoires mais dont on peut se demander à quoi il sert exactement.

Ces chiffres sont à la mesure de la trouille intense qui s’est emparée de la société française, une sainte trouille alimenté... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles