L’idéologie du camp Macron

La bien-pensance du camp Macron conduit à des notions ou des « évidences » empêchant tout débat, toute opposition.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
discours Macron 09112021 source Elysée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’idéologie du camp Macron

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 décembre 2021
- A +

Alors que la campagne présidentielle débute et que tous les candidats s’efforcent de construire et de communiquer leur programme, notre Président continue de soutenir successivement tout et son contraire afin d’entretenir une confusion idéologique maximale sur ses intentions, ses priorités et son projet.

Cette confusion est voulue. Elle est au coeur de la tactique de communication et de positionnement de la macronie afin de couvrir son manque de vision et de plan pour le pays.

Frustrée de ne pas pouvoir élargir son influence (même pourcentage attendu au premier tour de la présidentielle en 2022 qu’en 2017) et de devoir supporter des débats qui lui semblent inutiles (compte tenu de son ADN élitiste et technocrate qui n’aime ni le peuple, ni les corps intermédiaires, ni la démocratie), la macronie a décidé d’enrichir sa « pensée complexe ».

Une pensée unique

En sus de ses racines socialisantes (le juste vs l’injuste) et bien-pensantes (le bien vs le mal), la macronie fait de plus en plus souvent appel à la rationalité (le vrai vs le faux, le scientifique vs l’irrationnel, le sachant et le technocrate vs le peuple) pour tenter de peser davantage.

La notion de progressisme est au coeur de cette manoeuvre. Il est en effet impossible de s’opposer au progrès car ce serait, par essence, injuste (non humaniste), mauvais (immoral) et déraisonnable.

Par définition, la bien-pensance macroniste conduit à des notions ou des « évidences » qui empêchent tout débat, toute opposition.

La notion même de « en même temps » est du même tonneau. Elle tue le débat puisqu’elle remplace l’alternative par un synthèse molle contre laquelle aucune des parties ne peut s’opposer pleinement.

Désormais, les pensées contradictoires ou divergentes à celles de la macronie seront donc a priori taxées d’être dans l’injuste, dans le mal et dans le faux.

Afin d’éviter tout débat sur le fond, les contradicteurs seront ainsi rapidement rangés dans le camp des égoïstes au mépris de toute justice, des mal pensants sans aucune morale et des irrationnels sans capacité de raisonnement.

Le rejet du débat par l’idéologie de la Macronie

En parallèle, les sources ou les références utilisées par ses opposants seront systématiquement disqualifiés par la macronie, comme étant des médias, des journaux ou des publications dites d’ opinions plutôt que d’informations, hors de toute réalité factuelle.

À défaut, les faits les plus gênants seront délibérément ignorés. Au risque parfois de se faire reprocher un déni de réalité. Fort heureusement, le déni de réalité pèse bien moins lourd pour la macronie que la certitude et le comfort d’être dans le juste, le bien et le vrai.

Cette « idéologique » (la tactique dialectique au cœur de la pensée présidentielle) a pour objectif de protéger la macronie – de ne pas l’exposer inutilement car sur le fond elle est fragile et sans conviction, sans vision ni projet, certains disent qu’elle est vide – en évitant tout débat qui pourrait l’obliger à prendre parti et sortir du « en même temps« .

Afin de ne pas débattre de sujets gênants (immigration, insécurité, justice… ) et de plaire à de nouveaux publics (les banlieues plutôt que les classes ouvrières), les mêmes méthodes, typiques de la gauche, ont été utilisées depuis 1981 pour discréditer les oppositions qui les attaquent sur ces sujets. Par exemple en qualifiant d’extrême droite, donc de fasciste et d’antirépublicain, quiconque voulait ouvrir le débat sur ces thèmes.

Les mêmes causes (manque de contenu, évitement du débat, confusion idéologique…) auront les mêmes effets.

Aujourd’ hui, dans les sondages, le parti socialiste séduit moins de 5 % des électeurs. À terme, le parti présidentiel pourrait bien rencontrer les mêmes difficultés.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • ben au vu du taux d’audience de macron du 15 décembre ( 3,8 millions de téléspectateurs ) alors que d’habitude il a 20 millions de personnes qui l’écoute , ce résultat a dut le laissé pensif et quelque peu déçu….il commence à lasser le sieur macron ;

  • L’idéologie de la macronie est relativement simple, c’est le communisme !
    L’Etat s’occupe de toute l’économie, de tous les sujets sociétaux, de notre santé, de l’éducation de nos enfants, de la rééducation des adultes égarés, du concours de Miss France…
    Il use de ficelles plus ou moins grosses pour arriver à ses fins, comme les messages débiles pour promouvoir la vaccination.
    Il utilise le mensonge comme jamais dans notre histoire récente.
    Vivement avril prochain !

  • Idéologie en macronie….. Elle se contente de suivre les brillants conseils d’une entreprise spécialisée, américaine je crois donc fortement démocrate.. Macron, cette personne n’a aucune idée de ce qu’il fait, ses adeptes sont tous des renégats d’autres partis, donc des opportunistes, y a pas un gramme d’idéologie, c’est un simple exécutant, j’allais dire exécuteur, bourreau de la france, une sorte d’attila, après lui rien ne repousse.

  • Vivement qu’il dégage. Cinq années supplémentaires avec lui seront un enfer.

    • Hélas, l’enfer c’est aussi les autres.

    • Surtout pas ! La France n’est pas prête tout simplement. Le remplacer c’est donner un répit à l’étatisme déconstructeur sous un autre uniforme, féminin par exemple. La seule solution est au contraire d’accélérer. En l’absence de matières premières, l’Etat va vite se retrouver à court de munitions, bref la morphine va manquer, et le système entamera sa chute. Il faudra s’attendre à des trains en panne ou en retard, à des coupures de courant inopinées, ou programmées d’eau, à des difficultés à faire rentrer l’impôt; à une système de santé publique incorporant une corruption assumée (le dépassement d’honoraires étant de droit pour tout, y compris dans les urgences), voire de même avec le système éducatif (participation des parents au profit d’un enseignant au salaire bloqué dans un environnement fortement inflationniste), et encore vrai dans les administrations pour n’importe quel tampon ou document. Alors seulement, et surtout si la gangrène atteint les produits de première nécessité dont le prix aura évidemment été bloqué, les gens réagiront et pas forcément gentiment.

  • Très bonne analyse de la macronie et son idéologie qui consiste à prendre puis rester au pouvoir sans rien faire, hormis mépriser le peuple. Malheureusement, je crains qu’on en reprenne une volée (lui ou Pecresse, c’est kif-kif) car la part de population qui se rend compte de cette immense supercherie ne vote plus ou vote blanc.

  • Difficile de définir l’idéologie du camp de Mr « en même temps » quand celui-ci fait le grand écart pour se faire réélire.
    Mais si on s’en tient au cercle des notables, l’arrogance et la vanité semble être la seule idéologie commune.
    Quant aux moyens…
    « nous avons laissé du temps, beaucoup de temps, à ces Français qui avaient des hésitations et des doutes » !
    Cela montre bien qu’ils sont les mêmes que tous les idéologues de tous bords et de tous les (en même) temps.

  • De quoi la macronie est-elle le nom? Derrière l’enfumage communicant et le mépris stalinien pour tout ce qui n’est pas elle-même, il y a des intérêts. Ceux qui ont permis la fabrication du personnage Macron. Il y a aussi un agenda, déroulé au niveau supranational, dont la macronie est le versant français.

  • Je n’aime pas le personnage, trop narcissique, trop prétentieux.. Homme de communication à outrance. On sent également qu’il n’avait aucune boussole, qu’il n’était pas prêt à prendre le pouvoir, un débutant comme il aime se définir.. Son en même temps a été une véritable catastrophe pour nous tous. J’espère sincèrement qu’il partira en 2022. A fait beaucoup de mal à notre pays.

  • Excellent article, qui donne une vraie définition du Macronisme et son fonctionnement. Et ça fait peur…

  • l’immoralité l’injustice et l’irrationalité de s’opposer au progrès est une escroquerie intellectuelle de grande ampleur.. qui signifie en fait abandonnez votre jugement subjectif, acceptez un sacrifice pour l’interet « général »…
    si on a besoin de me dire que quelque chose est un progrès , ça signifie que je suis idiot ou que ce n’en est pas un pour moi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La loi 92-3 du 3 juillet 1992 reconnait « l’eau comme patrimoine commun de la nation ».

Mais cette décision n’apaise pas les tensions entre les utilisateurs, comme en témoignent les affrontements du 29 octobre 2022 à Sainte-Soline (79120). Entre 4000 et 7000 manifestants (selon les sources) se sont violemment opposés aux forces de l’ordre en occasionnant une cinquantaine de blessés parmi les manifestants et 61 blessés dont 22 sérieusement pour les forces de l’ordre. Seulement six interpellations ont été effectuées.

La violence d... Poursuivre la lecture

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles