Entretien Macron sur TF1/LCI : Confessions pseudo-intimes

L'entretien du président Macron sur TF1 a été une opération de promotion politique qui met en avant le visage étatiste du personnage.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
capture d'écran Covid, gilets jaunes, second mandat le résumé vidéo de l’entretien d’Emmanuel Macron sur TF1 par Le Monde https://www.dailymotion.com/video/x86c1g2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entretien Macron sur TF1/LCI : Confessions pseudo-intimes

Publié le 17 décembre 2021
- A +

Mercredi 15 décembre dernier, Emmanuel Macron a répondu pendant presque deux heures aux questions des journalistes Darius Rochebin et Audrey Crespo-Mara de TF1 et LCI dans un grand entretien intitulé « Emmanuel Macron, où va la France ? » qui avait été enregistré le dimanche précédent.

Un titre dans la veine « Confessions pseudo-intimes d’un Président en campagne » aurait certainement mieux convenu tant l’exercice, feutré, calibré, méticuleusement mis en scène dans le décor riche et doré de la salle des fêtes de l’Élysée, ressemblait à une opération de promotion politique sous ses dehors affectés de sincérité et d’empathie profonde avec la France et les Français qu’Emmanuel Macron déclare avoir appris à « aimer follement ».

Un malaise présent lors de l’entretien Macron sur TF1/LCI

Dès le début, une gêne s’installe. Pourquoi a-t-il fallu que le journaliste précise à haute voix devant les téléspectateurs que l’entretien serait conduit sans complaisance aucune, que lui et sa collègue seraient « d’une objectivité de fer » ? Pourquoi a-t-il fallu qu’il demande à Emmanuel Macron s’il était prêt à répondre à « toutes les questions sur tous les sujets » ? Et pourquoi a-t-il fallu que ce dernier lui donne la réplique sur le mode « vous êtes journalistes, libres, nous sommes une démocratie et fiers de l’être, donc bien évidemment, oui. » 

Peut-être parce que tout ceci n’allait pas de soi. Peut-être parce qu’on savait l’entretien préparé de longue date, donc fort éloigné de la moindre spontanéité. Peut-être parce qu’Emmanuel Macron compte à son bilan de nombreux efforts pour encadrer la presse et l’information. Bilan dont il ne s’est pas vanté mercredi soir, quoique réaffirmant cependant combien toutes les paroles, celles des experts par rapport à celles des citoyens ordinaires, ne se valent pas.

Le fait est que les journalistes ont posé beaucoup de questions sur beaucoup de sujets, y compris des sujets dérangeants comme le pass sanitaire, les libertés publiques, l’affaire Benallal’affaire Hulot, ses propos râpeux à l’égard des Français comparés à des Gaulois réfractaires, l’épisode des Gilets jaunes, les déboires de hôpital, le président des riches, la non-réforme des retraites, etc.

Mais jamais ils n’ont relancé le président ni ne l’ont mis face à ses contradictions, ses non-dits et son art consommé de l’esquive et du « en même temps » tandis qu’il déroulait à loisir un plaidoyer à peine teinté de quelques petits regrets dont on sent trop qu’ils ne sont que de pure forme.

Trois exemples :

Dans l’affaire Benalla, nous dit Emmanuel Macron, j’ai agi, le gouvernement a agi exactement comme il le fallait. La preuve, l’affaire s’est complètement dégonflée. Oh certes, à condition d’oublier par exemple que son conseiller spécial Ismaël Emelien (qui a démissionné depuis) avait ajouté dans une vidéo des images d’une scène de violences sans rapport avec l’altercation reprochée à Benalla pour donner plus de force à la thèse selon laquelle ce dernier ne faisait que réagir à des violences importantes. Tricherie. Non-dit. Réécriture du passé.

Oui, j’ai parfois tenu des propos qui pouvaient blesser, concède le président en repensant à sa phrase sur « les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » et j’en suis profondément mortifié. C’est inacceptable car le respect fait partie de la vie politique. Mais, ajoute-t-il aussitôt, j’ai subi le syndrome de la « petite phrase », une opération de décontextualisation qui a complètement déformé mes propos. Et de toute façon, en m’exprimant ainsi, un peu brutalement, « j’avais la volonté de transgresser, de bousculer, de ne pas céder à une forme de conformisme ». En même temps sur en même temps.

Plus important, le nombre de fonctionnaires. On se rappelle que lors de sa campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron s’était engagé à baisser les effectifs de la fonction publique de 120 000 postes sur cinq ans. À l’époque, malgré l’extrême minceur du chiffre comparé à nos 5,7 millions de fonctionnaires, cela lui semblait indispensable pour faire avancer la « startup nation » avec grâce et légèreté.

Résultat, un objectif jamais mis en œuvre qui fut abandonné officiellement dès l’été 2019 selon la nouvelle thèse gouvernementale récitée à l’envi mercredi soir : ce qui compte, c’est l’efficacité du service public, pas le coup de rabot sur les effectifs qui représentent des hommes et des femmes dévoués qui travaillent au service de la France. Et le président de se lancer ensuite dans une longue digression sur les effectifs de l’armée qu’il ne faut surtout pas baisser, bien au contraire. Sauf que personne à droite n’a envisagé le moins du monde de faire des coupes en ce domaine. Esquive.

Et pour le reste, pas grand-chose à se mettre sous la dent, dans cet entretien fleuve et touche-à-tout qui n’a guère répondu à la question présentée au début comme centrale par les journalistes, à savoir : « Où va la France ? »

Un entretien de pré-campagne marqué par l’étatisme

Ou plutôt si, mais pas comme on l’attendait. Car finalement, tout le monde a très bien compris que la France allait lentement mais sûrement vers une nouvelle candidature présidentielle d’Emmanuel Macron.

Ce dernier a pris un malin plaisir à souligner qu’il n’était pas en campagne et qu’il ne faisait surtout pas de politique, contrairement à d’autres – et bim ! Mais en même temps, « je n’ai jamais pensé qu’on pouvait, en cinq ans, tout faire », a-t-il affirmé. « D’évidence, j’ai de l’ambition pour le pays au-delà du mois d’avril prochain » a-t-il même ajouté. Voilà qui est presque précis. Mais qui ne laisse guère de doutes aux journalistes et aux auditeurs. Ne manque plus que la déclaration officielle qui devrait arriver fin janvier début février d’après les bruits de couloir médiatiques.

Quant au programme du second mandat, il est devenu clair comme de l’eau de roche : à gauche toute. Avec l’entrée en campagne de Valérie Pécresse, la candidate de la droite qui a peut-être (soyons prudents) une petite chance d’arriver au second tour et de battre Emmanuel Macron sur le fil, la « droitisation » entamée pour aspirer LR quand il s’agissait d’affronter Marine Le Pen s’est illico transformée en gauchisation – et ce d’autant plus qu’il y a pas mal d’orphelins du Parti socialiste à récupérer chez les déçus de Jadot et Hidalgo.

D’où cette longue séquence sur les fonctionnaires qui sont des êtres humains qu’on ne peut supprimer des statistiques à coups de hache (mot de Pécresse*) et d’où cette tirade sur le président des riches qu’il n’est pas – la preuve, Emmanuel Macron sait très bien « d’où (il) vient » : parents médecins ayant exercé à l’hôpital et à la sécurité sociale, grand-mère enseignante qui a fortifié son goût pour les lettres et son engagement à gauche.

D’où cette insistance à revenir à son balancement initial entre libérer et protéger, mais surtout protéger. D’où cette façon d’assumer le « quoi qu’il en coûte » en temps de covid, en passant évidemment sous silence les remarques de la Cour des comptes sur l’inexorable augmentation des dépenses publiques qui dépasse largement les mesures de soutien mises en place pendant la pandémie.

D’où cette satisfaction devant la croissance économique annoncée pour 2021, en passant très rapidement, trop rapidement, sur la hausse parallèle de la dette publique reléguée à une préoccupation grincheuse de quelques libéraux mal embouchés. D’où aussi une esquisse en pointillée d’une réforme des retraites remise à plus tard.

Bref, Emmanuel Macron ne l’a pas redit en ces termes mercredi soir, mais pour lui, il demeure plus évident que jamais que :

La France n’est pas un pays comme les autres. Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.

À partir de là, ne comptez pas sur lui pour faire la « Révolution ». Il a une élection à remporter. Ça promet.

Crédit photo : capture d’écran Covid, gilets jaunes, second mandat le résumé vidéo de l’entretien d’Emmanuel Macron sur TF1 par Le Monde https://www.dailymotion.com/video/x86c1g2

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • certes , en 5 ans de présidence on ne peut pas tout faire…..surtout quand on reste les bras ballants durant 4 ans et demi….

  • Vous avez eu bien du courage pour avoir regardé les longs monologues façon Giscard, mais avec l’élégance en moins, l’arrogance en plus. Ce type est insupportable avec son air suffisant.
    On va bientôt (re) rentrer dans la période de celui qui offrira (promettra ) le plus de pognons des autres à son cheptel d’électeurs. Tout ce cirque me fatigue et me déprime d’avance.
    Je pense encore que le meilleur candidat est l’abstention. Et si ça se dégrade encore j’irais voter avec mes pieds.

  • Bizarrement, peu de journalistes ont noté ce moment où, l’œil humide, l’air grave, la voix avec un léger trémolo trahissant l’émotion qui l’étreint, Macron raconte comment, au cours du 1er confinement, il s’est rendu en Seine St Denis pour voir comment se passait la vaccination et que des habitants de HLM, cloitrés dans leur HLM, ont chanté la Marseillaise depuis leurs fenêtres… Vaccination au cours du 1er confinement ? Ah bon…
    Ce type, d’un narcissisme effrayant, en plus d’être un très mauvais acteur, raconte absolument n’importe quoi sans que cela ne dérange personne… La complaisance envers lui frise celles des plus belles années des meilleurs régimes totalitaires du 20ème siècle…

    10
    • Oui, c’est insupportable. Je ne suis pas d’une intelligence supérieure (l’êtes-vous ?) mais j’ai tiqué à ce moment-là. Les journalistes ? Ça passe crème, du moment que Manu fait son faut empathique et vrai hypocrite !

  • Emmanuel Macron a un véritable problème de personnalité, incompatible avec la fonction de président.
    Il a un égo démesuré et une absence totale d’empathie.
    Il ne fait son mea culpa que pour mieux justifier son attitude et il ne comprend qu’il a blessé les Français qu’à l’aune de sa propre personne.
    L’exemple de « ceux qui ne sont rien » est révélateur, puisqu’il n’a ressenti que c’était vexant qu’à partir du moment où Zemmour l’a qualifié de néant.
    L’émission de TF1 aurait du s’intituler « Parlez moi d’moi, y a qu’ça qui m’intéresse »
    Les plus anciens reconnaitront une chanson interprétée par Jeanne Moreau…

  • Encore une fois, une belle démonstration de télé-propagande. Les limaces journalistiques tentant de nous vendre un portrait du PR idéal…
    Et encore une fois, les gogos-bobos-gauchos applaudiront, réclamant plus de collectivisme que cet homme s’empressera de mettre en place lors de sa réélection.
    Le reste de la plèbe ne pourra que constater les dégâts et pleurer sur son sort

  • Son papa était chirurgien dentiste parcequ’il ment comme un arracheur dents :
    Virez des fonctionnaires efficaces, c’est touchant de ne pas le vouloir surtout que la politique de toujours est de ne pas remplacer les départs à la retraite… Quand c’est possible, rarement. Et pour cause, ils ne font pas bcp d’heures nos braves fonctionnaires dans leur carriere et tellement courte par rapport à leur carrière de jeune retraité… Je suis un peu langue de vipère mais contre la langue de bois..

  • Et bien je crois volontiers que rien n’ était préparé à l’ avance dans cette émission. D’ ailleurs, la preuve: nous venons de passer cinq années où rien n’ était préparé à l’ avance non plus. Avec un peu de chance, il va nous découvrir l’ Amérique perdu comme il est.

  • Je trouve tous ces commentaires à charge et sans nuances. Mais je me sens libéral et il y a souvent des articles intéressants et non polémiques sur Contrepoints. Ne comptez pas sur mon don cette année car l’outrance m’écœure.

    -5
    • @Pierre Vaschalde
      Bonsoir,
      Je suis lecteur de Contrepoints et poseur de commentaires depuis plus de 5 ans. Je n’ai pas le souvenir d’avoir beaucoup lu votre pseudonyme dans les parties commentaires. Il m’est arrivé de faire des dons, quand je le pouvais.
      Là, vous venez juste pour dire que vous ne ferez pas de dons après avoir fait une petite attaque sur les commentateurs.

    • Je ne vois pas d’excès.
      L’article et les commentaires sont mesurés.
      J’aurais été moi même plus sévère.

  • Il faut arrêter d’accorder autant d’importance à ces élections, qui sont un concours à qui sera le plus étatiste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Un peu plus de 70 jours nous séparent de la prochaine élection présidentielle. Comme tous les 5 ans, le pays est le théâtre d’un concours Lépine des propositions les plus démagogues.

Une situation qui a empiré avec le quinquennat. Ce dernier a transformé la présidence de la République en un super-Premier ministre dont les électeurs attendent un travail d’assistante sociale.

Cette attente est confirmée par un récent sondage Ipsos-Sopra Steria pour le journal Le Monde, qui montre que les Français attendent un président proche de l... Poursuivre la lecture

Marquée par une explosion de cas de Covid-19 en raison de la progression « fulgurante » du variant omicron en France, la trêve des confiseurs a vu réapparaître avec force les « discours de la peur » sur la sauvegarde de l’hôpital et le rôle des non-vaccinés dans sa submersion annoncée. Notamment, l’avocat et chroniqueur Charles Consigny s’est offert quelques minutes de célébrité dans l’émission Les Grandes Gueules de RMC du 20 décembre dernier en préconisant de faire payer aux non-vaccinés leur accès hospitalier aux soins covid :

... Poursuivre la lecture
3
Sauvegarder cet article

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles