Sondage BVA : les Français plébiscitent les complémentaires santé

Les Français réaffirment leur attachement à leur liberté de choix en matière de complémentaire santé selon une étude BVA pour la fondation April.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
physician source https://unsplash.com/photos/L8tWZT4CcVQ

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondage BVA : les Français plébiscitent les complémentaires santé

Publié le 4 novembre 2021
- A +

Un article de la rédaction de Contrepoints.

Face à la crise covid qui a durement éprouvé notre système de santé, les Français réaffirment leur attachement à leur liberté de choix selon une étude BVA pour la fondation April réalisée du 19 au 27 juillet 2021. Ainsi, 82 % des personnes interrogées jugent important de pouvoir consulter le médecin de leur choix, même s’il pratique des dépassements d’honoraires. 72 % des Français jugent également important de pouvoir recourir à la médecine non conventionnelle.

Pour 67 % des sondés, l’amélioration du système de santé passe par le financement conjoint de l’assurance maladie et des complémentaires santé. Seulement 12 % du panel estiment que seule l’assurance maladie peut relever le défi du financement futur du système de santé.

Les complémentaires santé sont par ailleurs plébiscitées : 85 % des Français estiment que la complémentaire santé est indispensable, notamment concernant le niveau de remboursement (73 %), le remboursement de soins non pris en charge (66 %) et les réseaux de professionnels de santé référencés en optique, dentaire ou audioprothèse avec des offres négociée (36 %).

Le niveau de satisfaction des Français quant à leur complémentaire santé est lui aussi au maximum. 80 % des Français en sont satisfaits, en particulier pour la facilité de souscrire à un contrat (84 %), la rapidité des remboursements (83 %) et la qualité de la relation client (69 %).

Un système de santé qui s’étatise

Pourtant, depuis plusieurs années, au nom de la maîtrise des coûts, le système de santé ne cesse de s’étatiser. Olivier Véran, comme ses prédécesseurs, souhaite que l’assurance maladie prenne en charge la quasi-totalité des remboursements, arguant du fait que la crise sanitaire a démontré son efficacité. C’est en ce sens qu’il a récemment demandé au Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie de réfléchir à une nouvelle organisation du système de soin français de type « Grande sécu ».

Seulement, comme Cécile Philippe le soulignait dès 2016, l’exemple canadien d’un système de soin entièrement étatisé conduit au rationnement des soins :

« Des pénuries de médecins, un accès bureaucratisé aux nouveaux traitements et des délais d’attente signifient que des patients en souffrance perdent du temps et doivent déployer beaucoup d’efforts pour obtenir les soins nécessaires, risquant une détérioration de leur état de santé. Dans certains cas, ils sont dans l’incapacité de poursuivre leur vie professionnelle et subissent une détérioration supplémentaire de leur qualité de vie. Tous ces aspects représentent de multiples coûts économiques et humains difficilement chiffrables, mais bien réels, typiques du système canadien au sein duquel le contrôle étatique est quasi-total. »

[related-post id=282638 mode=ModeLarge]

La médecine de ville assiégée

Du côté de la médecine de ville, le phénomène de démédicalisation de la médecine pointé par Patrick de Casanove l’a profondément affaibli au profit de la bureaucratie hospitalière :

« Les politiciens assomment les médecins de tâches non médicales, imaginées et appliquées par des technocrates non médecins ignorants du terrain. Il est fondé de nommer cela la démédicalisation de la médecine qui consiste à utiliser les praticiens pour autre chose que le soin. »

Et si remettre à plat le système de santé c’était introduire davantage de liberté, comme le souhaitent les Français ?

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Les clients des complémentaires feraient sans doute un peu plus la tronche s’ils savaient que :
    – les complémentaires santé se contentent de financer 15 % des dépenses des Français quand la Sécu en paie 75 % et eux 10 % de leur poche
    – la prise en charge des affections lourdes ou de toutes les interventions chirurgicales sont financées par la Sécu
    – que souscrire à une complémentaire est rarement une opération « rentable » (sauf pour la complémentaire) ; hormis le cas, rare, du jeune très malade (faible cotiz et fort remboursement) la complémentaire coûte toujours plus cher qu’elle ne « rapporte » ; si vous ne me croyez pas, faites donc le calcul !
    Le premier truc à faire pour tout bon libéral est de virer sa complémentaire (s’il le peut car on se doute bien que l’obligation de complémentaire sous Hollande n’était pas là pour être agréable au patient…) et de se payer le reste à charge hors Sécu sur ses fonds propres. Il fera à coup sûr – sauf je le répète s’il est très jeune et très malade – une excellente affaire !

    • Une autre solution : l’abandon du monopole de la Sécurité sociale. Que chacun s’assure où il veut, comme il veut, s’il le veut.

  • « 72% des français jugent important de pouvoir recourir à la médecine non conventionnelle »
    Jamais le charlatanisme n’a autant eu le vent en poupe ?.

    • Et qui récupère les patients à l’article de la mort quand les infusions de pépins de raisin et les cataplasmes à l’huile de lin n’ont pas marché —-> L’hôpital public et la sécurité sociale évidement
      Je précise que je suis favorable à une évaluation rigoureuse de la preuve d’efficacité des médecines alternatives, mais avec les même critères de jugement que pour l’allopathie.

  • Le meilleur choix en matière de complémentaire santé c’est de ne pas en avoir .

    • Mais on sent une forte pression pour que ce choix ne soit plus licite.
      Avec des cotisations fonction croissante des revenus et des prestations fonction décroissante des revenus.
      Super Sécu Solidaire Redistributive.

  • La sécurité sociale qui finance nos soins à 2 problèmes majeurs.
    – l’État y pioche dedans pour y financer les soins de personnes qui n’y cotisent pas : cela lui permet de faire des lois dites sociales qui font tant plaisir à la gauche sans les financer.
    – il n’y a aucun contrôle des dépenses des étrangers à la retraite qui sont retourné vivre dans leur pays et qui soignent ainsi famille et tribut, voire village sous leur nom.
    – les syndicats qui gèrent cette montagne de fric s’y financent avec le consentement de l’État et du patronat qui achètent ainsi la paix dans les entreprises.
    Lorsque ces 3 points seront réglés, la secu ne sera plus déficitaires et il n’y aura plus besoin de complémentaires santé.

  • C’est marrant, je croyais que la santé était gratuite en France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jacques Clouteau

[caption id="attachment_217468" align="aligncenter" width="640"] zoetnet-heroes-(CC BY 2.0)[/caption]

Voici quelques années je suis allé visiter la Valachie du Nord.

Quelle idée, me direz-vous, d'aller visiter la Valachie du Nord, un des derniers paradis communistes de la planète, pratiquement le seul qui a su arrêter le nuage de poussière quand le mur de Berlin est tombé en 1989... C'est une vieille histoire de famille qui remonte aux années 1930. Ma grand-mère, qui était valaque, est tombée amoureus... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles