Accueillons en Europe ceux qui souhaitent quitter Hong Kong

Le gouvernement chinois se rend coupable d’une claire violation du droit. L'Europe doit y répondre et accueillir ceux qui souhaite quitter Hong Kong.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Frederick Tubiermont on Unsplash - https://unsplash.com/photos/N99V5GjTi-ghttps://unsplash.com/photos/N99V5GjTi-g

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Accueillons en Europe ceux qui souhaitent quitter Hong Kong

Publié le 26 octobre 2021
- A +

Par Christian Michel.

À toute violation du droit, deux réponses sont requises – sanctionner les auteurs, assister les victimes. Ces réponses ne sont pas toujours possibles. L’auteur peut se trouver hors d’atteinte, la victime au-delà de toute assistance, morte, par exemple.

Mais tant qu’existe une possibilité de redresser ce qui a été indûment causé, il nous incombe de la saisir. Le gouvernement de la République populaire de Chine se rend coupable aujourd’hui d’une claire violation du droit. Il faut y répondre.

Les faits

L’accusation est irréfutablement fondée. Voici les faits.

En 1899, le gouvernement chinois de l’époque concéda au Royaume-Uni un bail emphytéotique couvrant l’île de Hong Kong, d’autres îles, et une frange de terre sur le continent.

En 1997, à l’expiration de ce bail les deux pays signèrent un traité aux termes duquel l’ancienne colonie jouirait d’une période de transition de 50 ans, marquée par un statut spécial au sein de la République populaire de Chine. Ce traité, déposé auprès de l’Organisation des Nations Unies, a pour lui la force du droit international.

Selon ses provisions, Hong Kong fait partie intégrante de la République populaire de Chine, reconnaît le Président chinois comme chef de l’État, mais le territoire jouit du statut de Zone Administrative Autonome, avec son gouvernement élu démocratiquement, son système juridique hérité de la Common Law britannique, son bilinguisme officiel anglais-chinois, sa propre monnaie, ses propres institutions concernant autant les libertés individuelles, l’éducation et la culture que la régulation des très importants marchés financiers.

Les Hongkongais nés avant 1997 reçoivent un passeport différent des autres Chinois, et les visas pour Hong Kong ne donnent pas accès à la Chine, et réciproquement. Ainsi se matérialise le régime de « un pays, deux systèmes », conçu par les signataires du traité.

Certainement, pour le gouvernement chinois de 1997, ces conditions si contraires à toute l’idéologie communiste valaient bien la prise magnifique de Hong Kong. La juridiction, considérée comme économiquement la plus libérale du monde, représentait alors 18 % du PIB de la Chine. Elle était sa fenêtre sur l’extérieur, le point d’entrée de presque tous les investissements étrangers, et, incidemment, un lieu sûr pour les capitaux des oligarques chinois eux-mêmes.

Mais si le territoire s’est spectaculairement développé, les 7,5 millions de Hongkongais ne pouvaient pas conserver le même poids économique dans un pays lui-même en pleine expansion et de près de un milliard et demi d’habitants. Hong-Kong ne pèse plus que 2,5 % du PIB chinois.

C’est peu, insignifiant pour tenir tête aux visées impérialistes des communistes de Pékin.

Le droit

Mais justement, la fonction du droit est de protéger le faible contre le fort.

Jusqu’en 2047, le droit international s’applique, né du traité dont la République populaire de Chine est signataire. Il incombe à tous les pays membres des Nations Unies de le faire respecter. Ce qui nous amène au cas où l’auteur d’une violation du droit est hors d’atteinte. Car la Chine dispose d’un veto au Conseil de sécurité. Elle est juge et partie, elle peut bloquer tout dépôt de plainte contre elle.

Or les chefs d’accusation sont accablants. Le parlement fantoche chinois a rédigé dans le secret une loi dite « de Sécurité », promulguée sans passer par le parlement de Hong-Kong ; en fait, la cheffe de l’exécutif honkongais l’a découverte en même temps que la presse.

Cette loi invente de nouveaux délits, tel tout acte ou discours prônant la sécession de Hong Kong, ou visant à subvertir l’autorité chinoise, ou qui serait interprétable comme une collusion avec une puissance étrangère, ou qui mériterait la qualification de « terrorisme », le tout laissé à la discrétion d’une nouvelle police venue du continent, et d’un nouveau tribunal « conseillé » par un légiste nommé par le gouvernement de Pékin.

Certains procès peuvent être tenus en secret, et les accusés extradés vers la Chine. Les peines encourues vont jusqu’à la prison à vie.

Enfin, nombre de mesures liberticides complètent le tragique tableau : interceptions extra judiciaires de correspondance, y compris sur les réseaux sociaux, et censure des médias. Toute protestation auprès de gouvernements ou journalistes étrangers tombe sous le coup de la nouvelle loi, comme visant à miner la légitimité du pouvoir chinois.

Il incombe donc à tous les pays signataires de la Convention des Droits Humains de prendre l’initiative d’une riposte.

La réponse

J’ai écrit dans Contrepoints que les sanctions économiques sont une mauvaise réponse aux méfaits de la Chine, ou de tout autre État.

Le gouvernement de Trump y eut recours, plus pour des raisons électorales que pour défendre les victimes, dont il n’a cure, du gouvernement de Xi Jinping. De même qu’à la guerre, il faut s’interdire de frapper les civils et en priorité cibler les officiers adverses, il faut ici protéger les populations du protectionnisme pour attraper les vrais coupables.

Dans ce domaine, les Américains ont innové avec la Loi Magnitski. Elle permet de punir les responsables des violations des droits humains, situés hiérarchiquement juste en dessous des chefs de gouvernement, qui eux, tant qu’ils sont en fonction, jouissent d’une immunité diplomatique.

Ainsi les pays européens et du monde entier se doivent de refuser d’accueillir sur leur sol les nouveaux responsables de la « sécurité » à Hong Kong, ils doivent geler les avoirs que ces individus pourraient détenir hors de Chine, puis étendre ces mesures punitives aux dirigeants du Parti communiste à Pékin, qui en furent les concepteurs.

Une autre gifle méritée aux dirigeants chinois est d’accorder immédiatement des visas, permis de résidence et de travail à tous les Hongkongais déjà porteurs d’un passeport britannique ; lequel passeport est un document de voyage, qui ne donne pas le droit automatique de s’installer au Royaume-Uni, mais indique que le porteur était résident de Hongkong avant 1997, et non pas l’un de ces millions de Chinois, poussés à s’installer dans la zone administrative pour dissoudre l’identité hongkongaise – selon la pratique en place au Tibet.

Beaucoup n’ont pas fait la demande de ce passeport, mais le gouvernement britannique estime que quelques trois millions de Hongkongais sont éligibles. On entend déjà les cris horrifiés à gauche (« nos chômeurs sacrifiés ! »), et à droite (« la France jaunit ! »).

Mais la décision est juste, courageuse et efficace. Juste, parce que libérale, elle ne nuit pas aux innocents, et laisse le choix à ceux qu’elle concerne d’accepter ou pas l’offre. Courageuse, parce que le gouvernement chinois réagira, comme si les hommes et les femmes de Hong Kong étaient sa propriété, à encager, comme le furent les citoyens soviétiques. Efficace, parce qu’elle manifeste une solidarité avec les opprimés, le rejet des brutes, et à un coût faible pour nos populations, car bien peu de Hongkongais viendront s’installer dans l’Union européenne, pour des raisons de culture et de langue, préférant la proximité de Taïwan, de Singapour, ou le monde anglophone.

De telles ripostes aux agressions du Parti communiste chinois doivent être coordonnées par l’Union européenne. « L’union fait la force » n’est pas un vain slogan, pas dans un monde où s’agitent de lourds prédateurs. L’énergie que déploient les États-Unis, la Russie, la Chine.., pour diviser l’Union doit être pour tous les libéraux l’évidence qu’elle est nécessaire.

La Chine fait partie de notre avenir, elle ne peut être qu’un partenaire – mais il faut établir clairement les termes du contrat.

La réaction européenne à l’agression contre Hong Kong est un marqueur. Ou nous envisageons avec la Chine une relation entre égaux, ou bien un rapport d’exécutant avec son parrain mafieux.

 

Un article publié initialement le 15 juillet 2020.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • deformez la verite pour que cela cadre avec votre discours , la possession de hong kong par le royaume uni date de 1842 et le traite de nankin qui mit fin a la 1ere guerre de l opium. https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Nankin
    l europe n a pas a intervenir dans la politique chinoise, d ailleurs il faut bien se rendre compte que l europe n a aucun poid militaire ni diplomatique dans le monde. il va falloir que les europeens s en rendre compte. a part accueillir encore et toujours plus de population qui transforment l europe en caniveau .

    • Avec ce genre d’arguments, il faut rétrocéder la Savoie et Nice à l’Italie (1860 traité de Turin).
      Quant à l’accueil des chinois, je pense qu’ils ne choisiront pas la France.

      • Je préfère dix hongkongais qu’un seul magrébin !

      • La Savoie n’a jamais été italienne, de même que Nice. La Savoie faisait partie du Royaume de Piémont Sardaigne, pas de l’Italie. Le siège du pouvoir était d’ailleurs initialement en Savoie, Chambéry jusqu’en 1563 (puis Turin mais qui n’était pas l’Italie).

        • on pourrait vous répondre qu’au vu de la personne qui est finalement montée sur le trône d’Italie, c’est plutôt l’Italie qui est devenue savoyarde !

    • Bravo monsieur pour votre réponse !
      Cet article est d’une mauvaise fois terrible en omettant tellement d’évènements depuis 2003 a la première introduction de la loi sur la sécurité nationale accepte par Macao.
      La version impose a HK est plus dure et restrictive, cela est vrai !
      Lisez celle de Singapour passée il y a 1 mois……..

      Merci pour les indépendantistes qui ont le feu a HK pendant toute l’année 2019.
      Pour grande partie, la révolte des jeunes était légitime et pour une grande partie liée à la crise du logement pour les jeunes et classes moyennes.
      Crise du logement hérite de nos brave amis Anglais que les gouvernements successifs depuis 1997 non pas voulu corriger ou voir.

      Oui HK est un paradis, la ville est belle, il fait beau, la mer, des conditions de business exceptionnel mais l’envers du décor n’est pas reluisant.
      Une sante gratuite pour tous les résidents y compris la bobologie dans le secteur public et une offre colossale dans le secteur prive avec une assurance prive.
      Un système scolaire pathétique qui éjecte environ 50 % de la population avec un petit niveau de terminal. Population qui ne parle ni l`anglais ni le mandarin, seulement le cantonais et qui de fait ne peut prétendre qu a des boulots paye à l’heure dans le secteur du tourisme (quel beau mot pour des boulots de nettoyage dans les hôtels ou restaurants).

      Oui , c’est cette population qui veut partir avec une partie de la classe moyenne basse pour qui le logement est totalement inaccessible. Depuis janvier 2020, 83,000 personnes ont quitte HK principalement vers l’Angleterre et le Canada.

      Ne rêvez pas, les CSP+ ils ne bougent pas ou vers Singapour pour d’autres raisons.

      Pour les millionnaires, tout va bien pour eux – Merci

  • Et pourquoi voulez vous que des gens quitte ce paradis économique ?

    • parce que l homme n est pas qu economiaue et que la liberté est aussi quelque chose d important (surtout si vous etes pas le fils d un membre important du PCC ou la c est vrai vous pouvez vraiment faire tout ce que vous voulez)

  • Accueillons les en Europe… Parce que des libéraux avec la bosse du commerce, si la Chine ne leur faisait pas de misères, nous les aurions repoussés ?

  • Un autre article dans la même veine :
    Batissons Hong Kong 2.0 ici au Royaume-Uni https://www.libland.be/Europe/lets-build-hong-kong-2-0-here-in-the-uk

  • IL faut pas etre naif, le droit ne protege de rien si celui qui le viole est tres fort. Personne ne va entrer en guerre contre la chine (pas plus que contre les USA ou la russie). Autrement dit si Xi decide de mettre au pas HK, les traités n y pourront rien, pas plus que ceux ci ont empeché l URSS de mettre au pas la hongrie ou la tchecoslovaquie ou les USA d intervenir en Irak

    Pour le reste, il est evidement une bonne chose d accueillir les gens fuyant HK. On va recuperer des gens formés et majoritairement travailleurs (ce qui va nous changer de ceux qu on recoit habituellement). La france ne pourra que s en feliciter, comme le montre lex des boat people accueillis dans les annees 70

    Je pense meme pas qu il y ait tant d opposition a ca:
    -l extreme droite va avoir du mal a justifier son opposition a l accueil de gens formés
    – la gauche va etre pris a son propre piege. Comment dire la main sur le coeur qu il faut accueillir des hordes de bac -5 d afrique car c est notre devoir et pas les gens de HK ?

  • Pourquoi accueillir des Hongkongais du «service», nous avons en Europe déjà plein de société du service… Mieux vaut peut-être tendre la main aux industriels de Taïwan sur des secteurs que l’on ne couvre pas ou plus aujourd’hui et en créant des zones franches en Creuse ou en Lozère par ex.

  • Je me demande si un Chinois de HK sait où est la France. En revanche pour l’attirer chez nous il vaut mieux qu’il ne sache pas ce qu’est la France.

    Je ne pense pas qu’il ait plus envie de venir trimer chez nous pour payer les retraites de Macron and Co que d’entretenir le PC chinois.

  • en tout cas , eux , ne transformeraient pas la France en futur pays du tiers monde ;

  • En Europe pourquoi pas, mais un peu de respect envers ces gens, pas en France…

  • « De telles ripostes aux agressions du Parti communiste chinois doivent être coordonnées par l’Union européenne. » Ah ! Ah ! Ce serait bien la première fois que l’UE coordonnerait quelque chose de vraiment utile ! Le diamètre des courgettes et le carcan de l’euro, c’est tout ce qu’on a à se mettre sous la dent !
    « L’union fait la force » et l’oignon fait la soupe…
    L’UE est une force de désunion, on peut pourtant le constater tous les jours !

  • Croire que les Hongkongais s’installeraient en France si ils venaient dans l’UE est une erreur, Hongkong et Singapour échanges déjà beaucoup avec le RU,l’Irlande et les pays Baltes ou du Nord avec qui ils échanges beaucoup au niveau digital.

  • La question est aussi de savoir s’ils souhaitent venir dans un pays en voie de communisme…

  • Après avoir écouté vos différents arguments, nos gouvernants ont décidé de dire à la Chine que ce qu’elle fait est très bien et que l’on va s’en inspirer.

  • Bravo à l’auteur. C’est effectivement la moindre des choses ! Je suis horrifié par certains commentaires !

    Nous avons recueilli les réfugiés vietnamiens en 1976. C’était aussi la moindre des choses et personne ne le regrette. Les États-Unis en ont encore accueilli davantage et ne le regrettent pas non plus!

    • C’est plutôt la partie « intervention de l’Europe » qui fait rire les libéraux alors qu’elle est cérébralement morte et juste bonne à édicter des contraintes dans ses propres frontières.
      Vous ne suggérez pas d’envoyer 15 avions de participer à une nouvelle guerre des USA après le succès de toutes les dernières au moyen-orient et en Afrique ?
      Des sanctions sur les produits chinois ? En pleine inflation avec nos pays au bord de l’explosion sociale et parfois au bord de la faillite comme la France ?
      .
      Sinon tout le monde ici est pour accueillir des gens qui ne causent aucun problème partout ou ils vont et qui ne seront que peu à choisir la France de toute façon.

  • Oui à l’accueil des hongkongais. Cela relèvera le niveau des immigrés. Faudrait-il encore qu’ils choisissent la France dont le régime profond est peut-être plus proche idéologiquement de celui de la Chine que du leur perdu!
    En réponse à Avorton, la cuisine chinoise à juste titre renommée, n’a pas d’apriori sur certains aliments interdits par d’autres et ignore le « véganisme ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles