Twitter attaque Dave Chappelle mais Twitter n’est pas le monde réel

Dave Chappelle by John Bauld (CC BY 2.0)

Les wokes attaquent l’humoriste américain Dave Chappelle. Il est temps de réaliser qu’ils ne représentent rien.

Par Doug Blair.

Dave Chappelle, l’artiste populaire constamment persécuté est encore attaqué par des critiques.

La controverse a commencé après la diffusion sur Netflix de son émission spéciale, « The Closer ». Avec son humour acerbe habituel, l’humoriste a fait une série de blagues qui a attisé la rage de l’idéologie transgenre.

La controverse n’est pas surprenante pour le comique américain. Son stand-up de 2019, « Sticks and Stones », a reçu des accusations similaires de transphobie de la part d’une presse vindicative.

La polémique Dave Chappelle

Chappelle a plaisanté dans « The Closer » à propos de l’indignation exprimée par certains contre l’auteur de Harry Potter, J.K. Rowling.

Il a déclaré :

Ils ont annulé J.K. Rowling, mon Dieu. Effectivement, elle a dit que le genre était un fait, la communauté trans s’est énervée alors ils ont commencé à l’appeler une TERF.

L’acronyme TERF signifie trans exclusionary radical feminist. Il désigne de façon péjorative les féministes qui assurent que le genre est déterminé biologiquement.

Chapelle a continué :

Je suis Team TERF. Je suis d’accord. Je suis d’accord, mec. Le genre est un fait.

Puis vient l’indignation.

Les journalistes gauchistes ont craché des articles condamnant Chappelle.

NPR titre son article par : « Pour Dave Chappelle, les coups de poing sont audacieux. Son nouveau spécial, The Closer, va trop loin. »

Pour ne pas être en reste, The Independent a publié un article intitulé « Rencontrez le nouveau Dave Chappelle – misogyne, anti-trans et socialement irresponsable. »

Les articles s’attaquant à Chapelle ont continué pendant que l’histoire prenait de l’ampleur.

Après que le PDG de Netflix, Ted Sarandos ait initialement défendu Chappelle, et que l’entreprise a suspendu Terra Field, un homme s’identifiant comme une femme, ainsi que deux autres employés, pour avoir fait irruption dans une réunion de niveau exécutif afin de se plaindre de « The Closer », le journal Time a titré : « Netflix défend les remarques anti-trans de Dave Chappelle et suspend un employé trans »

Mais Ted Sarandos a depuis cédé à la pression, et a affirmé « avoir foiré » dans sa réponse préliminaire à l’indignation. Cependant, le spécial reste sur Netflix.

Mais pour tous ces organes de presse qui écrivent au sujet de ce « tumulte », il semble y avoir davantage de demande d’indignation que ce qui est possible.

Stephen Miller, un contributeur de The Spectator a noté :

L’histoire cite trois tweets, un d’un compte intitulé « un utilisateur de Twitter » avec 200 abonnés. Si un article d’actualité vous cite simplement par « un utilisateur de Twitter a dit…», votre opinion n’est pas digne d’intérêt. C’est sans importance. Facebook n’est pas le problème.

Les médias ont tellement besoin de combustible pour maintenir la controverse Chapelle qu’ils sollicitent les réflexions de l’acteur Channing Tatum à ce sujet.

Vraiment ? Pourquoi devrions-nous nous soucier de ce que cet acteur célèbre pour avoir joué un strip-teaseur dans un film il y a six ans, a à dire sur Dave Chappelle ? En fait, pourquoi devrions-nous nous soucier de ce que des gauchistes sur Twitter ont à dire à propos de Dave Chappelle ?

Twitter n’est pas représentatif

Twitter n’est pas révélateur de la vraie vie.

Selon un rapport du Pew Research Center de 2020 :

Seulement 10 % des utilisateurs ont produit 92 % de tous les tweets d’adultes américains depuis novembre dernier, et 69 % de ces utilisateurs très prolifiques s’identifient comme démocrates ou indépendants à tendance démocrate.

C’est un nombre ridiculement petit d’individus qui construisent des récits comme l’histoire de Dave Chappelle. Mais cela indique également que le récit lui-même est soutenu par un groupe non représentif de l’Américain moyen, probablement d’accord avec Chappelle ou qui s’en fiche.

Dans un sondage du Gallup de juin, 30 % des Américains s’identifient comme socialement conservateurs, tandis que 35 % se considèrent modérés. On est loin d’une majorité qui adhère aux revendications de la gauche radicale pour une orthodoxie progressiste.

C’est Chapelle lui-même qui l’a le mieux exprimé pendant « The Closer » :

Quand « Sticks and Stones » est sorti, beaucoup dans la communauté trans étaient furieux contre moi et apparemment ils m’ont traîné sur Twitter. Je m’en fous parce que Twitter n’est pas un endroit réel !

Plus tôt les gens cesseront de donner de l’attention aux foules Twitter non représentatives, plus vite celles-ci perdront leur monopole sur le récit.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.