Sandrine Rousseau ou la contre-révolution écolo

L’utopie des écologistes est une vision d’un esprit citadin qui veut imposer aux ruraux des contraintes qu’ils ne voudraient pas s’imposer à eux-mêmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sandrine Rousseau par Europe 1 Sandrine Rousseau sur le voile : "Jamais on ne force les femmes à s'émanciper" https://www.youtube.com/watch?v=aZruOuntalc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sandrine Rousseau ou la contre-révolution écolo

Publié le 7 octobre 2021
- A +

Par Armand Paquereau.

Le 2 octobre 2021 sur France 2, Sandrine Rousseau, challenger de la primaire EELV prône un choc de productivité négatif :

Dans l’agriculture, il nous faut plus de main-d’œuvre et moins de technique.

Elle met en avant sa qualité d’économiste pour justifier sa position.

La productivité est-elle négative ?

Si on considère que la productivité n’engendre que des efforts pour améliorer les quantités produites et leur qualité, on peut en effet considérer qu’elle entre en conflit avec le confort du travailleur et accroît l’incertitude et le stress par une course en avant qui semble n’avoir jamais de fin.

Mais la productivité est surtout le fruit de l’évolution technologique et scientifique. On remarque dans le tableau ci-dessous que l’évolution de la productivité a résulté de la diminution du nombre d’agriculteurs tout en augmentant les rendements d’un facteur 12,5.

Pour autant, les avantages indéniables de l’amélioration de la productivité ne profitent pas aux agriculteurs.

En 2015, la MSA reconnaissait que 29 % des agriculteurs avaient un revenu mensuel inférieur à 354 euros et l’INSEE évaluait la moyenne du temps de travail des agriculteurs à plein temps à 57 heures par semaine.

Cependant, cette amélioration de la productivité va de pair avec la diminution de la pénibilité. Les travaux de culture et de récolte effectués par des machines font oublier, entre autres, les sacs de blé portés à l’épaule, les hottes de raisins portées à dos d’homme en bout de rang de vigne, sans compter l’arrachage des betteraves ou des pommes de terre.

Il faut aussi constater que l’amélioration de la productivité a permis d’éradiquer la pénurie alimentaire de la Seconde Guerre mondiale et que les consommateurs ont dans les rayons des supermarchés pléthore de choix de produits, contrairement aux nombreux pays où la production agricole n’a pas profité d’un regain de productivité par manque de moyens financiers ou par choix politique.

Le retour à la main-d’œuvre des écolos

Le grand programme de madame Rousseau et de la moitié des écologistes qui la soutiennent (l’autre moitié partageant cette utopie) est de remplacer la mécanisation par la main-d’œuvre. Leur grand rêve est de revenir au XIXe siècle lorsque les paysans moissonnaient à la faucille et binaient les mauvaises herbes à la houe.

Certes, la consommation en une paire de siècles d’énergies fossiles ayant mis des millénaires à se constituer, il est pertinent de s’interroger sur la pérennité de la mécanisation. Mais remplacer les moissonneuses-batteuses par des faucilles et les tracteurs par des bœufs aura un impact sur la production, d’autant que les surfaces affectées à l’alimentation des animaux de trait se ferait en déduction des surfaces allouées à l’alimentation humaine.

Mais parmi les écolos il existe aussi une tendance à s’opposer à la souffrance animale. Ceux-ci vont immanquablement assimiler l’utilisation des animaux pour les travaux agricoles à de la maltraitance.

Il ne reste donc pour la mouvance verte qu’à exiger que tous les travaux soient effectués manuellement. Leur slogan est imparable : cela créera des centaines de milliers d’emplois. Jamais ils ne se sont posé la question de savoir si travailler dans ces conditions serait acceptable pour leurs concitoyens. Jamais ils ne se sont posés en candidats pour éprouver leur vision sociétale.

L’exemple récent de l’appel du ministre de l’Agriculture pendant le confinement pour trouver de la main-d’oeuvre en agriculture est édifiant.

Comme le précise ce fraisiculteur :

Vingt candidats, dix se présentent, trois sont encore là à la fin de la semaine.

La propagande forcenée de l’agriculture biologique n’aboutit pas à un rush des agriculteurs vers ce mode de production. J’ai déjà expliqué pourquoi. Le refus par ce mode d’agriculture des techniques qui ont augmenté la productivité (fertilisants minéraux, protection chimique des végétaux,) et l’augmentation des interventions manuelles n’emportent pas l’enthousiasme et l’adhésion d’une majorité d’agriculteurs.

Un non-sens économique

Émanant d’une enseignante-chercheuse en sciences économiques, le programme de Sandrine Rousseau n’est pas rassurant.

Les formidables progrès de la productivité en agriculture ont permis un bond considérable du pouvoir d’achat et du confort des citoyens. La diminution de la part alimentaire dans le budget des ménages a dégagé des liquidités qui ont profité à tous les autres secteurs de l’économie et accéléré le progrès technologique.

Ce pourcentage est descendu à 13,1% en 2018.

Créer des milliers d’emplois dans le secteur agricole pour répondre à ce fantasme écologique se heurtera immanquablement à différents effets délétères :

  • Vu le revenu horaire des agriculteurs, personne ne voudra effectuer des travaux pénibles, sous la pluie, dans le froid ou sous un soleil de plomb.
  • Les chefs d’entreprise ne pourront pas embaucher des salariés, car les charges afférentes mettront en péril la survie de l’entreprise.
  • Les conditions légales d’hébergement des salariés nécessitent des investissements incompatibles avec les disponibilités des entreprises agricoles.
  • Un exode rural inversé est inenvisageable, les citadins qui souhaiteraient tenter l’aventure de l’agriculture bio n’auraient ni les logements nécessaires sur place, ni les moyens de transport pour venir embaucher chaque jour en campagne.

Des conséquences économiques dangereuses

Vouloir retourner à des pratiques vieilles de plus d’un siècle va nous ramener à un niveau de vie équivalent.

La baisse conséquente des rendements sera accompagnée d’une hausse des prix à la consommation. On pourrait prédire une pénurie et des linéaires vides si le recours à l’importation ne venait pallier la conséquence de ce choix économique. Mais ce ne serait qu’un pis-aller. La balance commerciale des produits agricoles bruts est devenue déficitaire.

Alors que la France connait déjà les inconvénients de la dépendance envers d’autres pays pour une majorité de produits (médicaments, vaccins, produits manufacturés, etc.), devenir alimentairement dépendant de l’étranger est un risque majeur. Les fournisseurs étrangers auraient le loisir d’imposer des prix prohibitifs, et aucun n’accepterait de nous fournir des produits alimentaires si nous ne sommes pas en mesure de les payer au prix demandé.

L’utopie des écologistes est la vision d’un citadin qui veut imposer aux ruraux des contraintes qu’ils ne voudraient pas pour eux-mêmes.

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • elle est stupide. arrogante,

    voila ce que produit une institution qui ne de remet pas en question par corporatisme et UIE est avide d’argent publique…des crétins anti marché car le vilain marché les démaquerait , étatiste, car l’argent est donné par l’etat et tyrannique car l’etat ne doit pas tomber dans les mains de gens méchants..

    notez , elle ne fixe pas de niveau de productivité ..elle ne définit pas une façon de limiter le nombre de personnes pour faire une tâche;.. pourquoi pas 20000 chômeurs pour planter 3 choux… Mme rousseau doit savoir cela combien faut il de personnes pour produire un kilo de patate.. et faut il la parité? et comment la parité doit elle être définie…puisqu’il n’y pas deux genres mais un spectre continu?

    je vous conseille d’aller regarder les fermes éducatives sur le net type bec hellouin ou autre.. la main d’oeuvre est volontaire et gratuite quand elle ne paie pas pour aider… alors forcement..

    MAIS car il y a un MAIS, voila ce que signifie vouloir l’intervention politique… et ça les agriculteurs le font souvent quand ils sont en situation de perdre des marchés.

    Et elle attire près de 50% des électeurs ecolos et l’ecologisme est TOUJOURS un terme qui une connotation positive..

    Ces gens sont des plaies… au fait, espèce d’andouilles le gaspillage alimentaire le plus important il se produit avant l’assiette.. quand 80% de ton champ de patate est pourri par le mildiou là tu DOIS regarder l’epaisseur de la pelure…

    • stupide et arrogante ??? bien sur elle se veut soit disant enseignante !!! Pour le reste comme ses ancêtres collectivistes elle veut  » déconstruire  » l’homme pour en reconstruire un nouveau qui bien entendu serait parfait dès lors qu’il obéirait à ses lubies sans discuter !!!! Dans le cas contraire le Goulag ou l’hôpital psychiatrique ( car il faut être fou pour ne pas adhérer à son programme !!!) !!!!

  • je doute fort que la rousseau n’est bossé ne serait ce qu’une seule fois dans sa vie 8 heures par jour dans les terres ; ha la la , ces gens qui parlent sans savoir , quelle plaie !

    • Ces gens qui parlent de choses qu’ils ne connaissent pas s’appellent des ultracrépidariens et ils sont nombreux en politique, le plus « rigolo » est quand même Bruno Le Maire

    • Pour qu’elle se rende compte des âneries qu’elle profère à longueur de discours, je lui propose de venir avec moi (je sais de quoi je parle, je l’ai fait dans ma jeunesse) passer 8 à 9h dans un champ de patates à ramasser ces patates le dos courbé durant ces 9 à 10 h et payé 50 centimes (de francs à l’époque) le sac de 50Kg …à la fin de la journée je n’arrivais plus à enfourcher mon vélo tellement c’était douloureux quand bien même j’étais habitué à ce traitement..
      madame Rousseau, le mieux que vous avez à faire est de ne plus parler de ce que vous ne connaissez pas, c’est à dire pas grand chose: vous êtes ridicule et stupide..

  • La liberté c’est aussi de rêver et réaliser ce rêve mais c’est une affaire individuelle.
    Elle devrait plutôt s’inquiéter de cette réalité :
    «Vingt candidats, dix se présentent, trois sont encore là à la fin de la semaine.» Et pas seulement pour l’agriculture…

  • Patriarche d’une grande famille, j’ai toute ma vie fait un potager, et retiré du bois de ma forêt.

    Avec l’âge, je me suis contenté de préparer la terre, planter et semer patates, tomates et haricots, en laissant le soin à mes enfants et petits enfants d’arroser et récolter.

    Aujourd’hui mon potager est engazonné, les récoltes séchaient ou pourrissaient sur pied pendant que les ‘couch potatoes’ ‘tchattaient’ sur la toile… (soyons juste, un de mes petits enfants, 1 sur 7, est très actif et toujours prêt à aider, mais il n’habite pas sur place)

    L’écologie selon cette dame et autres crétins ne se fera jamais, trop fatiguant; les ‘woke’ sont ‘weak’…

  • Selon Mme S. Rousseau :
    « Dans l’agriculture, il nous faut plus de main-d’œuvre et moins de technique »

    « Jamais on ne force les femmes à s’émanciper »

    Alors… pour les volontaires : hue cocotte !
    https://www.team-aaz.com/up-pics/images/1633590164.jpg

  • Il me semble me souvenir que Pol Pot avait appliqué au Cambodge le programme préconisé par Madame Rousseau…

    • Tout à fait ! Comme quoi les fascistes se rejoignent sur leurs programmes.

    • C’est tout à fait ça, un exode rurale inversé piloté par la machine bureaucratique centrale et si, par malheur, tu oses dire que tu n’es pas d’accord, dans le meilleur des cas tu te retrouveras dans le camp de rééducation jouxtant la ferme d’Etat, tout en jalousant les « agriculteurs » du dit « Kolkhose approved by EELV ».

    • les « écologistes » viennent TOUS de l’extrême gauche. Leur but revendiqué est de détruire le capitalisme. Rien d’autre.

  • Je crois que ce qui me gêne le plus, c’est que cette dame se dise « économiste » et balance sans rire des bêtises pareilles… Bon sang, avoir vraiment un minimum (et quand je dis « minimum » je pèse mes mots) de culture historique, ça serait peut-être pas mal pour élaborer des théories économiques !
    En pratique, on a vu les fermes de rééducation de Mao et leur grand succès. Un peu plus loin, on peut peut-être se souvenir que si les écoliers ont des longues vacances en été, c’est parce-qu’en son temps Jules Ferry n’était pas idiot, il avait bien compris que les parents ne laisseraient jamais les enfants aller à l’école quand tous les bras étaient vitaux pour la moisson !
    Arriver à être dogmatique à ce point, ça relève de la psychiatrie, pas de la politique…

  • Il faut élire un écologiste. Ainsi, au bout de 5 ans, les Français se rendront peut être enfin compte de ce qu’est la gauche caviar et ses camps de rééducation maoïstes à la campagne.
    Bon durant les 5 ans, ils auront recrée le culte du président à vie; mais cela leur aura ouvert les yeux sur le vrai modèle socialo-ecolo-communiste.
    À tous, des que Jadot est au pouvoir, prenez votre carte du parti écolo pour faire partie de la nomenklatura et éviter les camps de rééducation.

    • Et l’on aura droit au « crédit social-écolo » avec comme ministre de l’intérieur et des armées Mme Sandrine Rousseau ou même première ministre

    • ah si cela ne devait durer que 5 ans et nous en guérir pour l’éternité pourquoi pas !!! mais l’histoire nous démontre qu’une fois en place ils ne veulent plus rien lâcher et refondent les lois à cette fin !!! donc non je ne prends pas le risque : ce ne sont pas des démocrates !!!!

    • Aucune dictature de droit n’a pus durer autant que celles de gauche.
      Staline 70 ans, La Corée du Nord idem et ce n’est pas fini. La Chine, car s’en est tout de même une malgré les « ouvertures » depuis 1949 : idem etc…
      Quant aux coûts humains la version la plus optimiste est 60 millions de morts. Les Khmers rouges (EELV : khmers verts) ont tué encore plus rapporté à la population initiale du Cambodge. Un massacre terrible et dans des conditions terribles…
      Cette « expérience éducative » ne me plait pas du tout…

  • Le pire de cette femme est d’être enseignante

    • Bof, elle enseigne à des étudiants français donc, aucune importance, ils sont là pour ne pas travailler. Si ils voulaient bosser ils iraient ailleurs. Prof d’économie , ha ha ha. Et chercheuse sans doute pour les voyages à l’œil.

      • Sûrement enseignante-chercheuses, ça fait grassement 228 h de cours par an.

      • @baby-foot – je n’arrive plus à en rire désolé.
        La plus grande faute du gaullisme et de ses successeurs, c’est d’avoir laissé ces crétins phagocyter l’Education Nationale.
        Les dégâts sont considérables : la France est en chute libre dans tous les classements internationaux de l’Education, on a beaucoup de mal à recruter des profils qualifiés, le manque d’esprit critique est criant, etc.
        Cette dame en est la preuve vivante.
        Et elle n’est pas la seule. Quand on songe que la candidate de Lutte Ouvrière est prof d’économie dans un lycée c’est à pleurer de tristesse (je serai parent d’élève dans ce lycée, j’exigerai – sûrement en pure perte d’ailleurs – son renvoi immédiat).

  • Qu’elle aille sarcler les carottes à genoux sur une pouque pendant un mois, ensuite on l’écoutera avec une meilleure volonté.

  • En un mot la collectivisation de la production agricole conduirait aux famines déjà observées dans les pays qui se sont engagés dans cette voie ( impasse ) économique !!! Avis aux amateurs !!!!

    • Mais non, on a une experte en économie qui dit que kolkose + camps de redressement à la campagne, c’est l’idéal. Il y a quand même l’expérience maoïste pour prouver que ça marche. Non ?

  • Que cette dame dise des âneries, c’est sont droit, mais que des gens normaux et instruits l’écoutent….

  • Une brouette ça se pousse ou ça se tire, question importante et je n’ai pas la réponse sauf qu’on a jamais vu un cheval pousser une charrette…

  • Les écolos commencent à montrer leur vrai visage : le despotisme et l’absurdité.

  • « En 2015, la MSA reconnaissait que 29 % des agriculteurs avaient un revenu mensuel inférieur à 354 euros  »
    c’est très exagéré et c’est le revenu servant de base aux calculs des cotisations sociales et ce revenu peut être « aménagé ».
    https://www.decodagri.fr/un-tiers-des-agriculteurs-gagnerait-moins-de-350-euros-par-mois/

    • Bonjour à vous. Ces chiffres sont officiels pour 2015, et pour 2016 la proportion était de 50%. Quand on parle du revenu d’un salarié au SMIC, on ne tient pas compte des allocations, du salaire du conjoint, ni de revenus annexes éventuels. Les chiffres de la MSA indiquent le nombre de ceux qui ont perçu moins que cette somme, ces chiffres étant le revenu fiscal, donc la rémunération du travail du chef d’exploitation pour un nombre d’heures hebdomadaires moyen de 57 heures (INSEE). Vouloir nier la sous-rémunération du travail de l’agriculteur est une hérésie, une installation pour 3 départs dans la profession en est une preuve.

    • C’est assez drôle de dire qu’on va réduire voire supprimer le sous-emploi en proposant des boulots harassants de 57 heures par semaine pour 350 euros.

      Encore plus que ça passe comme une lettre à la défunte poste auprès des commentateurs politiques.

  • Encore une preuve, s’il en fallait encore à ceux qui ont les yeux et le cerveau ouverts, que ces « Verts-de-gris » ne sont que des socialistes (au sens économico-social) dont on a repeint les façades pour les acclimater avec la mode environnante…

  • Reconstruire un homme?
    Ne disait-on pas castrer avant?

  • Cette dame ne mérite même pas que l’on s’intéresse à son programme, ou plutôt si pour montrer à quel point son écologisme de pacotille devient une arme de destruction fatale de notre société.
    Tout a été dit, ou presque…je cherche une caverne à louer, avec lampe à huile et possibilité de disposer d’un arc, à moins que le permis de chasse ne soit aboli lui aussi !
    Et dire qu’elle prône la décroissance sans une infime partie d’intelligence ; ne plus parler d’elle me fera personnellement des vacances.

    • Le programme c’est que ce n’est pas « son » programme, c’est celui d’EELV.
      On dit que Jadot est modéré mais le programme qu’il porte est affligeant et dangereux.

  • Si il y a les immigrés pour pousser les brouettes.

  • Peut être que les agriculteurs n’ont pas bénéficié des progrès techniques pour leur revenu, mais les bureaucrates de l’agriculture oui. Leur nombre n’a pas baissé, et leur salaire a progressé. Et ne me dites pas que cela est négligeable, 5% des « travailleurs » dans l’agriculture sont des bureaucrates…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles