Fessenheim : la centrale la plus vieille de France sacrifiée sur l’autel écolo

La logique de fermer Fessenheim ne va ni dans le sens de l’intérêt de la Nation ni celui des Français et encore moins celui du climat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fermons Fessenheim by Die Linke(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fessenheim : la centrale la plus vieille de France sacrifiée sur l’autel écolo

Publié le 23 septembre 2021
- A +

Par Sébastien Richet.

Après l’arrêt politique de la centrale de Fessenheim, le gouvernement a ordonné à EDF d’entamer immédiatement le démantèlement de l’installation pour éviter une tentation de retour en arrière…

Surprise ! Pour la centrale la plus vieille de France, décriée par ceux qu’on appelle écologistes (ce qu’ils ne sont pas au vu des implications de leurs dogmes sur le climat) comme étant vétuste, les composants sont comme neufs !

Pour le réacteur Superphénix, également sacrifié sur l’autel des dogmes écologistes, ça avait été la même chose, avec des intérieurs non oxydés et des équipements également comme neufs.

Eh bien oui, ces machines ont été conçues pour durer, au moins 40 ans pour leur amortissement économique et bien au-delà d’un point de vue technique.

En pratique, les États-Unis allongent leur durée de vie à 60, 80 voire 100 ans avec une vérification intégrale tous les dix ans.

Pour quelle raison ne ferions-nous pas la même chose et alimenterions ainsi notre pays en énergie peu coûteuse et par là même, réduirions notre déficit commercial ?

Nous avons besoin des centrales

À l’heure où les producteurs d’électricité pilotable se font rares (comme le vent absent en Europe ces temps-ci), le MWh atteint des sommets (au-delà de 250 euros pour 60 habituellement), nous aurions besoin de ces centrales pour produire à bas prix et alléger la facture des Français voire même en profiter pour exporter au prix élevé du marché. À la place nous importons du charbon pour Cordemais, faisons brûler du gaz (et même encore plus après la mise en service de la centrale de Landivisiau en décembre), également importé, et envoyons des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Arrêtons de sacrifier des réacteurs tout neufs, cette logique politique ne va ni dans le sens de l’intérêt de la Nation ni celui des Français et encore moins celui du climat.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • ben oui..comme si les écologistes en avaient quelque chose à faire de gaspiller des ressources..

    ce n’est pas le sujet d’ailleurs ..Fessenheim est pour un « écologiste » « trop dangereuse » en soi..

    comme un ogm..

    c’est ce que sont les écologistes… les gens qui nous « sauvent » du nucleaire ,de la voiture individuelle, des produits chimiques, et des ogm du tourisme de masse et de la surconsommation.. et bien sur du patriarcat du racisme et du sexisme..ça va de soi…

    si vous n’avez pas ça..c’est mieux.;ça vaut tous les sacrifices..

    le ^cout » de la fermeture et du démantèlement sera présenté par un écolo comme la preuve…de l’ineptie d’avoir choisi le nucleaire.. et de ne pas avoir construit jadis des éoliennes..donc les écologistes avaient raison..le nucleaire ça coute cher..

    les écolo ont foncièrement gagné..le nucléaire c’est trop dangereux..il faut « à terme » en sortir..

    « je préfère une jeteuse de sort à un ingénieur qui construit un epr… » cette dame classée ECONOMISTE.. plait à des gens éduqués… à des tas de journalistes qui ne lui pose pas la question qui e vient à l’esprit mais préférer pour quoi faire?.???? vous remarquez elle n’a meme pas di je préfère une éolienne à une centrale nuc… non.

  • Les verts au pouvoir en Allemagne et la France n »a plus qu’à obéir.

  • « quand on est con, on est con »

  • Après l’arrêt définitif d’une centrale nucléaire, il y a 2 options pour le démantèlement:
    – le faire tout de suite pour bénéficier de personnel connaissant bien la centrale, même si la radioactivité présente dans l’enceinte nécessite de travailler avec beaucoup de précautions,
    – attendre une trentaine d’années (ou plus ?) pour pouvoir travailler plus facilement avec une radioactivité réduite.
    La 1ère option n’est pas forcément la plus mauvaise. C’est sûr que cela empêche une éventuelle remise en route de la centrale, mais je pense qu’il ne faut pas rêver, même si le pays est dirigé après mai 2022 par un président et un gouvernement vraiment pro-nucléaire, on ne reviendra pas en arrière.
    Pour le reste, je ne comprends pas trop, même si les prix de l’électricité sur le marché européen sont très élevés actuellement, cela n’impacte pas du tout le coût de production des centrales nucléaires et des barrages hydroélectriques qui assurent 90% de notre demande. Ni non plus d’ailleurs l’éolien et le photovoltaïque. En fait, il n’y a que les gaziers et les charbonniers qui sont impactés à cause de la hausse du coût du gaz et du charbon, ça ne concerne pas beaucoup la France.
    En fait comme la France est fortement exportatrice d’électricité, elle gagnante dans cette hausse des prix de gros de l’électricité. C’est peut-être le moment d’acheter du EDF en bourse.
    En revanche, il faut absolument préserver les réacteurs encore en service, car avec le développement de la voiture électrique, ils vont être indispensables. Il faut même lancer la construction de nouveaux réacteurs.

    • « Il faut même lancer la construction de nouveaux réacteurs. »
      Le cœur du problème est là – et on le voit à Flamanville : cet EPR est le premier réacteur neuf construit après une pause de 20 ans, le précédent étant SuperPhénix – donc technologie complètement différente vu que réacteur de 4e génération.

      Pendant ces 20 ans, les personnes qui avaient construit le parc existant ont eu largement le temps de partir en retraite, de changer de métier ou autre, d’où pertes de compétences et de connaissances. D’où un chantier qui enchaîne les problèmes.

      Effectivement, ce qu’il faudrait pour ne pas reperdre ces compétences, ça serait enchaîner les constructions d’EPR, éventuellement relancer la construction d’un réacteur de 4e génération, sauf si on veut devoir en acheter aux chinois dans 20 ans. Je n’ai pas l’impression qu’on en prenne ce chemin…

      • Et pourquoi ne pas construire des réacteurs plus petits mais en plus grande quantité ?

        Le temps de construction serait réduit et les coûts qui vont avec non ?

        • @Cachou
          Pas sur, faut déjà les développer puis en faire bcp. Multiplier les réacteurs c’est multiplier les risques.
          Ce type de réacteur est adapté pour des grands pays ou l’habitat est diffus, les iles…

        • Je me suis toujours demande dans quelle mesure on ne pourrait pas utiliser des réacteurs type sous marin nucléaires qui sont compacts et apparemment fiables? Si quelqu’un pouvait m’éclairer?

      • @ Anagrys
        Pas sur que SPX fut la dernière centrale construite!

        Mais cela illustre effectivement le probleme: comment un pays qui a été capable de construire la centrale du futur n’est plus capable de construire des centrales d’ancienne génération:

        Chercher la réponse chez les politiciens, les relations de copinage et incompetance de ces derniers…

    • Vous avez raison, le coût de production du nucléaire ne varie pas. Cependant, les prix s’alignent sur la capacité de production la plus chère. En effet, si quelqu’un est prêt à payer cher pour une électricité issue du gaz, il est prêt aussi à payer cher pour une électricité venue de partout.

  • À une toute autre échelle, la même chose viendra pour la voiture quand une obsolescence programmée d’origine légale viendra frapper des millions de véhicules pourtant parfaitement entretenus pour la plupart et en parfait état de marche.

    • C’est sûr. Quand on voit les limites techniques des voitures électriques proposées actuellement: rayon limité, usure des batteries, durée de recharges.
      Si jamais une technologie de rupture « propre » débarque dans les 7/8ans, tous ces véhicules en train d’être vendus actuellement ne vaudront plus rien pour leurs propriétaires.

      • Un jour, pas si lointain, les véhicules a pile a combustible au méthanol auront les avantages cumulés du thermique et de l’électrique.
        Regardez la Nathalie qui va être commercialisée cette année. 1200 km d’autonomie avec un « rechargement » en 2 minutes. Bon il faut juste trouver 400 k€ mais qu’elle est belle…

  • Parmi les principaux manifestants l’Allemagne devrait compenser les pertes de Fessenheim à hauteur de la moitié !

  • Ce n’est pas démanteler les centrales nucléaires qu’il est impératif de faire mais au contraire en construire de nouvelles et arrêter le délire des éoliennes et des panneaux solaires !

  • Les écolos français sont manipulés par l’Allemagne qui n’apprécie guère que l’énergie électriqueen France soit peu chère. Et les écolos ne s’en rendent même pas compte ; tellement ils sont débiles !
    C’est amusant de ne pas voir de l’autre côté de la frontière des extrémistes anti charbon et anti gaz comme en France sont nos anti nucléaires.
    Pourquoi à votre avis ?!!

  • Cette centrale appartenait en partie aux allemands et aux suisses.
    Ces deux nations (surtout l’Allemagne) ont pressé sa fermeture.

    La question que je me pose c’est qui va payer pour cet arrêt forcé? J’espère que notamment l’Allemagne va prendre part à la facture…

    J’espère qu’on ne va pas refaire  » le coup  » de superphenix ou la France a du dédommager ses partenaires…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La COP27 vient de s’achever et bien qu’il soit difficile de ne pas se réjouir devant les mines déconfites des participants qui ont tous conclu que les objectifs (dangereux) fixés (arbitrairement) ne seraient pas atteints, il ne faut pas oublier que cette déconfiture sera justement utilisée par les ayatollahs de la religion verte pour réclamer encore plus de vexations écologiques pour tous.

Eh oui, la lutte contre l’humanité sur Terre ne se passe pas toujours comme prévu, les individus qui la composent n’entendant pas tous mourir sans p... Poursuivre la lecture

 

Une étude récente du bureau des statistiques des Nations-Unies portant sur la période 1980-2017 a montré que le PIB par tête des Français n’a été multiplié que par 3,03 dans cet espace de temps, alors qu'aux États-Unis le multiplicateur a été de 4,8, et que le coefficient de l’État hébreu a été de 6,6.

C’est ce que montre le tableau ci-dessous :

PIB/tête en dollars courants (ONU : Statistics Division)

L’économie française réalise depuis une quarantaine d’années des performances très médiocres, bien ... Poursuivre la lecture

Tétanisé par le spectre d’une catastrophe socio-économique sans précédent, le pouvoir panique.

Dans son courrier au PDG d’EDF daté de vendredi 4 novembre 2022, Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre permettant de passer l’hiver », ce qui, selon elle, « passe par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise » et par un recours accru « de manière anticipée à une puissance des concessions hydroélectriques » jusqu’ici limitée par l’existence d’une redevance... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles