Pass sanitaire : Macron cherche sa réelection

La décision du président de généraliser le pass sanitaire est un coup politique qui a toutes les chances de se révéler gagnant.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by ev on Unsplash https://unsplash.com/photos/70EJQdpTry4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : Macron cherche sa réelection

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 septembre 2021
- A +

Par Nicolas Hague.

 

Lors de son allocution du 12 juillet dernier, le président de la République a annoncé une extension du pass sanitaire à des activités de la vie courante (restaurants, bar, musées, bibliothèques, clubs sportifs,…). Par ce revirement, Emmanuel Macron prend un risque politique le gouvernement ayant affirmé pendant des mois qu’il resterait limité aux évènements rassemblant plus de 1000 personnes.

Mais que cherche-t-il à y gagner ?

La réponse est simple et connue de tous : être réélu en 2022. Et pour cela, quoi de mieux qu’une victoire contre la covid-19 ?

Il est plus que temps : après 18 mois de crise, les Français sont exténués. De plus, sans présager de l’avenir, les différentes vagues du virus sont pour l’instant de moins en moins mortelles et il n’est pas exclu que la crise s’éteigne d’elle-même.

Il est donc urgent de faire un coup d’éclat pour s’attribuer le bénéfice de la sortie de crise. Celui-ci ne peut passer que par la vaccination puisque le gouvernement répète depuis le début qu’elle est la seule solution. Un revirement sur les traitements, la prévention, l’augmentation de la capacité hospitalière… est exclu, car les commentateurs auraient tôt fait de rétorquer : pourquoi ne pas l’avoir fait avant ? L’autre avantage du vaccin est de faire table rase du passé : le gouvernement ne pouvait pas gérer la crise différemment (confinements, couvre-feux, fermetures de commerces…), car on ne disposait pas encore de vaccins.

Augmenter le taux de vaccination avec le pass sanitaire

La France doit donc devenir la championne de la vaccination grâce à Emmanuel Macron. Deux solutions s’offrent à lui : l’obligation vaccinale générale ou l’extension du pass sanitaire. La deuxième solution semble plus sûre juridiquement et permet au président de ne pas trahir sa promesse de liberté de choix. Mais ce n’est peut-être qu’une première étape. De toute façon le résultat attendu est similaire.

Et ce résultat ne s’est pas fait attendre : la France a rattrapé son retard sur les pays les plus vaccinés, mais surtout le fléchissement observé dans les autres pays (en général vers 70 % de première dose) ne se produit pas. Le pays va donc probablement devenir l’un des plus vaccinés d’Europe, voire du monde, et Emmanuel Macron pourra s’en attribuer le mérite.

La dernière étape est de démontrer que cette vaccination permet de lutter efficacement contre le virus. Pour la vague due au variant Delta, il semblerait que le pic de l’épidémie se soit déroulé le 15 août (pour le nombre de cas). On peut donc communiquer sur le succès de la vaccination et la victoire du président sur le variant Delta.

Réduire le nombre de cas avec le déremboursement des tests

Reste le problème d’une possible vague à l’automne. L’épidémie du variant Delta s’est surtout vue à travers le nombre de cas bien plus qu’à travers le nombre de décès qui est resté bien plus limité que pour les autres vagues. On peut penser qu’il en sera de même pour la prochaine vague. Or à partir du 15 octobre, les tests de dépistage ne seront plus remboursés que sur prescription médicale, le nombre de tests (et donc de cas) va fortement diminuer surtout que les vaccinés ne sont généralement pas testés. Les communicants pourront donc choisir un nouvel indice pour mesurer la gravité de l’épidémie et donc prouver l’efficacité de la vaccination poussée par Emmanuel Macron.

Reste à aborder la question des opposants au pass sanitaire. Quel que soit leur nombre réel, ils ne font en majorité pas partie des électeurs potentiels d’Emmanuel Macron et son cœur de cible continue de le soutenir fortement. « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » : un peu d’opposition ne peut que renforcer la stature du président et souligner son courage. À condition bien sûr que cela ne dure pas trop longtemps (la crise des Gilets jaunes avait fini par ternir l’image du président). Il sera alors temps de supprimer le pass sanitaire qui aura rempli son office.

Pour résumer, la décision du président de généraliser le pass sanitaire est un coup politique qui a toutes les chances de se révéler gagnant. Il devrait lui permettre de sortir grandi de la crise sanitaire et en position de force pour la prochaine présidentielle.

 

 

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Pour le vaccin, M. Macron agit en mafieux, qui fait une offre aux français qu’il est difficile de refuser.
    Par ailleurs, sans passe sanitaire, le cinéma, le théatre, les concerts sont interdits. Les voyages sont interdits. Les restaurants sont interdits. Il est interdit d’exercer certaines professions.
    Ca ne vous rappelle rien?

  •  » sortir grandi  » en faisant du chantage à l’emploi et donc au droit de gagner sa vie ? tout ça , non pas pour protéger les français , mais pour raisons électorale ? je trouve cette mentalité bien malsaine ;

  • Une erreur à la fin de l’article: « Il sera alors temps de supprimer le pass sanitaire qui aura rempli son office ».
    Pourquoi supprimer un tel outil qui pourrait resservir à la prochaine crise sanitaire? Il serait criminel de le supprimer. Il suffit de le suspendre, car l’outil est bon et efficace, n’est pas attentatoire aux libertés et bien accepté. Et le président est fier de sa riche idée.

  • Le déremboursement des tests va mathématiquement faire baisser le nombre de cas.
    Voilà bien la preuve éclatante que le taux d’incidence, qui justifie toutes les mesures restrictives depuis 18 mois, est une incroyable escroquerie intellectuelle.
    Rappelons la règle du calcul du taux d’incidence.
    Pour un département de 100000 habitants, si 10000 personnes ont été testées avec 100 cas positifs, le taux d’incidence sera de 100.
    Pour le même département, si 100 personnes ont été testées avec 100 cas positifs, le taux d’incidence sera également de 100.
    C’est à peine croyable qu’aucun médecin ou journaliste n’ait dénoncé cette imposture qui est une insulte à la raison!

    • Je ne connais aucun politique qui ne cherche ou ne prépare sa réélection. Si la vaccination marche si bien c’est que tout simplement les Français ont vu son efficacité. Le reste n’est que verbiage de braillards.

      • François Hollande ??

      • Babu balbutie la propagande.

      • Vaccination qui marche si bien que les études récentes montrent sa perte d’efficacité contre le variant delta, que les vaccinés sont aussi contagieux que les non-vaccinés et qu’on en est à évoquer une 4ème dose (!!!) ?

        Le braillard est celui qui régurgite la propagande gouvernementale sans prendre la peine de s’informer par lui-même.

      • @Babu
        Bonsoir,
        Vu que la « vaccination » est depuis le début la SEULE solution/option envisagée -et TOUTES les autres écartées- elle ne peut pas ne pas « marcher ». Ca marche d’ailleurs tellement bien, qu’il a fallu l’imposer en menaçant les gens de perdre leur travail.
        Niveau efficacité… comment dire, quand même « vacciné » on doit toujours respecter les gestes barrières, porter le masque, se contenir de voir sa famille, dont les anciens, d’être susceptible d’attraper la maladie, d’être susceptible de la transmettre… pour moi efficacité proche de zéro. Alors oui, il a fallu diffuser la parole que la « vaccination » empêchait les formes graves, formes graves qui se produisent quand il n’y a pas de traitement et pas assez de places dans les hôpitaux, et pas assez de personnel (ce qui est récurrent en France depuis des décennies.)

    • Ce n’est surtout pas le vrai taux d’incidence calculé en épidémio qui est le nbre de nouveaux cas par habitants indépendamment du nombre de tests.
      Les positifs ne sont pas malades et pas contagieux pour moitié.
      Les morts COVID ne sont pas morts du COVID pour moitié.
      Par contre les violations des libertés ne sont pas à moitié.

  • Ce qui me parait évident c’est que la soumission (avec ou sans islam qui signifie soumission) est à l’ordre du jour. Soumission à l’état qui agit sans contrôle (conseil constitutionnel aux ordres, députés LREM fantoches…) et divise la nation pour mieux régner (Nation dont le concept est lui même nié).
    C’est pourquoi il est prioritaire de se réveiller et de tout faire pour se débarrasser de ce PR aux idées perverses.

    • Oui tout à fait en ce qui me concerne c’est barrage à Macron au second tour « quoi qu’il en coûte »

      • On sera au moins 2!

        • voter pour qui ? je ne vois personne . . . donc je ne voterai pas ; est-ce que c’est un « barrage » à Macron ?

          • Ne pas voter revient à soutenir le vainqueur de l’élection… Si Macron l’emporte, c’est comme si vous aviez voté pour lui, si Macron se fait battre, c’est comme si vous aviez fait barrage contre Macron…

            • @schelten
              Bonsoir,
              Ne pas voter revient à ne pas donner de crédit au système. Système qui est truqué depuis les débuts de la Vème République.

              « Si Macron l’emporte, c’est comme si vous aviez voté pour lui, si Macron se fait battre, c’est comme si vous aviez fait barrage contre Macron… »
              Discours typique de ceux qui ne comprennent pas la démocratie et qui ne savent pas comment sont faits les comptages des scrutins.
              Voter « contre » revient à voter « pour » un candidat qui ne représente pas. Si Macron ne vous représente pas, alors pourquoi voter pour quelqu’un qui vous représenterait encore moins ? Ca n’a aucun sens. Seuls ceux qui ont voté « pour » ont élu celui qui est déclaré comme tel.
              En France, les comptages se font sur les voix exprimées et non sur les voix de l’ensemble des citoyens officiels car inscrits. Aucun des 300 et quelques députés LREM (la majorité donc) n’a obtenu plus de 30% des voix des citoyens inscrits dans leurs circonscriptions, à part 2.
              Avec 60% d’abstention, les présidents de régions ne sont pas fait prier pour prendre les postes. C’est d’ailleurs pareil pour l’A.N.
              Votez pour celui qui vous représente le mieux ; s’il est battu, ne votez pas, le vote blanc ne compte pas.

              Il y avait 47 568 693 citoyens inscrits aux dernières élections présidentielles. 25,44% ne se sont pas déplacés, soient 12 101 366 ; 8,59% ont vu leurs bulletins compter pour du beurre soient 4 085 724. 16 187 090 ont été exclus de l’élection présidentielle soient 34,03%, plus d’un citoyen sur 3.
              56,39% des citoyens inscrits n’ont pas voté « pour » Macron (26 823 985)
              « Faire barrage », quelle blague !

  • Parier sur une mesure complètement liberticide, c’est bien audacieux, je trouve. C’est un coup d’éclat, et même si une majorité de français, bien étrangement y sont favorable, je ne suis absolument pas convaincu qu’à moyen terme, tout le monde continue d’accepter autant de contraintes pour vivre.
    Vous allez voir que rapidement ce pass va générer énormément de problèmes, c’est mécanique lorsque l’état fabrique quelque chose, cela ne fonctionne jamais comme prévu.
    Et puis, les premières suspensions pour défaut de vaccination vont arriver rapidement, on va bien voir comment cela se traduit …

    Je vois deux scénarios se profiler:
    1- le pass va perdurer au delà du 15 novembre, car une pandémie, c’est comme une comptabilité: on lui fait dire ce que l’on veut.
    2- le pass va s’arrêter, mais la vaccination devient obligatoire; ce qui me semble assez compliqué à faire.

    Je choisi plutôt le premier scénario.

    • « On » a sorti ce « pass » pour une micro-résurgence de la pandémie, alors même que nous en sortions. Pour mémoire pic de mortalité: plus de 800/j en mai 2020, plus de 600/j en Nov 2020…et le dernier soubressaut nous a fait allègrement monté à 132 en pic…
      Ce pass est uniquement « justifié » par la politique.

      • Exact. Le changement de plateau estival (passage d’un variant peu contagieux à un variant plus contagieux) nous a été vendu comme une 4eme vague égale à un tsunami.
        Encore un mensonge de Veran pour justifier une vaccination quasi-obligatoire/pour écouler les stocks.
        Ca rappelle le coup des masques… On en a pas, ils sont inutiles, on en a, ils deviennent obligatoires !!

    • Va quand même y avoir un moment un peu compliqué quand les tests ne seront plus remboursés, surtout s’ils sont toujours nécessaires pour par exemple se rendre à l’hopital.
      Je soupconne le gvt d’avoir fixé la date du 15/10 car c’est à ce moment qu’une potentielle vague pourrait apparaître. Et c’est en fonction de cela que certaines choses pourraient être décidées ou non ?

  • Créer un problème puis offrir, et même imposer la solution, avec des électeurs qui ont la mémoire courte, effectivement ça peut marcher pour un politicien cherchant à se faire réélire.

    (quand je dis « créer un problème », je ne dis évidemment pas que le Covid n’existe pas, mais qu’une maladie qui est très loin d’être la grippe espagnole, une maladie gérable, a été transformée, avec l’aide des médias aux ordres, en cataclysme du siècle)

  • Cette analyse est pertinente, je pense qu’elle décrit bien le calcul politique macronien. Autre point capital: le fait que le « pass sanitaire » sert essentiellement à dispenser de test les vaccinés, et au contraire à sur-tester les non vaccinés. L’épidémie, mesurée fallacieusement par le « taux d’incidence », apparaît ainsi comme causée principalement par les vaccinés.
    Reste une inconnue majeure: le comportement du virus pendant l’hiver. Si l’épidémie repart de plus belle avec un nouveau variant sur lequel les vaccins sont inefficaces, le succès de façade de la stratégie macronienne peut se trouver sérieusement écorné.

    • « causée par les non-vaccinés » vouliez-vous dire.
      Il trouvera une solution, comme à chaque fois, en changeant la méthode de calcul.

  • Si j’ai bien compris l’article, le gouvernement pourra cacher une éventuelle vague à l’automne en manipulant les chiffres. Si une telle vague se produit, comment va-t-il réussir à camoufler les réas surchargées ?
    Pour moi, la suppression des tests est destinée à inciter un peu plus à la vaccination. On peut chercher d’autres raisons mais dans ce cas, il faut que ce soit plausible ou alors dévoiler des documents mettant à jour cette raison secrète, ce que ne fait pas cet article.

    • La vraie raison est économique. Une personne hospitalisée coûte très cher. Ça coûte beaucoup moins cher de payer des vaccins.

    • Dans l’article je précise que les nouvelles vagues sont désormais plus des vagues de cas que des vagues de morts/hospitalisations. Pour la 4ème vague le nb de morts/jour a plafonné à une centaine (contre plus de 1000 lors de la 1ère vague). En contrôlant le nombre de cas, on peut donc décider si la vague est terrible (4 ème) ou controlée par la vaccination (5ème et +).

  • Il ne faudrait pas croire que parce que les gens sont vaccinés ou que l’épidémie recule qu’on va lui donner raison. Beaucoup se sont vaccinés par contrainte et non par choix.

    Le fait que Macron ait renié en sa parole restera et restera longtemps comme pour le passage en force du traité constitutionnel de 2007. Il s’est decrédibilisé ainsi que toute la classe politique et médiatique.

    • Le but de Macron n’est pas de plaire à une majorité de français. Il a juste besoin des 20-25% qui votent pour lui. Les autres sont quantité négligeable pour lui.

  • La stratégie de Macron c’est d’avoir son socle de 20-25% au premier tour et de tomber contre Marine Le Pen au 2ème. Le pass sanitaire lui permet de renforcer ce socle. Par contre il y a toujours le risque que quelqu’un arrive à dépasser Marine le Pen au 1er tour, dans ce cas la détestation de Macron pourrait effectivement lui jouer un mauvais tour.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de vaccination impérative visant à réduire la transmission du virus a un petit défaut, en sus d’avoir un peu piétiné droits et libertés de se déplacer, prendre un café, ou travailler : elle s’appuie sur des bases médicales très minces.

"Je me vaccine pour ne pas contaminer papy." "Les réfractaires sont des monstres, des bombes ambulantes, des fumiers, voire, pire, des anti-Science."

Tel est, depuis l'homologation des vaccins contre le Covid il y a treize mois, le message martelé dans la plupart des pays occidentaux, ... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Si l’actuel président de la République française, chef des armées et grand maître de l’ordre national de la Légion d’honneur, a tenu des propos gravissimes dans Le Parisien, ce n’est pas parce qu’il a utilisé un gros mot à l’encontre des personnes non-vaccinées. En réglant immédiatement leur focale sur la forme de ses déclarations, les éditorialistes de la presse bien-comme-il-faut ont fait mine de ne pas entendre l’essentiel. Car, n’étant certainement pas totalement incompétents dans les fonctions qu’ils occupent, ni le chef de l’État ni les... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles