Munitions russes : interdire leur importation nuit à l’Amérique, pas à Poutine

cartridges by Sergei F (creative commons CC BY 2.0)

Mettre fin à l’importation de munitions russes, c’est juste prétendre faire quelque chose de noble.

Par J.D. Tuccille.
Un article de Reason Magazine

Si vous êtes idéologiquement engagé dans une cause, comme l’imposition de politiques restrictives, il est frustrant de voir que les personnes que vous voulez atteindre refusent de coopérer. C’est encore plus exaspérant lorsque certains de votre camp perdent la foi et commencent à faire ce que vous n’aimez pas. Si vous êtes malin et peu enclin au compromis, vous pouvez alors trouver un moyen détourné d’imposer votre volonté et, accessoirement, de faire rentrer vos alliés dans le rang.

Selon toute apparence, c’est ce à quoi nous assistons avec l’interdiction par l’administration Biden des importations de munitions en provenance de Russie, une source importante de munitions pour le marché américain très réduit.

Le Département d’État américain a annoncé la semaine dernière :

Les nouvelles demandes de permis, ainsi que celles en cours, pour l’importation permanente d’armes à feu et de munitions fabriquées ou situées en Russie seront soumises à une politique de refus.

La date d’entrée en vigueur est fixée au 7 septembre 2021, et les sanctions devraient être en place pour un minimum de 12 mois.

Des sanctions pour répondre à l’empoisonnement de Navalny, rejetées par Navalny

Ces sanctions sont apparemment une réponse à l’empoisonnement, l’année dernière, du leader de l’opposition Alexei Navalny par le gouvernement russe. Il s’agit d’un crime vraiment horrible commis par un régime autoritaire contre l’une des rares personnalités qui continue à rassembler les dissidents contre le régime de Vladimir Poutine, même depuis la prison.

Cette semaine, Navalny a déclaré a déclaré au New York Times :

Il n’est pas nécessaire d’appliquer des sanctions à la Russie.

[…]

Pour l’instant, toutes les sanctions ont été conçues pour épargner presque tous les participants importants de la bande de gangsters de Poutine. Vous voulez des preuves ? Citez un seul véritable malfaiteur qui a souffert. Les avions, les yachts, les milliards de dollars dans les banques occidentales – tout est à sa place.

Navalny recommande de cibler directement les alliés de Poutine.

Comme le suggèrent les commentaires de Navalny, les restrictions sur les importations d’armes à feu et de munitions sont moins susceptibles de nuire aux fabricants russes bien connectés, qui trouveront presque certainement des acheteurs ailleurs, qu’aux consommateurs civils de ces produits. Dans un contexte de fracture sociale et de perte de confiance dans les institutions, les ventes d’armes à feu américaines sont en plein essor, les rangs des propriétaires d’armes à feu grossissent, et les fabricants de munitions se battent pour répondre à la demande. Couper la plus grande source unique de munitions importées aux États-Unis ne peut que réduire l’offre et faire grimper les prix des munitions.

Des munitions russes importantes pour les consommateurs américains

Greg Ellifritz, officier de police à la retraite et éminent instructeur en armes à feu, note sur son blog :

La disponibilité de munitions russes bon marché a agi comme une soupape de décompression pour les prix des munitions à étui en laiton produites dans des pays plus développés.[…] Lorsque les tireurs réguliers de munitions russes ne pourront plus se procurer leur dose, ils commenceront à acheter les produits que le reste d’entre nous utilise. Cela signifie que la baisse progressive du prix des munitions s’arrêtera rapidement. Le prix des munitions va augmenter de manière générale cette année et l’année prochaine.

La National Rifle Association-Institute for Legislative Action observe :

Les exportations de munitions vers les États-Unis ne représentent qu’un petit pourcentage du PIB de la Fédération de Russie, mais les munitions d’origine russe constituent une grande partie de l’approvisionnement en munitions américaines. […] Les propriétaires d’armes américains souffraient déjà d’un marché où la demande dépassait l’offre disponible. Cette nouvelle décision de l’administration Biden va sérieusement aggraver les problèmes d’approvisionnement actuels.

Les munitions de certains calibres spécialisés, comme le 5,45 x 39 mm, utilisé dans des armes spécifiquement d’origine russe, pourraient essentiellement disparaître.

Une obsession de contrôler les armes par le Gouvernement américain

Alors, pourquoi l’administration Biden imposerait-elle des sanctions commerciales qui feront certainement davantage de mal aux Américains qu’au gouvernement supposément visé ? Eh bien, l’administration a démontré qu’elle était déterminée à renforcer les restrictions sur les armes à feu. Mais, comme je l’ai souligné, les propriétaires d’armes à feu s’opposent fermement aux propositions restrictives et il est très peu probable qu’ils s’y plient – et le gouvernement n’est pas en mesure de les y contraindre.

Le fait que des personnes de la gauche politique et des membres de groupes traditionnellement démocrates défient les stéréotypes traditionnels et achètent des armes à feu pour se défendre est au moins aussi important. Plus que depuis de nombreuses années, la possession d’armes à feu est une expérience américaine et non une expérience qui appartient à une seule faction.

Plus tôt cette année, la National Shooting Sports Foundation (NSSF), un groupe commercial de l’industrie a annoncé :

Les ventes d’armes à feu atteignent des sommets en 2020, en particulier chez les Afro-Américains et les nouveaux acheteurs d’armes à feu. […]Les ventes chez les femmes ont représenté 40 % de toutes les ventes, et les achats des Afro-Américains ont augmenté de 56 % par rapport à 2019.

En 2020, des manifestations et des émeutes ont éclaté pour dénoncer le mauvais comportement des forces de police, en particulier envers les minorités. Il serait maladroit d’envoyer un an plus tard les forces de l’ordre sur des propriétaires d’armes à feu dont les rangs contiennent une proportion croissante de minorités. Mais resserrer la disponibilité des munitions et les rendre plus chères est un moyen de cibler les propriétaires d’armes à feu et, peut-être, de décourager les achats d’armes sans s’engager dans des confrontations politiquement périlleuses.

Cela dit, voici une bonne nouvelle : malgré certains discours apocalyptiques concernant l’impact des sanctions sur les importations de munitions russes, notamment les spéculations selon lesquelles les marques russes telles que Barnaul, Tula et Wolf représenteraient entre 20 et 40 % du marché, la situation ne semble pas si catastrophique. Les importations de munitions ont augmenté de 225 % au cours des deux dernières années, et la Russie est la source la plus importante, représentant 765 millions d’unités de munitions sur les 3,5 milliards importés, selon Small Arms Analytics & Forecasting (le Mexique et l’Italie sont les deux sources suivantes). Mais cela s’ajoute à environ 8,7 milliards de munitions fabriquées au niveau national, selon les chiffres de la NSSF de 2018. Même si quelque chose m’échappe (et c’est certainement le cas), les munitions importées de Russie constituent une part du marché plus faible que ce que beaucoup craignent.

Mais les sanctions sur les munitions d’origine russe vont certainement resserrer davantage les stocks et faire grimper les prix sur un marché où la demande est déjà supérieure à l’offre. Cela nuit beaucoup plus aux consommateurs américains qu’aux fabricants russes.

C’est le moment idéal pour les tireurs de s’assurer qu’ils conservent des munitions rechargeables en laiton. Oui, les composants de rechargement sont également en pénurie. Mais en mettant de côté les douilles et en acquérant lentement les composants pour le rechargement des munitions, les propriétaires d’armes à feu se protégeront des futures pénuries de munitions, qu’elles soient causées par des problèmes d’offre et de demande ou par une intervention politique.

Les obsédés du contrôle qui gravitent autour des postes gouvernementaux sont des personnes intelligentes et intransigeantes. Ils sont parfaitement capables de trouver des moyens de blesser les gens qu’ils n’apprécient pas tout en prétendant faire quelque chose de noble. Il ne tient qu’à nous de fermer ces portes dérobées à notre liberté.

Traduction Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.