Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand plus gaulliste que les gaullistes de LR

La position de Xavier Bertrand, candidat à la présidentielle mais refusant la primaire à droite, est très gaullienne. Mais est-elle pour autant adaptée à l’état de décomposition avancée de notre modèle social et politique ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Xavier bertrand-fondapol(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand plus gaulliste que les gaullistes de LR

Publié le 7 juillet 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Interrogé au journal télévisé de TF1, Xavier Bertrand a répété qu’il serait candidat à l’élection présidentielle et pas à la primaire envisagée par certains ténors de la droite. Ce serait pourtant un excellent moyen de transformer une querelle de personnes en débat d’idées, avec à la clef la possibilité de réintroduire le libéralisme dans l’offre politique à droite.

Le traditionalisme gaulliste de Xavier Bertrand

Xavier Bertrand a insisté sur la « cohérence » de sa candidature, qu’il relie à « sa conception » de l’élection présidentielle comme « rencontre d’un homme/d’une femme et les Français ».

La position de Xavier Bertrand est en quelque sorte, très « traditionaliste ». C’est celle du gaullisme classique inspiré par les institutions mêmes de la Cinquième république depuis 1962, et défendue par toutes les formations politiques s’en réclamant depuis la mort du Général. En 1962, de Gaulle fait modifier par référendum la Constitution de 1958 pour désigner au suffrage universel direct le président de la République. C’est une petite révolution aux effets immenses.

La modification constitutionnelle a entraîné un rééquilibrage de légitimité démocratique entre Président et Parlement : le premier devient aux yeux des Français tout aussi important voire plus, que les élus des assemblées. L’esprit parlementaire de la démocratie libérale s’efface un peu plus pour laisser la place à un exécutif tout-puissant1.

Le quasi-plébiscite présidentiel ne désigne pas idéalement un homme de parti, mais une figure singulière, incarnation politique de la sagesse, par-delà les querelles de factions et d’écuries idéologiques.

En quelque sorte, la conception gaullienne de la présidentielle vient consacrer la passion française pour l’homme providentiel, cette figure mythique de « sauveur2 » qui hante le pays depuis la Révolution française et promet de réconcilier des Français constamment divisés par les guerres civiles et les guerres de classes.

Pécresse et Wauquiez modernistes

Ceux qui souhaitent une primaire à droite, comme Laurent Wauquiez ou Valérie Pécresse, sont quant à eux des « modernistes » : ce processus de sélection des candidats à droite n’existe pas dans l’esprit originel de la Cinquième République, et n’apparaît qu’au XXIe siècle.

En un sens, il est même à l’opposé de la conception « providentialiste » gaullien : la compétition porte plus sur des programmes et des idées, elle oblige les candidats à se différentier et à faire émerger des idées nouvelles pour se distinguer au sein du paysage idéologico-politique. Le futur Président n’est plus l’arbitre au-dessus des partis, mais un candidat en campagne qui est porté au pouvoir par un programme réformateur (au moins en théorie).

La position de Xavier Bertrand est donc en quelque sorte, sur le plan des principes, plus gaulliste que celle des gaullistes officiels rassemblés au sein des Républicains. À cette considération de principe, Xavier Bertrand ajoute une note pragmatique, c’est une « machine à perdre » : le résultat des primaires, à droite comme à gauche, n’a pas réussi à désigner de champions dignes de ce nom.

On se souvient des candidatures de Benoît Hamon et de François Fillon qui se sont finies en échecs retentissants. De plus, l’élection d’Emmanuel Macron s’est quant à elle très bien passée de ces stratagèmes médiatico-politiques.

Ce que peut apporter la primaire

Pourtant, malgré les réserves raisonnables qu’elle suscite, la primaire est une opportunité sans équivalent à droite pour bousculer l’immobilisme qui pétrifie la classe politique depuis des décennies.

La conception traditionaliste défendue par Xavier Bertrand délie le président de la République de toute obligation de principes quant à ses prétentions réformistes. Ce sont les idées personnelles du candidat qui sont portées à la tête de l’État, variables en fonction de l’opportunité, des sondages et des intérêts de l’individu élu. Les positions de monsieur Bertrand elles-mêmes sont particulièrement ondoyantes, tantôt à gauche, tantôt à droite, jamais vraiment libérales et étonnamment complaisantes avec les communistes.

On pense à Jacques Chirac, le Président sans idées fixes, qui reste 12 ans au pouvoir en naviguant à vue sans faire les réformes libérales indispensables pour endiguer le déclin du pays.

La primaire obligerait les candidats à présenter clairement leurs projets et leurs ambitions, et donc à les contraindre à des obligations de résultat vis-à-vis des électeurs. En faisant participer ces derniers au débat interne à la droite, elle oblige ses représentants à clarifier leurs positions comme à évaluer leur popularité.

Cela pourrait aussi être l’occasion pour qu’une sensibilité protectrice des libertés individuelles, du marché libre et engagée contre l’État obèse puisse donner de la voix pour contrebalancer les voix sécuritaires et protectionnistes qui aujourd’hui sature le débat public. Rendre visible la liberté dans le débat public, ce serait déjà ça.

  1. Nicolas Roussellier, La force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France, XIXe-XXIe siècle, Gallimard, 2015.
  2. Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Seuil, 1990.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Pour désigner le candidat LR, je recommande le processus suivant : mettre tous les candidats : Pécresse, Wauquiez, Bertrand, Retailleau, Lisnard, Baroin? et les autres dans une salle avec 3 consignes.
    1) Elaborer d’abord un programme dans lequel tous se reconnaissent et s’engager à le soutenir et à le mettre en oeuvre après l’élection
    2) Déterminer ensuite le candidat le plus à même de porter ce programme et soutenir le programme et le candidat
    3) Pour tous s’engager en campagne aux côtés du candidat pour promouvoir le programme.

    Ca sortirait la droite de tous les pièges dans lesquels elle s’est vautrée depuis 45 ans.

  • Le Général est mort en 1971 ; si je compte bien, ça fait 50 ans. Il serait temps de lui réserver la place qui est la sienne, dans le livres d’histoire, point.
    Sans vouloir me moquer, comparer le 1m68 de l’agent d’assurance Bertrand à la statue du général est d’un ridicule achevé.

  • Quelle est la proportion, quel est le taux, quelle est l’importance de la main – mise des fonctionnaires de Bruxelles sur le destin de la nation ? Combien de nos lois, combien de nos options politiques sont – elles limitées, corsetée, censurées ou dictées par la commission européenne et ses décrets ? Le pouvoir, dans nos pays, n’a plus d’autre fonction que de gérer les restes. En France, heureusement, l’Europe n’interdit pas d’augmenter les taxes et de créer davantage de réglementation….

    • Pas plus de 20 %.

      Si ces fonctionnaires avaient du pouvoir, la France appliquerait les directives sur les assurances sociales.

  • Il a beau prendre son air le plus pénétré de sa propre importance, Xavier Bertrand n’a guère l’étoffe d’un Président de la République et sa candidature va – prenons en le pari – se dégonfler comme une baudruche dans les semaines qui viennent. En plus, ses positions politiques et ses préconisations dans cette crise sanitaire ne le montrent guère différent d’Emmanuel Macron. Dans ces conditions, pourquoi se présenter contre son alter ego otalement similaire?

  • Ah ! Ah ! Ah ! Bertrand, Pécresse, Wauquiez ou Tartempion, et pourquoi pas Barnier ? Tout ça n’est ni gaulliste, ni libéral, mais simplement des gens inféodés à la superbureaucratie européenne qui traite en direct avec la bureaucratie française et fait ratifier ses oukazes verts, décroissants et planifiés par les élus du peuple français pour faire croire que c’est la « volonté du peuple ». Tout ça n’est que de la tromperie !

  • Une Grenouille vit un Boeuf
    Qui lui sembla de belle taille.
    Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
    Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
    Pour égaler l’animal en grosseur,
    Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
    Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
    – Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
    – Vous n’en approchez point. « La chétive pécore
    S’enfla si bien qu’elle creva.
    Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
    Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
    Tout petit prince a des ambassadeurs,
    Tout marquis veut avoir des pages.

  • On peut être persuadé que Bertrand pense ne pas pouvoir accéder à l’Élysée. Il reste que pour lui, au lieu de végéter comme un légume dans un conseil régional qu’il connaît que trop bien, c’est le meilleur moyen d’avoir un ministère régalien dans un futur gouvernement.

    • C’est le plan diabolique de Macron : envoyer Bertrand torpiller le candidat LR pour lui assurer un 2nd tour contre Marine, avec un beau maroquin en cadeau, sans doute Matignon.

  • Il ferait un bon premier ministre.

  • Celui qui prétend vouloir représenter la droite a signé un accord le 22 octobre 2009 un accord de parti (et non d’échanges commerciaux entre 2 pays) entre le RPR et le PCC (Parti Communiste Chinois)

  • Les RSI créé par XB, combien de morts et de chômeurs ?

    Ce tocard n’a aucune honte.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a presque quarante ans, alors que je m’apprêtais à convoler avec mon cher et tendre, ma belle-mère a tenu à me révéler le secret d’un mariage réussi : si vous n’avez pas grand-chose à servir pour le dîner, compensez toujours par une belle table bien décorée. La boîte de sardines la plus sinistre aura soudain un charme fou à la lueur merveilleusement transformante des chandeliers.

L’anecdote est certes un peu désuète et elle ne manquera pas de faire sourire dans les cercles féministes qui rêvent d’instaurer un délit de non-partage ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Aymeric Caron et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. En 2014, quand il était chroniqueur dans l’émission On n’est pas couché, le premier reprochait au second de passer son temps à glander sur les bancs du Parlement européen et le second l’accusait en retour d’être un « branleur » agitant n’importe quelle rumeur pour faire son show.

Aymeric Caron candidat à la nouvelle union de la gauche

En 2017, timide rapprochement. Le patron de la France insoumise ayant reconnu le caractère « révolutionnaire » du vé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles