Xavier Bertrand candidat à la présidentielle pour une droite déboussolée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Xavier Bertrand candidat à la présidentielle pour une droite déboussolée

Publié le 25 mars 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France et ancien ministre, a annoncé hier sa candidature pour l’élection présidentielle de 2022 dans un entretien accordé au journal Le Point.

M. Bertrand a déclaré vouloir proposer un projet visant à « rétablir l’autorité », réhabiliter la « valeur travail » et promouvoir une « république des territoires » contre un « centralisme parisien » qu’il estime épuisé.

S’appuyant sur l’autorité du général de Gaulle, l’ancien maire de Saint-Quentin a justifié son refus de participer à une primaire à droite par la nécessité de porter un programme qui se veut au-dessus des partis. Fidèle à l’esprit de la Cinquième République, l’élection se fera pour M. Bertrand entre un projet et le peuple, et non sur un programme partisan.

Xavier Bertrand « au-dessus des partis »

Xavier Bertrand ménage sa distance avec la droite de gouvernement depuis quelques années. Celle-ci se déchire depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la tête du pays, car elle est incapable de trouver sa place sur un échiquier politique que le centrisme autoritaire macronien a bouleversé. « Les Républicains », à la suite de l’UMP, du RPR, de l’UDR, plus généralement de la multitude de mouvements gaullistes depuis le RPF de Charles de Gaulle lui-même, se voyait comme le parti organique de la Cinquième République.

Le macronisme l’a pris de court, et s’est érigé en héritier direct du centralisme autoritaire et technocratique des institutions gaulliennes, tandis que l’extrême droite reprenait la rhétorique populiste du « gaullisme-mouvement ». LR se trouve tiraillé entre ces deux tendances internes. Xavier Bertrand choisit son camp, rompt avec l’aile « droitière » et mise sur le discours « social » pour assurer sa visibilité dans le débat public national.

Il quitte donc l’UMP en 2017 quand Laurent Wauquiez en devient le dirigeant. Depuis, M. Bertrand essaie de se ménager un espace entre le centrisme macronien et le populisme mariniste. Célébrant le « capitalisme des entrepreneurs », pour mieux vilipender par la suite le « capitalisme à bout de souffle » dont la crise covid serait un révélateur, Xavier Bertrand ne cache pas ses affinités avec le socialisme autoritaire le plus rétrograde incarné par Arnaud Montebourg.

Sans parler d’identité de point de vue, les prises de position protectionnistes, le fiscalisme anti-GAFAs et la relocalisation à marche forcée au nom de la réindustrialisation sonnent assez familièrement à l’homme de droite élu sur des terres traditionnellement de gauche.

Bienvenue aux entreprises étrangères !

Au moment de l’affaire Bridgstone à Béthune, le défenseur du « capitalisme des entrepreneurs » a pris un ton plus punitif à l’endroit de l’entreprise. Le fabricant de pneus s’est vu accusé d’avoir rendu « non rentable » l’usine locale pour ensuite pouvoir la fermer : « Cette affaire, c’est une non-rentabilité organisée par Bridgestone. Quand vous n’investissez pas, vous tuez votre site en Europe. C’est la chronique d’une mort annoncée. » déclarait-il ainsi en 2020 à L’avenir de l’Artois.

Le message est clair : la liberté d’entreprendre n’est tolérée qu’encadrée et soumise à l’autorité politique. L’autoritarisme politique du candidat ne diffère pas fondamentalement de celui de ses adversaires, et il n’y a nulle trace de réforme fiscale de fond dans ses prises de positions d’aujourd’hui.

L’éloge de la souveraineté économique ne cadre pourtant pas très bien avec la critique du « centralisme parisien ». Sans doute faut-il voir ici un élément de circonstance propre à la situation des partis, des mouvements et des hommes de l’« ancien monde ». La droite modérée, comme le parti socialiste, sont devenus des formations d’élus locaux sans grands représentants nationaux.

La scène politique nationale est au contraire trustée par le RN et LREM qui par contre n’ont aucune assise en régions. Il ne s’agit pas d’une décentralisation réelle, mais de fédérer les élus locaux. La vraie décentralisation, dans laquelle l’État se désengagerait fiscalement et légalement pour accorder une plus grande autonomie politique aux régions à l’image du fédéralisme compétitif imaginé par Ronald Reagan en 1982, n’est pas près de voir le jour en France.

Faiseur de roi ?

Xavier Bertrand fera-t-il le poids face aux mastodontes Marine Le Pen et Emmanuel Macron ? Selon un sondage IFOP sur les intentions de vote des Français à la prochaine présidentielle, il pourrait arriver en troisième position face à Marine Le Pen (28 %) et Emmanuel Macron (24 %) avec 14 % des intentions de vote.

Il est donc très probable qu’il puisse se poser en « faiseur de roi » au second tour, et négocier avec la formation présidentielle sortante contre une extrême droite qu’il a toujours combattu. Culturellement, la droite de Xavier Bertrand a beaucoup plus d’affinités avec le centre d’Emmanuel Macron qu’avec le populisme de Marine Le Pen.

Xavier Bertrand témoigne de l’évolution d’une droite française déboussolée qui, pour survivre face à Emmanuel Macron, a abandonné le libéralisme politique toute honte bue. Seulement, en adoptant le discours de ses adversaires d’hier, il ne semble pas qu’elle propose d’alternative à une offre politique nationale déjà uniformément modelée par la panique sécuritaire et le socialisme étatique.

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Ces socialistes de droite je n’en veux plus…

    • Et je n’en peux plus ?

      • Il y a bien le maire de Cannes, qui a un discours « disruptif » comparé à l’ensemble de nos politiques (état obèse, redéfinition du rôle de l’état et qui cite F.Bastiat).
        Qui plus est, a géré un commerce et sait que l’argent ne tombe pas du ciel.
        Il commence à être attaqué de partout, signe qui ne trompe pas.

      • Zemmour? Mais à mon humble avis, s’il s’annonce ce sera en candidat surprise après l’été, une fois tous les candidats « classiques » déclarés ou presque.

      • Personne. Cela fait 50 ans qu’on nous fait payer des décisions que nous n’avons pas souhaité.
        Soit tout le monde paie un impôt sur le revenu et on le droit de vote, dès lors il pourrait y avoir des élections à la condition que les candidats justifient leur programme et que l’élu soit tenu d’appliquer son programme avec un suivi serré des résultats etc.

    • Et en plus, Le 22 octobre 2009, à l’occasion d’une visite en Chine, Xavier Bertrand a signé un mémorandum entre l’UMP et le Parti communiste chinois (PCC). (cf Wikipédia)

    • Vu le programme ci-dessus, je dirais plutôt un socialiste de gauche (par opposition à ceux d’extrême gauche).

  • Je me demande bien si on aura, comme pour les européennes, 34 guignols qui se battront pour dire la même chose: +++ État =Alpha et Oméga +++

  • La droite a loupé son tour avec Sarkozy en 2007 et a montré qu’elle n’était pas la droite,par élimination et après avoir tout essayé ou presque reste…

    • Xavier. Bertrand : la drauche dans sa splendeur.
      L’extrême-drauche, la drauche, le centre « tout et n’importe quoi, quoiqu’il en coûte », la gauche et l’ultra-gauche.
      Basta le socialisme à doses diverses, en 2022 il y aura une offre libérale, qui prend les paris ?

  • C’est étonnant de ne pas mentionner Edouard Philippe….car si comme nous le pensons l’épidémie repart jusqu’à la mi mai avec le loupé magistral des vaccinations ..Macron ne se representera pas…Et coucou ..Son ex prmier ministre va entrer dans la danse…Vous verrez..!!

    • Macron ne se représenterait pas ??? Vous y croyez une seule seconde ??? Non, il se représentera. Bertrand renoncera au bout de quelques sondages défavorables et se ralliera à Macron pour aboutir à Matignon.

    • @sainte- Avec son parcours raté vous souhaiteriez qu’E Philippe soit candidat ? Horreur ce type est un médiocre comme les siens

  • Selon vous, la droite a « abandonné » le libéralisme. Cela ne date pas d’hier. La droite n’est plus libérale, au sens économique du mot, depuis la seconde guerre mondiale.
    La sensibilité politique « Contrepoints » (libérale économiquement, autoritaire culturellement) n’existe pratiquement pas en France. Elle doit être à peu près au même niveau que les trotskistes.

    • Sans le pouvoir de nuisance de ces derniers,syndicats,enseignement,universités,médias….et j’en oublie!

    • « autoritaire culturellement ». Vous ne devez pas lire le même Contrepoints que moi, et confondre avec le site du parti communiste de Plaisir (no joke)…

    • La « droite » n’est libérale, ni économiquement, ni sociétalement! Juste des socialos sociétalement réacs!

  • Et voilà comment aider le président sortant à battre Marine Le Pen. Il fallait y penser. C’est fait. On aligne un cheval non pas de trot mais de trop pour le rabattage.

    • Et si c’était le contraire ?

      Vous supposez que Xavier Bertrand pourrait prendre des électeurs à Marine le Pen mais je ne vois pas en quoi Monsieur Bertrand pourrait séduire des électeurs du RN. Il est mou sur l’immigration et l’assimilation, il apprécie la loi Avia.

      Je le vois bien mieux séduire des électeurs de centre mou / centre-droit… Donc plutôt des gens qui voteraient Macron, pour le moment.

      • Cela me paraît tellement évident que j’ai pris le post d’aramits pour du second degré, ce qu’il est plus que vraisemblablement.

  • Poser la question à Sarkozy ce qu’il en pense

  • A tout prendre, le meilleur vote sera, faute de mieux, celui qui emmerdera le plus les élites en place, quitte à voter pour un c.. en trois lettres ( et je dis aussi merde à l’écriture inclusive en passant).

  • Il va perdre son temps… et notre argent!

  • faut bien faire parler de lui…

  • Il y a pourtant la place pour un programme libéral sur le plan économique et conservateur sur le plan social…..Mais qui pour l’incarner ? Le souci est là à mon avis .

  • Le problème, Président JACOB, c’est que vous ne souhaitez pas l’organisation d’une primaire élargie aux adhérents. La raison : RETAILLEAU est demandeur et LISNARD aussi. Votre choix c’est BAROUIN ou BERTRAND des « Bisous-nounours »

  • Bertrand, Bertrand…

    C’est pas le mec qu’a chouiné pour que l’état file du blé pour sauver l’usine Bridgestone ?

    Vous êtes sûrs qu’il est de droite ?

  • Fait il le poids ?

    A première vue on le croirait, vu sa silhouette grassouillette, mais c’est oublier qu’il est creux à l’intérieur…

  • Alors déja aucune envie de voter pour ce gus là, mais quand je lis ses intentions , s’allier avec le revenant espagnol qui bouffera à toutes les gamelles pour exister et modifier la loi « avia » au lieu de la supprimer tout simplement. je crois que c’est le genre d’individu qui ne doute de rien et qui a entendu des voix lui demandant de sauver la patrie. au secours !

  • XB, c’est monsieur RSI, la sécurité sociale des Indépendants, qui a détruit des dizaines de milliers d’entreprises et poussé de nombreux de leurs dirigeants au suicide.

  • Xavier Bertrand c’est la droite de la gauche, qui plus est étatiste, sans s’en cacher. Il fallait bien l’annonce d’une première candidature ceci étant dit. C’est un peu l’ouverture du bal.

  • Xavier Bertrand a sans doute tous les défauts du monde ; du moins n’a-t-il jamais fait de coup d’état sanitaire !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a presque quarante ans, alors que je m’apprêtais à convoler avec mon cher et tendre, ma belle-mère a tenu à me révéler le secret d’un mariage réussi : si vous n’avez pas grand-chose à servir pour le dîner, compensez toujours par une belle table bien décorée. La boîte de sardines la plus sinistre aura soudain un charme fou à la lueur merveilleusement transformante des chandeliers.

L’anecdote est certes un peu désuète et elle ne manquera pas de faire sourire dans les cercles féministes qui rêvent d’instaurer un délit de non-partage ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Aymeric Caron et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. En 2014, quand il était chroniqueur dans l’émission On n’est pas couché, le premier reprochait au second de passer son temps à glander sur les bancs du Parlement européen et le second l’accusait en retour d’être un « branleur » agitant n’importe quelle rumeur pour faire son show.

Aymeric Caron candidat à la nouvelle union de la gauche

En 2017, timide rapprochement. Le patron de la France insoumise ayant reconnu le caractère « révolutionnaire » du vé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles