Linkedin et réseaux sociaux : avènement du Dernier homme

Photo by inlytics - LinkedIn Analytics Tool on Unsplash - https://unsplash.com/photos/RJT2EWPR0d0 — inlytics - LinkedIn Analytics Tool ,

OPINION : tout en se vautrant dans le matérialisme le plus vil, nombreux sont ceux qui en même temps s’apitoient sur leur sort en rejetant systématiquement la faute sur autrui sur Linkedin.

Par Adnan Valibhay.

Les réseaux sociaux ont considérablement altéré la manière par laquelle les nouvelles générations conçoivent leur vie sociale. Cette révolution emporte nombre de conséquences sinistres lorsqu’elle conduit au narcissisme, à la superficialité ainsi qu’au règne des apparences.

A fortiori, quand les principaux utilisateurs de ces nouveaux moyens de communication sont des jeunes personnes particulièrement influençables et malléables évoluant dans un monde en perpétuel devenir, en manque de repères et où règne le chaos en raison de la disparition des figures traditionnelles d’autorité.

Linkedin et les réseaux sociaux : changement de paradigme

Les problématiques soulevées par ce changement de paradigme sont nombreuses.

Certains économistes comme Shoshana Zuboff s’émeuvent même de l’émergence  d’un capitalisme de surveillance, qui serait une évolution du capitalisme industriel, et dont l’originalité est d’orienter et d’exploiter les préférences personnelles des individus afin qu’ils consomment encore plus.

D’aucuns s’indignent de ces pratiques à l’éthique douteuse qui, tirant profit de la naïveté de la jeunesse des utilisateurs des réseaux sociaux, génèrent des revenus considérables.

C’est ainsi qu’en plus d’offrir leurs précieuses données à cette métastase du capitalisme de connivence où quelques entreprises seulement détiennent les parts du marché, les jeunes prostituent leur intimité, chutent dans la consommation, à jouissance immédiate, et se soumettent au règne mensonger des images et des apparences où chacun est son propre produit.

Instagram est symptomatique de cette tendance névrotique en ce qu’il est tout à fait commun d’y observer des personnages qui s’éblouissant d’une vie factice, s’émerveillant face à la gloire illusoire de recevoir l’attention de contemporains tout aussi perdus, n’hésitent pas à vendre leur vie, du moins ce qu’ils veulent bien en montrer, à des géants du web peu scrupuleux.

Linkedin et le nivellement par le bas

Ce nivellement par le bas est à mettre en perspective avec l’égalisation des conditions, qu’évoque Tocqueville dans La Démocratie en Amérique, et qui aboutit nécessairement à une régression constante vers l’égalité de fait.

En effet, il est infiniment plus simple de rendre les gens égaux en abaissant le niveau global qu’en le rehaussant, si bien qu’en plus de ce voyeurisme outrancier précédemment décrit, tend à émerger une glorification de la médiocrité et de la pleurnicherie, notamment sur des réseaux sociaux prétendument professionnels tels que Linkedin où nombre d’individus se gargarisent de leurs échecs et désillusions continus.

Comme bien souvent en matière de décadence postmoderne, Friedrich Nietzsche a savamment su prophétiser cette déperdition vers le misérabilisme dans Ainsi parlait Zarathoustra où celui-ci s’exclame face à la foule :

« Il est temps que l’homme se fixe à lui-même son but. Il est temps que l’homme plante le germe de sa plus haute espérance. Maintenant son sol est encore assez riche. Mais ce sol un jour sera pauvre et stérile et aucun grand arbre ne pourra plus y croître. Malheur ! Les temps sont proches où l’homme ne jettera plus par-dessus les hommes la flèche de son désir, où les cordes de son arc ne sauront plus vibrer !  Je vous le dis : il faut porter encore en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. Je vous le dis : vous portez en vous un chaos. Malheur ! Les temps sont proches où l’homme ne mettra plus d’étoile au monde. Malheur ! Les temps sont proches du plus méprisable des hommes, qui ne sait plus se mépriser lui-même. Voici ! Je vous montre le dernier homme. »

« Amour ? Création ? Désir ? Étoile ? Qu’est cela ? » – Ainsi demande le dernier homme et il cligne de l’œil. La terre sera alors devenue plus petite, et sur elle sautillera le dernier homme, qui rapetisse tout. Sa race est indestructible comme celle du puceron ; le dernier homme vit le plus longtemps. « Nous avons inventé le bonheur, » – disent les derniers hommes, et ils clignent de l’œil. »

 

Tout en se vautrant dans le matérialisme le plus vil, en s’inventant de toutes pièces une identité virtuelle sur Instagram, nombreux sont ceux qui en même temps s’apitoient sur leur sort en rejetant systématiquement la faute sur autrui, et sur la société sur Linkedin.

Pire, de plus en plus de personnes n’osent même plus paraître sous de bons auspices face à la médiocrité ambiante devenue la norme et dont il ne faut sous aucun prétexte s’extraire sous peine de connaître l’omerta, parachevant ainsi l’avènement du Dernier homme nietzschéen, qui ayant abandonné toute prétention à la grandeur, se complaît dans un bonheur vide de sens, en ne souciant plus que de deux choses, sa jouissance individuelle et son confort matériel.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.