OTAN : une ambition politique et militaire mondiale face à la Chine

L’organisation politico-militaire, créée en 1949 pour assurer la sécurité collective de l’Europe occidentale sous la tutelle des États-Unis, se sent désormais investie d’une mission à visée mondiale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

OTAN : une ambition politique et militaire mondiale face à la Chine

Publié le 15 juin 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Le comportement de la Chine est désormais un « défi systémique » aux yeux de l’OTAN, comme le rapporte l’Agence Reuters qui a eu accès au communiqué final concluant le 28e sommet qui s’est tenu à Bruxelles lundi.

L’organisation politico-militaire, créée en 1949 pour assurer la sécurité collective de l’Europe occidentale sous la tutelle des États-Unis, se sent désormais investie d’une mission à visée mondiale : « Les ambitions déclarées de la Chine et son comportement affirmé présentent des défis systémiques pour l’ordre international fondé sur des règles et pour les domaines qui regardent la sécurité de l’alliance », peut-on ainsi lire sur le communiqué rapporté par Reuters.

Dimanche dernier, le G7 exprimait la même défiance en termes plus mesurés face à la montée en puissance du géant asiatique. « Nous n’essayons pas de contenir ou d’immobiliser la Chine » déclarait Antony Blinken face à la presse lundi, sans doute pour éteindre l’incendie diplomatique provoqué par la prise de position des puissances occidentales sur le sort des Ouighours.

Cependant, son homologue britannique a exhorté les puissances occidentales à prendre des positions plus fermes pour défendre les démocraties occidentales. L’expérience récente de Hong Kong explique l’attitude moins conciliante du Royaume-Uni qui présidait le sommet cette année.

Contenir la Chine

Pour les États-Unis, l’OTAN permet d’impliquer ses alliés dans sa grande stratégie pour contenir l’expansion du rival chinois. Certains commentateurs ont salué le retour du « multilatéralisme » à Washington avec l’arrivée de Joe Biden, lui opposant « l’unilatéralisme » de son prédécesseur Donald Trump. Si la méthode entre les deux hommes diffère, l’objectif reste le même : désigner la Chine comme le nouvel ennemi stratégique, en plus de la Russie, et assurer à l’Amérique du Nord le leadership dans son endiguement.

Il y a entre les deux hommes une différence de conception essentielle du leadership américain, qui recoupe également le clivage entre démocrates et républicains sur la scène politique intérieure.

Alors que les démocrates cherchent à rassembler autour d’un projet en jouant sur les alliances, en particulier l’alliance atlantique, depuis George W. Bush Jr, les républicains les négligent ou du moins préfèrent des coalitions d’opportunité. D’un côté, l’internationalisme progressiste cherche le leadership avec l’adhésion de ses alliés, tandis que le réalisme « conservateur » le demande avec ou sans eux.

Dans ce débat idéologique au sommet, l’OTAN semble avoir jusqu’à présent été ignoré des deux côtés. Les républicains voyaient en elle une charge inutile et des contraintes pesantes bridant leurs entreprises militaires diverses et variées.

De leur côté, les démocrates depuis Obama avait délaissé la façade atlantique pour le pivot asiatique, jugé stratégiquement prioritaire.

Dans ce contexte, on comprend pourquoi Henry Kissinger réduit un rien méprisant l’organisation à un « ticket d’entrée » pour bénéficier du parapluie nucléaire américain1. L’arrivée de Joe Biden au pouvoir s’éloigne donc à la fois de la tendance « unipolaire » de Trump et de la négligence affichée d’Obama à l’endroit des Européens.

OTAN : vers une nouvelle guerre froide ?

L’OTAN est-elle donc repartie pour une nouvelle guerre froide ? L’organisation a changé de finalité depuis sa création et surtout depuis la chute de l’URSS en 1991. Une fois le principal rival des États-Unis décimé et les forces du pacte de Varsovie démantelées, l’organisation militaire ne s’est pas auto-dissoute.

Elle s’est réinventée comme protectrice de la sécurité européenne et comme véhicule de l’idéal démocratique américain, avec toutes les ambiguïtés que ce modèle peut fournir au monde2.

Aujourd’hui, en désignant la Chine comme adversaire stratégique, l’OTAN s’éloigne encore un peu plus de la lettre du Traité signé en 1949. Son objectif est devenu totalement déterritorialisé et au service des ambitions stratégiques des États-Unis partout sur le globe3.

  1. Henry Kissinger, L’ordre du monde, 2016.
  2. « OTAN », Frédéric Bozo, in Thierry de Montbrial, Jean Klein, Dictionnaire de stratégie, PUF, 2006.
  3. L’OTAN utilise pour la première fois l’article 5 de sa charte au moment du déclenchement de la guerre contre le terrorisme sous G. W. Bush Jr., la sortant définitivement de son rôle de protection limitée à une région du globe.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Devant l’incapacité des roitelets nationaux à finaliser une défense européenne plus de 75 ans après la fin de la dernière guerre qu’ils ont provoquée….Le déclin inexorable de l’Europe…..

  • Quand on a arrosé les bambous,
    on ne peut plus s’en débarrasser.

  • Je suis scandalisé par votre article. Nous sommes Français ! Nous n’avons pas à nous plier aux diktats Américains ! Les USA ont tout à perdre de la montée en puissance de la Chine (en particulier le dollar). Nous avons tout à gagner d’un succès (prochain) de la Chine (commercialement, intellectuellement, touristiquement,…). N’oubliez pas que depuis 1945, les USA ont provoqué plus de 50 guerres et tué entre 20 et 30 millions de personnes de par le monde. Depuis l’an 2000, les USA lancent en moyenne 46 bombes et missiles par jour ! Et vous vous réjouissez d’être non seulement l’allié mais le bon toutou de ces sauvages ?
    En outre, si les hommes politiques réfléchissaient un petit peu, ils constateraient que l’Europe serait la 1ère entité mondiale si elle accueillait la Russie en son sein. En matières premières, en ingénieries STIM, en taille de territoire? Quel intérêt d’avoir un OTAN si nous avons la Russie avec nous ? C’est ce que les USA ne veulent surtout pas ! Changeons les états d’esprit, ouvrons nos yeux et constatons que depuis longtemps, nous agissons en sujets de l’Amérique. Cela me révulse !

    • Sur les 50 guerres que les USA auraient pretendu provoqués, vous comptez ceux qui l’ont été par les agressions communistes de gouvernement ou de guérillas et révolutionnaires marxistes soutenues activement par Moscou?

      Vous vous offusquez que la France n’ a pas à être sous diktat américain, mais vous seriez prêt à accepter que la France soit sous diktat de la Chine et de la Russie dirigés par des despotes anti-occidentaux et anti-liberaux.

  • Un ministre français Alain Pierrefitte avait écrit »Quand la Chine s’éveillera »et elle s’est réveillée. Elle devient arrogante et provoquante comme l’Allemagne d’Hitler. L’Europe aveuglée par son nombrilisme ne voit pas le danger de la future colonisation asiatique. Et pour la troisième fois les Américains sont la pour nous défendre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a un an, j’exposais dans un article les données de l’invasion possible de Taïwan par la Chine, ce qui a malheureusement été confirmé par l’actualité récente.

En effet, le voyage de Nancy Pelosi, troisième personnalité politique des États-Unis, après le président et la vice-présidente, a été considéré comme une insulte par Pékin et a déclenché des manœuvres militaires ainsi que d’autres représailles.

Commençons par exposer les fondements de cette situation telle qu’elle se présentait dans un calme relatif il y a un an dans c... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles