Une Chine admirée mais crainte et détestée

Y aura-t-il une prise de conscience des points faibles du pays entraînant un changement de ligne, ou la Chine tentera-t-elle le passage en force, militaire au besoin ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
President of China, Xi Jinping arrives in London, 19 October 2015 by Foreign, Commonwealth & Development Office on Flikr (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une Chine admirée mais crainte et détestée

Publié le 13 mai 2021
- A +

Par Yves Montenay.

La Chine bat tous les records ! Même si ce n’est pas tout à fait vrai et qu’elle a de grandes faiblesses à long terme, cette idée est de plus en plus partagée. Et son orgueil enfle, semant la crainte et la détestation.

Non seulement elle accumule les succès, mais elle proclame qu’elle en prépare d’encore plus éclatants.

Les très grandes ambitions de la Chine

Un grand plan quinquennal et la proclamation d’une prochaine maîtrise de l’environnement témoignent de son ambition.

Ce quatorzième plan quinquennal prévoit de doubler la taille de l’économie chinoise dans les 15 prochaines années. Et pour cela il a programmé des offensives scientifiques tous azimuts : intelligence artificielle, informatique quantique, biotech, semi-conducteurs, neurosciences, médecine, exploration spatiale et maritime et recherche fondamentale.

Et bien sûr la continuation des dépenses militaires pour la modernisation de l’armée, et notamment de la marine.

Cet accent sur la science a pour but d’améliorer le classement de la Chine en matière d’innovation. Elle est actuellement à la quatorzième place des 130 pays du « global innovation index 2020 », les trois premiers étant la Suisse, la Suède et les États-Unis. La place de la Chine vient surtout de sa mauvaise note en matière d’efficacité des institutions, mais aussi de la complexité des affaires et d’un capital humain et de recherche encore insuffisant.

Ce sont les défauts classiques des pays communistes, mais ce n’est pas l’avis de la Chine qui veut au contraire planifier et financer sa mutation scientifique pour se transformer en pays le plus innovant si de la planète. Le symbole de cette volonté est le lancement du projet « de la grande baie » (celle de Shenzhen) qui devrait dépasser celle de San Francisco et sa Silicon Valley.

Le premier obstacle à franchir pour la Chine est celui de la dépendance envers les puces taïwanaises du champion mondial TSMC que Washington presse d’établir une usine aux États-Unis du fait des menaces chinoises sur Taïwan.

Cette percée scientifique est de toute façon nécessaire pour résoudre les problèmes écologiques.

L’environnement, un problème-clé

La pollution de l’air et de l’eau, et plus généralement la détérioration de l’environnement étaient devenu insupportables en Chine il y a quelques années. Il a fallu éloigner de Pékin des usines polluantes.

Mais c’était le plus facile, car on s’aperçoit que le pays est profondément endommagé. Entre-temps le problème est devenu international.

La Chine produit 30 % des émissions mondiales de CO2, contre 15 % pour les États-Unis et 10 % pour l’Union européenne (chiffres de 2016, donc Grande-Bretagne comprise). Bref, la Chine commence à être montrée du doigt comme le principal destructeur de la planète.

Il fallait réagir, au moins en paroles. La Chine a donc proclamé qu’elle plafonnerait ses émissions en valeur absolue dès 2030 et passerait à la neutralité carbone en 2060. Comme le charbon représente aujourd’hui une part importante de sa production électrique, cela suppose de grands progrès techniques… et le développement du nucléaire.

Mais il y a aussi ce qui tue les cours d’eau et se déverse dans les océans. Là aussi la prise de conscience mondiale du problème va diriger les regards sur la Chine.

Comme pour le virus, le contrôle de l’épidémie puis les vaccins, la Chine veut transformer un problème en réussite.

Les Chinois croient à ces contes de fées, ou du moins se sentent obligés de proclamer qu’ils y croient.

Une opposition interne ?

Les observateurs ont toutefois noté les propos de Wen Jiabao, Premier ministre retraité, et surtout de l’actuel, Li Keqiang. Le premier a déclaré que « la Chine devrait être un pays rempli d’équité et de justice où l’on respecterait la volonté du peuple » et le second a déploré que 600 millions de personnes avaient encore des revenus inférieurs à 129 euros mensuels.

À part ces réserves qui ne restent pas longtemps visibles sur les réseaux sociaux, la percée scientifique prévue, son application proclamée à l’environnement, et bien sûr les réussites industrielles et militaires ont poussé très haut l’orgueil chinois.

La Chine se met à agresser ses interlocuteurs

Cet orgueil vire facilement à l’impérialisme, verbal avec les loups guerriers, militaire en mer de Chine du Sud et face à Taïwan, et intellectuel sur le reste du monde.

Les loups guerriers

C’est le nom qu’ont pris de nombreux diplomates chinois et autres représentants internationaux de ce pays. Il s’agit d’attaques verbales violentes envers le pays hôte ou la position occidentale sur tout problème à l’ordre du jour.

Cela été illustré par l’incident d’Anchorage, où après une part de sa vigoureuse mise au point américaine, le représentant chinois explosa son temps de parole de dix minutes pour se répandre en propos peu diplomatiques pendant 30 minutes.

Cela me rappelle les déclarations leurs homologues soviétiques à l’époque de la guerre froide.

C’est inquiétant, car ou bien ces déclarations sont sincères, et confirment le caractère belliqueux, voire impérialiste de Chine, soit elles sont purement carriéristes, c’est-à-dire un excès de zèle pour se faire bien voir du président. Dans ce dernier cas les dirigeants chinois risquent de commettre des erreurs catastrophiques pour tout le monde.

Le cas de Taïwan est en train de devenir un test.

La menace sur Taïwan et la mer de Chine du Sud

La Chine a toujours revendiqué Taïwan, mais jusqu’à présent la menace n’a fait que favoriser l’élection des nationalistes méfiants envers Pékin.

L’étape suivante a été d’essayer de séduire la population taïwanaise en parlant de la formule « un pays, deux systèmes, comme à Hong Kong ». Mais la reprise en main de ce territoire et la répression actuelle ont enlevé toute valeur à cet argument aux yeux des Taïwanais.

Reste l’option militaire. Jusqu’à présent la flotte chinoise n’était pas assez puissante pour envisager une invasion. Mais les choses ont changé.

Les États-Unis multiplient leurs appuis verbaux à Taïwan, mais la flotte américaine ira-t-elle jusqu’à tirer des missiles sur une flotte d’invasion chinoise au risque d’une escalade nucléaire ?

En mer de Chine du Sud, Pékin transforme des atolls en bases militaires même lorsque les traités internationaux les attribuent aux Philippines, à la Malaisie ou au Vietnam. Les incidents se multiplient avec les pêcheurs de ce dernier pays.

Les marines militaires américaine, française et d’autres pays continuent à croiser en mer de Chine du Sud pour montrer il s’agit toujours d’une eau internationale, mais cela change-t-il quelque chose à cette annexion de fait ?

La multiplication des bases chinoises à l’étranger

En dehors des zones revendiquées, la marine chinoise multiplie ses bases à l’étranger, « comme les États-Unis et d’autres » rappelle Pékin. En pensant à la France, on peut citer Djibouti où la base chinoise est bien plus importante que les bases française et américaine, et maintenant Kiribati, au milieu de l’Océan pacifique, pays avec lequel la Chine est en train de traiter, ce qui agace beaucoup les États-Unis.

Et il n’y a pas que militaires, la Chine essayant d’imposer ses idées dans les médias étrangers.

La censure chinoise gagne l’étranger

D’après Evan Osnos dans The New Yorker « La Chine revendique l’exterritorialité de sa pratique de la censure. » En tant que principal importateur de pétrole du Golfe, elle a demandé et obtenu la censure par les pays arabes et l’Iran de la répression des Ouïgours.

Vedette du club de foot londonien Arsenal, Mesut Özil, Allemand d’origine turque, critique en 2019 la répression des Ouïgours par Pékin. La diffusion de ses matchs est annulée. En novembre de la même année, la mairie de Prague évoque Taïwan et la tournée d’orchestres de la capitale tchèque en Chine est également annulée.

Cela s’ajoute aux achats de journaux africains et de formation des journalistes en Chine.

Le cas australien

L’Australie a interdit les équipements 5 G de l’entreprise chinoise Huawei et demandé une enquête indépendante sur l’origine du Covid-19.

En représailles la Chine a imposé d’énormes taxes sur le vin australien et bloqué toutes les importations en provenance d’Australie, notamment celle de charbon, déclenchant des coupures de courant dans son propre réseau.

En novembre 2020 les diplomates chinois ont publié une liste « des 14 façons dont l’Australie empoisonne les relations bilatérales », ciblant notamment les réflexions anti chinoises de clubs politiques australiens.

La réaction de l’opinion publique a empêché les compromis demandés par les industriels australiens.

Une usine à articles scientifiques

L’influence intellectuelle (soft power) chinoise se fait également dans le domaine de la science universitaire. Soit pour faire du zèle, soit par consigne, les scientifiques chinois publient à tour de bras. Élisabeth Bik, qui tient le blog Science Integrity Digest, a reçu 400 demandes de publication d’articles qu’elle juge bidonnés.

Tout cela agace le reste du monde et en particulier l’Occident.

La réaction occidentale

Le ton général des médias du reste du monde vire de plus en plus à la sinophobie, sauf là où les gouvernements ont intérêt à de bonnes relations avec la Chine et où ils contrôlent la presse. Le gouvernement américain ne manque pas une occasion de proclamer défendre les règles internationales fondées sur l’ordre.

L’Europe est de moins en moins tolérante.

Le Parlement européen examine avec beaucoup de scepticisme l’accord sur les investissements chinois en Europe conclu dans les derniers jours de la présidence allemande du Conseil européen… et de celle de Donald Trump aux États-Unis. Comme en Australie en effet, les industriels allemands font pression à l’inverse de l’opinion publique pour de bonnes relations avec la Chine. Mais l’opinion publique compte au Parlement.

Pire encore, la Commission européenne évolue vers un contrôle des investissements étrangers, comprenez chinois. Elle enquêterait pour savoir si l’investisseur serait subventionné directement ou indirectement par son pays lors du rachat d’une entreprise européenne, ou lors de la candidature à surestime un contrat public de plus de 250 millions d’euros.

La Chine a-t-elle compris le fonctionnement des démocraties ?

Les déclarations brutales de la Chine se multiplient, et, comme prévu par Pékin, les milieux d’affaires occidentaux et notamment allemands plaident pour la compréhension car le marché chinois leur paraît fondamental.

Mais Pékin surestime l’influence des capitalistes occidentaux et oublie les électeurs, dont les gouvernements sont obligés de tenir compte. Comme d’ailleurs, à la longue, les entreprises elles-mêmes, qui doivent suivre leur personnel et surtout leurs clients.

À mon avis le gouvernement chinois sous-estime ses propres faiblesses, la démographie d’abord, mais plus encore l’aveuglement dû à la courtisanerie nécessaire pour survivre politiquement. Et surtout la faiblesse institutionnelle due au communisme rappelée ci-dessus.

L’offensive de séduction chinoise est donc pour l’instant un échec. Y aura-t-il une prise de conscience des points faibles du pays entraînant un changement de ligne, ou la Chine tentera-t-elle le passage en force, militaire au besoin ?

Mise à jour 14/05/2021

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • des mots, des intentions, des déclarations..

    imaginez qu’on juge « la France » aux propos de ses présidents… aux plans.. divers et variés avec leur objectifs..

    macron ne veut il pas changer le climat? ce n’est pas » impérialiste » ça?

    les actes….

  • Je n’ai pas réussi à lire tout votre texte tellement je bouillais de rage en voyant toutes ces contre vérités.
    La Chine a la meilleure organisation politique au monde. Il suffit d’étudier leurs réalisations, toutes annoncées de nombreuses années avant et de constater que tout est fait en temps et en heure !
    En matiere de pollution par tête d’habitants, la Chine est loin, loin derrière les Usa. Seulement, comme on leur a confié nos productions, il est normal qu’ils aient de la pollution. Je me suis arrêté là !
    L’histoire des Ouyghours est fausse de AaZ. Mais contrairement à la France, la Chine a pris à bras le corps le problème de ses terroristes islamistes de retour de Al Quaida et Daech.
    Hk, vous avez vu un seul char a HK ? Ils ont déjà attaque Taïwan ? Ils ne le feront évidemment pas.
    En revanche, pas un mot de toutes leurs aides à l’étranger, toutes avec arrières pensées bien sur !!!! Ils ont une politique de paix par le commerce la où nous occidentaux avions une politique de paix par la guerre !
    Ils commencent à hausser la voix ? Ça fait 150 ans que les chinois bouent de rage devant nos exactions !
    Bref, un papier que je vais utiliser aux toilettes ! Lamentable de bout en bout ?! Quand ferez vous de vraies informations objectives sur la Chine?

    • On peut vous renvoyer dos à dos. La Chine, c’est d’abord d’innombrables individus. Ne vouloir connaître que leurs dirigeants ou voir que la sortie de la misère et du sous-développement de la nouvelle génération est une réduction absurde. Déterminer, de plus, notre comportement envers ces individus sur la foi de ces généralités statistiques ou de ces dirigeants centralisateurs est une impasse. Cela, nous devrions le savoir, nous Français, mieux que personne !
      Le seul problème est dans le titre de l’article : il faut sortir de ces alternatives entre crainte et admiration, et entrer dans le domaine du marchandage sagace et néanmoins défiant. Avec les individus, qui ne sont pas plus de simples rouages d’une administration tentaculaire et omniprésente que les fonctionnaires français (??).

    • L’Occident a donné les clés à vos chers amis pour acheter pas cher, il s’est fait rouler et il va devoir changer les serrures (made in China?) pour très très cher…

    • Je suis généralement sinophile, ai vécu en Chine avec grand plaisir, et y retournerai probablement un jour.
      Cela dit:
      – La Chine a peut-être une organisation politique adéquate pour sa population et sa culture, ça se discute, mais la meilleure du monde, c’est un peu pousser Mamie dans les orties. Perso, si c’était mon choix, je préfèrerais l’organisation suisse et son insolente prospérité… Pour la France en tout cas.
      – Les destruction environnementale est indiscutable, et je ne parle pas du fantasme du CO2. En fait l’air pourri était une des raisons de mon retour en France: quand on entend un gosse de trois ans tousser à chaque fois qu’il court cinq mètres, ça calme. A relativiser car l’Occident a su réparer certains dommages du XIXe, XXe siècles, donc un rattrapage est possible et probable.
      Après il y a des choses discutables dans l’article, genre « le Parlement européen qui écoute l’opinion publique » alors qu’il me semble plutôt que ce sont les mêmes capitaines de connivence et agences qui manipulent l’opinion publique et placent leurs mignons dans les institutions.
      Idem pour les media: si les media se tournent contre la Chine, je doute que ce soit par esprit d’indépendance ou amour de la liberté. Les media, pour faire simple, c’est la gauche de connivence, celle qui censure tout et porte aux nues BLM, le covidisme confineur et le monstre de cirque nommé Greta.
      Je sais que c’est limite de l’homme de paille, mais entre le totalitarisme viril chinois et le totalitarisme gluant UE/woke/deep state, je préfèrerais que la France reprenne son indépendance.

    • Milrem, dommage de commenter en bouillant de rage. Pour un peu, on vous confondrait aisément avec un loup, c’est dans le style, vous avouerez. J’ai gagné? Loup?
      Pour ma part, j’adore la Chine, et si vous avez des éléments probants a fournir au débat, je suis preneur, je me méfie toujours des argumentations binaires, d’autant plus qu’en bon libertarien, je ne me réfugie jamais derrière un gouvernement.
      A mon échelle, je ne peux que constater que mes relations avec mes nombreux amis chinois sont en mode dégradée depuis 2012. Nous parlons de la pluie et du beau temps. Disons que nous faisons très, très attention a ce que nous disons ou écrivons. Après, je ne suis pas dans le secret des dieux ou du PCC.

    • Je savais que le PCC avait des gens qui étaient payés pour répandre leur propagande sur le net, en voilà un.
      Bon courage pour vous torcher le cul avec une page internet, cher kamarade

  • s(c)inophobie = anti-chinoïste ?

  • si la Nouvelle-Calédonie vote l’indépendance, elle deviendra une colonie chinoise…

    • Et les Néo-Calédoniens, dans l’affaire, vivront-ils alors mieux ou moins bien qu’en restant habitants d’un territoire français ? Se sort-on mieux dans la vie avec le Gaokao ou avec le Bac ? Et avec les acquis de la scolarité qui y prépare ?

      • La NC est une société très compliquée et a bien des niveaux, archaïque. Le clanisme règne. Une poignée de famille contrôle le secteur marchand, l’état français se charge du reste, avec des distortions du marché libre absolument grotesques, de fait, une approche globale de gouvernance archaïque, colonialiste même. Pour faire court, c’est une poudrière. Future colonie Chinoise? Sphère d’influence, sans aucun doute, mais de la à parler de colonie, non. L’indépendance est inéluctable depuis un moment, la sagesse aurait été de l’anticiper en accordant une large autonomie exceptée la politique étrangère et la défense. Les plus grands clients aujourd’hui sont la Chine et le Japon, demain les USA. L’UE n’est pas sur les radars, la France encore moins.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Depuis la parution de mon analyse prospective de la trajectoire politique wallonne « Du fédéralisme au communisme », on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20 % des électeurs. ... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles