L’Agence internationale de l’énergie en guerre contre le pétrole et le gaz

Pour accéder à la neutralité carbone d’ici 2050, l’Agence Internationale de l’Énergie propose de mettre fin dès 2023 à toute exploration pétrolière et gazière. C’est impossible et non souhaitable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
oil source https://unsplash.com/photos/MVA-zlTQdSE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Agence internationale de l’énergie en guerre contre le pétrole et le gaz

Publié le 22 mai 2021
- A +

Par Philippe Charlez.

Créée en 1974 à la suite du premier choc pétrolier, l’AIE est une agence autonome de l’OCDE. Elle est reconnue depuis toujours par les scientifiques pour le professionnalisme et l’objectivité de ses documents, la qualité des bases de données qu’elle produit ainsi que le raisonnable des stratégies proposées. En revanche, elle a toujours été ressentie par certaines ONG marquées à l’extrême-gauche comme un instrument de promotion des politiques énergétiques du grand capital.

Pourtant dans son dernier rapport l’AIE semble décidée à changer ses méthodes historiques et à rejoindre le clan des ONG qui l’ont toujours vilipendée.

Au nom de la neutralité carbone

Pour accéder à la neutralité carbone d’ici 2050, l’Agence Internationale de l’Énergie propose de mettre fin dès 2023 à toute exploration pétrolière et gazière.

Dans son précédent scénario le plus avancé qualifié de développement durable, les fossiles représentaient encore en 2050 près de la moitié de la consommation d’énergie primaire.

Dans son nouveau scénario, les énergies fossiles se réduiraient à 20 % (contre 80 % aujourd’hui) ne couvrant plus que les besoins de la pétrochimie. En revanche les énergies renouvelables produiraient 90 % de l’électricité mondiale, le reste étant assuré par le nucléaire lui aussi décarboné.

Cette baisse rapide de la demande de pétrole et de gaz naturel ne nécessiterait plus ni d’exploration ni de nouveaux développements. Les 400 milliards d’euros annuels dévoués aux activités d’exploration et de développement du pétrole et du gaz pourraient alors être redirigés vers les renouvelables pour en accélérer le développement. Cette prise de position très surprenante a été applaudie par la plupart des ONG.

Encore un petit effort : en remplaçant les 20 % de nucléaire par des renouvelables le directeur exécutif de l’AIE pourrait revendiquer un siège d’administrateur à Greenpeace ou Oxfam France !

Nous avions dans un précédent article expliqué pourquoi il était indispensable de continuer à explorer et à développer des champs de pétrole et de gaz et ce même en cas de forte réduction de la consommation future. L’erreur principale est de considérer un simple calcul d’épuisement des réserves pétrolières et gazières sans prendre en compte le déclin naturel de la production en moyenne de 6 % par an.

Les réserves prouvées et développées actuelles de pétrole et de gaz seront certes largement suffisantes pour couvrir la queue de demande. Pourtant arrêter toute exploration et développement et se contenter de vivre jusqu’en 2050 avec la production du socle déclinant, conduirait à une rupture offre/demande dès le milieu des années 2020 et engendrerait à moyen terme une flambée structurelle et incontrôlées des cours du pétrole et du gaz.

Cette flambée déboucherait sur une crise énergétique mondiale majeure source de tension internationale et de conflits sociaux particulièrement en Europe dépendante aujourd’hui à 95 % de ses approvisionnements pétroliers et à 80 % de ses approvisionnements gaziers.

N’en déplaise à l’AIE et ses nouveaux supporters, nous sommes malheureusement condamnés à continuer l’exploration et le développement de nouveaux champs pétroliers et gaziers durant de nombreuses années.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Disons que la démarche est tout de même cohérente, au moins en analyse superficille:
    On veut réduire les émissions de GES donc on souhaite réduire les énergies qui en émettent le plus.

    En France nos « élites » sont loin d’être à ce niveau:
    Pour diminuer les émissions de GES, on remplace une techno qui n’en émets quasiment pas (le nucléaire) par une multitude de technos qui en émettent toutes plus (Solaire éolien et en cosequence gaz…)

    • La cohérence est plutôt de l’incohérence, plus de la moitié de la population mondiale souffre d’un manque d’energie, si nous arrêtons d’en consommer en sacrifiant notre économie tout ces pays pourront enfin avoir de l’énergie et polluer. Vous avez bien compris, le but est l’anéantissement de la civilisation occidentale.

  • Une fois pétrole gaz charbon interdit ou disparu il restera le bois, la lampe à huile.. Peut être bien le moteur diesel !
    Bah, avec nos masques nous ne craindrons pas les particules fines et puis, nous serons tellement moins nombreux sur terre…

  • voyons…

    Etant donné, la volonté d’atteindre la neutralité carbone en 2050….sachant que vous pouvez interdire ce que vous voulez et obliger les gens à ce que vous voulez…..

    Bon…la question que le poserait à ces petites personnes est assez simple, comment réussirez vous à IMPOSER cela de façon sans consommer de fossiles..

    comment réussirez-vous un jour dans un monde, sans fossile ( mais où du fossile est disponible) , à entretenir une police et une bureaucratie assez vaste et puissante pour surveiller le monde entier???
    un peu comme le bonheur égalitaire collectiviste…comment faire pour ne pas consacrer énormément d’energie et de richesses pour surveiller que tout le monde est , fait , possède, exactement comme les autres..

    ça reste le coeur du problème…les gens ne veulent pas vraiment être comme les autres ni consommer autant d’energie que les autres… comment faire en pratique..?????

    on risque d’aboutir à un monde où , « pragmatisme » oblige, les fossiles seront utilisées par la police et la bureaucratie pour contrôler que le peuple n’en consomme pas…

    thomas pesquet… leonardo di caprio, les helimen ( hulot et l(autre) …
    les gens qui nous expliquent que l’on doit se passer de fossile le font TOUJOURS avec des fossiles..

    • +1
      En fait dans leur esprit, ce sont les autres qui doivent être zero carbone, eux c’est pas pareil. N Hulot a 8 véhicules à moteur dont un semi rigide avec un 225ch totalement surdimensionné.
      Prenez Cousteau, il était contre le tourisme de masse et les sites de plongées devaient être réservés aux scientifiques.. dont lui of corse.

      • VOILA…..la fameuse dénonciation du tourisme « de masse » aussi…ou du consumérisme…

      • oui mais tu comprends, c’est pas pareil..

        ces gens jouent d’ailleurs un jeu très dangereux..quand on aura bourré le mou à des gosses que les fossiles sont diaboliques…
        ils se planqueront où???

    • Comme disait Coluche : dites moi ce dont vous avez besoin, je vous expliquerai comment vous en passer

  • il n’y pas de complot…il y a l’exploitation de notre hypocrisie..de nos contradictions..

    • et si il ya complot…prouvez le complot ne vous contentez pas d’indiquer ce qui vous semble en être le résultat..

      je vous souhaite bien du plaisir.. prouver que des gens se sont SECRETEMENT mis d’accord …à l’heure où beaucoup appelle d’ailleurs à dépouiller les gens de leurs libertés pour leur bien..

      • il faut donc savoir lire, c’est tout, si c’est le cas plainte en justice et zou…

        si il faut déduire….aie..

        et le problème même avec les complots.. c’ets le secret, donc il faut des circonstances extraordinaires pour qu’un complot fait par des gens intelligents soit découvert ..
        les complots d’ailleurs sont en général, dans le but de renverser un puissant, pas de tromper le peuple..

        si on ajoute que le mensonge en france est considéré OUVERTEMENT comme acceptable si l’autuer jure qu’e c’est dans l’interet général… nos hommes politiques ont tous violé la loi pout financer leur campagne…. bah absouts…c’etait pas dans un but personnel..

    • …il y a l’exploitation de notre paresse intellectuelle…

  • Le fameux « bond en avant ».

  • qu’est ce que la neutralité carbone et a-t-elle un intérêt ?

  • C’est du grand n’importenaouac.
    De quel droit interdirait on les exploitations en gaz et pétrole ?
    Marre des écolos !
    Laissons faire le marché.

  • Normal, le CO2 n’a pas d’effet sur la température de l’atmosphère au-delà de 200 ppm. On est déjà à 400 ppm grâce essentiellement au réchauffement climatique (la combustion des fossiles n’a induit que 20 ppm d’augmentation) ce qui accélère la photosynthèse, par contre en-dessous de 150 ppm, elle s’arrête. Vouloir réduire le CO2 est criminel.

  • Dérive socialiste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Les prix élevés pour les métaux ?

Un analyste de l’Agence internationale de l’énergie, cité par l’AFP, donne la solution : « investir dans des nouveaux projets miniers. »

Mais où ? Avec quel argent ?

Cela ne risque-t-il pas de vous mettre à dos les écolos ?

Qui a envie d’investir ?

Les métaux ont chuté à travers le plancher en début de 2020, en raison de la fermeture des usines. Si des restrictions bloquent à nouveau les économies, les sociétés vont à nouveau essuyer des pertes.

L’opérateur d’une mine... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles