Covid : une campagne vaccinale ratée pour une majorité des Français

flu shot boy BY Vaccines Stock Photos(CC BY-NC 2.0) — Vaccines Stock Photos, CC-BY

C’est parmi les classes d’âge les plus élevées, c’est-à-dire les plus susceptibles d’avoir recours aux vaccins, que l’insatisfaction se fait sentir.

Par la rédaction de Contrepoints.

Pour 53 % des Français, la campagne vaccinale n’a pas été bien gérée par le gouvernement, révèle un sondage IFOP pour le Journal du dimanche publié aujourd’hui jeudi 20 mai. Les sondeurs notent tout de même une embellie pour l’exécutif, car le nombre de personnes interrogées qui au contraire saluent le travail de l’exécutif est en augmentation (47 %) :

« Alors que la confiance à l’égard de l’exécutif pour mener à bien la campagne de vaccination rasait le plancher après des débuts calamiteux en début d’année, l’avancée de la campagne et l’extension progressive des publics éligibles à la vaccination ont participé à la hausse constante de ce niveau de confiance, jusqu’à convaincre aujourd’hui environ la moitié des Français. »

Vous personnellement, estimez-vous que le gouvernement gère bien la campagne de vaccination? source IFOP/Le JDD

Sans surprise la réponse des sondés varie énormément en fonction de leurs positionnements politiques. Parmi les Français satisfaits de la campagne vaccinale, on retrouve 53 % de personnes se classant à la gauche de l’échiquier politique et 87 % soutenant la majorité présidentielle.

Les Français qui estiment la campagne vaccinale mal gérée se situent plutôt à droite avec 71 % pour le RN et 58 % pour les Républicains. On note toutefois que les sympathisants de La France Insoumise sont majoritairement critiques (57 %) du déroulement de la campagne vaccinale.

Défiance des seniors

C’est aussi parmi les classes d’âge les plus élevées, c’est-à-dire les plus susceptibles d’avoir recours aux vaccins, que l’insatisfaction se fait sentir. 51 % des moins de 35 ans approuvent la politique gouvernementale sur le sujet tandis que le ratio tombe à 46 % d’approbation au-dessus de 35 ans.

Après avoir promis des millions de vaccins en décembre, le gouvernement a dû faire face aux retards de livraison de certains vaccins, puis à une mise en place chaotique de leur distribution par un État aux rouages bureaucratiques incertains. Les hésitations sur la diffusion du vaccin Astra Zeneca ont achevé de créer un sentiment de défiance au sein d’une population déjà en partie sceptique sur son utilité. La logistique sanitaire de l’État stratège a eu du mal à suivre, et ça s’est vu.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.