Et quand vous serez déconfinés, vous ne serez plus libres…

QR code pour accéder aux restaurants, pass sanitaire pour se déplacer, drones pour votre sécurité… Avez-vous envie de vivre dans le « monde d’après » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
drones BY Andrew Turner(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et quand vous serez déconfinés, vous ne serez plus libres…

Publié le 23 avril 2021
- A +

Par Margot Arold.

Le déconfinement est le rêve de nombreux Français. Mais avant qu’il soit possible de retrouver un semblant de « vie d’avant », il importe à de nombreux politiques, Emmanuel Macron le premier, de bâtir le « monde d’après ». Et dans le monde d’après, il y aura peu de place pour la liberté.

Surveillés par des drones

La Loi sur la Sécurité globale vient d’être votée. Si elle a beaucoup fait parler d’elle à travers l’article 24, on a tendance à passer sous silence l’autorisation qui est faite dorénavant de l’usage de drones pour la surveillance de la population (article 22).

Les sénateurs, peut-être plus sensibles au respect des libertés civiles, avaient demandé que l’usage des drones soit soumis à une demande d’autorisation préalable. Une préoccupation louable mais balayée d’un revers de main par Gérald Darmanin :

« Cela complexifierait beaucoup l’utilisation de ces drones », a estimé Gérald Darmanin, y voyant une procédure qui irait « alourdir le travail de la police ».

La CNIL elle-même, a tenté de faire valoir que « les drones sont beaucoup plus intrusifs en termes d’images et d’atteinte à la vie privée que ne le sont les caméras fixes », mais Gérald Darmanin a tenu à rappeler que les avis donnés par la CNIL n’avaient pas forcément à être suivis.  « Ce n’est pas parce qu’une autorité administrative donne un avis qu’elle engage le législateur ».

En d’autres termes, pour Gérald Darmanin, tous ces protecteurs des libertés et des droits rejoignent dans l’usage qu’il en fait les pénuriques rouleaux de papier toilette…

Les sénateurs avaient par ailleurs interdit expressément, en commission, que les images captées par les drones puissent faire l’objet d’une technologie de reconnaissance faciale et d’une interconnexion automatisée de données.

Ce ne sera donc pas le cas, mais n’allez pas imaginer que la technologie est impuissante à le faire : pour résumer, il s’agit d’une option qui n’est pas activée. Mais qui pourrait l’être. Inutile de se réjouir qu’elle ne le soit pas pour l’instant. On a vu à quelle vitesse les lois peuvent changer ces derniers temps.

D’ailleurs cette loi était bien prévue pour aller encore plus loin.

« Les sénateurs ont par ailleurs rejeté l’initiative du gouvernement consistant à lui permettre de prendre par ordonnance, dans un délai de dix-huit mois après publication de la loi, ‘toute mesure relevant du domaine de la loi visant à modifier le régime juridique de la vidéoprotection’. »

Qui accèdera aux images filmées ? À peu près chaque agent en uniforme

« Le Sénat a élargi cette attribution aux agents de la police municipale et de la ville de Paris, des communes, des communautés de communes et groupements similaires ainsi que des services de sécurité de la SNCF et de la RATP.

Si de plus en plus de personnes auront accès aux images de vidéosurveillance, les protections restent maigres : les agents communaux qui regarderont qui se déplace dans quelle rue seront par exemple placés « sous l’autorité exclusive du maire » pendant le visionnage. Les personnels de la SNCF et de la RATP scrutant les quais de gare et du métro seront « individuellement désignés et dûment habilités par le représentant de l’État dans le département ».

Vu l’efficacité de l’État en matière d’organisation, tout porte à craindre que cette surveillance se fasse de manière de plus en plus sauvage.

Drones : qui sera surveillé ?

En matière de sécurité, tout est bon à prendre. Puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien. Et évidemment c’est pour lutter contre le terrorisme et toute forme « d’atteinte grave à l’ordre public ». Termes vagues englobant peut-être des situations qui paraissent aujourd’hui anecdotiques. Gilets jaunes ? Manifestations diverses ? Bonnets rouges ?

Pass sanitaire et QR codes pour vérifier que vous êtes sain

Vous aurez aussi droit au pass sanitaire. L’application TousantiCovid contiendra désormais un certificat de vaccination. Bien sûr le gouvernement n’oblige pas à se faire vacciner, ni n’oblige à installer l’application. Non, bien sûr.

En revanche, la mise en place de QR Code à scanner à l’entrée des restaurants, des concerts… remplacera le pass sanitaire si vous n’en avez pas :

« Les Français pourront ainsi « scanner » des QR Code à l’entrée des restaurants, bars, ou tout autre établissement accueillant du public. En enregistrant ce code-barre, l’application pourra alors garder l’information concernant l’heure de passage d’un client dans un lieu précis. Résultat : si un client ayant, lui aussi, scanné ce QR Code au même moment est dépisté comme positif au coronavirus, alors l’utilisateur recevra une alerte l’avertissant d’une éventuelle contamination. »

Cela est présenté comme étant « pour votre bien », pour votre santé.

« L’application ne donnera ni plus, ni moins de droit », résume-t-on ainsi au ministère. Elle se veut simplement être « un outil pour faciliter la vie des Français, améliorer le travail de ceux qui devront vérifier les tests ou vaccins et donc fluidifier les voyages ». 

Toujours l’argument de votre sécurité, de votre confort, de la simplification administrative.

Qui aura accès à vos données de santé ?

Souhaitez-vous qu’un agent de l’État quel que soit son métier, son statut, son grade, ait accès à votre intimité ? Cela ne regarde-t-il pas exclusivement deux personnes, vous et votre médecin ? Un médecin ne garantit-il pas la confidentialité des informations qu’il a sur vous, qu’en sera-t-il de ces données vaccinales délivrées à tort et à travers ?

Avez-vous envie que vos droits soient conditionnés par votre santé ? Au pays de la Sécurité sociale et de l’égalité, cela fait un peu désordre…

Avez-vous envie que ce soit un agent, ou un QR code qui conditionne votre acceptabilité sociale ? Aujourd’hui le Covid, et demain ?

La France est en chemin pour accepter le crédit social cher aux Chinois. Et avec l’argument facile de « plus de sécurité », nous y perdrons tous nos libertés, à coup sûr.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Tout ça pour une maladie nosocomiale.

  • Des qu’on a accepté qu’on apmelle « guerre » des choses qui ne le sont pas les libertés ont ete condamnées. Guerre contre la drogue, guerre contre le terrorisme, guerre vontre la maladie, guerre contre la pauvreté. Etc…
    Pour recuperer la liberté il faudra faire une guerre contre l’Etat liberticide.

  • Des drones qui remplacent des regards ou des applications qui remplacent du papier, ce ne sont que des changements du support de stockage des informations, et ne constituent pas en eux-mêmes des modifications du niveau de liberté .
    Les sénateurs, eux, font preuve de discernement en s’intéressant à l’utilisation de ces données stockées.

    • Pas tout à fait car il y a une automatisation du processus qui permet de contrôler tout le monde ou presque alors qu’avant c’était une partie très infime de la population.

  • S’agissant des drones, ils serviront bien évidemment aux communes qui pourront survoler votre propriété et vérifier que votre cabanon de jardin a bien été déclaré.
    Pour ce qui est des QR code, je n’entends personne dire que tous les Français ne sont pas équipés d’un téléphone pouvant supporter cette application.
    Mais ça le gouvernement n’en a cure, s’il le faut il donnera des primes aux Français les plus modestes pour qu’ils puissent remplacer leur mobile.
    Que ne dirait-on si toutes ces mesures liberticides avaient été mises en place par un gouvernement réputé non démocratique ?
    Mais là, ça passe, grâce à la complaisance, voire la collaboration des médias.
    Christophe Barbier, l’homme à l’écharpe rouge, est dans la droite ligne de Matignon et fait le service avant-vente du « pass sanitaire » depuis bien longtemps.
    Nous n’avons plus affaire à des journalistes qui nous informent mais à des personnages qui nous infligent leur opinion, parfaitement compatible avec la politique du gouvernement.
    C’est bien le drame de notre époque où on ne sait plus qui est de gauche ou de droite, où les anciens lanceurs de pavés sont devenus des bourgeois qui tremblent devant le moindre désordre qui pourrait nuire à leur épargne si chèrement acquise grâce à des mandats électifs plus ou moins fictifs.

  • Je commence à me demander si un candidat qui n’aurait pratiquement comme seul objectif et slogan de campagne de redonner leur libertés fondamentales aux français, n’aurait pas ses chances….

    • Un candidat comme vous le décrivez, j’en rêve.
      Imaginons un instant que nous n’ayons pas eu de gouvernement depuis un an, les médecins auraient soigné les malades, les commerces n’auraient pas été mis à l’arrêt, nous pourrions taper la discute au petit café du coin et le bilan sanitaire serait certainement meilleur.

    • Pas sûr qu’il aurait ses chances maintenant qu’une bonne partie de la population est conditionnée

    • On aurait le même genre de débat pour distinguer les libertés fondamentales des non-fondamentales que pour les commerces essentiels ou non-essentiels.
      Un candidat promouvant les libertés ne sera jamais élu, parce que l’électeur comprendra qu’il s’agirait des libertés pour les plus puissants que lui de lui nuire et de l’arnaquer. Et qu’il n’aura peut-être pas si tort que ça…

  • 30 octobre 2020 :
    3 400 patients environ en réanimation.
    49 215 cas de contaminations sur les dernières 24h.
    La France débute le second confinement.

    23 avril 2021 :
    5 959 patients en réanimation.
    46 413 cas de contaminations sur les dernières 24h.
    La France prépare le déconfinement.

    Quand y’a moins de malades ils nous enferment, quand leur nombre augmente ils nous libèrent.
    Comment des gens arrivent encore à croire que nos dirigeants prennent leurs décisions sur des critères sanitaires et scientifiques ?

    Et je ne parle même pas de l’Inde, dont on nous a fait les gros titres récemment, avec son variant et son pic à 315 000 contaminations, comme si c’était un chiffre absolument dantesque. L’Inde, c’est 1.3 milliards d’habitants, soit 20 fois la population française : proportionnellement, pour un français qui meurt du Covid, il devrait y avoir une vingtaine de décès indiens environ. Et pourtant, depuis le début de l’épidémie, ils en sont à 185 000 morts.
    Même pas le double de la France (et ses mesures sanitaires exceptionnelles) avec une population vingt fois plus importante. Dans un pays où la distanciation sociale ne doit pas être facile à respecter. Et où la plupart des malades sont soignés à l’hydroxychloroquine.

    Mais on s’en moque après tout. Laissons-les continuer à empiler les cadavres, à interdire des traitements, à verbaliser des innocents et à instaurer un pass sanitaire, du moment qu’on peut retourner dans les bars !

    Je suis si fatigué patron…

    • Merci pour la pertinence de votre analyse et bravo pour votre maîtrise de l’arithmétique.
      J’ai parfois l’impression que nous ne sommes plus qu’une minorité à avoir appris la règle de 3 à l’école, pour mes filles ça s’appelait le tableau de proportionnalité.
      Ce qui est certain, c’est que peu de journalistes se souviennent de cela et c’est bien dommage car comment peut-on raisonner si on ne sait pas compter ?

    • Il y a encore pas si longtemps, la désinformation consistait à masquer ou volontairement oublier les chiffres et les données qui ne vont pas dans le sens du discours officiel.
      Désormais, les journalistes sont capables de citer comme arguments des faits qui ne vont pas du tout dans leur sens, même plus besoin de mettre sous le tapis les informations gênantes.

      Mon « analyse » ne m’a pris que quelques minutes, et sans vouloir me dénigrer, elle n’a pas été d’une très grande complexité. Comme Jean-Paul et vous le soulignez, souvent il ne s’agit que d’effectuer une petite règle de 3. D’autres fois, il suffit de quelques minutes sur un moteur de recherche pour vérifier une information. Et dans certains cas, il suffit même juste de réfléchir un peu. Pourtant, on dirait que le dicton « plus c’est gros plus ça passe » n’a jamais été aussi adapté à l’époque.

      Du coup, je ne sais pas ce qui est le plus effrayant : que les journalistes soient devenus aussi malhonnêtes, ou que les gens absorbent leurs articles malhonnêtes sans réfléchir un seul instant…

  • J’avais visionné un épisode de Black mirror sur le crédit social. Il conditionne tout, travail, amis, sorties… J’avais trouvé ça effrayant mais je m’étais dit, ouais, bon, quand même, c’est pas près d’arriver ce truc.
    Ça fait peur

    • Le problème c’est que des gens de l’Etat ont sûrement regardé cet épisode mais ont trouvé l’idée géniale…

  • et nos députés acceptent de voter cela ???
    A quoi servent-ils donc ???

    • A rien car la majorité est celle du gouvernement, toujours le même problème des législatives dans la foulée de la présidentielle…

  • Encore une fois, PK Dick avait anticipé avec son fameux « c’est pour votre bien » permettant à tout gouvernement d’instaurer une surveillance globale des citoyens.
    Pour les QR codes à l’entrée de certains commerces, il est regrettable que des commerçants cautionnent ce système. En tout cas, pour ma part, je n’ai pas besoin des restos pour me nourrir, mais eux, ils ont besoin de clients…

  • Je suis de plus en plus en colère et ….
    Non je ne veux pas vivre sans mes libertés que nos aïeux ont acquis après de longues et difficiles luttes.
    Je ne veux surtout pas tout attendre de nos zélites zélus bureaucrates qui, sous le prétexte de nous protéger, nous mentent sans arrêt pour défendre leurs propres intérêts et ceux des puissants qui les téléguident.
    Je ne veux surtout pas dépendre d’incompétents qui dépensent mal notre argent et qui en vivent confortablement toute leur vie en nous divisant sans cesse et en nous désignant des faux coupables de tous nos problèmes.
    Je veux pouvoir avant tout dépendre de moi-même et je voudrais, si toutefois c’est encore possible, avoir un Président et un gouvernement honnêtes et compétents à la hauteur de leur ambition. Des gouvernants qui ne voudront pas s’occuper de tout mais qui auront des résultats positifs en matière d’enseignement, de sécurité et de santé avec un dimensionnement de ces 3 domaines ajusté à la réalité et à l’évolution de la France.
    Je voudrais un Président et un gouvernement jugé sur leurs résultats et que ceux qui échouent ne continuent pas à vivre confortablement sur notre dos. Qu’ils se débrouillent tout seuls comme nous

  • Cela ne date pas d’aujourd’hui que l’état nous surveille, et si ce n’est pas l’état c’est votre voisin…. Vraiment vous êtes tous paranos.

    • Pour info, il y a des maladies beaucoup plus grave que le covid, rougeole par ex. J’ai jamais eu de passeport.

      • La tuberculose est très contagieuse et très dangereuse pour les porteurs du sida. Mais eux auront le droit de rentrer dans un restaurant.

  • L’argument massue que j’utiliserai toujours en cas de litige avec qui que ce soit, public comme privé: ma santé, mon libre-arbitre et ma responsabilité ne regarde que moi.

  • Bravo a mon commentaire passé à la trappe du ou des modos. je ne vous salue pas et quitte votre site qui vu comme vous le présenter n’est qu’un énième site de gros beaufs. merci

  • Je me dis que les drones ne servent à rien si la justice et la police/gendarmerie ne peuvent pas faire leur travail à cause de lois débiles et de budget en rade.

  • Quand je vois ce qui se passe en Israël, j’attends le monde d’après avec impatience et enthousiasme, n’en déplaise aux grincheux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles