Le maroilles devrait dire au Nutri-Score : « tu pues ! »

L’État nounou voudrait interdire la publicité pour les produits alimentaires classés D et E aux moments de grande écoute des enfants. M. Xavier Bertrand demande une exemption pour le maroilles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Maroilles BY Frédérique Voisin-Demery (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le maroilles devrait dire au Nutri-Score : « tu pues ! »

Publié le 19 avril 2021
- A +

Par André Heitz.

Terres et territoires rapporte le 6 avril 2021 que M. Xavier Bertrand – présentement président de la région Hauts-de-France, candidat à sa succession, précédemment (entre autres) ministre de la Santé du gouvernement Dominique de Villepin, et candidat déclaré à la présidence de la République – a formulé une étrange demande à propos du maroilles et du Nutri-Score.

Le Nutri-Score, information, mésinformation, désinformation promues par l’État

Le Nutri-Score est une invention absolument géniale (si, si…). Il permet au consommateur de faire ses courses en accordant son attention à sa santé et, en cas d’addiction au logo affiché en face avant du produit, de virer orthorexique (et probablement, parce qu’il aura écarté des aliments indispensables mais mal notés de son caddy, malade).

En revanche, si vous cherchez à comprendre comment fonctionne le Nutri-Score et comment il doit être appliqué, vous risquez l’indigestion.

En bref, un score est calculé grâce à un algorithme prenant en compte, pour 100 grammes ou 100 millilitres de produit, la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, huile de colza, de noix et d’olive) et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel).

On fait la somme des plus et des moins, soustrait les premiers des seconds, et le score obtenu est converti en un logo à cinq lettres (pour ceux qui savent lire) et cinq couleurs (pour tous, sauf peut-être les daltoniens).

C’est là le principe de base. Dans la pratique, c’est bien plus compliqué. Et déconnecté de réalités élémentaires.

Illustration du résultat : des enfants sont privés de la célèbre pâte à tartiner qui fut au centre d’une mini-crise diplomatique avec l’Italie causée par Mme Ségolène Royal parce qu’elle est classée E, alors qu’en usage normal, on met quelques grammes sur la tartine.

De l’usage volontaire à l’obligation, les grandes manœuvres

Selon le site précité :

« À la suite d’une demande du Ministère des Solidarités et de la Santé, Santé publique France a créé un système d’étiquetage nutritionnel à l’avant des emballages : le Nutri-Score, qui peut être apposé par les producteurs sur leurs produits sur la base du volontariat. »

Des manœuvres tendant à renforcer le système sont cependant récurrentes. On a ainsi tenté d’imposer l’obligation d’utiliser le Nutri-Score dans les messages publicitaires dans le cadre de la loi dite Egalim, puis dans la loi « souveraineté culturelle à l’ère numérique ».

L’Assemblée nationale a adopté le 21 février 2019 une proposition de loi – déposée par la formation qui a osé s’intituler « la France insoumise » – « visant à améliorer la qualité nutritionnelle des aliments et à encourager les bonnes pratiques alimentaires » (dossier législatif de l’Assemblée nationale).

Elle semble être en cale sèche au Sénat. Elle prévoit également cette obligation, mais assortie d’une possibilité d’y déroger « sous réserve du versement d’une contribution dont le produit est affecté à l’Agence nationale de santé publique ».

Selon un rapport de juin 2020, « Évolution des messages sanitaires devant accompagner les publicités de certains aliments et boissons et préconisations concernant l’encadrement du marketing des produits gras, sucrés, salés en direction des enfants »,

« Santé publique France préconise de limiter les communications commerciales des produits classés D et E selon le Nutri‑Score ainsi que les communications pour les marques associées à ces produits, en télévision et sur Internet pendant les tranches horaires qui sont le plus regardées par les enfants. Ces deux médias représentent 80 à 90 % des investissements publicitaires alimentaires. »

Le mot « limiter » du résumé relève de la litote. Il s’agit plus précisément – on l’aura deviné – d’interdire la publicité, le placement de produits et le parrainage TV pendant des tranches horaires à définir (trois options sont proposées). Pour Internet, il nous semble qu’il y aura quelques difficultés, mais impossible n’est pas français…

L’UFC-Que choisir et six autres associations ont bien sûr sauté dans le train avec une pétition le 16 septembre 2020. Avec un succès « mitigé » (un peu moins de 100 000 « signatures » à ce jour).

Le coup est également tenté dans le cadre du projet de loi « Lutte contre le dérèglement climatique » sous la forme d’un rapport que le Gouvernement devrait remettre à l’Assemblée nationale.

Il y a de quoi en faire un fromage

C’est à ce stade qu’on peut revenir au maroilles et M. Xavier Bertrand.

Il va de soi que réduire une matière aussi complexe que l’équilibre alimentaire à une échelle à cinq degrés allant de vert = très bon à rouge orangé = très mauvais, sans aucune autre indication, relève de la prestidigitation, sinon de la supercherie. « Nutri-score : un logo infantilisant et pas vraiment utile » écrivait ainsi M. Christophe de Brouwer sur Contrepoints.

Nombreuses ont été les critiques formulées contre ce système que ses promoteurs auront réussi à « vendre » à Santé publique France, au prix d’un lobbying intense, face à une concurrence ayant proposé de bien meilleurs outils (peu utiles, sauf dans un État nounou doté d’une bureaucratie adepte du toujours plus de réglementation et de contrôle).

Meilleurs quoique toujours aussi criticables sur le plan des principes – l’instauration d’une sorte de police de l’assiette (voir aussi « Nutri-score, pubs interdites : est-ce à l’État de décider de notre alimentation ? » de M. Jean-Paul Laplace et « Un Nutri Score climatique, le prochain délire écologiste ? de M. Brice Gloux sur Contrepoints).

Xavier Bertrand vient donc de découvrir, selon Terres et territoires » que le « maroilles, emblématique de la région […] pâtit malheureusement du mode de calcul et du barème du nutri-score, héritant quasi-exclusivement des notes D et E au contraire des produits fromagers industriels ultra-transformés. »

L’analyse est fausse : les produits industriels – produits allégés exceptés – sont logés à la même enseigne. D’ailleurs, on peut s’interroger sur la notion de « produits fromagers industriels ultra-transformés » ; un fromage est un fromage… et un maroilles sous AOC/AOP peut être « industriel ».

Une demande mal fondée, mais dirigée, bref à relents électoralistes

Xavier Bertrand demande donc dans un courrier adressé au ministre de l’Agriculture « d’accorder une exemption [aux] produits sous indications géographique AOP et IGP dans le cadre du calcul du Nutri-Score », et plus particulièrement les fromages. Il a, bien sûr, mis en œuvre l’argument de l’émotion : « Il faut défendre cette agriculture qui participe au patrimoine gastronomique français ».

Mais pourquoi saisir le ministre de l’Agriculture ? Pour une exemption pour l’attribution de laquelle il n’aurait sans doute pas compétence… dans une situation, encore largement hypothétique, qui exige probablement une loi ?

Pourquoi les seuls produits sous indication géographique ? Serait-ce pour faire vibrer la fibre régionale à l’approche des élections ?

Admettons que l’interdiction – oups ! la limitation – soit mise en place et que M. Xavier Bertrand obtienne satisfaction : on pourra faire de la publicité aux heures de grande écoute des enfants pour le maroilles et le munster (Nutri-Score D – « mauvaise qualité nutritionnelle selon Open Food Facts), et le roquefort, par exemple de la multinationale Lactalis (Nutri-Score E – c’est pire), mais pas pour ce célèbre fromage des gastronomes en culottes courtes (Nutri-Score D, mais pas IGP).

Si M. Xavier Bertrand avait été rationnel, il aurait fait dire au maroilles : « Nutri-Score, tu pues ! »

Mais la rationalité économique et nutritionnelle – qui aurait consisté à dénoncer l’irrationalité d’une proposition de réglementation fondée sur les scores E et F – aurait été électoralement irrationnelle.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • SI papa maman ont vécu « vieux » et en bonne santé..mangez comme eux…

    sinon…

    quand vous grossissez ..quand vous avez des signes de mauvaises santé changez vos habitudes alimentaires..

    et voila mon cours de nutrition..

    • Et ayez une activité physique régulière : 2OO fois le tour de votre salon tous les jours (500 pour ceux qui vivent dans un studio).

      • mais est ce un conseil de nutrition??
        parce que la nutrition est une chapitre de l’hygiène de vie..

        • « mais est ce un conseil de nutrition »

          Je pense que oui (avis personnel d’un non-médecin) : on a besoin de différentes sources de nourriture car le corps ne peut fabriquer par exemple du fer ou certaines acide-aminées. Les surplus sont « brûlés » ou stockés. L’exercice physique doit aider à maintenir l’équilibre nutritionnel par l’abondance.

          Mais je crois que vous avez aussi scientifiquement raison de manger comme « maman » car elle vous a transmis son « microbiote ».

  • Ce nutriscore est un sommet de débilité, méthode de calcul et idée dicter aux personnes que manger! L’infantilisation que veulent impiser ces gouvernements est inacceptable.

  • Adieu veaux vaches cochons….. Je me demande si le régime alimentaire a ces pondeurs de lois est équilibré, ils bouffent tous au resto et n’ont jamais vu un nutriscore de leur vie ou une étiquette de camenberts.
    Pour moi il n’y a qu’un produit à interdire, le pain mie, même avec modération c’est une machine à obèses. C’est bien ça qu’ils combattent, ces gens n’aiment pas les gros.

    • bien sûr que leur régime alimentaire est équilibré : ils mangent du Quinoa bio et souscrivent à toutes les dernières modes alimentaires du moment !
      Sur cette histoire, on pourrait hausser les épaules en se disant que les pubs pour le Maroille sont quand-même assez rares pendant les émissions de jeunesse, mais ça serait ignorer une vague de fond qui ressort de ce type de mesures. Attention tout de même : ce qui pousse à la roue, ce ne sont pas les politiciens eux-mêmes mais des associations de consommateurs. Pour moi, que ces inepties puissent venir de la « société civile » est inquiétant en soi…

  • Personnellement, je préfère le Vieux Lille (dit « le puant macéré »). Les puristes diront que c’est un Maroilles « amélioré » (qui pue plus).
    J’aime aussi la Vache qui Rit, prototype originel du fromage « ultra transformé ». Quand à la pate à tartiner célèbre, je regrette simplement qu’on ne puisse acheter des actions Ferrero, société totalement privée, (qui outre cette délicieuse pâte, fabrique aussi les Monchéri).

  • J’avais jamais vraiment creusé le sujet des nutri scores, merci pour ces informations ! En effet, ça pue grave ! ^^

  • Nutriscore ? Une débilité de plus !

  • Le maroilles, c’est tellement puissant que pour 99,9% des gens ce n’est qu’un condiment. Et un condiment électoral pour XB.

    Le comté était autrefois une source de protéines et de gras pour l’hiver : un élément de survie pour les populations du Jura. Aujourd’hui l’abondance alimentaire nous permet de tartiner nos crêpes de N.utella et de s’offrir un bout de fromage (assez cher) en fin de repas.

    En revanche je doute qu’on puisse empêcher les gens d’être c… et de manger n’importe quoi n’importe comment avec des étiquettes. J’ai vu une vidéo d’un type qui finissait aux urgences pour avoir avalé 10 fois la quantité recommandée d’un complément de fibres alimentaires. Il avait surement oublié de lire la vignette nutritionnelle ?

    Et à quand un affichage de la dangerosité sur le front des politiciens ?

    • Miam le comte, j’en mangeais souvent même si ça me faisait ensuite mal aux gencives.

      J’ai fait récemment des hamburgers avec du vrai cheddar ou de la raclette et non ces toastinettes industrielles. Ça coûte plus cher mais ça ne reste pas collé dans la barbe. Et surtout, c’est meilleur au goût.

      • Le comté doit être affiné au moins 6 mois, et visez pour une production de lait en été quand les vaches mangent de l’herbe. (Même les produits « D » peuvent être « écolo ».)

  • Quand il a créé le RSI, XB n’a pas demandé d’exceptions pour sa région. Mais cepapareil, il fallait faire rendre gorge à ces salauds d’indépendants et de chefs d’entreprises.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les primaires LR se suivent et se ressemblent, une fois de plus les favoris des médias et des sondages ont perdu. Xavier Bertrand a été éliminé le 2 décembre dès le premier tour, comme Michel Barnier.

La droite veut un programme... de droite

Nouvelle confirmation qu'un programme de droite radicale est ce qui marche le mieux auprès des électeurs de la droite, pas du socialisme mâtiné de conservatisme.

Avec Éric Ciotti, pour le meilleur (flat tax, suppression de 250 000 postes de fonctionnaires) comme po... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Le président LR de la région PACA Renaud Muselier a apporté ce mardi son soutien à Xavier Bertrand dans la course à la candidature de son parti pour la présidentielle de 2022.

Un soutien qui fut toutefois loin d’être du goût de l’intéressé. Déjà accusé par Éric Zemmour d’être candidat à Matignon en cas de réélection d’Emmanuel Macron, le président des Hauts-de-France a sèchement refusé ce soutien, arguant d’une démarche de rassemblement et des prises de position du président de la deuxième région de France... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles