Angela Merkel demande pardon : impensable en France !

Des politiques qui admettent leurs erreurs ? Ça existe. Surtout ailleurs

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel BY EU2017 Estonian presidence (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Angela Merkel demande pardon : impensable en France !

Publié le 28 mars 2021
- A +

Par Claude Robert.

 

Rien n’est plus noble que la fonction politique lorsqu’elle se consacre à l’amélioration du destin d’un peuple. Rien n’est plus lamentable aussi, lorsque son but premier n’est plus celui-ci. Forcément, la fonction politique est indissociable de la personnalité qui en a la charge, qui l’incarne.

Il n’est d’ailleurs pas facile de classifier les politiciens dans un camp ou dans l’autre. Ce sont souvent les circonstances qui permettent de distinguer ceux qui sortent du lot, en matière de noblesse de comportement, ou de son contraire. Sans pour autant forcer les stéréotypes, il existe également des pays voire des cultures qui favorisent plutôt l’un, ou plutôt l’autre.

Angela Merkel et la culture anglo-saxonne

Ce mercredi, Angela Merkel a ouvertement déclaré s’être trompée dans sa décision de restrictions renforcées pour les fêtes de Pâques :

« Cette erreur était uniquement la mienne… Elle doit être reconnue comme telle et surtout corrigée »…

Summum de l’humilité, la chancelière a conclu son intervention télévisée par une phrase que nous ne sommes pas habitués à entendre chez nous en France :

« Je regrette profondément et pour cela, je demande pardon à tous les citoyens. »

Quelques semaines plutôt, Angela Merkel se reprochait de ne pas avoir su convaincre les länders d’adopter les restrictions qu’elle recommandait, en se gardant bien de leur mettre sur le dos la flambée de cas de covid-19 et de décès que l’Allemagne a connue depuis octobre 2020.

Humilité, simplicité, abnégation… ce sont des qualités qui forcent le respect. Des qualités qui sont si rares chez nous, au sommet de l’État.

« C’est un leader politique en qui je peux avoir confiance » avait dit à peu près en ces termes Barack Obama à propos d’Angela Merkel, leader qu’il qualifiera plus tard, dans ses mémoires, de « stable, honnête, intellectuellement rigoureux et instinctivement gentil » (BBC news 21/11/20).

De toute évidence, un tel comportement ne peut s’expliquer que par une conjonction de facteurs, parmi lesquels, sans préjuger de leur importance respective, le fait d’être fille de pasteur, d’avoir une formation hautement scientifique, et d’être issue de la culture protestante anglo-saxonne dont on sait combien elle implique un certain nombre de valeurs1.

Loin de généraliser et de conclure à une éventuelle supériorité de la culture anglo-saxonne et/ou protestante2, car il existe aussi de nombreux contre-exemples, on constate toutefois qu’il existe des représentants d’une pareille éthique en Angleterre.

Dans ce pays, un homme politique en situation d’échec se retire immédiatement du jeu : David Cameron démissionne dès le lendemain du référendum sur le Brexit, Theresa May (une autre fille de pasteur soit-dit en passant) abandonne face au rejet de sa politique de mise en œuvre du Brexit.

Son engagement « Je servirai comme Premier ministre aussi longtemps que vous voudrez de moi » n’était pas un vain slogan publicitaire. Comment ne pas deviner, derrière de telles réactions, une sorte de sens du devoir et de profond respect de l’électeur ?

La haute fonction publique et la culture française

Comparativement à certains de nos hommes politiques, le contraste est si flagrant qu’il est difficile de résister au plaisir de citer quelques-uns des échantillons qui nous sont offerts. L’auteur de ces lignes se limitera aux trois derniers présidents de la république et à l’avant-dernier Premier ministre. Dont acte :

« Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions » (Est Républicain 14 juin 2020) dixit Emmanuel Macron malgré les mensonges et l’inaction gouvernementale en matière de masques et de tests, tandis que les chiffres de mortalité étaient déjà huit fois supérieurs à la moyenne mondiale.

« Je suis toujours très prudent quand je compare les chiffres » dixit Édouard Philippe lors de son audition à l’Assemblée nationale face à la question de comprendre pourquoi les Allemands avaient quatre fois moins de morts que nous et pourquoi nous ne pratiquions pas de tests alors qu’ils le faisaient à très grande échelle (PublicSenat 2 avril 2020). « Sous-estimation du risque », « pilotage défaillant de la crise », une France « mal armée » avait pourtant conclu la commission de l’Assemblée nationale huit mois plus tard (France Culture 12 décembre 2020).

Plus anciennement, François Hollande répétait à qui voulait l’entendre : « Sous mon prédécesseur, le chômage a augmenté d’un million, depuis mon arrivée, c’est 600 000 » en omettant l’une des trois catégories de chômeurs. En comparant les chiffres réels et comparables, non seulement les 600 000 étaient en deçà de la réalité mais le total était proche du double et clairement pire que les chiffres du prédécesseur en question (Figaro 12 juillet 2016).

Dernier exemple justement : Nicolas Sarkozy. L’ex-président a-t-il vraiment abandonné l’espace politique après sa nette éviction de 2012 ? Certainement pas si l’on considère ses régulières tentatives d’alliance avec Emmanuel Macron et celles de ses amis (Estrosi, Muselier et Coppé) de fausser le jeu démocratique en essayant de détruire des personnalités émergentes telles que Bruno Retailleau au sein de LR. L’ex-président considèrerait-il que l’action politique est une rente qui lui est allouée ad vitam aeternam, ceci indépendamment de l’avis des électeurs et de l’intérêt du pays ?

Telle est l’expérience qui est la nôtre, nous Français, habitués à supporter une classe politique dont de nombreux hauts représentants ne se trompent jamais, n’avouent bien évidemment jamais leurs erreurs, falsifient même parfois leur bilan pour en masquer les points faibles, et ne se retirent que très difficilement du jeu politique, quels que soient leurs résultats passés, leurs chances de se faire réélire ou leur toxicité dans le débat démocratique.

Là aussi, les causes sont multiples. À l’origine latine et catholique de notre pays s’est ajoutée une pulsion hyper centralisatrice et administrative, elle-même décuplée par une belle dose de nostalgie marxiste que distillent depuis l’après-guerre l’Éducation nationale, la plupart des partis politiques et la majorité des médias. Cerise sur le gâteau, la création de l’École Nationale d’Administration est venue parachever le tableau en officialisant la mise en place d’un système de recrutement de l’élite politique basé sur un profil technocratique tenu soigneusement éloigné des compétences exigées par ailleurs dans le monde hyper compétitif et ouvert de l’entreprise.

Cette façon dont se perpétue ce que Pierre Bourdieu nommait la « noblesse d’État » était dénoncée depuis longtemps par Michel Crozier. Celui-ci fustigeait la « sélection de l’élite politique » de l’Hexagone. Hélas, rien n’a changé depuis. L’absence d’excuses ou ne serait-ce que des aveux d’inefficacité3 de cette caste endogame n’est que le fruit de ce processus de sélection unique, à l’abri de toute concurrence et donc peu perméable à la remise en question…

Sur le web

  1. cf. La diversité du monde d’Emmanuel Todd, par exemple.
  2. Le Japon semble également cultiver l’humilité de l’autocritique.
  3. On pourrait citer toutefois le bel exemple de Giscard d’Estaing lorsqu’il a admis il y a peu les conséquences non anticipées de sa décision en matière de regroupement familial.
Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • Vieille et cruelle histoire belge, qui illustre ce manque d’humilité : « le meilleur commerçant du monde est celui qui parvient à acheter un Français pour ce qu’il vaut et le revendre pour ce qu’il croit valoir »

  • Ne mélangeons pas tout. J’ai le plus profond mépris pour l’incompétence et la suffisance de Macron mais je ne demande pas à un responsable de « demander pardon ». Je m’en fiche.
    Je lui demande de faire des choix, de les expliquer, d’admettre qu’il s’est trompé si c’est le cas et de m’expliquer pourquoi, et enfin de m’expliquer pourquoi le nouveau choix qu’il fait serait meilleur.
    Les confessions auriculaires télévisées ont un côté télé-réalité assez déplaisant et ne règlent aucun problème.

    • C’est assez vrai , faire une erreur n’est d’ailleurs pas trahir ou « fauter » au sens du devoir , c’est humain.

      Il me semble que l’important depuis le départ est de casser à tout prix l’idée que celui qui dirige durant cette crise puisse de servir de celle ci pour conserver le pouvoir ou en abuser…
      Une crise « gérée » par un politique est de nature politique.. on choisit des victimes, on choisit qui perd . qui gagne ou perd le moins, l’interet collectif n’a pas de sens objectif. des trucs sont jugés importants d’autre secondaires.

      je constate qu’en France, pour diverses raisons, on peut dire un truc énorme comme « à tout prix » sans créer véritablement de débats..

      EN france nous avions eu un épisode singulier delfraissy avouant son angoisse lorsqu’il avait prôné le confinement..la vérité est qu’une scientifique à qui ont dirait arrête moi cette épidémie » A TOUT PRIX » est devant un morceau de gateau..il « suffit » d’isoler tout le monde pendant le temps max de contagion..et de retourner à son labo.. done.

      pas réaliste? m’en fous. ça répond à la question..

      Pourquoi les gouvernements veulent il gérer cette crise… c’est bien parce qu’ils affirment ou pensent qu’il peuvent « optimiser » quelque chose …
      et ceci est ne pas laisser des gens sans soins à la porte des hôpitaux.

      on va le répéter c’est un objectif qui se défend…mais qui est assez dérisoire…et pourquoi diable un politique pour ça? sinon pour cacher que des choix sur qui souffre doivent être faits mais tus..

      gérer à court terme est d’aillerus l’aveu qu’on ne cherche pas à optimiser le bilan final, car personne ne semble vouloir admettre que e bilan final ne peut pas être connu…

      si vous voulez traverser une rivière poser poser de refuser de dépasser que l’eau dépasse la hauteur de ses bottes peut vous mener nulle part…

      on sait pas. et la science ne peut pas vraiment aider ici quant aux objectifs à long terme.

    • D’accord avec RB83, ces pleurnicheries à l’américaine peuvent être rapidement insupportables.
      Par ailleurs, je crois Macron tout à fait capable d’imiter Merkel si on lui démontre que ça lui fait gagner des points dans les sondages.
      Avant d’être arrogante, notre classe politique est surtout cynique.

      • A Jean-Paul
         » je crois Macron tout à fait capable d’imiter Merkel si on lui démontre que ça lui fait gagner des points dans les sondages.  »
        C’est possible, il est assez j’en-foutre et faux-c…* pour cela ! Mais encre faudrait-il que son égo sur-dimensionné lui permette de « s’abaisser » à cette démarche… Voyez-vous ce « jupiter » de pacotille, bouffi d’orgueil et d’arrogance faire son mea culpa ?

      • J’en doute, il est plutôt à trafiquer les rapports pour ne pas le faire, ou envoyer un larbin à sa place.
        Errare humanum est, perseverare diabolicum

    • Je vais défendre le diable mais personnellement je n’ ai jamais demandé à Macron de s’ excuser de ne pas nous avoir confiné en Janvier. Je pense même que c’ est une bonne chose, dans l’ absolu. Après on peut débattre des détails des privations et humiliations que l’ Etat nous fait subir en même temps qu’ il se prépare aux prochaines élections…

    • La classe politico-administrative promeut la psychorigidité en système : avoir toujours l’air sur de soi même et surtout quand on ne sait pas où on va.

      Cela a une certaine efficacité … jusqu’au moment ou cela devient catastrophique : impossibilité de changer de stratégie puisqu’il faudrait admettre une erreur.

      En outre, difficile d’expliquer pourquoi on s’est trompé quand on a donné trop d’importance à des stratégies politique, la pression des copains ou des lobbies et que cela révèle son incompétence dans des domaines essentiels.

      On est loin chez nous de l’auto-critique : d’après les dernières nouvelles du jour, l’ensemble de la classe va être punie car il y a trop de chahut au dernier rang et les résultats d’ensemble sont mauvais.

    • Effectivement, les excuses, on s’en fiche, on préfère qu’ils fassent moins d’erreurs !
      Il faut cependant remarquer que Merkel ne dit pas « excusez-moi » (ce qui est impératif), mais elle « demande pardon » (c’est une prière, pas un ordre).
      Mais, pour revenir à nos « chers » hommes/femmes politiques français, non seulement ils ne demandent pas notre « pardon », mais ils font les mêmes erreurs à répétition, le tout en nous expliquant qu’ils sont parfaits.
      Car n’oublions pas que Macron a clamé en juillet dernier « Nos hôpitaux seront prêts pour la deuxième vague si elle arrive »… on en est à la troisième, mais c’est toujours le bazar dans les hôpitaux, pas ou très peu de moyens ont été dégagés et c’est encore l’impréparation dans tous les domaines.
      Même pour la partie la plus « administrative » des décisions (cf. l’attestation usine à gaz, finalement retirée).
      Là, trop, c’est trop.
      « Errare humanum est, perseverare diabolicum »
      L’erreur est humaine, persévérer est diabolique.

    • demander pardon de la part d’un politique c’est de la com, rembourser et remettre le pays sur les rails c’est bien plus compliqué à faire .

  • vous savez bien que nos politiciens ont la science infuse ; ils savent mieux que nous ce qui est bon pour nous ….c’est dire ….et ces gens là ne s’abaisseront jamais à reconnaître leurs nombreuses erreurs , ils sont trop prétentieux pour ça …..et trop cons ….

    • et les gens votent pour eux..

      la majorité veut ‘ou se trouve piégé par le signalement de vertu ) de la taxe pour les empêcher de faire ce qu’ils font mais qu’ils savent qu’ils ne doivent pas faire..

      croire des absurdités + droit de vote.

      • Une démocratie sans contrôle quasi-continu de ses élus par le peuple est un leurre, nonobstant le droit de révocation (et plus si nécessaire)

      • Les « gens » sont piégés par un système électoral vicié et vicieux.

        Il sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à ne pas voter, mais il n’est est pris aucun compte.

  • J’ai personnellement apprécié l’incompétence d’Edouard Philippe j’apprécie celle de celui qu’il nous a présenté comme déconfiner qui l’a remplacé sans déconner et surtout l’inénarrable écrivain qui sert de ministre de l’économie. Quant à O. Vêtant j’hésite car je ne suis pas médecin, mais pas trop longtemps. Pour Roselyne la pharmacienne de la culture, je suis désolé qu’elle ai chopé le coronavirus mais elle va s’en sortir mais pas la culture même si son ministère continuera longtemps après elle tellement il nous est essentiel pour savoir comment nous devons nous culturer etc

  • Dans l’equation de la politique française le citoyen n’apparaît qu’en période électorale, en dehors c’est la croisière s’amuse où tout le monde veut manger à la table du capitaine.

  • Une personnalité politique avec de l’humilité et capable de reconnaître une erreur : je ne suis pas sûr de voir ça en France de mon vivant.

  • La chancelière s’adosse au moins à deux piliers. Elle croit en de solides valeurs morales et en dehors d’avoir appris elle sait. Elle sait entre autre qu’entre apprendre et savoir il y a la même différence qu’entre un 20 et quatre heures de colle. Je donne quatre heures de colle à nos « guignols ».

    • Je préfèrerai que vous les renvoyez!

    • A Baudouin DF
       » Je donne quatre heures de colle à nos « guignols ». »
      Vous êtes très gentil, moi, tous ces zozos, je les enfermerais bien dans les « Fillettes » !!!!… pour le restant de leur jours.

  • On aimerait avoir des dirigeants compétents et modestes.

    • Avoir des dirigeants à la place d’acteurs de seconde zone suffirait à mon bonheur.

      • L’ idéal serait d’ avoir des dirigeants si discrets que mon bonheur serait de ne jamais en palper l’ existence. J’ ai la chance d’ avoir une super chef au boulot comme ça 🙂

    • Et des électeurs avec de bonnes connexions neuronales le jour de la votation.

  • Franchement, ce n’est pas de demander pardon ce que j’attends de Macron mais qu’il devienne enfin efficace. Et dans le domaine de la Santé qu’il limoge illico presto Véran et Salomon, incompétents notoires doublés de faussaires psychorigides. Et qu’il les remplace par des gens efficaces.

  • La France a toujours été une oligarchie. Par ailleurs, la plupart de ses habitants pratiquent le culte des personnalités : de Gaulle , Mitterrand, Napoléon etc. Le peuple est à majorité athée , il a reporté son besoin d’amour sur les personnalités. On le voit à chaque élection présidentielle , le programme importe peu , ils cherchent « le bon » président , chaque parti « le bon leader « , le sauveur moderne. Il faut se souvenir de l’extravagante fête au Louvre lorsque Macron à gagné. Ce type de spectacle stupéfiant n’existe tout simplement pas chez nos voisins anglais ou allemands, la politique n’est pas un show et la tête de gondole pas un héros du star system. Nos oligarques se comportent en stars , ils sont dopés par cela, il ne vivent plus que de cela. Ce ne sont pas des dirigeants, c’est une congrégation de melons, un bouquet de narcisses. C’est d’ailleurs la même chose pour tous ceux qui gravitent autour. Je regardais Alain Duhamel l’autre jour intervenir, le type a 80 ans …. toujours là , Drucker 78 ….. on va finir par regretter que la covid marche si mal (je blague bien sûr)

  • en france , le roi ne se trompe jamais la preuve: balance commerciale la meilleure du monde , déficits budjétaires les plus faibles au monde , chaumage le plus faible au monde,industrie la plus florissante au monde,fonctionnaires , le plus fort taux du monde !!,si ce ne sont pas des preuves que les rois et seigneurs francais sont les meilleurs ,que vous faut il ?

    • @paulus ne rigolez pas les macroniens (encore nombreux) le croient. Et quand on leur parle de dette : « mais ce n’est rien la dette, ça fait 50 ans qu’on emprunte , c’est un faux problème » (entendu hier) . La gestion du covid : « excellente » , et la Corée , le Japon ? « on ne peut pas comparer, cela n’a rien à voir avec nos sociétés »

      • A Val
        Hélas vous avez raison. Ces marcroniens (encore trop nombreux) dont l’esprit est désespérément enfoncé dans la matière, restent toujours en béate admiration devant le zozo élyséen qui s’agite dans ces locaux. Ouvriront-ils un jour les yeux ? Si oui, qu’est ce qui les y poussera ?

      • Mon meilleur ami est macronien. Voici son profil :
        [une balle perdue dans la tête, donc hémiplégique mais pas idiot ; néanmoins il vit de ses rentes et de l’AAH (moi aussi)]
        – paresseux (paresse intellectuelle, la pire) ;
        – limite illettré car lire c’est fatiguant (quant à comprendre ce qu’il lit…) ;
        – programmes TV regardés : C dans l’air et C à vous ;
        – anti Trump sans savoir dire pourquoi ; Ah ! si, il a « très mal géré le coronavirus » (vous avez le droit de rire) ;
        – s’abreuve de vidéos de « gentils youtubeurs » qui « pensent bien », pris au piège des recommandations ;
        – se vante d’être centriste, car papa vote FN et maman coco (c’est surtout pratique pour ne pas réfléchir) ;
        – etc.

        Fait qui m’a marquée et attristée il faut le dire : alors qu’il me respectait jusqu’en 2016, dès janvier 2017 il s’est montré aussi arrogant que son chouchou. J’étais devenue la dernière des c*nes à ses yeux.

        Lorsque l’on discute politique, nous sommes d’accord sur l’essentiel, c’est-à-dire qu’il faut plus de régalien et moins du reste. Mais en même temps il faut « sauver la planète ».

        C’était ma petite contribution à l’étude du macronien type. Si ça peut servir…

        • Pas sûr que ce soit le plus représentatif, je pense que le votant 2017 a voulu jeter les anciens partis et les affaires pour une part, d’autres parce qu’il avait une meilleure tête. Résultat des courses, les anciens politicards ont vite changé de marque et on s’est apperçu que la tête était creuse.

  • Elle n’a pas envisagé d’avoir une quelconque contrition en ce qui concerne le déclenchement de l’invasion des migrants en Europe ?

  • En Grance, les politiciens appartiennent à une race supérieure, tellement supérieure qu’une stagiaire fonctionnaire préposée au café et aux croissants a plus de valeur qu’une infirmière de clinique, qu’un employé de mairie a le droit de sortir sans attestation la nuit pour assister le maire dans sa persécution des honnêtes gens – mais pas des voyous qui ont toutes les excuses du monde pour faire leurs trucs dégueulasses – qui aimeraient pouvoir vivre tranquillement leur vie.

  • Pour moi, la différence entre l’Allemagne et la France se situe au niveau des médias. Qui font leur boulot la-bas et pas du tout ici.
    Je me souviens d’une interview de Bruno Le Maire par Jean-Jacques Bourdin à la période de l’affaire Fillon. A la question si son épouse avait également été son attachée parlementaire, BLM s’est montré menaçant et Bourdin a immédiatement lâché. Un journaliste allemand lui aurait demandé s’il avait quelque chose à cacher pour ainsi réagir. Demandez à Armin Laschet ce qu’il a pris par Maik Meuser sur RTL lorsqu’il a essayé de minimiser maladroitement les raisons de ce flop du confinement Pascal

    • problème des médias subventionnés et du copinage…

    • Je ne résiste pas au plaisir, et à l’utilité, de faire un commentaire sur ce site libéral.
      => Pourtant, ces médias fautifs sont propriétés de grands groupes économiques qui soutiennent le modèle libéral et sont fortement financés par la publicité ! Pourquoi ne font-ils pas leur travail de contre-pouvoir ?
      C’est juste pour que chacun se pose des questions sur sa « doxa », que ce soit dans le domaine médical pour le Covid, ou dans le domaine politico-économique.

      • Tout ça n’a rien de libéral ou même de capitaliste, et n’existerait pas sans un état obèse et trop puissant. Du corporatisme tout au plus.
        Libéral c’est basé sur liberté, libre marché de libres individus… Les grands groupes qui existent à coup de favoritisme légal et fiscal ? Le contraire !

      • Ils ne font pas leur travail car subventionnés a mort.

      • @fifi mais nous vivons pas dans un monde libéral. La collusion entre l etat et les patrons des grands groupes est totale .

  • quand on est dans le camp du bien (et/ou énarque), on ne fait pas d’erreur tout simplement !

  • L’immense problème chez nous, n’est pas tant de croire en un mea culpa de merkel qui de toute façon n’aura aucune incidence chez elle et d’en attendre la copie conforme chez nous, on peur toujours rêver. dans les pays scandinaves le moindre ministre qui dérape , c’est excuses publique et je démissionne, dans notre beau et remarquable pays , c’est la légion du déshonneur et un poste prestigieux, et le pire que de la part de la société c’est presque un adoubement , et encore je ne veux pas parler des frasques sexuelles des uns et des autres ( très d’actualités en ce moment) où là le compère est carrément porté aux nues par la gens populaire. donc espérer un quelconque sentiment de remords, culpabilité , etc de la part de nos politiques c’est croire encore au père noël et ce n’est pas prêt de changer, vu que l’exemple doit venir d’en haut.

  • Très juste et très cruelle leçon.

  • Il reste à Merkel à s’excuser pour son échec total de la transition énergétique qui aboutie à recarboner la production de l’énergie électrique en Allemagne. En construisant un gazoduc que notre Macron serait intéressé de partager avec elle…

  • Parler de la « nette éviction de Sarkozy en 2012 » est un brin abusif.
    Il n’est qu’à considérer le score final de 2012 pour s’en convaincre. Surtout si, « en même temps », on prend en considération la triple traîtrise de Chirac, Bayrou et Le Pen.

  • Peut-on m’expliquer pourquoi on a caviardé mon commentaire?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe

Le 8 avril de l’année dernière, le président de la République, Emmanuel Macron, avait jeté un pavé dans la mare en annonçant la suppression de l’ENA (École nationale d’administration) et son remplacement par l’INSP (Institut national du service public). Un mois plus tôt, Frédéric Thiriez, missionné par l’exécutif pour produire un rapport formulant des propositions de réforme de la haute fonction publique, avait rendu ses conclusions censées être sources d’inspiration de la future ordonnan... Poursuivre la lecture

Le comportement et le discours d'Emmanuel Macron vis-à-vis de Vladimir Poutine ne sont pas au goût des Ukrainiens et des pays les plus amicaux envers eux (comme la Pologne). Les nombreuses conversations téléphoniques entre le président français et son homologue russe et la volonté de Macron de ne pas humilier Poutine surprennent à l’étranger.

Macron est considéré comme un atlantiste par les Français, et pro-Poutine par les Ukrainiens. Des tensions ont d’ailleurs parfois éclaté comme le montrent les propos du Premier ministre polonais q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles