Reconfinés, sommes-nous résignés à la servitude ?

On cède petit à petit sur les libertés individuelles dans l’espoir de reprendre un jour une vie normale. Aujourd’hui, de plus en plus de monde accepte l’idée dangereuse d’un passeport vaccinal comme porte de sortie de la crise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Reconfinés, sommes-nous résignés à la servitude ?

Publié le 26 mars 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Chaque jeudi, c’est la litanie des nouvelles restrictions gouvernementales qui reprend pour répondre à la crise sanitaire. Hier, c’est Olivier Véran, le ministre de la Santé, qui s’y est collé. Le Rhône, l’Aube et la Nièvre rejoignent le groupe de départements plus ou moins confinés, en régime de liberté surveillée à cause d’un virus qui re-circule, d’hôpitaux qui re-saturent et de vaccins qui continuent de ne pas arriver.

Chaque semaine, le gouvernement prend la parole pour annoncer de nouvelles mesures liberticides au nom de la nouvelle situation sanitaire. Hier, il s’agissait de répondre à une crise, après une année, c’est une nouvelle situation globale qui s’est installée et une nouvelle manière de gouverner et d’être gouverné. L’avalanche quotidienne de mesures portant atteinte aux libertés de circuler, d’informer, de se réunir finit par briser les volontés et éroder la vigilance des citoyens.

Extension du domaine de l’État

Pour la plupart de nos contemporains, l’extension du domaine de compétences de nos gouvernants est devenue légitime sous couvert de santé publique. La monotonie des mesures semble avoir eu raison de notre attachement aux principes libéraux.

Hier, c’était le respect du droit qui garantissait la liberté des citoyens. Aujourd’hui, des commerçant sont mis en garde à vue pour n’avoir pas fermé leur boutique assez rapidement, des patrouilles de vigilants sont créées pour vérifier que les gens respectent à la lettre le confinement. La guerre se fait contre les citoyens ordinaires qui cherchent à vivre de leur travail, pas contre le virus.

La lassitude des citoyens entretient la servitude. On cède petit à petit sur les libertés individuelles dans l’espoir de reprendre un jour une vie normale. Aujourd’hui, de plus en plus de monde accepte l’idée d’un passeport vaccinal comme porte de sortie de la crise.

Souvenez-vous pourtant qu’on nous promettait à peu près la même chose à l’issue du confinement, du port obligatoire des masques, puis de la campagne vaccinale. Seulement les données de santé touchent au cœur de la vie privée, et c’est l’Union européenne qui désormais pousse à l’adoption d’un passeport reprenant des éléments de langage qui n’auraient pas déplu aux caciques de la défunte Union soviétique. Pour ceux qui ne veulent pas du vaccin, l’UE permettra la récolte des données par tous les établissements privés qui le souhaitent.

La servitude nous vient de l’Union européenne

Dans une proposition de règlement en date du 17 mars 2021, la commission européenne invite à l’adoption d’un certificat vert comme condition de rétablissement de la liberté des personnes.

Les principes de l’UE semblent assez souples pour nous vendre la citoyenneté à deux vitesses sous couvert de respect de liberté de circulation :

« Les personnes qui ne sont pas vaccinées, par exemple pour des raisons médicales, parce qu’elles ne font pas partie du groupe cible pour lequel le vaccin est actuellement recommandé, comme les enfants, ou parce qu’elles n’ont pas encore eu la possibilité de se faire vacciner ou ne souhaitent pas se faire vacciner, doivent pouvoir continuer à exercer leur droit fondamental à la libre circulation, si nécessaire en se soumettant à des restrictions comme un test obligatoire et/ou une quarantaine/un autoconfinement. »

Comme l’observe Gaspard Koenig dans une remarquable tribune parue dans Les Échos, il s’agit là d’un magnifique syllogisme bureaucratique visant à accepter la servitude tout en se présentant comme la seule solution pour en atténuer le joug.

La politisation excessive du quotidien avec la crise sanitaire est en train de détruire nos mécanismes de défense naturelle contre la servitude et les tendances tyranniques de nos gouvernements. Ne nous laissons pas endormir par lassitude.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ils jouent ça à l’usure. Donc il faut faire de même en dénonçant ces mesures liberticides sans quoi elles nous serons imposées.

  • Ces petits dictateurs de 3ème catégorie ne finiront-ils pas par trouver une partie du peuple pour se soulever contre ce monde Orwellien qu’ils sont en train d’organiser ad vitam aeternam?

  • G. Koening, l’homme qui veut réaliser l’homme par l’état, quelle reference.

  • « on nous promettait à peu près la même chose à l’issue du confinement, du port obligatoire des masques, puis de la campagne vaccinale ». Effectivement, mes collègues étaient tous partants pour la vaccination, persuadés (endoctrinés) que c’était la seule solution pour sortir de cette situation. Et je me suis fait largement « réprimandé » pour rester poli, car je refuse la vaccination. Aujourd’hui, alors que certains de ces vaccinés ont eu le covid, ils sont mûrs pour le passeport sanitaire…
    Bien guidé, le troupeau n’hésitera pas un seul instant à sauter de la falaise

  • malgré tous ces propos alarmistes et l’excellent billet d’H16, ils peuvent aller se faire foutre eux et leurs vaccins..je ne me ferais pas vacciner.

  • Le début du 21è siècle restera dans l’histoire comme la fin des sociétés libérales. Ce modèle est désormais vu comme incompatible avec le maintien des positions de pouvoir: l’heure est à la société sous contrôle, calquée sur le modèle chinois.

  • Le reconfinement est du à l’incompétence de l’administration et de ses serviteurs appelés « ministres ».
    Ils jouent les gros bras pour humilier et asservir les honnêtes citoyens mais ne font rien contre tous ceux qui empêchent les autres de vivre sereinement ni contre Xi responsable de nos malheurs qu’ils prient de bien vouloir nous vendre les productions de la Chine. Honte à eux!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Faisant face à une popularité en chute libre, la Première ministre travailliste néozélandaise Jacinda Ardern a récemment démissionné de son poste. Alors que les politiciennes habituelles la défendront bec et ongle contre le « sexisme, » les libéraux sensés se réjouiront de la démission de ce tyran, quel que soit son sexe.

Rassurez-vous, le mot n’est pas utilisé à la légère. Comme trop de gouvernement « libéraux », Ardern a fortement restreint la liberté de mouvement de « sa » population durant la pandémie. Malheureusement, elle a pris ... Poursuivre la lecture

Le forum économique mondial (WEF) s’est ouvert lundi à Davos en Suisse, sur fond de guerre en Ukraine, de crise de la mondialisation et urgence climatique. Les élites politiques et économiques du monde entier se bousculent autour de la figure énigmatique de Klaus Schwab, son fondateur au physique mêlant curieusement la bonhomie de François Hollande à celle de Blofeld dans James Bond.

I’m skeptical of anything that can’t be explained in a sentence. What exactly do they do? And why? https://t.co/F7e2zomKxv

— S... Poursuivre la lecture

l'espoir
2
Sauvegarder cet article

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles