Les vaccins sont des biens privés, pas des biens publics

Les vaccins n’ont pas besoin d’être des biens publics pour être fabriqués ou distribués efficacement, le cas échéant par d’autres entreprises travaillant sous licence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Diana Polekhina on Unsplash - https://unsplash.com/photos/BUfaFc4L8V0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vaccins sont des biens privés, pas des biens publics

Publié le 25 mars 2021
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Face aux difficultés d’obtenir d’importantes quantités de vaccins en peu de temps au niveau mondial, un concert s’est élevé à gauche contre les laboratoires qui les produisent.

Une centaine d’intellectuels a signé une tribune publiée le 10 février dans le journal Le Monde pour demander que les vaccins soient « considérés comme des biens publics mondiaux » et que les techniques brevetées soient rendues disponibles librement.

L’ONU avait d’ailleurs enfourché ce combat en édictant que « la propriété intellectuelle n’est pas un droit humain, mais un produit social, ayant une fonction sociale ».

L’idée qui préside à cette revendication est que lors d’une pandémie, les vaccins sont un bien primaire indispensable à la survie de l’humanité et qu’ils doivent donc de ce fait être socialisés. Mais beaucoup d’autres biens sont indispensables. Les hommes meurent s’ils n’ont plus d’eau ni de nourriture. Ils meurent l’hiver s’ils n’ont pas de logement ni de vêtements… Faut-il pour autant socialiser tous ces biens ?

L’histoire montre qu’en les socialisant, ils sont rendus généralement plus rares, plus chers et de moindre qualité. Il a fallu attendre que les économistes libéraux du XVIIIe siècle, et Turgot en France en particulier, fassent prévaloir la liberté sur la contrainte du commerce des grains et du sel pour que leur marché redevienne plus florissant, en attendant d’ailleurs de retomber sous d’autres jougs.

Au XXe siècle le communisme a étendu sa volonté de nationalisation à toute la société et l’on sait combien de famines s’ensuivirent, adoucies seulement quand Lénine avec la Nouvelle politique économique, Castro ou les autres permettaient occasionnellement aux paysans de retravailler un lopin de terre personnelle.

La propriété est efficace

L’efficacité commande de conserver aux laboratoires privés la propriété de leurs vaccins et de les laisser gérer leur production. Ce sont ces laboratoires qui ont trouvé dans des temps absolument records des vaccins dont la découverte requiert habituellement trois, cinq ou dix fois plus de temps. Certes, ils ont pu financer leurs recherches en pré-vendant des doses aux gouvernements, mais ils ont néanmoins investi des sommes considérables au risque de les perdre.

Pourquoi faudrait-il confier aux États le soin de fabriquer ces vaccins en spoliant ceux qui les ont découverts alors mêmes que les États ayant voulu se charger de la chaîne logistique de vaccination ont fait preuve de leur incapacité, du moins en France et dans d’autres pays ? Pourquoi faudrait-il contraindre ceux qui ont découvert les vaccins à permettre à d’autres, qui n’ont pas pris ce risque, de les produire et les vendre sans avoir à en supporter les coûts de recherche ?

Les vaccins n’ont pas besoin d’être des biens publics pour être fabriqués ou distribués efficacement, le cas échéant par d’autres entreprises travaillant sous licence. Déjà, les laboratoires propriétaires des vaccins ne manquent pas de trouver des partenaires pour augmenter la production et accélérer la distribution.

Des sous-traitants français, comme Delpharm, Recipham et Fareva, et quelques producteurs historiques comme GSK et Sanofi, produisent ou vont produire des vaccins contre le Covid-19 en France pour le compte de Pfizer, Moderna ou Curevac…

Le respect de la propriété est une question de principe

Mais ce n’est pas qu’une question d’efficacité. C’est aussi une question de principe qui conduit à refuser de considérer les vaccins comme des biens publics. Les biens n’ont pas vocation à appartenir à la collectivité si cela n’est pas indispensable pour le bien des individus. Ils sont produits naturellement par les Hommes pour les Hommes. C’est en ce sens que Bastiat disait que l’Homme « naît propriétaire ».

Selon les définitions de l’économiste Paul Samuelson, on considère comme des biens publics ceux qui répondent simultanément à deux critères de non-excluabilité et de non-rivalité.

La défense nationale est le prototype même du bien public produit pour protéger tout le monde contre les périls extérieurs sans que cette protection ne puisse être refusée ni que celle de l’un vienne réduire celle des autres : même si quelqu’un refuse de payer ses impôts, il est protégé de l’agression d’un pays ennemi par la Défense de son pays (non-excluabilité) et le fait qu’il soit ainsi protégé ne diminue pas la protection de ses voisins (non-rivalité).

Mais cette définition ne suffit pas pour déterminer quel bien doit être considéré comme public. Ronald Coase, prix Nobel d’économie, a démontré que peu de domaines nécessitaient l’intervention de la collectivité publique. Il a pris l’exemple du phare que nombre d’économistes avant lui avaient utilisé pour justifier le rôle de l’État dans l’économie alors que des phares privés ont existé en Angleterre et à la satisfaction générale.

De très nombreux biens et services considérés comme des biens publics par habitude peuvent être produits de manière plus satisfaisante par le secteur privé, le cas échéant sous forme de concession, comme par exemple les postes ou les transports publics, mais aussi les pompiers ou les équipements sportifs (Henri Lepage, Demain le capitalisme, collection Pluriel, 1978, pp. 275 sq.).

Dans son excellent ouvrage Les dépenses publiques en France, François Facchini note :

Il existe de bonnes raisons de croire que les solutions privées suffisent à produire les quantités nécessaires de bien collectifs.

En définitive, seuls les biens que le privé ne peut pas offrir et les services purement régaliens (ordre et sécurité publique, diplomatie, exécution de la justice, certaines infrastructures…) devraient être publics, sous réserve pour certains biens collectifs d’être régis par le privé dans le respect de dispositions légales spécifiques.

Dans tous les cas, la qualification publique de certains biens ne saurait se faire en bafouant la propriété privée sinon au risque d’attenter à liberté et au respect humain dont elle est le garant.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • L’auteur fait une interprétation à contre-sens de la citation de l’ONU « la propriété intellectuelle n’est pas un droit humain, mais un produit social, ayant une fonction sociale ».
    D’autre part, si on fait du respect de la propriété seulement une question de principe, alors il n’y a pas de raison de considérer les services régaliens comme relevant du public.

  • l’argent que nous gagnons en travaillant est également un bien privé , et pourtant….

  • Si les vaccins sont des biens privés, il n’y a aucune raison pour que les laboratoires touchent de l’argent public. Or, c’est justement le contraire. Et vu que la sécu ne sera jamais mise en concurrence, ce n’est pas prêt de changer.

    • Les labos sont des entreprises privées et comme n’importe quelle entreprise, se financent grâce à la vente de leurs productions. Que l’argent qui rémunère la vente de vaccins provienne de la sécu puisque monopole il y a, ce n’est pas pour autant de l’argent public vu qu’il provient de cotisations privées ( et obligatoires) de la part des salariés / consommateurs. Ne pas oublier aussi que l’Etat se sert largement au passage! Quoi que certains en pensent, c’est toujours le consommateur PRIVE qui paie les productions industrielles ( pharmaceutiques ou autres) et les taxes associées! L’argent public ça n’existe pas.

      • « L’argent public, ça n’existe pas »

        Alors comment appelons-nous la part de plus en plus grande d’argent privé (le notre) qui est confisqué par les pouvoir publics, notamment pour faire n’importe quoi?

        Je suis d’accord avec vous dans le sens que le consommateur paie tout, mais pour moi, le monopole obligatoire privé

        • « Alors comment appelons-nous la part de plus en plus grande d’argent privé (le notre) »
          De l’argent volé. Un bien privé volé reste un bien privé. La différence , dans le vol légal, c’est que vous n’en revoyez jamais la couleur!

      • …vaut la même chose qu’un monopole public, c’est à dire pas grand chose.

  • Contexte de l’article : le weekend passé, un commando, spécialisé dans la lutte armée contre la pègre, sous ordres de la Commission Européenne _ qui a soigneusement fuité l’opération, a saisi 29 millions de doses lui appartenant déjà stockés sur un site privé italien, stock occasionné de par la non homologation par cette même Commission Européenne du site de production privé aux Pays Bas. Silence total dans tous les medias précédemment hystériques et nationalistes.
    Ce n’est pas comme si l’actualité depuis Janvier manque d’occasions de remarquer que la gouvernance générale en Europe est 100% étatique, 100% ignares des règles de libre échange, 100% prête à bafouer le droit en général et le droit des affaires en particulier, et a à 100% a une vision marxiste de l’économie.
    Car tout le monde le sait : si il y une pénurie de vaccins, c’est parce que les méchants anglo saxons les ont piqués… pas du tout parce que les Européens n’ont pas laissé et encouragé les forces du marché a répondre a la demande..
    Cette aimable dissertation, désolé à l’auteur, n’est pas à la hauteur de l’actualité. Ce qui se passe actuellement est réellement historique. CP dort. Décevant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

La Commission européenne a dévoilé son sixième paquet de sanctions envisagées contre Moscou visant à tarir le financement de la guerre contre l'Ukraine. Bruxelles entend mettre un terme aux transactions immobilières avec les citoyens, résidents et sociétés russes.

La proposition vise à mettre fin aux transactions immobilières avec des citoyens, des résidents et des sociétés russes - interdisant la vente ou le transfert, directement ou indirectement, de « droits de propriété sur des biens immobiliers situés sur le territoire de l’Union ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe

Encore un sujet qui n’aura pas été abordé lors de la campagne présidentielle : la question de la rénovation des logements dits énergivores qui pose elle-même une question autrement importante, celle du respect du droit de propriété en France.

La réglementation sur le diagnostic des performances énergétiques

Créé en 2006 en congruence avec une directive communautaire pour la performance énergétique des bâtiments, le diagnostic de performance énergétique, dit DPE, constitue l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles