Les riches paient déjà leur juste part

Selon les partisans d’un impôt sur la richesse, les riches devraient payer leur « juste part ». Or, c'est déjà bel et bien le cas.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Mathieu Stern on Unsplash - https://unsplash.com/photos/1zO4O3Z0UJA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les riches paient déjà leur juste part

Publié le 10 mars 2021
- A +

Par Maria Lily Shaw.
Un article de l’IEDM

Alors que la poussière commence à retomber après les ravages économiques causés par le coronavirus, les gouvernements tentent de trouver des moyens de rétablir l’équilibre budgétaire dans un avenir plus ou moins proche.

Les décideurs politiques sont en quête de nouvelles sources de revenus, et ceux qui se trouvent au sommet de l’échelle des revenus, les riches, représentent des cibles attrayantes. Ainsi, certains partis politiques, tant au niveau provincial que fédéral, ont fait renaître l’idée remâchée d’un impôt sur la richesse.

Selon les partisans d’un tel impôt, les riches devraient payer leur « juste part ». Or, lorsque l’on se penche sur les faits, on a peine à prétendre que ce n’est pas déjà le cas.

En effet, les hauts salariés du Québec paient une part disproportionnée des impôts sur le revenu de la province, surtout par rapport à leur part du total des revenus touchés.

Par exemple, le 1 % des plus hauts salariés du Québec, c’est-à-dire ceux qui gagnent plus de 200 000 dollars par an, paient 20 % de tous les impôts sur le revenu des particuliers, alors qu’ils ne perçoivent que 12 % du total des revenus.

De la même manière, si l’on considère les familles canadiennes, le 1 % des plus hauts salariés paient 18 % des impôts sur le revenu des particuliers du pays tandis qu’ils perçoivent seulement 11 % de la totalité des revenus.

Ainsi, la répartition réelle des impôts sur le revenu ne correspond pas à la rhétorique véhiculée par certains partis politiques. Cette rhétorique est particulièrement néfaste dans la mesure où les riches contribuent à faire grossir le gâteau économique.

En effet, l’utilisation efficace et novatrice des capitaux des hauts salariés et de leurs entreprises profite à la société. De nombreux milliardaires utilisent ainsi la richesse d’une entreprise pour en créer une autre.

Tout récemment, par exemple, nous apprenions que Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, avait vendu pour plus de 10 milliards de dollars d’actions de la société pour financer les activités de son entreprise de fusées, Blue Origin. Sans parler des milliers d’emplois qu’Amazon a créés dans l’ensemble du Canada au cours de la dernière année seulement.

Comme l’a récemment souligné l’Institut économique de Montréal, il existe plusieurs autres raisons qui rendent inefficaces les impôts sur la richesse, notamment les coûts administratifs élevés qui y sont associés et l’exode de capitaux qu’ils induisent.

Il n’est donc pas étonnant que tant de pays les aient abandonnés. Dans un contexte de reprise économique, nous devrions nous aussi renoncer définitivement à l’idée d’un impôt sur la richesse.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • La « juste part » est parfaitement quantifiable : c’est « plus »

    Après tout, dans la glorieuse Suède socialiste, « la romancière Astrid Lindgren (auteur des aventures de Fifi Brindacier) avait fait grand bruit en se plaignant de son taux d’impôt à 104 % » – la garce anti-sociale qui ose se plaindre !

  • jacques lemiere
    10 mars 2021 at 8 h 02 min

    on peut aussi arguer que la justesse de l’impot vient de l’idée d’en admettre l’utilité..
    le juste impôt est sans doute consensuel…..

    mais pas réaliste..

    mais un impôt de citoyenneté devrait san doute être « plat »..

    • Oui oui, le fameux « consentement à l’impôt », qui n’a jamais existé ailleurs que sur les plateaux de télé (publique).
      Je n’ai jamais vu personne partir payer ses impôts ventre à terre.

  • Riche en France est un gros mot!
    Mais est riche celui qui a des revenus supérieurs au mien, donc je suis riche pour celui qui en a moins que moi.
    Égalité devenu égalitarisme, que d’idioties, de mensonges proférés en son nom.
    Mieux vaut vivre de la charité publique que d’abonder la caisse permettant cette charité.
    Mais qu’on prenne tout aux « riches » et cette caisse sera vide!
    En attendant, les « riches » quittent la France.
    Bon débarras diront les incultes, drame diront les autres.

  • Il y a quelque chose qui me gêne dans cet article : on y parle de « hauts salariés ». Je ne connais rien de la fiscalité québécoise, mais ramené à la situation d’ici, cela rend l’article sans intérêt. En effet, s’il y a bien une chose que le fisc connaît et se plaît à matraquer sans merci, c’est le salaire. Les autres formes de revenus peuvent faire l’objet de dissimulations ou de mises à l’abri plus ou moins légales. Il n’est donc pas étonnant que les hauts salaires représentent la contribution la plus importante au fisc. Et en outre, les grands capitaines d’industrie ont pour la plupart l’intelligence de n’être salariés que pour le minimum possible, se faisant payer par d’autres voies.

    Comprenez-moi bien, aucune jalousie ni pensée égalitariste dans ce constat. Simplement que l’impôt matraque injustement le salarié qui n’est pas forcément riche. Je rappelle que dans notre beau pays (la Belgique, hein !), un salarié est imposé à partir de 13 440 € (source : https://finances.belgium.be/fr/particuliers/declaration_impot/taux-revenus-imposables/taux#q1). C’est par an les 13 440€, pas par mois pour ceux qui ne seraient pas familiarisés avec la voracité du fisc belge.

    Alors plutôt que des calculs d’apothicaire pour évaluer la « juste part », réduisons cette part au minimum pour tout le monde (j’aime votre idée de flat tax) mais par pitié, épargnez-nous ce genre d’étude qui est démontable en quelques minutes par n’importe quel collectiviste. J’ai le collectivisme en horreur, et si je la démonte moi-même, c’est pour éviter que certains d’entre vous n’aille l’étaler en-dehors d’un cercle de convaincus et faire passer les libéraux pour des niais.

  • Jerémy Lapurée
    10 mars 2021 at 13 h 10 min

    L’impôt sur la fortune est une quadruple ânerie.
    C’est une ânerie économique, car il décourage les investisseurs de s’installer dans le pays.
    C’est une ânerie fiscale, car il rapporte peu voire fait perdre de l’argent à l’Etat (cf ci-dessus).
    C’est une ânerie juridique, car on taxe deux fois les contribuables (une fois sur les revenus, une fois sur le stock) .
    C’est enfin une ânerie antilibérale, car on établit une discrimination entre celui qui épargne (soumis à l’ISF) et celui qui depense tout. Pourtant les deux participent à l’économie du pays, l’épargne du premier alimentant de nombreux circuits d’investissement.

  • Ne nous laissons pas manipuler par des politiques qui nous désignent les riches comme étant coupables de tous nos problèmes. Les politiques qui nous divisent et vivent confortablement toute leur vie sur nos impôts sont les vrais coupables!

  • Ce sont les riches qui permettent aux pauvres une vie meilleure. En les taxant davantage encore, cela ne appauvrira davantage les pauvres sur tous les plans. Très mauvais calcul !

  • Oui.
    Un riche cadre sup ou entrepreneur sera ponctionné par l’Etat, de 65 à 85 % de ses revenus de toute une vie (y inclus l’imposition de la succession)..selon son niveau de revenus.
    Un smicard sera ponctionné a environ 35 à 40 % …. Voila!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alain Goetzmann.

Décidément, nos gouvernants n’arrêtent pas de se prendre les pieds dans le tapis à chacune des décisions qu’ils nous imposent dans la mise en œuvre des mesures contre la pandémie.

L'exemple ne vient pas d'en haut

D’abord, étonnons-nous de leur méconnaissance d’une des règles de base de tout bon management : l’exemple. Il ne leur est pas interdit de se souvenir de cet aphorisme du docteur Schweitzer : « L’exemple n’est pas la meilleure façon d’influencer les autres, c’est la seule ».

Or, si nous sommes... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw. Un article de l'Institut économique de Montréal

À la veille d’une campagne électorale, les politiciens canadiens devront bientôt fournir des réponses quant à leur approche privilégiée pour faire face aux nombreux enjeux auxquels le pays est confronté. Il ne fait aucun doute que la dette colossale du Canada et ses déficits astronomiques et récurrents figurent parmi les préoccupations les plus pressantes.

Comme l’a récemment noté le directeur parlementaire du budget (DPB), nous nous dirigeons actuellement vers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles