Journalistes et médecins au restaurant clandestin : envie de liberté ?

Des journalistes et des médecins ont été surpris dans un restaurant clandestin à Paris. Plutôt que responsabiliser les restaurateurs, d’exiger des précautions, des résultats, tout en les laissant à la manœuvre, on a décrété qu’il n’était pas envisageable de leur faire confiance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jay Wennington on Unsplash - https://unsplash.com/photos/N_Y88TWmGwA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Journalistes et médecins au restaurant clandestin : envie de liberté ?

Publié le 9 mars 2021
- A +

Par Denis Dupuy.

Selon La Dépêche du 6 mars, « une vingtaine de journalistes de BFMTV et des médecins ont été surpris dans un restaurant clandestin à Paris »

Les donneurs de leçon pris la main dans le pot de confiture ? Quelle félicité. Il serait presque trop aisé de se laisser aller à les étriller.

Était-il sensé et légal d’interdire les réunions au nom de seuils établis au doigt mouillé ? Quand ils fondent leurs décisions sur une unique publication, ceux qui prétendent coller à la science oublient que celle-ci a besoin de temps et de réfutations. Le scepticisme est la plus estimable qualité d’un chercheur, ce qui, me semble-t-il, disqualifie la plupart des membres du GIEC !

Le catalogue des décisions ubuesques dictées dans la confusion devrait alimenter la littérature comique pour le siècle à venir et nous dirons dans 20 ans :

« Tu te souviens, les librairies ?
— Roooh oui, les ânes… »

Et on sourira… Enfin, ceux qui n’avaient pas ouvert leur librairie en janvier 2020. Depuis 1889 huit pandémies de grippe ont affligé la planète des bipèdes, de la grippe russe à la Covid en passant par la grippe espagnole ; et si vous vous penchez sur l’Histoire, les mêmes problématiques ont systématiquement pesé, ce qui ne nous grandit guère.

Chacune a duré deux années, ce qui correspond probablement à la durée d’immunisation, à la lutte acharnée entre anticorps et variants. Avis personnel (oui je sais, je suis urologue…), les facteurs sociologiques et migratoires priment. L’exemple de Nice est emblématique, avec l’ouverture de son aéroport ; et Paris, Lyon et Marseille où les régions frontalières grouillent de braves gens en goguette.

En 1918, un médecin américain décrivait la fulgurance de la mort, en quelques heures seulement, de gamins au teint typique et l’inefficacité de toute thérapeutique. Il avait connu les pires mutilations mais l’épidémie et son impuissance à agir le heurtaient profondément.

En 1919, les soldats avaient quitté les tranchées avec le virus, après quoi, après une année, les commémorations avaient réveillé la bête. Vagues et re vagues… La protection numéro un, celle qui a permis aux bipèdes de se maintenir ici-bas, se nomme immunité. Elle nécessite des échanges, des contacts, des activations dont celle générée par le vaccin auquel la population peine à accéder : serions-nous mal dirigés ?

Savez-vous que les enfants isolés à l’écart des germes divers durant leurs premières années de vie développent un risque supérieur de leucémie ? Certains êtres, fragiles, doivent éviter les contacts, bien sûr, mais embastiller est contre-productif.

Un contrat libéral établi avec une population qui, je gage, souhaite continuer de demeurer vivante, aurait pu être établi. Au lieu de quoi les vaches ont été parquées  à l’étable.

Plutôt que responsabiliser les restaurateurs, d’exiger des précautions, des résultats tout en les laissant à la manœuvre, on a décrété qu’il n’était pas envisageable de leur faire confiance et les sommes versées afin de les apaiser (une patiente à l’établissement modeste me parlait de 12 000 euros par mois) affaibliront durablement l’économie.

Les journalistes de BFM, tout comme mes confrères, ont appliqué ce contrat libéral pour eux-mêmes, ce en quoi je les approuve. Eux si friands d’interventionnisme se connaîtraient-ils finalement si mal ?

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • « Elle nécessite des échanges, des contacts, des activations »

    J’ai plein de virus vertueux à échanger.

  • sur un point je ne suis pas d’accord..

    il ne faut pas prétendre qu’il existerait des règles simples et rationnelles en matière d’hygiène..

    souligner l’absurdité des mesures c’est presque défoncer une porte ouverte…

    quand je regarde un cerfa ou j’entre dans une administration je laisse mon cerveau de côté.

  • Urologue?
    Le Conseil du désOrdre va vous punir pour incitation à désobéir au dogme.

  • croyez vous que notre incompétent gouvernement se gène pour faire des gueuletons entre eux à l’abris des regards ? le  » faite ce que je dis pas ce que je fais  » , ça vous parle ?

  • Le restaurant ne pouvant plus recevoir du public devient un espace purement privé. Juridiquement, rien n’empêche le propriétaire d’y recevoir qui il veut, sans limite de nombre. Tant qu’il n’y a pas tapage nocturne, la police n’a rien à y faire. Si un convive s’y est empoisonné ou contaminé il peut toujours poursuivre l’organisateur.

  • L’hypocrisie de ce gvt est énorme, les restos pour travailleurs restent ouverts seul les restos plaisir sont interdits.. Difficile à différencier, le midi mais eux le peuvent. Donc dans ma ville un resto est ouvert pour les travailleurs du bâtiment… Je n’ai pas été voir, les travailleurs du bâtiment se fournissant chez mon leclerc et mangent sans doute sur leur lieu de travail. Les restos routier étant bien sûr ouvert.. Surment pour tout le monde.

  • j’espère ne pas heurter l’usage en proposant l’article complet dont Contrepoints, pour qui je n’ai que louanges, a extrait la substantifique moelle ! Que le commentaire soit supprimé si tel est le cas : j’aime trop ce cher journal… Vive la Liberté, Vive Contrepoints https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6774965566420590592/

  • « on a décrété qu’il n’était pas envisageable de leur faire confiance »
    Le mot « confiance » a un sens précis: ( de la famille de foi, croire etc…) L’état n’a eu de cesse de diviser les populations pour mieux régner, et a de ce fait aboli la confiance que les individus pouvaient avoir les uns envers les autres. ce problème ne se limite pas aux restaurateurs, mais concerne l’ensemble de la population. Beaucoup d’individus ont aussi perdu la notion de responsabilité. Le problème c’est que les politiques aussi s’exonèrent depuis trop longtemps de toute responsabilité ( le responsable mais pas coupable en est le summum) et donc sont mal placés pour venir donner des leçons à leurs électeurs.

  • « Les journalistes de BFM, tout comme mes confrères, ont appliqué ce contrat libéral pour eux-mêmes, ce en quoi je les approuve. »

    Sauf qu’ils bavent exactement l’inverse pour les autres à longueur d’émission BFMTV. Ecoeurant !

  • Selon le libéralisme, l’individu est libre et responsable.
    Selon le socialisme, il est irresponsable et ne peut donc être laissé libre.

  • « Les journalistes de BFM, tout comme mes confrères, ont appliqué ce contrat libéral pour eux-mêmes, ce en quoi je les approuve. » Soit, mais dans ce cas qu’ils expriment clairement et à longueur d’émissions leur opinion au lui de seriner bêtement les oukases de ceux qui nous gouvernent.

  • Belle bande d’hypocrite, ils sont légèrement excusables, ils ont permis au restaurateur de gagner de l’argent

  • Une des marques de fabrique des socialistes et autres tyrans potentiels c’est de s’autoriser bien plus qu’ils ne veulent laisser aux autres, au prétexte qu’eux ils savent/pensent/décident/etc. mieux.
    L’honnête homme, libéral, lui autorise aux autres bien plus qu’à lui même au prétexte qu’ils savent mieux que lui ce qui est bon pour eux (le fameux problème d’information de Pareto ou de Hayek).
    On a ici une confirmation manifeste de ce que les journalistes et médecins médiatiques ne sont pas des honnêtes gens, mais au contraire des tyrans en culottes courtes !

  • je vais faire un commentaire qui ne va pas plaire .les restaurateurs responsables ? il y a du en ‘avoir mais la majorité. ne l’a pas été si je me souviens des mois d’été dernier..Tout cela aussi à cause de l’Etat (au sens large) il n a pas pas sanctionné les » malfaisants  » ou irresponsables ,du coup ,les autres se sont dits allons y , nous aussi .il n y a pas de vie commune sans libertés qui ont toujours corollaire la responsabilité ….. il fallait laisser le restos ouverts MAIS avec une obligatioin de résulats sur la distanciation …;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Ce dimanche 10 avril, les Français ont rendez-vous avec les urnes pour élire le prochain président de la République. Un vote sur fond de guerre en Ukraine et de crise covid, même si ce sujet est beaucoup moins abordé dans les médias.

Rappelez-vous, ce n'est pas la première fois que les Français sont appelés à voter en pleine crise sanitaire. En avril 2020, au début de la folie déclenchée par le virus, nous autres citoyens étions toujours libres mais « en même temps » confinés pour notre bien. La veille du scrutin et dans la panique qui... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles