Supprimons les discriminations sexuelles de notre législation

L’individu est un être humain unique quelles que soient ses caractéristiques physiques et doit être considéré selon ses qualités propres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christiane Taubira - photo Philippe Grangeaud (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Supprimons les discriminations sexuelles de notre législation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 janvier 2021
- A +

Par Alexis Métais.

Alors que le gouvernement fait voter la loi « confortant le respect des principes de la République », dite contre le séparatisme il pourrait sembler étonnant que des associations évoquent le racisme d’État, qu’un dessinateur démissionne après avoir publié un dessin dénoncé comme transphobe par certains et que France Télévisions, qui s’est récemment offert une campagne publicitaire d’auto-félicitation aux frais du contribuable, ait pour fil rouge une diversité de façade c’est-à-dire basée sur des caractéristiques physiques.

Mais malheureusement cela n’étonne pas car nous sommes depuis longtemps habitués aux belles paroles et au en même temps.

Les trois principes de la République sont, comme chacun sait, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Or existe-t-il aujourd’hui des contraintes légales empêchant potentiellement un citoyen d’accéder à un poste du fait de son sexe, de sa couleur de peau ou de sa religion ? Et si cela était le cas ne faudrait-il pas y remédier au nom du principe d’égalité entre citoyens, et non celui d’égalité entre communautés ?

Les différentes lois

Faites ce que je dis…

On a ainsi vu par exemple ces dernières années plusieurs communautés d’agglomération et ministères être condamnés à des amendes pour ne pas avoir embauché assez de femmes ou parfois d’hommes.

Pour une raison encore non clairement expliquée par les médias, il semblerait que la mairie de Paris soit en 2021 au-dessus des lois et se voit dispensée d’une amende de 90 000 euros pour avoir embauché plus de 60 % de femmes aux postes de direction en 2020.

L’État est encore mis à l’amende puisque en 2020 ce sont six ministères qui furent épinglés dont le ministère des Finances et celui des Armées.

Aujourd’hui le Haut Conseil à l’Égalité appelle à étendre les quotas de la loi Copé-Zimmermann aux comités exécutifs et de direction du secteur privé.

Comme toujours il est plus facile à l’État d’exiger des autres ce qu’il ne s’applique pas à lui-même.

Seules devraient compter les qualités individuelles

Mais n’est-il pas temps de mettre fin à cette folie consistant à considérer les individus selon leur sexe en attendant d’y ajouter d’autres discriminations souhaitées par certains groupes de pression ? Poursuivre dans cette démarche n’amène-t-il pas à légitimer les demandes de patients voulant être soignés par des personnes de leur sexe ? Si plus de 60 % des nouveaux diplômés magistrats et médecins sont des femmes, faut-il interdire à certaines d’entre elles l’exercice de ces professions pour laisser la place à des hommes moins compétents ?

L’individu est un être humain unique quelles que soient ses caractéristiques physiques et doit être considéré selon ses qualités propres. Dans la sphère intime, la loi Taubira de 2013 permet heureusement d’exclure toute considération de parité dans les mariages.

C’est la voie à suivre pour supprimer les discriminations et augmenter la liberté et la responsabilité de chacun : supprimons les discriminations sexuelles de notre législation.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Dans la sphère intime, la loi Taubira de 2013 permet heureusement d’exclure toute considération de parité dans les mariages. »

    En Belgique, la réglementation covid n’autorise qu’un seul « knuffelcontact » – une seule personne à câliner – et interdit donc de consommer un mariage à trois ( du coup aussi l’adultère )

  • ne pas discriminer dans la loi SI on ne veut pas de distinctions légale semble une évidence..

    mais est on certain ne pas vouloir de distinction ? par exemple une agression sur une femme, si vous voulez une personne enceinte, est est équivalente à celle sur une personne non gravide..
    et l’âge?

    notre culture est discriminatoire après tout et nous discriminons..les vieux les enfants, les « fous » les irresponsables les fragiles.. par exemple les lois qui favorisant l’emploi des handicapés sont à supprimer aussi..
    alors ce sera réglé dans les circonstances aggravantes..donc la discrimination est toujours présente mais pas formellement.

    ça va rentrer en collision avec l’égalitarisme, or, .on a jamais eu autant de plaintes de discriminations systémiques depuis que la loi les as supprimées.. donc il ya aura un déplacement de la lutte des gens qui ne VEULENT pas faire de distinction entre homme et femme sur les individus..maitrise du langage, des comportements, de la culture..

  • Une folie que ces lois instituant la parité, comme sont folies les lois Pleven, Gayssot, et bientôt loi Avia… Folies, mais folies impossibles à défaire.

    • l’exigence de parité est une loi discriminatoire!!!

    • Nullement impossible. Il faut juste trouver un moyen de briser le quasi-monopole des medias gauchistes sur l’information des citoyens. Le nombre de personnes, hors classe jacassante, réellement mobilisées dans les conflits intersectionnels est minuscule.

  • Moi ce qui me dérange le plus, c’est que ça ne soit restreint qu’aux comité de direction et autres instance administrative, et en aucun cas aux boulots de « peuple » (éboueur, btp, chaîne de production, infirmière, jardinier, etc.) ! 😉

    • Les comités visés sont constitués par élections, alors que vous citez des métiers. Est-ce par élections qu’il y a plus d’hommes que de femmes parmi les éboueurs et plus d’infirmières que d’infirmiers ?

  • Si on veut l’égalité réelle, il faut de la discrimination en droit. Si l’on veut de l’égalité en droit, alors il n’y aura pas d’égalité réelle.
    On ne peut pas avoir les deux…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les candidats aux élections présidentielles tentent de caresser l’électorat féminin dans le sens du poil et agitent leurs promesses de pacotille.

Pour Emmanuel Macron : droit à la garde d’enfants et lutte contre l’endométriose.

Pour Marine Le Pen : allocation aux mères isolées et égalité salariale.

Pour Éric Zemmour : augmentation de la pension de réversion des veuves et libre répartition du congé parental.

Pour Valérie Pécresse, retenez votre souffle : mêmes promesses que Zemmour + congés pour règles douloureuses ... Poursuivre la lecture

Pierrik Halaven nous livre le quatrième épisode de sa série d’analyse de la campagne présidentielle sur la simple base de la progression des audiences sur Twitter et d’une comparaison d’engagements sur des tweets portant sur une thématique similaire. La période analysée - 1er janvier au 19 février - n’a pas été marquée par de nouveautés spectaculaires, si ce n’est la candidature de Christiane Taubira.

Personnalités politiques #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre Macron 7 508 991... Poursuivre la lecture

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles