Présidentielle sur Twitter : surprise, Taubira ne change pas la donne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christiane Taubira (Crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle sur Twitter : surprise, Taubira ne change pas la donne

Publié le 1 mars 2022
- A +

Pierrik Halaven nous livre le quatrième épisode de sa série d’analyse de la campagne présidentielle sur la simple base de la progression des audiences sur Twitter et d’une comparaison d’engagements sur des tweets portant sur une thématique similaire. La période analysée – 1er janvier au 19 février – n’a pas été marquée par de nouveautés spectaculaires, si ce n’est la candidature de Christiane Taubira.

Personnalités politiques #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre
Macron 7 508 991 7 630 457   1,6 % 121 466
Melenchon 2 330 953 2 374 893   1,9 % 43 940
Zemmour    331 950    365 403 10,1 % 33 453
Le Pen (Marine) 2 650 683 2 682 706   1,2 % 32 023
Di Vizio     149 932    175 671 17,2 % 25 739
Philippot     305 227    330 521   8,3 % 25 294
Pécresse     408 289    431 903   5,8 % 23 614
Villiers      127 975    146 037 14,1 % 18,062
Maréchal      427 570    443 325   3,7 % 15 755
Dupont Aignan      282 538    297 130   5,2 % 14 592
Philippe      875 235    885 789   1,2 % 10 554
Taubira      822 220    832 718   1,3 % 10 498
Darmanin      292 079    301 966   3,4 %   9 887
Le Maire     601 357    611 029   1,6 %   9 672
Jadot       86 257      95 810 11,1 %   9 553
Ciotti     210 600    217 822   3,4 %   7 222
Rousseau       64 656      70 645   9,3 %   5 989
Lisnard       74 359      79 619   7,1 %   5 260
Wauquiez     353 380    358 356   1,4 %   4 976
Lagarde (BCE)     714 981    719 538   0,6 %   4 557
Hidalgo 1 538 490 1 542 815   0,3 %   4 325
M. Onfray TV      94 383      97 468   3,3 %   3 085
Retailleau      85 731      88 755   3,5 %   3 024
Bertrand   202 286    204 677   1,2 %   2 391
Piolle      61 506      62 918   2,3 %   1 412
Montebourg   440 647    441 451   0,2 %      804
Barnier   230 968    230 183 -0,3 %     -785
Autres personnalités #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre
Praud    205 645    225 050 9,4 %   19 405
Mbappe 7 024 421 7 327 091 4,3 % 302 670
Raoult    872 864    910 868 4,4 %   38 004
Nakamura 1 113 993 1 113 879 -0,0 %        -114
Hanouna 5 946 353 5 972 323 0,4 %   25 970

 

Macron l’intouchable

En raisonnant en nombre d’abonnés gagnés, le président de la République, surfant sur sa légitimité et sa notoriété, fait toujours largement la course en tête. Mélenchon double Zemmour (en nombre mais pas en pourcentage de progression) et fait plus que doubler son nombre d’abonnés acquis par rapport à la période précédente (mi novembre à fin décembre). Il confirme ce que j’annonçais début janvier : il se révèle bien être le candidat de gauche le plus solide, avec la plus forte traction.

Un peu à l’instar de Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, au cours du troisième trimestre 2021, Zemmour et Le Pen sont désormais au coude à coude, tels Anquetil et Poulidor dans le Puy-de-Dôme en 1964. En nombre de nouveaux abonnés sur la période, Le Pen n’est plus décrochée.

Pécresse redescend en queue de peloton des prétendants au second tour. La candidate est à la peine. On retrouve sur Twitter la tendance baissière qui se dégage des derniers sondages.

À gauche, Taubira ne fait pas d’étincelles même si elle fait le double d’Hidalgo en termes de progression. Cette dernière fait sans surprise du surplace, comme les automobilistes à Paris.

Ce que dit la progression des personnalités non candidates

Alors, me direz-vous, qu’apporte cette analyse modeste et simple (à la portée de tous, sans le filtre et les interrogations que l’on peut avoir sur les sondages) ?

Hé bien une vision de la dynamique des collectifs autour des candidats.

Macron est un leader peu épaulé. Les barons de la macronie, Philippe, Darmanin, Le Maire, n’impriment pas. Quel sera l’impact au moment du troisième tour des présidentielles, à savoir les élections législatives ?

Idem pour Mélenchon et Le Pen. Ce sont des candidats peu entourés par des personnalités de premier plan. En tout cas, on vérifiera la progression par exemple de Corbière et Ruffin lors de la prochaine chronique. Quant à Le Pen, à part Barnella (à ajouter aussi à la liste des personnalités du panel), elle est abandonnée par de nombreux ténors de son camp.

Du côté de Zemmour, son « éminence grisonnante » comme il se surnomme lui-même, Philippe de Villiers reste en dynamique. Et la très silencieuse Marion Maréchal également. Son hypothétique ralliement aurait un impact certain.

À noter aussi que l’auteur du Suicide français, qui a fini par se positionner plutôt du côté des anti pass, aurait intérêt à profiter de l’intérêt que les Français ont continué à porter pendant la période analysée aux opposants à la vaccination obligatoire. Philippot, l’avocat Di Vizio, le professeur Raoult voire Dupont-Aignan, continuent à attirer de nouveaux abonnés.

Quant à Pécresse, sa fameuse « équipe de France » n’attire pas les foules. Éric Ciotti fait une progression modeste, Xavier Bertrand est retombé dans les profondeurs du classement. Seul Michel Barnier réalise un véritable exploit… Il est la seule personnalité suivie dans ce baromètre… à perdre des abonnés ! On applaudit.

Engagement : Zemmour toujours très fort… derrière Macron

Pour comparer l’engagement (les retweets, likes…), reprenons la méthode utilisée dans des chroniques précédentes, consistant à comparer des tweets publiés sur un même sujet.

Actualité oblige, prenons les commentaires des principaux candidats après l’annonce de l’agression de la Russie contre l’Ukraine. Sans surprise, Emmanuel Macron a été très suivi (avec son élocution en direct). Dans une telle situation où la peur domine, le président bénéficie de la prime à sa fonction. Zemmour prouve une fois de plus que ses abonnés ne sont pas de simples curieux. Il enregistre un engagement très fort lors de sa première réaction suite à l’attaque de Poutine avec 8500 likes.

Alors qu’il a plus de deux millions d’abonnés, Mélenchon est très loin derrière avec 2000 likes. Pécresse et Le Pen n’impriment décidément pas sur les médias sociaux avec respectivement 1500 et 1100 likes.

Qu’en conclure ? Si Macron semble intouchable, le jeu reste plus que jamais ouvert pour la seconde place de finaliste… entre Le Pen, Zemmour mais aussi Mélenchon en embuscade. La dynamique réelle, la ferveur des militants, plaident en faveur de Zemmour qui a encore des réserves à aller chercher grâce à d’éventuels nouveaux ralliements. Du côté des Républicains et de Pécresse, difficile d’imaginer comment la situation pourrait se retourner. Rendez-vous quelques jours avant le premier tour pour une dernière photographie des progressions.

 

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Macron l’intouchable, il va finir par l’être… au propre ou au figuré !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles