Les vaccins nous sauveront-ils des reconfinements et des restrictions ?

Les retards et les difficultés à se procurer les vaccins ne feront-ils pas perdurer les confinements et autres couvre-feux ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Injection BY Dr Case (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vaccins nous sauveront-ils des reconfinements et des restrictions ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 janvier 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

La presse allemande n’est pas tendre avec la chancelière Angela Merkel. Elle serait directement responsable d’un « désastre de la vaccination » tant le déploiement du vaccin anti-Covid des laboratoires Pfizer et BioNTech est poussif en Allemagne : au 5 janvier 2021, seulement 317 000 doses y ont été administrées, contre presque 5 millions aux États-Unis, 1,4 million en Israël et 950 000 au Royaume-Uni (voir graphiques ci-dessous). Un comble alors que ce vaccin a été développé par une biotech allemande.

Situation vaccinale anti-Covid au 5 janvier 2021
Nombre de doses administrées

Source : Our World in Data.

 

Doses administrées pour 100 habitants

La performance allemande n’est peut-être pas fabuleuse, mais que devrions-nous dire, nous autres Français qui apparaissons à peine sur ces schémas malgré les fanfaronades répétées du ministre de la Santé Olivier Véran sur l’excellence inégalée et la préparation minutieuse de notre système de santé face au Coronavirus ?

Fin novembre, ledit ministre expliquait doctement dans le journal Le Parisien qu’il était « hors de question de dire aux Français : nous pourrions démarrer la vaccination, mais nous ne sommes pas prêts ! » Et il ajoutait : « Nos communications, la semaine prochaine, vous montreront que nous sommes prêts. »

Eh bien, il s’avère maintenant de façon assez criante que la vaccination a bel et bien commencé en France mais que l’organisation et la logistique ne sont pas, mais alors pas du tout au rendez-vous : depuis la première injection réalisée sur Mauricette le 27 décembre 2020, seulement 5000 vaccinations ont eu lieu. Autant dire rien.

On pouvait s’y attendre. La France, c’est quand même ce pays qui, tout en ayant plus d’élus, plus de fonctionnaires, plus de dépenses publiques et plus de prélèvements obligatoires que tout le monde, sans compter son sens de la justice et de la solidarité plus aigus que partout ailleurs, accumule les échecs étatiques (voir, par exemple, ici, ici et ici) avec une régularité qui tient, j’allais dire du prodige.

En réalité, aucun prodige là-dedans, juste les conséquences inéluctables d’un système hyper-bureaucratique, hyper-centralisé, hyper-collectivisé et hyper-étatisé qui favorise l’inefficacité et l’incompétence, comme l’ont très bien expliqué en leurs temps Bastiat, l’École du choix public, Hayek, Friedman et d’autres. « Tout ce qui est tombé dans le domaine du fonctionnarisme est à peu près stationnaire » disait le premier dans Services privés, services publics en 1850. Propos fort modéré, finalement, mais Bastiat n’a pas eu la chance de vivre à notre époque…

Quant à Véran, il continue de prétendre que tout se déroule comme prévu mais promet quand même d’accélérer le mouvement. Bref.

Toujours est-il que si, avant les vacances de Noël, alors que la campagne de vaccination n’avait pas encore commencé en France, d’aucuns s’inquiétaient des aspects possiblement liberticides d’une « injonction vaccinale » autoritaire et en prenaient argument pour refuser la vaccination, force est de constater maintenant que l’enjeu serait plutôt d’avoir effectivement accès à ces fameux vaccins dans des délais pas trop éloignés.

Car plus les retards et les difficultés à se faire vacciner s’accumuleront, plus les confinements et autres couvre-feux perdureront – même les plus réticents à l’égard des campagnes vaccinales anti-Covid en conviennent.

Et plus toutes les destructions dont j’ai déjà eu l’occasion de parler dans un précédent article s’accentueront : destruction de l’économie, destruction de pans entiers de l’État de droit et des libertés individuelles, et cohortes de « gueules cassées » par la maladie et/ou la faillite, la pauvreté et le chômage.

Sauf que les réticents pensent ensuite que même si le rythme des vaccinations – dont la lenteur leur a arraché de bruyantes indignations – tenait ses promesses de rapidité, ce serait néanmoins pour les gouvernements, le français au premier chef, l’occasion d’accroître la pression autoritaire sur les citoyens (passeport vaccinal, notamment), ce qui disqualifierait selon eux l’idée que la vaccination permettrait un retour à la vie d’avant-Covid et donc la vaccination elle-même.

Merci pour la mise en garde, mais les vaccins en tant que tels n’ont rigoureusement aucune responsabilité dans cette situation.

Autant je suis parfaitement d’accord avec ce qui précède s’agissant du tropisme liberticide amplement démontré d’Emmanuel Macron et autant il y a en effet fort à parier qu’il ne ratera pas l’occasion du Coronavirus pour faire un pas de plus dans la vie privée des citoyens – il l’a d’ailleurs déjà tenté avec le projet de loi « instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires » – autant j’ai du mal à voir en quoi rejeter la vaccination en bloc pour ne pas faire le jeu liberticide du macronisme déboucherait sur une situation plus appréciable, aussi bien du point de vue sanitaire que du point de vue des libertés.

Ce serait au contraire, comme les réticents le disent eux-mêmes en toute contradiction, la garantie de confinements sans fin tant qu’on n’aurait pas trouvé un traitement effectif, traitement qui ne mettrait d’ailleurs nullement à l’abri d’avoir à présenter un test négatif en telle ou telle occasion pendant un certain temps.

Indépendamment des questionnements légitimes sur l’efficacité et la sécurité vaccinale qui n’entrent pas dans mon propos aujourd’hui, l’idée que je voudrais défendre ici est la suivante : je pense que la probabilité de voir les mesures de confinement et les restrictions afférentes reculer est plus élevée dans le cas où une parade médicale efficace d’ampleur est mise en place face à la pandémie que dans le cas contraire.

Or aujourd’hui, en fait de parade, on a les vaccins. Ils constituent à ce jour la seule méthode suffisamment vaste et valide qui pourrait permettre de se sortir assez rapidement de la maladie donc des causes initiales ayant motivé confinements et fermetures administratives des activités.

Ce qu’il faut bien voir, c’est que ces vaccins sont des produits médicaux qui ont été développés pour apporter une solution médicale à un problème médical, indépendamment d’Emmanuel Macron, de sa nullité et de son autoritarisme. Les chercheurs de Pfizer, BioNtech ou Moderna n’avaient pas Emmanuel Macron ou tout autre responsable politique en tête quand ils planchaient sur leurs dosages. Ils ne se sont pas dit : tiens, on va mettre à la disposition des dirigeants des vaccins qui vont leur permettre de contrôler leurs citoyens. Si la liberté vaccinale est garantie, les vaccins en eux-mêmes ne sont ni pour ni contre les libertés publiques.

Ce contre quoi il faut se dresser avec véhémence, ce ne sont pas les vaccins, qui représentent à ce jour notre meilleure chance de voir la situation pandémique s’améliorer médicalement et favoriser une sortie des confinements – je persiste à l’écrire – mais ce sont les possibles tentatives d’utilisation politique de ces vaccins pour réduire les libertés et plus généralement toute « pérennisation » de l’état d’urgence sanitaire.

Exactement comme il a fallu se dresser contre le projet de loi Avia contre la haine en ligne, mais pas contre internet, et exactement comme il faut encore et toujours se dresser contre la loi contre les fake news ou contre l’article 24 du projet de loi de sécurité globale ou contre le durcissement des conditions de l’école à domicile, mais pas contre les médias, l’information, la police ou l’école.

Pour moi, la seule raison sérieuse de rejeter la vaccination telle qu’elle se présente actuellement serait que les vaccins se révèlent inefficaces et/ou dangereux pour la santé. Mais inutile de s’imaginer qu’on a la moindre chance de mettre fin aux états d’urgence sanitaires sans réduire drastiquement la pandémie d’abord.

Sur le web

 

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • Oui, l’idée du complot organisé aux petits oignons laisse à désirer et n’est pas utile..
    On ne peut pas être d’un coté l’auteur d’un plan gigantesque et sophistiqué , impliquant des tas de gens et partir dans tous les sens.. Si il y des malversations elles sont habituellement dérisoires.
    Macron n’est pas une boussole.. c’est à dire qu’il ne suffit pas de s’opposer à ce qui dit pour avoir raison,

    Ces gens ont une forme de sincérité en ce sens qu’ils « croient  » être utiles..

    Le problème est que vous TROUVEZ des gens pour accepter un poste de ministre du temps libre ou de l’alimentation.. ou d’amabassadeur des pôles.. Il n’y a rien de plus courant que cette forme d’arrogance imbécile chez des gens qui se sentent plus intelligents que le commun..

    Pourquoi ça changerait? leurs actions sont rarement correctement évaluées..souvent elle sont par nature non évaluables..

    « Ils gèrent des crises ».. et bien sûr disent ils c’est à dire que sans eux la crise auraient été pire.. c’est la raison pour laquelle les suédois déplaisent à certains.

    Ce sont des imbéciles arrogants plus ambitieux que la moyenne doués d’une capacité sans borne à l’autocritique véritable.

    enfin bref.. il ne faut surtout pas en faire des boussoles montrant le sud.. leur cap c’est garder le pouvoir.

  • Oui, excès de bureaucratie mais aussi incompétence. Je suis toujours frappée de voir avec quelle facilité nos ministres changent de ministère.
    A la tête de la Santé nous avons actuellement un médecin tandis que le directeur de cabinet et son adjoint sont tous les deux énarques. Et toute l’équipe (pléthorique) est composée ainsi : des syndicalistes du monde médical et des énarques. Un médecin a appris à soigner, pas à gérer la logistique d’une vaccination à grande échelle. Quant aux énarques, on se rend compte de leur incompétence quand il s’agit d’obtenir des résultats.
    N’ayant jamais de compte à rendre, croyant que tout est facile quand on a un beau bureau doré, ils n’ont pas eu l’idée de confier cette mission à un spécialiste de logistique par exemple (venu de Carrefour ou d’Amazon…). Ou même à l’Armée (quoique l’épisode des « tentes hôpitaux » du premier confinement me fait douter de leurs capacités sur le terrain).

  • « Quant à Véran, il continue de prétendre que tout se déroule comme prévu »… Ben oui, qui avait prévu que ça se passerait bien?

  • « Mais inutile de s’imaginer qu’on a la moindre chance de mettre fin aux états d’urgence sanitaires sans réduire drastiquement la pandémie d’abord. »

    Sauf que la pandémie est déjà drastiquement réduite. Il suffit de regarder l’indicateur du taux d’incidence du covid sur le Réseau sentinelle, ou de regarder le Twitter de Philippe Herlin qui explique bien tout en ce qui concerne les indicateurs.
    Donc il faut arrêter de dire des bobards, la pandémie est finie et invisible en France.

    • Les déclarations gouvernementales m’insupportent, mais il n’en reste pas moins que si le gouvernement reconnaissait une fin de la pandémie en France, elle y serait incontrôlable un mois plus tard vu le comportement de la majorité des Français. Seules des réductions drastiques du risque pandémique permettraient de contrer efficacement les choix d’états d’urgence du gouvernement, je suis parfaitement d’accord avec l’auteur sur cela.

      • L’épidémie vit sa vie propre et ne dépend aucunement des « comportements des français ». Le comportement des individus n’a aucun lien avec la propagation de l’épidémie (sauf à vivre dans des bulles hermétiques ce qui n’existe pas et est impossible).

        C’est du pur constructivisme de penser qu’en appuyant sur des boutons politiques on agit sur quoi que ce soit d’une épidémie. Et surtout pas avec des mesures liberticides.

        Par ailleurs, on a toujours aucune explication sur les raisons de persécuter l’ensemble de la population alors que la population qui risque quelque chose de lié au covid est clairement identifiée et qu’il ne poserait aucune difficulté de cibler les mesures de « protection » sur cette population.

        • Ne me dites pas que des gestes barrière correctement compris et appliqués n’auraient aucun effet sur la propagation. Il y a 3 facteurs dont on ne peut nier l’influence sur cette propagation : la température, la fréquence des rapports sociaux, et les attitudes lors de ces rapports. Partout où le jemenfoutisme prévaut sur le respect et considération mutuelle, l’épidémie se propage plus. Si vous avez des statistiques contraires, donnez-les moi, je serai heureux de changer d’avis.
          Et ce jemenfoutisme qui prétend qu’il faut vivre sa vie et laisser crever les vulnérables en prétendant éventuellement les protéger dans des conditions insupportables pour se donner bonne conscience malgré tout, ce jemenfoutisme ne fait pas le poids pour contrer les mesures gouvernementales. C’est juste indignité contre indignité.

          • Mais on n’est pas responsable de la santé des autres. Il n’y a probablement rien de plus individuel que la santé. La santé est une affaire personnelle. Il est normal de courir le risque de tomber malade dans la vie.
            C’est d’ailleurs précisément parce qu’on reconnaissait ceci qu’on n’avait jamais appliqué vos raisonnements de fous auparavant.

            Vous êtes un communiste et vous êtes juste content d’avoir un prétexte pour mettre tout le monde au pas. Arrêtez de dire des sottises et avouez que vous êtes communiste et que vous vous fichez en réalité complètement de la santé des individus. Car si vous vous en souciiez réellement, vous défendriez la liberté individuelle qui est réellement protectrice de la santé individuelle.

            Si ici on est libéraux, c’est parce qu’on a compris que la solution à tous les problèmes réside dans la liberté individuelle et jamais dans la coercition. Et c’est encore une fois le cas ici. Et c’est aussi parce que vous n’avez toujours pas compris ça que vous êtes un communiste.

            • En effet, on n’est pas responsable de la santé des autres, mais on peut très bien être responsable de leur maladie.
              Relisez ce que j’ai écrit, et répondez-y au lieu de vous livrer à des attaques personnelles, qui n’ont jamais montré que le manque d’arguments et l’irrespect. Sinon, bonsoir.

              • « on peut très bien être responsable de leur maladie. »

                Non, et c’est ce que vous ne comprenez pas. Vous réfléchissez à l’envers pour dire ça. C’est un avatar du sophisme comptable que vous appliquez. C’est également un raisonnement panglossien.

                • Du gros blabla avec des noms savants…Oui on est responsable d’avoir renversé un cycliste alors que notre attention était attirée par le SMS arrivant sur notre protable…Oui on est responsable du COVID d’un des nôtres quand on en a rien à faire au nom de notre liberté des mesures de base nous protégeant…et que l’on véhicule le dit virus…

                  • Non. Chacun est responsable de sa propre santé et il ne peut pas en être autrement surtout pour les maladies virales prétendument transmises dans l’air.
                    C’est à chacun d’apprécier les risques encourus dans chaque situation dans laquelle faut-il le rappeler on se met soi-même. Si je suis au supermarché, au restaurant ou à la salle de sport, c’est parce que j’ai décidé d’y être. Personne ne m’y a mis de force. Lorsque je fais quoi que ce soit, j’apprécie les risques que je prends et je suis toujours responsable de ce qui m’arrive dans le cas où ce qui m’arrive résulte de mes actes propres, ce qui est bien le cas quant au fait de tomber malade d’une maladie virale transmise (prétendument en l’occurrence) dans l’air.
                    Ce ne sont pas les autres qui sont responsables de ma maladie virale, c’est moi-même forcément.

                    Autrui ne deviendrait responsable de ma maladie que si par exemple j’ai accepté de faire quelque chose que je n’aurais pas fait si la personne ne m’avait pas menti sur sa situation.

                    Lorsqu’on est en communauté, étant donné qu’il est strictement impossible de savoir qui est malade ou non et de quoi, c’est bien à moi-même d’évaluer mes risques d’après les informations dont je dispose dans chaque situation dans laquelle je me mets forcément moi-même. Si j’ai peur de tomber malade d’une maladie virale présente dans un air confiné, car l’issue me serait fatale, je mets un masque à gaz ou alors je ne vais pas aux endroits qui me sont mortels. Point.

                    On voit les ravages du socialisme quand ces raisonnements pourtant simples sont niés et combattus alors qu’ils sont pourtant les seuls logiques et issus de la raison.

                    • « prétendument transmises dans l’air »
                      No comment.

                    • D’accord ..Donc je fais tranquillement de la bicyclette sur la petite route près de mon domicile et avant de partir il faut que j’apprécie le risque qu’une branche du cerisier puisse tomber , qu’un cerf traverse la voie , qu’un type regarde son portable et pas la route etc etc…Et si j’accepte de sortir et que je me retrouve à l’hosto avec une paraplégie et bien tant pis pour moi je connaissais les risques voire la probabilité que cela puisse arriver ..et etc…Vrai monde de paranoiaque que celui que vous nous proposez…!! Et je vois pas trop où niche le socialisme là dedans ..??

                    • Et au final nous pouvons être d’accord…Il suffit de mettre un masque correctement , de garder une distance de sécurité et de se laver les mains…Elle est pas belle la vie..??? Si tous nous faisons cela, plus de confinement et tout repart…C’est pas trop compliqué quand même..Si..???

            • Vous êtes responsable de la santé des autres quand vous les contaminez et encore plus lorsqu’ils en meurent !

              • Uniquement lorsque les autres ont accepté de faire quelque chose qui les a contaminé et qu’ils n’auraient jamais fait en l’absence d’information leur indiquant qu’ils ne risquaient rien. Autrement dit ce que vous dites n’est valable que dans une situation particulière : celle où vous avez menti sur votre état propre ou plus largement l’état de ce qui vous appartient.
                Vous n’êtes par contre pas responsable d’avoir contaminé autrui si vous l’avez contaminé sans savoir que vous le pouviez. Autrui a simplement fait une erreur d’appréciation et il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Ça s’appelle être responsable de ses actes, et les erreurs font partie de la vie.

        • Entièrement d’accord avec Ba, l’épidémie ne comprend rien aux subtilités de Véran ou Castex.
          C’est prétentieux et dangereux de penser qu’on peut régler tous nos problèmes par des mesures administratives, aussi sophistiquées soient-elles.
          La dernière trouvaille de Castex, les arrêts maladies qu’on peut se prescrire soi-même en cas de symptômes Covid.
          En gros, pas besoin d’aller voir son médecin, on reste chez soi et tout ira mieux dans une semaine.
          C’est donc avouer qu’on essaie aucun traitement en phase précoce.
          Si on a de la chance, on est sauf au bout de quelques jours, sinon on va grossir les rangs des patients hospitalisés.
          Le gouvernement nous dit fort et clair « il n’y aucun autre espoir que le vaccin »
          Si le vaccin est moins efficace que prévu, on n’est pas à la veille de retrouver nos libertés.
          Je ne comprends pas le silence des vrais médecins qui devraient se révolter pour qu’on arrête de les prendre pour des imbéciles.
          Nous en avons plus qu’assez de ces médecins people qui sapent le moral des Français et qui n’ont pas plus de convictions personnelles que de compétences médicales.
          Les sottises proférées, même à travers un masque, restent des sottises.

          • Oui.

            A mon avis, le plus grand problème qui se pose aujourd’hui est en partie la naïveté des gens qui croient sincèrement d’une part les sophismes que j’ai dénoncés sur cette page, mais surtout qu’il suffit de respecter des consignes données par le gouvernement pour voir le bout du tunnel.
            Ils ne comprennent pas que le but du jeu pour le gouvernement est de faire durer cette pseudo-pandémie le plus longtemps pour étatiser le plus possible la société, alors même que ceci est écrit partout sur Contrepoints et qu’ils en sont lecteurs.

            Les gens devraient se rendre compte que le gouvernement se fiche comme d’une guigne de leur santé, car s’il s’en souciait réellement il n’y aurait aucune mesure liberticide. Rien que du fait que la privation de liberté, notamment économique, ruine la santé des individus par exemple (en même temps que leur patrimoine). Il est par ailleurs choquant qu’on continue à prétendre qu’il n’existe aucun traitement de la maladie alors qu’il en existe plusieurs à l’efficacité reconnue. Il est choquant qu’aucun travail du gouvernement n’ait été mené sur le renforcement du système immunitaire alors que les données sont là. Il est choquant qu’un problème de santé se règle par des amendes et des coups de matraque, alors même qu’on prétend précisément préserver la santé etc etc.

            Enfin bref, l’aveuglement qui entoure le covid est vraiment incompréhensible pour quiconque est un observateur de la situation.

        • Dixit Ba:
          « Le comportement des individus n’a aucun lien avec la propagation de l’épidémie »

          Ben voyons?

  • même avec des vaccins efficaces et sans effet secondaire (on n’a aucune assurance pour les vaccins à ARNm), la bureaucratie ne voudra rendre leur liberté aux français.

    Et puis le virus mute… quid de l’efficacité des vaccins dans ce cas ?

    Avec un système de santé efficace, les confinements et autre mesure vexatoire n’ont aucune justification possible.

    • Quoique, si l’épisode des élections us donnait l’idée chez nous d’aller botter le *** de notre administration…

  • La maladie est heureusement peu létale, le gouvernement affoke la population avec des chiffres de testés positifs, la plupart n’étant pas malades. Pour moi, la solution vient plutôt d’une réglementation des tests ( donner un nombre de CT maximum, obliger les laboratoires à communiquer le nombre de cycles qui a conduit au résultat positif), d’une implication forte du médecin traitant qui conseillera la personne testée positive en fonction des résultats précis du test, et bien sûr des traitements.

    • Réglementation des tests afin que les positifs se sentent moins responsables et puissent propager le virus ?

      • Vous êtes particulièrement mal renseigné et pourtant des articles de presse récents en ont fait état : être positif n’a rien à voir être contagieux en ce qui concerne le covid, il faut être malade pour être contagieux.

        • Donc un positif asymptomatique serait d’après vous non contagieux et pourrait se comporter en conséquence. Ca n’est pas ce que j’ai lu dans les articles de presse et de revues scientifiques. Là encore, auriez-vous des références, où vous appuyez-vous simplement sur l’interprétation qui flatte ce que vous avez envie de croire ?

          • https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2774102
            « Household secondary attack rates were increased from symptomatic index cases (18.0%; 95% CI, 14.2%-22.1%) than from asymptomatic index cases (0.7%; 95% CI, 0%-4.9%) »
            18% vs 0.7%

            • Il y a plus de contagiosité chez les symptomatiques que chez les asymptomatiques, oui, de là à en déduire qu’un asymptomatique n’en aurait aucune et pourrait se comporter en conséquence, il y a le même fossé qu’entre le souhait et sa réalisation, non ?

              • L’étude montre qu’un asymptomatique contamine 25 fois moins qu’un symptomatique. Le RO du covid est de 2-3 donc un asymptomatique peut contaminer 0.1 personne, donc n’entraine pas de chaine épidémique.
                Dans une épidémie, l’important est de casser la chaine de contamination. Oui un asymptomatique peut théoriquement contaminer quelqu’un mais du point de vue de la population c’est tout à fait marginal.
                On est dans la vraie vie, perdre son temps à des mesures inutiles, c’est fragiliser les autres mesures efficaces.

                • Je ne pense pas que ça se présente tout à fait comme ça. Pour une épidémie avec une grande variabilité du nombre de contaminés par un contaminant, il est primordial de réduire le nombre de supercontaminateurs et quand on se focalise sur R0, on ne donne que des incitations, au contraire, à se déresponsabiliser et à se moquer d’en devenir un. Ca ne me gêne pas que les asymptomatiques ne prennent que peu de précautions, ça me gêne s’ils se sentent libérés d’en prendre du fait qu’ils sont asymptomatiques. D’autant plus que l’on est contagieux quelque temps avant d’être symptomatique, et que ça ne transparaît pas dans les statistiques.

                  • Mon dieu mon dieu!
                    Vous avez perdu le sens commun.
                    J’ai connu un même délire avec le Sida où tout le monde répétait la propagande des activistes. Le Sida est une maladie sérieuse et il faut laisser les médecins la soigner, d’ailleurs les laboratoires ont trouvé un traitement.
                    Pareil avec le Covid.

                    • Laisser les médecins la soigner ? Olivier Véran, donc… Sérieusement, il faut que ceux qui ont des compétences, et pas seulement en médecine mais aussi en statistiques, en science du comportement, en analyse de risque, etc. s’associent pour proposer autre chose que des dogmes et des lignes de foi. Ca se fait très bien dans d’autres disciplines. Mais je reconnais avoir observé plus d’autoritarisme chez des médecins que dans d’autres domaines de compétence…

              • michel tu sembles considerer que lors d’une contamination seul le contaminant est responsable , ta position morale altère me semble t il ton analyse..
                il ya des trucs qu’on sait désormais et qui devrait pouvoir permettre de lever certaines précautions parce ce que l’on combat est l’pidémie pas les contaminations..

                • Désolé si je donne cette impression, ça n’est pas ce que je pense. Tu le dis, on pourrait lever certaines précautions, même probablement la plupart d’entre elles, et je suis d’accord. En revanche, il me semble que l’on a des supercontaminateurs, rebelles à toute précaution, et une grande majorité de gens qui d’eux-mêmes se comportent avec suffisamment de bon sens et de responsabilité pour qu’ils soient légitimement exaspérés par les mesures contraignantes et liberticides. Lever certaines précautions, oui, mais en même temps louer le bon sens et la responsabilité de ceux qui en font preuve pour éviter de les voir rejoindre les rangs des supercontaminateurs, voilà ce que je soutiens.

                  • ce n’est que du bon sens mais difficile à faire entendre…

                  • La notion de supercontaminateurs est un élément de langage bien commode pour le gouvernement pour montrer du doigt les « vrais » coupable.. Les jeunes, les fêtards, jamais le gouvernement.
                    C’est une technique classique de bouc émissaire, et vous gobez tout cru ces salades.
                    Je le répète depuis le début, la progression du virus est inéluctable, mais le gouvernement se doit de « faire quelque chose », surtout qu’il absorbe 64% du PNB, pour un hôpital public, une éducation nationale, une justice en état de mort cérébral.

                    • Les uns n’empêchent pas les autres. S’il suffisait de prendre le contrepied du gouvernement, ça se saurait. Par exemple, comment expliquez-vous que dans un Ehpad, 75% des résidents et 50% des soignants soient contaminés en ayant le sentiment d’avoir pris les précautions : le gouvernement ou un supercontaminateur ?

                    • Mais parce que les virus reste actif pendant 24 heures sur une poignet de porte. Quand vous rentrez dans un bloc opératoire on se lave les mains pendant 10 minutes avec des regles précises, les robinets sont actionnés avec les pieds, le chirurgien ne touche plus à rien, on l’habille, on le sert.,ect.. Dans la vraie vie c’est impossible, vous faites vos courses, vous touchez à tout. vous vous touchez.
                      On est entouré de virus, vous n’avez pas l’air de vous rendre compte. E Macron a attrapé le virus, ce n’est pas de sa faute, le virus est partout. Vous avez une vision de curé, si vous tombez malade c’est de votre faute. C’est de la pensée magique.

          • France soir est une revue scientifique pour vous? Et les journalistes crédibles?

            • Vous êtes paralysé ???
              Vous pouvez pas cliquer sur le lien pour lire l’article de Nature en note de bas de page de l’article de France Soir ?

              Je mets le résumé accessible à tous. Je ne fais pas le faux savant en ne citant pas d’où est-ce que j’ai su que la publication existait.

              Vous n’avez aucun argument si vous n’avez plus que ça à dire.

              • Voilà une autre étude..C’est plus compliqué que vous ne le dites…Et JAMA est une revue américaine compétente aussi…!!

                https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-au-moins-50-des-infections-dues-aux-asymptomatiques_150598

                • Dans l’étude chinoise, ce serait même 100% puisqu’il y a 300 asymptomatiques et 0 symptomatiques, et qu’il faut bien que les 300 aient contracté le virus quelque part, non ?

                • Pas très sérieux comme étude. C’est une étude sur un modèle d’épidémiologie et pas in vivo. En gros on fait tourner l’ordinateur, les modèles, et on regarde combien d’asymptomatiques transmettent la maladie.
                   » In this decision analytical model assessing multiple scenarios for the infectious period and the proportion of transmission from individuals who never have COVID-19 symptoms, transmission from asymptomatic individuals was estimated to account for more than half of all transmission. »

  • Je vais juste citer Einstein: « Il ne faut pas compter sur ceux qui ont crée les problèmes pour les résoudre. »

    PS: j’aime bien aussi: « Seules deux choses sont infinies. L’univers et la stupidité de l’homme.
    Et encore, je ne suis pas certain de l’infinité de l’univers. « 

  • Il paraît évident que notre situation ne changera pas même après que les français seront tous vaccines(2022?) . Quand des gens se permettent de mettre des couvre feux à 18 h ils sont capables de tout et surtout du pire. Pourtant ça avait bien commencé avec les masques inutiles, ils sont inutiles, mais dans l’ombre il y avait insern, L’oms et en sortit verran l’envoyé du diable.

  • On aurait pu garder les trois derniers paragraphes qui sont clairs, ainsi que les résultats statistiques graphiques qui sont parlants

  • « Ils constituent à ce jour la seule méthode suffisamment vaste et valide qui pourrait permettre de se sortir assez rapidement de la maladie »
    Il y a de nombreux pays (Japon, Corée du Sud, Taiwan..etc) qui n’ont pas eu besoin de cela pour s’en sortir.
    Sans doute n’ont-ils pas la chance d’avoir une administration comme la notre…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles