Chaos à Washington : des émeutiers proTrump envahissent le Capitole

Sous pression d’une foule de militants proTrump, c’est le cœur de la démocratie américaine, et donc des institutions de la première puissance mondiale, qui est atteint.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chaos à Washington : des émeutiers proTrump envahissent le Capitole

Publié le 7 janvier 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Son image a fait le tour du monde. Peintures de guerre sur le visage, casque à cornes et tatouages, il s’est retrouvé pendant de longues minutes à déambuler dans les couloirs du sanctuaire le plus sacré de la démocratie américaine, Capitol Hill.

Jack Angeli est une figure connue du milieu Qanon, ce mouvement qui charrie les théories complotistes proTrump et antigouvernementales. Hier, comme plusieurs milliers d’autres citoyens américains, il est venu manifester à Washington contre la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle, élection dont Donald Trump lui-même prétend avoir été dépossédé.

Tout ne s’est pas déroulé comme prévu. La manifestation pacifique s’est très vite transformée en foule hostile, s’en prenant à la fois aux journalistes et aux policiers qui protégeaient le Capitole.

Plusieurs militants radicaux se sont introduits dans l’enceinte sénatoriale pour tenter d’interrompre l’action du Congrès, dégradant le bâtiment et s’en prenant à sa police traitée en « traîtres ». Deux bombes artisanales ont été retrouvées en marge de l’émeute, de même qu’un fusil et un cocktail Molotov dans un véhicule.

Chaos à Washington : la démocratie américaine atteinte au cœur

Le symbole est immense : sous pression d’une foule de militants proTrump, c’est le cœur de la démocratie américaine, et donc des institutions de la première puissance mondiale, qui est atteint. Comment une foule a-t-elle pu pénétrer aussi facilement une enceinte aussi sacrée ? Les images des émeutiers envahissant les bâtiments, par la magie des réseaux sociaux, ont instantanément été diffusées dans le monde entier.

Nancy Pelosi a finalement fait appel à la garde nationale et le maire du district de Columbia a fini par décréter le couvre-feu à 18 heures. Mais c’était déjà trop tard : l’opinion publique mondiale a reçu le signal fort d’une démocratie représentative américaine faible et contestée. Les ennemis de l’Amérique et du monde libre peuvent se frotter les mains.

La responsabilité de Donald Trump

Facebook et Twitter ont bloqué les comptes de Donald Trump, et Twitter menace même le président sortant de suspension permanente. Dans les différents appels diffusés hier soir sur les réseaux sociaux, Donald Trump n’a pas pu s’empêcher de rappeler aux manifestants que l’élection leur a été « volée », alimentant ainsi le ressentiment et la motivation d’émeutiers persuadés de défendre la Constitution et les libertés fondamentales contre sa confiscation par la gauche démocrate.

Pendant des mois, Donald Trump n’a cessé de contester la légitimité de l’élection présidentielle, et a alimenté tous les fantasmes de sa base républicaine contre son adversaire démocrate. Il porte une grande responsabilité dans les émeutes qui viennent de survenir .

Le signe de l’extrême polarisation de la société

Plus de 8 électeurs de Donald Trump sur 10 pensent que l’élection de Joe Biden est illégitime. Mais le sentiment largement partagé au sein de l’électorat de droite d’être méprisé et ignoré ne date pas d’hier. Donald Trump n’a fait que surfer sur une dynamique politique beaucoup plus profonde, qui prend ses racines historiques dans les années 1960 et qui n’a fait que gonfler depuis.

Au début du déclin de la classe moyenne blanche1 correspond l’émergence d’une droite protestataire, anti-establishment, radicale dans ses propositions et dans ses méthodes, depuis la rhétorique de Barry Goldwater, les dénonciations de la corruption des états-majors partisans ou de la politique de Washington par la moral majority ou la New right de Richard Viguerie2. La dynamique protestataire n’a fait que se radicaliser au fil des années, pour aboutir au Tea Party puis à l’élection de Donald Trump.

La montée du ressentiment anti-establishment n’aurait pas pu voir le jour sans la trahison d’une gauche progressiste, qui au fil des années a fini par se réduire à l’idéologie dominante des classes protégées, éduquées et bénéficiant des meilleures places dans une Amérique profondément divisée.

Non seulement les élites progressistes se sont mises à ignorer les classes moyennes et populaires déclinantes récupérées par le Parti républicain, mais elles ont transformé leur mépris social en attitude moralement acceptable.

Les « déplorables » désignés par Hillary Clinton ont fini par élire Donald Trump en 2016, comme par défiance. La réponse ne s’est pas faite attendre, et la guerre culturelle entre conservateurs et progressistes, qu’on croyait éteinte depuis les années 1980, s’est au contraire intensifiée comme jamais.

La violence politique s’est normalisée ces dernières années : émeutes antifas, brutalités policières, manifestations de Black Lives Matter qui dégénèrent, affrontements entre policiers, pillards et militants. Tous les jours, la classe politique mettait de l’huile sur le feu.

Tous les jours, elle participait à gaspiller un capital essentiel pour que la démocratie américaine fonctionne correctement, à savoir la confiance. En érodant ce capital humain facilitant les échanges et le dialogue, les discours de peur et de haine ont entretenu le climat de guerre civile.

La guerre civile dans les têtes

Après avoir été interrompue par les émeutiers, la session en vue de certifier la victoire de Joe Biden a pu reprendre. La démocratie américaine reprend son cours normal. Pour l’instant, l’émeute n’a fait que ralentir la procédure, sans dévier la trajectoire d’une élection adossée à des institutions démocratiques robustes.

Mais comment va se dérouler la passation de pouvoir entre Trump et Biden ? Mike Pence va-t-il devoir se substituer au président sortant pour organiser l’alternance ? Que va devenir le Parti républicain après cette attaque directe contre une des plus anciennes institutions qu’il prétend défendre au-dessus de tout ? Maintenant que Joe Biden est élu, et que le Sénat lui est favorable, la gauche va-t-elle en profiter pour reprendre la main dans la guerre culturelle qui déchire le pays ?

Lors de l’invasion du Capitole, une ardente partisane de Donald Trump a été abattue au cours d’une échauffourée avec la police. Ashli Babbitt venait de San Diego en Californie pour protester contre une élection présidentielle que son idole politique estimait lui avoir été volée.

Elle avait servi pendant 14 ans dans l’armée de l’air. Ancienne combattante, plusieurs fois déployée en opération extérieure, elle pensait protéger ses droits et la Constitution en s’attaquant au Congrès hier. La responsabilité de la classe politique, Trump en tête, est immense dans ce gâchis.

  1. Charles Murray, Coming Apart, The State of White America 1960-2010, 2012.
  2. Christopher Caldwell, The Age of Entitlement : America Since the Sixties, Simon & Schuster, 2020.
Voir les commentaires (161)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (161)
  • C’est principalement la droite américaine (la gauche aussi l’est en partie) qui est responsable de cette situation avec une politique en faveur des plus riches qui a progressivement conduit à un déclin de l’ensemble de la classe moyenne. Les politiques de dérégulations massives, de suppression des lois anti-trusts, de coupes d’impôts pour les plus riches, de pression sur les salaires/benefits avec les délocalisations ont conduit la classe moyenne américaine (mais ailleurs aussi) à perdre au profit des plus riches.

    Assez drôle de vous voir parler de mépris social quand les républicains se sont opposés sans arrêt à tous les avantages possibles (social security, vacances, santé…) pour la population en agitant à chaque fois le spectre du socialisme.

    Les républicains sont juste forts à faire voter les gens contre leurs propres intérêts.

    • les avantages payés avec l’argent des autres restent du vol.
      il me semble que le niveau de vie de la classe moyenne sous Trump s’est largement améliorée, au prix d’un endettement public inquiétant.

    • Une politique pour les plus riches et ce sont les plus riches, immensément riches et influants sur internet, qui se rebellent… Y a un problème là.

    • Oh! Un socialiste pur sucre et de la naïveté la plus complète s’est égaré sur Contrepoints…

      Vous partez clairement de zéro. Vous avez un travail absolument considérable à faire pour comprendre le monde dans lequel vous vivez et mécaniquement devenir libéral.

      • on traite de socialiste toute personne qui ne serait pas à fond libéral, assez typique.

      • C’est clair, mais finalement assez normal… Ils sont là, partout, rampant, toujours prêts à spolier le travail des autres… A hurler à la « Justice » alors que leur vision de la « justice » c’est le vol institutionnel… Et si vous n’êtes pas d’accord avec eux et bien c’est simple… Vous êtes un fasciste…

        • Modération Contrepoints : on se calme, merci

        • Après socialiste, maintenant fasciste. Le niveau zéro de l’argumentation ces deux là. Le name calling, assez typique quand on n’a pas d’argument.

          Le travail des autres? Qui fabriquent les produits et procurent les services? Les CEO ou les employés? Perso, je ne suis pas pour plus de fiscalité mais pour plus de distribution directement par l’entreprise à ceux qui créent la richesse.

          • « je ne suis pas pour plus de fiscalité mais pour plus de distribution directement par l’entreprise à ceux qui créent la richesse. »

            Entreprise ?
            Richesse ?

            Mon Dieu, quel horreur !!!

          • @Fred31
            Bonsoir,
            « Le travail des autres? Qui fabriquent les produits et procurent les services ? Les CEO ou les employés ? Perso, je ne suis pas pour plus de fiscalité mais pour plus de distribution directement par l’entreprise à ceux qui créent la richesse. »
            Le travail est fourni par qui si ce n’est un patron ou un CEO ? Sans l’un ou l’autre, pas de travail, pas de revenu.
            Les ouvriers fabriquent et les employés procurent des services ; ni les produits fabriqués, ni les services rendus ne leur appartiennent. Les feuilles de papier des entreprises du tertiaire n’appartiennent pas aux employés. La visseuse sur la chaîne chez Renault n’appartient pas à celui qui l’utilise pour fixer des pièces d’une Talisman.
            Votre dernière phrase est une autre façon de revendiquer la « redistribution des richesses » chère aux socialisme car cela constitue son socle. Redistribution qui ne peut s’effectuer qu’en piétinant allègrement le droit de propriété afin d’avoir accès aux revenus de toute sorte.
            En France, une entreprise de service ou de production, est taxée à hauteur de 60% sur son Chiffre d’affaire. Avec les 40% restants, elle doit honorer ses factures d’énergie, matières premières, fournitures, et payer les salaires à ses employés. La redistribution est déjà directe par le fisc ; la redistribution quant à elle, est au bon vouloir de l’Etat.
            Maintenant, si vous avez un bulletin de paie, demandez-vous combien vaut réellement votre travail. Ceci se trouve dans la case « coût total employeur ». Sur les 10 dernières années, 100.000 euro (si vous êtes au SMIC) de votre salaire ont été « redistribués » au bon vouloir de l’Etat, à votre place. (Un ouvrier/employé au smic coûte à l’employeur plus de 2100 euro mensuels quand le smicard perçoit 1231 euro nets.)
            La redistribution en plus dont vous parlez, ne peut être obtenue que par plus de fiscalité. Cette redistribution ne peut pas être le fait d’une autre entité que l’Etat lui-même car c’est lui qui purifie l’argent du Kapitalisme une fois cet argent passé dans les caisses du Trésor Public. D’ailleurs, l’Etat junkie à l’argent des autres s’empresserait de taxer un peu plus quiconque se verrait octroyé une « distribution directement par l’entreprise ».

            • On parle des USA, les charges sociales n’ont quasiment pas augmenté depuis 40 ans donc ce n’est pas l’état qui a pris l’argent mais bien une oligarchie sous le prétexte que ça aiderait l’économie. C’est faux, ça n’a pas aidé.

              • @Fred31
                Plus de 5 millions de californiens ont quitté leur état ces dernières années. Tesla va aussi partir de Californie… à cause des taxes sur les entreprises (de 13% et des règles plus strictes et plus farfelues.
                Si oligarchie il y a, alors elle a accès au pouvoir, donc à l’Etat pour son pouvoir de piocher dans les poches d’autrui. De part sa dénomination même, une oligarchie est un système de régime politique.

                • J’y ai vécu. L’immobilier est devenu hors de prix et ne permet plus d’y vivre correctement vu que les salaires ne suivent pas. Mes nièces y vivent et ne peuvent pas se payer une assurance santé (le miracle de l’assurance privée accessible à tous).

                  Bien sur qu’elle a accès au pouvoir en versant des contributions aux hommes politiques pour avoir ses coupes d’impôts, ses dérégulations, la suppression des loi anti-trusts…Et c’est ce qui s’est passé depuis 1980 et le résultat n’est clairement pas en faveur des citoyens et c’est pourtant ce que de nombreux libéraux demandent: moins de régulation

                  • @Fred31
                    LA Californie est exactement ce que vous souhaitez niveau régulation : il y en a tout plein et c’est pour cela que les « salaires ne suivent pas » et que l’immobilier est « devenu hors de prix ». Une fois au Texas, les migrants californiens doublent leur pouvoir d’achat.
                    Pourtant, la Californie est un paradis pour les pauvres : plus de la moitié des SDF du pays entier sont dans cet état ; elle claque en dépenses sociales plus que les états l’entourant réunis ; elle compte des « villes sanctuaires » comme S.F par exemple.

    • Est-ce que vous réalisez que ce que vous dites à propos des républicains s’appliquent surtout aux démocrates?

    • La « sécurité social »un avantage? Vous divaguez… C’est vrai que galvauder les mots est une stratégie avantageuse des socialistes, faire mentir les mots eux même… La « sécurité social » c’est te prendre ton pognon et te rendre des clopinettes en rinçant au passage les copains…

      • social security aux US est la partie retraite et elle est versée aux personnes qui ont cotisées; ce qui permet à certains d’avoir un minimum à la retraite. Sans ça, les rues seraient remplies de vieux

        • @Fred31
          Bonsoir,
          Ces vieux touchent un minimum après avoir cotisé toute une vie active et vous trouvez cela chouette ? Si ces vieux avaient cotisés dans le privé, ils seraient plus riches, ou pas, selon leur choix de vie. Là ils sont pauvres avec leur minimum, et ce n’est pas totalement leur faute.

  • Cette scène d’hier est la suite logique d’un système électoral qui n’est pas fiable (machines de vote, vote par correspondance).

    • vous suggérez encore une fraude alors que l’équipe de trump a été incapable de le démontrer face aux juges fédéraux y compris ceux nommés par trump lui même. Cette scène est la conséquence logique de personnes comme vous qui continuent de colporter des mensonges

      • Non, il faut arrêter de colporter cette présentation des faits.

        Les tribunaux US n’ont pas voulu poursuivre les dépôts de plainte estimant que, a priori, les preuves apportées étaient insuffisantes mais sans se donner la peine de les étudier à fond autrement que de loin.
        Aucun tribunal n’a voulu prendre la responsabilité d’estimer les plaintes recevables et d’engager une procédure qui aurait nécessité d’étudier précisément les arguments apportés et de faire des recherches ad hoc.
        Cela peut se comprendre car si ces plaintes avait un fondement exact, les élections pouvaient être remises en cause. L’enjeu était majeur et aucun tribunal n’a voulu s’engager là-dedans. Les juges ont aussi une carrière et une vie. Aucun n’a voulu prendre le risque.

        C’est bien dommage car si les arguments apportés par l’équipe Trump étaient effectivement foireux, une enquête aurait pu le démonter et clore définitivement le débat.

        Au lieu de cela, c’est la porte ouverte à toutes les interprétations avec de grosses suspicions tjrs d’actualité quand on voit les collusions entre démocrates et l’administration qui ont permis de couvrir les multiples casseroles des Clinton et les erreurs de H.Clinton aux affaires étrangères. Sans parler du russsiagate qui était un montage de toute pièce.

        • c’est pas aux juges de prouver l’innocence de Biden mais aux plaintifs (trump) de prouver qu’il y a eu fraude. L’équipe de trump en a été incapable. A un moment, il faut être sérieux et arrêter de croire à toutes les théories du complot débiles; sinon c’est la théorie de Brandolini et on n’en finit plus

          • Mouai, ce serait vrai si les médias avaient aussi tenté (au moins un peu) de faire des enquêtes indépendantes, mais personne n’en a envie, la fraude existe (une vidéo d’un jeune homme froissant et jetant allégrement des bulletins a été diffusée mais pas d’enquête de presse…) il apparait évident toutefois qu’une fraude aussi massive n’aurait pas pu exister au point d’inverser le score, mais le Deep State et la pseudo presse libre, associés aux milliardaires engraissés par un capitalisme de connivence ont trop à gagner dans la victoire de Biden pour entacher même un peu ce succès…

            • Vous avez coché pas mal de cases du bingo trumpiste. Allez-vous jusqu’à dire que les envahisseurs du Capitole sont des Antifas qui se font passer pour des pro-Trump pour discréditer Trump ? Ou que Mike Pence est un traitre qui, selon L. Lin Woods, devrait être fusillé ? On peut aller très loin…
              Les juges n’ont pas jugé une affaire qui n’existe pas : les plaintes ont été considérées irrecevables, c’est tout. Les USA adorent les procès, des dizaines de milliards de dollars abreuvent des milliers d’avocats, même avec des affaires fantasques du point de vue européen. Ici, ya rien à juger…
              Si le « Deep State », le « Swamp » ou autre truc a réussi ce tour de passe-passe, il faudra leur tirer mon chapeau.. à une époque où les coups de téléphone du président fuitent (celui où il demande de trouver des voix), où les affaires du fils Biden fuitent, ou les mails de Clinton fuitent, etc etc…

          • Je n’ai pas dit que c’était aux juges de prouver l’innocence de l’un ou l’autre. Un tribunal , ne prouve rien en lui-même.
            C’est aux parties en présence de défendre leurs thèses respectives. Mais il faut qu’il y ait un procès où toutes les preuves puissent être exposées, étudiés avec des expertises et une vérification des points par la justice nécessitant des enquêtes. Cela aurait permis de valider ou d’invalider officiellement les fameuses preuves de Trump.
            C’est ce qui avait été fait lors de l’affaire Clinton – Monica Lewinsky où la Justice avait dépensé des millions de dollars en expertises et contre-expertise et diverses enquêtes. Pour in fine aboutir à par grand-chose d’ailleurs.

            Une affaire de fraude électorale (ou pseudo fraude 🙂 ) passant en jugement aurait permis une « vraie » enquête judiciaire dans les règles (peut-on espérer). Cela aurait mis un terme à certaines spéculations si les arguments des trumpistes étaient faux. En refusant, cela libère un boulevard aux spéculations.

            • non, c’est aux plaintifs de prouver la culpabilité, pas à la défense de montrer qu’il n’y a pas eu fraude.

              Les directeurs des centres de vote ont dit qu’il n’y a pas eu fraude; le département de homeland security a dit que c’était l’élection la plus sûre, l’équipe de trump a été incapable de prouver quoique ce soit. Juste parce que votre préféré n’a pas gagné ne signifie pas qu’il y a eu fraude.

              Si on ouvre la porte aux moindres théories et bien ça sera le cas à chaque fois et le parti perdant dira qu’il y a eu fraude.

              • C’est justement pour ne pas créer à chaque élection un précédent que ce n’est pas allé plus loin.

                • Parce que vous pensez que les trumpistes ne recommenceront pas à la prochaine élection si vous ouvrez la porte? Je me répète, c’est à l’équipe de trump de prouver qu’il y a fraude. Les juges ont regardé les évidences présentées et on dit que ce n’était pas des preuves mais juste des hypothèses. Ce n’est pas aux juges de montrer qu’il n’y a pas de fraude.

                  • @Fred31
                    « Ce n’est pas aux juges de montrer qu’il n’y a pas de fraude. »
                    Vous avez raison. Leur boulot consiste à ce que deux parties en litige, opposées, puissent faire valoir leurs « thèses », et que celle qui accuse prouve la culpabilité de l’autre. Cette dernière a le droit d’avoir une défense. Mais pour cela, il faut un procès dans un tribunal de Justice, ce qui a été refusé au plaignant. C’est peut-être aussi grave que la fraude électorale : il y a un refus de justice envers un citoyen américain, voire plusieurs millions.

                    • Non. Pour un procès il faut montrer le début de quelque chose qui justifie le procès. Même ce minimum n’a pas été rempli par la campagne Trump, les juges l’ont dit très clairement. Là encore les faits sont clairs, nous dialoguons entre gens de bonne compagnie, évitons la désinformation de bas étage, merci.

                    • les juges ont analysé les preuves, le department of justice aussi ainsi que le FBI. Le problème est de continuer à dire que ces soi-disantes preuves n’ont pas été analysées

              • @Fred31
                Bonsoir,
                « non, c’est aux plaintifs de prouver la culpabilité, pas à la défense de montrer qu’il n’y a pas eu fraude. »
                Oui, lors d’un procès.
                Quand vous portez plainte pour vol, vous n’allez pas au commissariat avec les biens qui vous ont été volés. Vous portez plainte et la police fait une enquête. S’il faut poursuivre le suspect désigné par l’enquête, relève du ressort du procureur. La culpabilité du suspect sera à démontrer lors du procès par l’accusation. Toute cette procédure a été niée à Trump et son équipe, ainsi d’ailleurs qu’aux citoyens américains qu’ils aient voté ou non pour Trump.
                Vous ne comprenez pas. Ce n’est pas à l’équipe de Trump de prouver quoique ce soit avant le procès. Cette démonstration aurait dûe être faite devant un tribunal. Les tribunaux servent justement à cela. En refusant de remplir leur rôle, les juges ont manqué à leur devoir.

                « Si on ouvre la porte aux moindres théories et bien ça sera le cas à chaque fois et le parti perdant dira qu’il y a eu fraude. »
                Le parti perdant, se voyant coupable de fraude électorale devrait alors subir une peine significative lui faisant passer l’envie d’avoir l’idée de recommencer. Idem pour celui qui sortirait du procès vainqueur.
                Trump se dit victime d’une fraude. Une enquête aurait dûe être lancée. Les éléments de preuves apportées par l’équipe de Trump ou même des citoyens auraient dû être prises comme pièces à conviction. La procédure américaine ne suit pas ce cours, car c’est à des juges de décider s’il faut poursuivre ou pas. C’est sûr que quand on voir les Attorneys General de certains états qui ne poursuivent pas des émeutiers-pillards, mais qui utilisent tout ce que leur permet la loi pour poursuivre des citoyens qui se défendent, on peut se poser des questions.

                Des compteurs de bulletins ont témoigné de bulletins étranges. Il y a même des bulletins suspectés d’être des faux ou de la contre-façon.

                • des enquêtes ont été lancées, il faut arrêter de propager le mensonge que les juges auraient juste refuser d’analyser.

        • Je serais intéressé de prendre connaissance des preuves, que ses plaintes avaient un fondements exacte. Avez vous un ou des liens à me proposer ?

        • @Cyde-je suis entièrement d’accord avec votre propos qui recoupent ce qui m’est rapporté depuis déjà la précédente élection, par des personnes particulièrement bien placées aux USA. La mécanique de comptabilisation des votes est défectueuse et peut-être utilisée par des personnes peu scrupuleuses…

  • La fin de la plus grande démocratie du monde se termine en un beau feu d’artifices !

  • Sachant que tout ce qui ce passe aux états unis arrive chez nous dans un délai de plus en plus court, on a une idée de comment les choses vont tourner

    • Tout-à-fait. C’est sans doute ce qui explique la réaction si rapide du président français, craignant qu’une telle situation se produise sur son sol dans pas si longtemps…

      • Vous avez raison mais le problème en France n’est pas l’irruption de l’extrème droite mais l’arrivée au pouvoir d’une Mme Taubira qui recueille chez les moins de 25 ans plus de 25 % des suffrages…Et là il y a de quoi avoir très peur….Biden à côté c’est de la rigolade…

      • Les professionnels de la politique ont tous peur que le pouvoir et ses prébendes qu’ils se sont arrogées cumulativement leurs échappent

  • Des coupables ? Aucun intérêt. Ce qui est essentiel, c’est l’analyse économique des situations aux Usa et chez nous. Tout découle de la désindustrialisation, voie de la facilité pour permettre aux occidentaux d’acquérir pour presque rien les biens d’origine asiatique. Subsistent donc deux classes : les « métropolitains » qui se gavent d’argent public, de dividendes, de salaires d’oligopoles, ou de dettes, et les « périphériques » qui n’ont droit qu’aux taxes et tentent de survivre dans la débâcle. La revanche des seconds aura lieu dans le chaos, les villes devenant l’enfer quand autour, la possession de la petite industrie ou de l’artisanat, de l’agriculture nourricière, et des voies de communication permettra la survie confortable.

    • oui, mais les « Métropolitains » ou disons simplement les prébendiers de la ploutocratie ont le contrôle de la police et donc le monopole de la violence légale sur des citoyens « périphériques » désarmés et vulnérables…

      • Les métropolitains sont au pouvoir, ce qui les nourrit, c’est un fait. Ils contrôlent la police aussi, voire l’armée, la justice, les médias … Mais dans une situation chaotique, ces choses là partent en vrille, alors, c’est la revanche des « périphériques ». D’ailleurs dans ce chaos, que font ces métropolitains ? Il retournent se réfugier dans le lieu d’origine, le village de Lozère ou le bled de Kabylie. Se rappeler le début du premier confinement !

    • Oh ! Quel manque de connaissances économiques et surtout d’analyses circonstancielles. Vous apportez la contradiction prendrait trop d’énergie. Je vous invite à ne pas reprendre des poncifs pris par ci par là. Creusez vous les méninges et apportez nous de la matière pour nous instruire. Je tiens ces propos en vous respectant par ailleurs et ainsi éviter, peut-être, des qualificatifs regrettables

    • Mon propos s’adresse à Pirouette

  • D’un regard extérieur, je me dis qu’il y a 2 blocs qui sont de plus en plus irréconciliables. C’est assez effrayant…
    Si Biden n’essaye pas d’arrondir les angles et se livre à sa politique de campagne, ça va chauffer sévère.
    Je n’imagine même pas, si la gauche bien pensante américaine tente d’imposer l’écologie politique et de sabrer le second amendement, ça va carrément être le chaos.

    • Donc les démocrates comme d’habitude doivent arrondir les angles pendant que les républicains peuvent faire ce qu’ils veulent quand ils sont élus.

      • Bonjour @Fred31,

        Ce n’est pas mon propos, je dit juste que maintenant que Biden à la majorité partout, il n’est pas souhaitable qu’il applique son programme très socialiste et qu’il ne s’enferme pas dans ses dogmes comme à pu le faire Obama avec sa sécurité sociale ruineuse que peut de gens voulaient ( à part ceux aimant vivre avec l’argent des autres) ou Trump avec son ridicule mur avec le Mexique.
        Je crains qu’il en profite pour enfoncer le clou dans les logiques de cancel culture, discrimination positive, politique en faveur de pseudo minorités maltraitées, bref tout ce que fait la gauche américaine, voir le cv de sa vice présidente choisie juste parce qu’elle coche toutes les cases du moment.
        Personne n’en voulait aux primaires démocrates ( score de 3,4% ) avant qu’elle jette l’éponge…

        • Le problème est de dire que le programme de Biden est très socialiste. Il est centriste pour un homme politique américain.
          De plus, c’est pas comme si le programme conservateur de trump avait donné des résultats formidables d’un point de vue économique si ce n’est plus de dette.

          • Le programme de Trump a donné de très bon résultat économique ne vous en déplaise. La dette a augmentée mais moins que sous Obama jusqu’à l’épisode covid. Et cette dette, de toute façon, ces les autres pays qui la paient. Donc pourquoi les USA s’en priverait.

            Que ferait la France socialisante si sa monnaie était une monnaie de référence mondiale et si c’était les autres pays qui se pressaient pour lui acheter ses émissions des dettes? Elle s’endetterait encore plus que maintenant!

            • Et bien non.
              Le chômage a continué de diminuer au même rythme pas plus vite.
              https://arc-anglerfish-washpost-prod-washpost.s3.amazonaws.com/public/PFQ6YIXPWFFILNPVBJCAXCUUMY.jpg
              Le déficit est passé de 2% à 4.6% alors qu’il était passé de 10 à 2% sous Obama.
              http://www.crfb.org/sites/default/files/Deficits_Recession_1.PNG
              Les revenus de la classe moyenne ont évolué moins vite sous Trump
              https://capitalandmain.com/under-trump-income-growth-slows-across-america-0222

            • Modération Contrepoints : pas d’insultes, on se calme, merci

              • Non non non , Fred a raison…et nous vous returnons le compliment..dire que Biden est socialiste est à pleurer …!!! En gros c’est Tonton aux amériques ..!!! Risible…!!

                • Avez-vous lu le programme de Biden?

                  • vous ne semblez pas avoir connaitre les résultats de trump donc je doute que vous ayez lu le programme de trump. Ca ressemble plus à une position dogmatique

                • Biden est socialiste. Il est en faveur de la sécu, de plus d’impôts sur les riches, de plus de reglementation financiere, de plus de contrôle sur les armes (historiquement une valeur de gauche collectiviste), de plus de subventions… il est en faveur de l’augmentatiin de l’interventionnisme d’Etat dans l’economie. Je ne vois pas en quoi ce serait déplacé de synthétiser une description de son programme politique par le terme « socialiste ». Ou alors on ne se comprend juste pas sur la signification de ce terme. Mais si on reste sur la definition classiqye de la volonté a arriver à la propriété collective des biens de production par la reforme des institutions, alors Biden est un socialiste. Je vois pas en quoi ca serait un probleme de l’admettre.

                  • Il n’est pas pour arriver à la propriété collective des biens de production; c’est juste faux. C’est sûr que si vous partez d’une hypothèse fausse, vous allez en tirer des conclusions fausses

                    Plus de régulation financière, un problème? C’est vrai que la finance a démontré sa capacité à se réguler elle même; on doit continuer à lui faire confiance.

                    Imposition sur les plus riches: Baisser leur imposition n’a apporté aucune croissance, moins d’argent pour les classes moyennes et plus de dette. Quel intérêt de continuer?

                    • Si le socialisme n’a pas fonctionné en Union Soviétique,
                      c’est qu’il n’y en avait pas assez.
                      J’en suis persuadé.

                    • Austrasie, si la baisse des impôts pour les plus riches n’a pas fonctionné, c’est parce qu’on ne les a pas assez coupés; c’est ça?

                    • @Fred31 – Disons que si le fait d’augmenter les impôts faisait reculer la pauvreté, ça fait longtemps qu’il ne devrait plus y avoir de pauvres en France.

                    • @Austrasie, vu l’évolution de la pauvreté aux US, cela signifie donc que le taux d’imposition actuelle bien plus bas n’a eu aucun impact par rapport à la fiscalité de 1970. Par contre ça a augmenté les déficits et la dette, créé de fortes inégalité, fait stagner les revenus de la classe moyenne corrigés de l’inflation.

                      Sur la pauvreté en France, c’est peut être la seule réussite sur ses indicateurs; elle est effectivement plus basse que la plupart des pays libéraux.

        • Historiquement, la gauche modérée a toujours fait le lit de l’extrémisme – Kerenski est toujours là.

  • Merci de mettre en perspective les événements d’hier avec l’évolution socio-politique des dernières décennies. Les USA sont aujourd’hui un pays fracturé, où deux camps qui se haïssent se tiennent face à face. L’un d’eux a gagné les élections dans des circonstances qui ne seront jamais vues comme acceptables par l’autre: forts soupçons de fraude, censure (là, ce n’est pas du soupçon, c’est incontestable).
    Ça sent la poudre…

    • Soupçons de fraude véhiculés par des complotistes et trump lui même alors qu’aucune preuve n’a été apportée à un juge fédéral.

      • Des preuves, il y en a des milliers. Faut-il encore vouloir les examiner.

        • Et pourtant pas un seul juge fédéral, même les conservateurs nommés par Reagan (un dieu ici sur Contrepoints), Bush et trump lui même ont rejeté les soi-disantes preuves. La cour suprême majoritairement conservatrice avec 1/3 de justices nommés par trump n’a pas voulu y toucher. A un moment, il faut simplement comprendre que les preuves créées par des mecs dans leur garage n’ont rien de preuve.

          • Vous aimez répéter cela donc je vous remets mon post précédent. Mais la répétition ne fait pas une vérité.
            Votre présentation des faits est tendancieuse. Remarquez, c’est celle des journaux français, belle référence…

            Les tribunaux US n’ont pas voulu poursuivre les dépôts de plainte estimant que, a priori, les preuves apportées étaient insuffisantes mais sans se donner la peine de les étudier.
            Aucun tribunal n’a voulu prendre la responsabilité d’estimer les plaintes recevables et d’engager une procédure qui aurait nécessité d’étudier précisément les arguments apportés et de faire des recherches ad hoc.
            Rien à voir avec une procédure administrative et judiciaire étudiant à fond un dossier. Et cela peut se comprendre! Si ces plaintes avait un fondement exact, les élections pouvaient être remises en cause. Enjeu majeur donc et aucun tribunal n’a voulu prendre le risque de s’engager. Les juges ont aussi une carrière et une vie…

            C’est bien dommage car si les arguments apportés par l’équipe Trump étaient effectivement foireux, une enquête aurait pu le démonter sans problème et clore définitivement le débat.
            Au lieu de cela, c’est la porte ouverte à toutes les interprétations et tous les complotismes…

            Tout cela ne fera qu’accentuer la défiance d’une partie des américains vis-à-vis de l’Etat fédéral.

            Quant au « refus » de la Cour Suprême US de la demande d’annulation des élections d’autres Etats US émise par les autorités du Texas , ce n’est en aucun cas une validation de l’absence de fraude aux élections! Belle manipulation de votre part.
            Ce refus est motivé par un problème purement de Droit: à savoir que « que le Texas n’était pas en droit de se mêler de l’organisation des élections dans les autres Etats. » (tiré du Monde « journal de référence » que vous devriez apprécier 🙂 )
            Les arguments apportés à cette occasion pour soutenir l’existence de fraudes n’ont même pas été étudiés!

            • mouais, pas même un seul petit juge pro-Trump? Bizarre ça. Enfin dans un pays où 57 ans après on ne sait toujours pas exactement qui a tué Kennedy, l’opacité (celle des Etats et de leur fameuse raisons d’état) ne peut qu’autoriser toutes les théories et explications.

              • Un procès dans de telles circonstances peut remettre en cause une élection. Tant qu’il s’agit d’élections locales, vous trouverez tjrs un ambitieux pour accepter de s’y frotter.
                Pour des élections présidentielles, c’est dangereux pour votre carrière. Je pense que bcp ont préféré ne pas prendre de risque surtout avec une administration fédérale encore majoritairement démocrate. D’autant que 4 ans, c’est vite passé…

                • et pourtant beaucoup ont regardé et analysé les « preuves » apportées par l’équipe de trump tout comme le department of justice et le FBI

            • oui et je vous retourne la même réponse. Juste parce que vous répétez que les juges n’ont pas voulu poursuivre les dépôts de plainte ne fait pas une vérité. C’est au plaintif de prouver la culpabilité

              • Pour prouver la culpabilité, il faut plaider.
                Et pour plaider, il faut qu’il y ait un procès. Et pour qu’il ait un procès, il faut qu’un tribunal accepte de recevoir la plainte sinon il ne peut y avoir de procès.

              • Vous pouvez apporter toutes les preuves du monde, si aucun juge ne les regarde c’edt comme si elles n’existaient pas d’un poi t de vue juridique. C’est si dur a comprendre?

                • Inutile de répéter une énième fois ce qui n’est que mensonges. De nombreux juges ont jugé sur le fond. Pour illustrer ne serait-ce qu’avec un exemple parmi les dizaines disponibles :
                  https://www.forbes.com/sites/jemimamcevoy/2020/12/17/these-are-the-voter-fraud-claims-trump-tried-and-failed-to-overturn-the-election-with/

                  La justice a clairement tranché et il faut appeler un chat un chat : vous mentez. Par ignorance peut-être mais vous mentez. Les faits ont une importance et ils sont limpides ici. Giuliani lui-même a reconnu sous serment qu’il ne présentait pas un cas de fraude la seule fois où il a plaidé devant la justice.

                  https://www.nytimes.com/2020/11/18/us/politics/trump-giuliani-voter-fraud.html

                  • Je défends les faits, et ils sont clairs. Vous pouvez répéter dix fois l’inverse, les juges américains ont répondu sur le fond à de très nombreuses occasions. Point. Et systématiquement pour rejeter toute demande et juger les témoins cités « non crédibles », entre autres.

                    Plus de 80 juges ont rejeté les demandes de Trump et la Cour Suprême par deux fois. Apparemment vous savez mieux qu’eux depuis votre canapé à quelques milliers de kilomètres, cela prêterait à sourire si on ne parlait pas de la confiance en la démocratie pour quelques millions de personnes.

                    Voici ce qu’en disait le juge Stephano Bibas, juge conservateur nommé par Trump : “Charges require specific allegations and then proof. We have neither here.” Source

                    Lisez donc ce que le juge Timothy Kenny disait du témoin-clef de Giuliani : « simply not credible ». Source

                    Même Giuliani lui-même a du avouer sous serment devant le juge qu’il ne parlait absolument pas de fraude électorale…

                    Les faits sont limpides et univoques.

                  • Les USA sont un pays de lois. Ce n’est pas parce que beaucoup de gens créent des « preuves » dans leur garage qu’elles sont vraies pour autant.

                  • les juges ont regardé les preuves, ils n’ont pas refusé d’examiner. Le justice department et le FBI ont investigé et rien trouvé.

            • Il vous incombe à vous, mr Cyde de démontrer ce que vous affirmez.

          • @Fred31
            « A un moment, il faut simplement comprendre que les preuves créées par des mecs dans leur garage n’ont rien de preuve. »
            Lesquelles et par qui ? Vu que vous avez l’information, vous devriez peut-être la divulguer.

        • Vous n’êtes pas capable de nous en apporter une seule…Les républicains sont divisés entre des extrémistes et le GOP qui lui est démocratique …Et va se mordre les doigts d’avoir suivi un populiste de la pire espèce…

      • Mon commentaire de départ ne s’attachait pas à voir ou ne pas voir de fraude. Le fait majeur est que les deux blocs sont d’importance numérique similaire et le fait nouveau est qu’ils sont antagonistes culturellement, économiquement et géographiquement. Tous les ingrédients d’une confrontation sont là. Chez nous aussi.

        • @Pirouette-Ce qui est étonnant dans tout ce délire politique c’est qu’il n’y ait plus de raison mais des ressentis qui créent des clans. Nos démocraties ont besoin d’avancer et les politiciens qui se sont appropriés les pouvoirs n’en sont plus capables par incompétence et desseins anti et dogmatiques.

        • on est d’accord mais dans les faits les républicains ont gagné un seul vote populaire depuis 30 ans et encore c’était pendant la guerre en Irak. Les républicains n’existent que grâce au système des grands électeurs et le gerrymandering

  • Trump doit être placer sous contrôle médical et judiciaire immédiatement, sa conduite est totalement hors contrôle, avec un énergumène de cette ampleur, la démocratie US n’est pas en danger vu qu’elle n’a jamais existé, devons nous en dire autant pour la France ? mais quelques déclarations du Président de la République et de ses anciens et nouveaux ministres peuvent nous faire penser le contraire

    • J’attends avec impatience les mois qui arrivent, quand la parole sera libérée des menaces et du clientélisme de Trump. Mais la paranoïa se nourrit d’elle-même et des millions de gens vont continuer à croire qu’il est l’Elu… Il a massacré la confiance dans les médias, certes, mais surtout dans la Raison. Il n’est pratiquement plus possible d’argumenter avec certains doctrinaires/croyants : leur première (et unique souvent) défense est de vous hurler dessus « fake news lamestream socialisto-gauchiste ». (le même se passe avec d’autres courants, comme la dangereuse gauche dite progressiste…). Bref, le contenu, les idées, n’est plus discuté.

      • Les médias se sont surtout massacrés tout seul comme des grands.

      • « leur première (et unique souvent) défense est de vous hurler dessus « fake news lamestream socialisto-gauchiste ». (le même se passe avec d’autres courants, comme la dangereuse gauche dite progressiste…). Bref, le contenu, les idées, n’est plus discuté. » ben on est en France? non? aucune raison de s’en étonner 🙂

      • Du côté Trump (je n’ai pas dit du côté des Républicains) l’on a affaire la plus part du temps à des croyants ou des fanatiques chauffés à blanc pour qui toute critique relève du gauchisme à la solde de (Soros, Gates, les Démocrates, etc… cocher la case). Il n’ a plus de raison que de la déraison.

    • L’histoire de placer les opposants dans des hôpitaux psychiatriques, on a déjà vu.

  • +1
    D’ailleurs l’identité de la femme tuée hier par la police étant maintenant connue.
    Ashli Babbit était dans l’armée de l’air et a été déployée 4x en Afghanistan. Je cite « Elle se déclarait sur son compte Twitter libertarienne et ancienne combattante » et quand j’entends nos ramassis de « journalistes » dire que c’est un coup de l’Alt Right et de groupe neo nazis ça me reste en travers de la gorge. Surtout quand les manifestations Black Live Matters étaient dans le même temps « sauvagement réprimées alors que c’étaient des mouvements pacifistes »
    Au secours quoi !!

    • elle croyait aussi en Qanon, dans le genre complotiste débile, elle était pas mal.

      • En vous lisant, j’ai vraiment l’impression que « complotiste » a remplacé « fasciste ». En gros il/elle est affublé de complotiste donc de fait est disqualifié et n’a plus le droit de l’ouvrir.
        C’est ça votre vision de la liberté d’expression?
        L’histoire nous a appris ( je ne parle pas de ces élections) que les états ont toujours faits des coups tordus ou racontés tout un tas de conneries pour se sortir d’un mauvais pas. Les personnes qui dénonçaient ces actes étaient alors des illuminés, affabulateurs.

        • où est ce que j’ai dit qu’elle n’avait pas le droit de l’ouvrir? Elle n’avait par contre aucun droit de pénétrer au Capitol. Sa connerie l’a tué. Triste pour elle et sa famille

          • Modération Contrepoints : pas d’insultes

            • Vous insultez le peuple américain et sa démocratie bafoués par des suprémacistes et ce n’est pas parce que vous avez été en Afghanistan que vous n’êtes pas extrémiste..pour un militaire occuper le Capitole est juste impossible dans sa conception même de militaire ayant servi son pays…!!!

              • Ah bon? Etre militaire empêche d’avoir une opinion et d’être en désaccord avec ses dirigeants?
                Belle conception du pluralisme des idées et de la liberté d’expression. 🙂

                Comme tjrs le deux poids – deux mesures. Ce sont les mêmes qui ont le droit de parler et faire ce qu’il veulent avec toutes les bonnes raisons et excuses bien-pensantes (cf émeutes « pacifistes » du BLM), les autres n’ont qu’à se taire et accepter sous peine d’être qualifiés de suprémacistes?
                Votre masque n’a pas tenu très longtemps. 🙂 🙂

                • elle peut parler tout comme les BLMs mais à partir du moment où il y a violation de la loi, il y a conséquence, militaire ou pas

          • Jusqu’à nouvel ordre, c’est un pistolet de la police qui l’a tuée, elle n’était pas armée et ne menaçait personne. Beaucoup plus respectable que Georges Floyd.

          • L’accès au Capitole n’est pas interdit que je saches, L’accès est au contraire libre mais la participation aux débats ne l’est pas en revanche. À contrôler

        • Modération Contrepoints : pas d’insultes, on se calme, merci

          • @Maltus-Confucius ne disait-il pas que : « Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté « ?

      • @Fred31
        Bonsoir,
        Et Kamala Harris croit en Kwanzaa.

        « dans le genre complotiste débile »
        C’est pas le respect des vétérans et des morts qui vous étouffe à vous.

  • Bon papier, circonstancié et mesuré.

  • Ashli Babbitt était une vétéran qui a servi son pays pendant 14 ans et sur trois guerres, elle se définissait comme une libertarienne, attachée au second amendement qui garantit le droit au port d’arme. Il y a ici de nombreux libertariens dont je suis et qui croit aussi au droit à l’autodéfense. Elle a été abattu comme un chien alors qu’elle était désarmée… Et aujourd’hui les médias socialistes la bas comme ici, la conspue et la traite de tous les noms…

    • Je ne pense pas ….Simplement un militaire qui se respecte.. respecte aussi son pays et ses institutions..Point…!!!

      • En gros, un militaire ne doit pas avoir d’opinion et se taire. Surtout si ses opinions ne vont pas dans votre sens? 🙂 Ben voyons!

      • Et pour cette raison elle méritait d’être abattue, tandis que les autres courent toujours ? Pour cette raison, un policier a lui le droit de l’abattre sans sommation ? Non mais vous vous écoutez parler ? C’est infâme ce que vous dites !

        • Interprétation gratuite et sans fondement..Ne discréditez pas un avis en prolongeant avec vos fantasmes ce que le rédacteur ne pense nullement..C’est trop facile…!!

          • C’est à vous que je réponds, pas au rédacteur, et je réponds à ça: « un militaire qui se respecte.. respecte aussi son pays et ses institutions..Point…!!!
            Vous pouvez reformuler ça dans tous les sens, votre propos justifie implicitement la mort de cette militaire, et c’est dégueulasse. Quand un criminel noir se fait abattre par un policier, c’est un scandale planétaire, quand c’est une militaire blanche, bah elle l’a bien cherché. Entendons nous bien: dans les deux cas, il y a une situation d’illégalité, mais dans l’un, la mort donnée est une honte accablante, dans l’autre, c’est un fait divers, elle n’avait pas à être là.
            Voilà exactement le genre de 2P2M, le genre de propos injustes et inqualifiables qui enflamment le populisme et qui poussent à la haine. La honte est sur vous.

    • Que fait un libertarien de droite dans l’armée ? « Principe de non-agression »

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_non-agression

      • @cerceilannister669
        Bonsoir,
        Un militaire, un soldat, défend son pays contre les ennemis de l’extérieur tout comme ceux de l’intérieur.
        L’Armée est constituée pour protéger, garder, un territoire, et ainsi protéger les habitants vivant à l’intérieur du territoire.
        Ca ne pose aucun problème.
        La légitime défense d’un pays n’est pas la même que celle d’un civil.

  • Il y a un problème de l’usage des institutions dans les démocraties occidentales qui n’est pas compris par la classe politique qui se les ai appropriée au détriment du peuple qui revendique qui n’est pas entendu et que l’on qualifie péjorativement de populisme. Cet autisme est grave et témoigne aussi de la peur de ceux qui jouissent du pouvoir et craignent de le perdre.

  • Biden, the walking dead.
    Kamala, la reine des LGBTQIXYZ.
    ça promet.

    • ça peut pas être pire que les 4 dernières années

      • Vous n’avez encore rien vu. On va bien rigoler quand des millions de personnes vont se retrouver à la rue surtout dans les états démocrates. On voit déjà les effets de leur gestion prodigieuse dans des états comme la Californie, l’Oregon ou New York pour ne citer que ceux-là. Des émeutes, il va y en avoir une tripoté et ça ne sera pas des petits privilégiés qui veulent jouer les justiciers; ça sera des gens qui ont faim parcqu’il y aura des ruptures d’approvisionnement et vraisemblablement une inflation galopante. Pas pour rien que tous les riches qui ont deux sous de jujotte ont fuit les grandes métropoles.

      • C’est par les démocrates que les 4 dernières années ont été pourries, en faisant tout pour diaboliser et destituer Trump, quitte à déstabiliser le pays tout entier. Trump n’a rien fait de si terrible concrètement pour qu’il mérite une telle haine. Pendant ce temps-là les mêmes « démocrates » continuent de faire affaire avec bienveillance avec des dictateurs sanguinaires qui dorment sur leurs deux oreilles.

        Encore un 2P2M intolérable qui cause cette polarisation et cette crispation des tensions en occident. Ce sont les soi-disant libéraux bien-pensants de gauche comme vous qui êtes responsables, par vos discours et vos combats injustes, de cette évolution funeste des mentalités.

        • mais oui, il a eu contrôle de tout et c’est la faute des démocrates; c’est la folie le nombre de gens qui lui cherchent des excuses.

          • « il a eu contrôle de tout « . Voilà de l’argument qui envoie du lourd, encore plus bas que le niveau du pitoyable.

            Les émeutes BLM, c’est sa faute? Pendant que les maires démocrates démantelaient leur police de leur propre chef? L’épidémie de covid, le réchaufmique aussi alors? Et la guerre en Syrie, et la shoah aussi tiens, Trump est le diable incarné, pire, c’est Hitler, il est un danger pour le monde! Bref, on connaît déjà les accusations délirantes des anti-Trump.

            Non pas qu’il soit au delà de toute critique, bien au contraire. Mais atteindre à ce déchaînement hystérique, non, le problème n’est pas ce qu’a fait Trump. Le problème c’est qu’il assume un discours de droite conservatrice, dirigé vers le peuple, vers les gens modestes attachés à leur terre et leurs coutumes, tout ce que la gauche progressiste muticultureuse hait.

            • Un discours vers les peuples et les gens modestes? Dommage que ça s’arrête au discours car sa politique n’a pas bénéficié aux personnes modestes.

  • mouai, il faut mettre des bémols quand même.
    – Un chômage U3 de 3.7% mais U6 de 7.2% avec une évolution identique à celle commencée sous Obama donc aucun effet trump
    http://chmuraecon.com/media/1765/unemployment_blog_sep62019.png?width=1108&height=427&mode=max
    – Une croissance 2019 de 2.3% contre 1.5% pour l’Europe mais avec un déficit de 4.6% contre 0.6% en Europe. Le solde n’est pas en faveur des US, il est négatif alors qu’il est positif pour l’Europe. Les USA ont acheté de la croissance à coups de déficit. Obama avait réduit le déficit de 10 à 2% et obtenu une croissance moyenne sur ses 4 dernières années quasi-identique donc pas de miracle trump
    – Une augmentation des revenus de la classe moyenne inférieure à celle que l’on a vu sous les 2 dernières années d’Obama donc trump a tué la tendance là; bien sûr pour les plus riches c’est l’inverse donc pas de miracle trump
    https://capitalandmain.com/under-trump-income-growth-slows-across-america-0222
    – le taux de pauvreté navigue dans sa tendance depuis 1970, il n’a pas été drastiquement réduit, aucun miracle trump https://specials-images.forbesimg.com/imageserve/5d7b5c56c0e1890008d147bd/960×0.jpg?fit=scale

  • « émeutiers »
    J’aime bien. surtout quand depuis des mois on voit des bâtiments en flammes, des pillages répétés, 100 morts, des commissariats réduits en cendre, sont qualifiés de « mostly peaceful protests » et que les pillards-pyromanes-tueurs sont définis comme des manifestants, légitimés par les médias et les politiques.
    Mais pour le Capitole et les supporters de Trump, ce sont carrément des terroristes domestiques. Brûler des bâtiments privés, des commerces, tuer des civils, préparer des palettes de briques à jeter sur les policiers (dont il faut alléger les fonds, voire abolir leurs services/departments), c’est Ok pour les médias et les politiques, mais entrer dans le Capitole et c’est la fin de la démocratie américaine, comme si les « demonrats » ne l’avaient pas déjà bien fracassée.

    Dans son discours Trump dit qu’il les comprend, ces américains mécontents en reprenant les raisons de leur mécontement. Il leur dit de rentrer chez eux en paix.
    Les médias américains font peser la responsabilité, voire l’organisation, de cet événement à Trump parce qu’il a critiqué les élections, mais ils oublient qu’ils n’ont pas condamné quand Maxine Waters lors d’un discours public demandait à ce que les pro Trumps soient harcelés (voire plus) dans la rue, au restaurant, à la station-service, partout et tout le temps. Un homme vu comme « Trump supporter » par un autre a été abattu en pleine rue à vue.
    On ne les a pas trop entendus non plus quand un troupeau de BLM antifa s’est posté devant une femme assise à une table de restaurant, à laquelle le troupeau demandait de lever le poing en signe de soutien. Acte non isolé.
    Une femme, ancien soldat, a été tuée par la Police du Capitole. Washington DC ne brûlera pas en son nom.

    • Je souhaite de tous mon coeur que la justice sera impitoyable contre ces émeutiers extrémistes ! et je souhaite que des poursuites judiciaires soient engagées contre Trump ! quelle glorieuse fin de règne !

      • @cerceilannister69
        Bonjour,
        La justice sera passive comme elle l’a été jusqu’à présent avec les émeutieurs-pillards : laxiste car complaisante. Les AG et les émeutiers ont la même tendance politique : ils sont de gauche.
        Les émeutiers ont eu des fonds pour faire sortir de préventive ceux qui ont été arrêtés, avant leur procès (les cautions), quand ils n’ont pas été directement relaxés par les AG, alors que ceux du Capitole n’en auront pas.

        « je souhaite que des poursuites judiciaires soient engagées contre Trump »
        Les juges trouveront les éléments de preuves présentées « irrecevables ». Non ?
        2020 n’est pas de son fait.

  • Rappelez vous la contestation de l’élection de Trump par les démocrates.
    Élection faussée par intervention des Russes.
    Avec toutes les procédures juridiques pour le destituer.
    C’est pareil maintenant sous une forme violente. Et non pas policée et juridique comme il y a 4 ans.

    • oui et de nombreuses personnes dans son entourage ont été condamnées par la justice. La justice n’a pas pu remonter jusqu’à trump mais Il n’y a pas de fumée sans feu. D’ailleurs trump a utilisé le pardon présidentiel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une fuite d’une décision de la Cour suprême sur l’avortement a été révélée par Politico. Selon le juge conservateur Samuel Alito, « nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé et le droit à l’avortement n’est protégé par aucune disposition de la Constitution ». Un changement majeur pourrait donc survenir, environ cinquante ans après l’arrêt Roe v. Wade de 1973, où la Cour légiféra a minima sur l’avortement aux États-Unis.

La question de l’avortement reste au cœur des débats autour de la Constitution américaine notamment du fait des ... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles