En matière de réglementation, les USA sont pires que la Suède

les nouvelles réglementations sont au plus bas depuis que les données sont compilées depuis le milieu des années 1970. Malgré les efforts de simplification, la bureaucratie étatique demeure tatillonne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En matière de réglementation, les USA sont pires que la Suède

Publié le 9 août 2018
- A +

Par Philippe Lacoude.

S’il est très facile de constituer une entreprise – un simple formulaire d’une page suffit dans presque tous les États – et s’il est trivial de demander un numéro d’immatriculation fiscale – le fisc n’a-t-il pas intérêt à faire entrer des impôts ? – les problèmes commencent une fois ces démarches accomplies : aux États-Unis, les réglementations sont pléthoriques et les fonctionnaires souvent tatillons.

Si l’on examine la composante business freedom (liberté du commerce) de l’Index of Economic Freedom (indice de liberté économique) de la Heritage Foundation et du Wall Street Journal, les États-Unis se classent seulement à la dix-huitième place mondiale. Ce score est un peu meilleur que la moyenne mais il n’est pas aussi bon que celui de Singapour ou de Hong Kong. En fait, en matière de réglementations, les États-Unis sont pires que la Suède, la Norvège ou la Finlande.

Si l’on observe le nombre de pages dans le Federal Register (le journal officiel de l’État Fédéral aux États-Unis), on constate une explosion de la production des administrations centrales au cours des 80 dernières années :

Tout ceci ne serait pas bien grave si ces nouveaux règlements n’avaient qu’un faible impact économique mais il n’en est évidemment rien.  Quand cette paperasserie ne conduit pas directement à la mort d’autrui au nom de principes écologiques collectivistes d’un autre âge, elle entraîne des pertes économiques importantes : les significant rules – règles dont l’impact économique dépassent les 100 M$ annuels – se sont multipliées au fil des ans :

À travers une grande variété de programmes, le gouvernement subventionne de nombreux biens et services dans des secteurs tels que l’agriculture, la banque, les soins de santé et l’énergie verte : les réglementations sont souvent utilisées pour faire supporter les coûts des uns par les autres.

30 années de réglementation

Si les coûts annuels de conformité pour les entreprises ont augmenté d’environ 120 Md$ en 8 ans pendant la présidence de Barack Obama, il n’était pas le premier coupable.  De George H. W. Bush, Sr. à partir de 1989, à William J. Clinton en 1993 et à George W. Bush, Jr. en 2001, les États-Unis ont subi une longue lignée de gratte-papiers qui avaient de nombreuses idées, toutes plus brillantes les unes que les autres, sur la façon dont les Américains – surtout les plus productifs – devraient conduire leurs affaires et gérer leurs vies. Selon les études du Mercatus Center de la George Mason University, les restrictions à la liberté d’entreprendre n’ont pas cessé d’augmenter au cours des 30 dernières années.

Il existe une lueur d’espoir. Contrairement au commerce international ou à l’endiguement des dépenses publiques où il fait montre d’un étatisme tout ce qu’il y a de plus traditionnel, le nouveau président américain, Donald J. Trump est très libéral sur les questions de bureaucratie. Il a même symboliquement promis de revenir à la situation de 1960 :

Son administration a entrepris des réformes réglementaires importantes même s’il est trop tôt pour en évaluer la portée et les effets. L’agence en charge de l’environnement (EPA) a proposé de se débarrasser des projets verts et pharaoniques de Barack H. Obama. La Federal Communication Commission (FCC), l’organisme chargé de réglementer les télécommunications des émissions de radio, de télévision et d’Internet, s’est débarrassée d’une loi coûteuse appelée « Neutralité du Net ». À plusieurs reprises, le nouveau président a utilisé ses pouvoirs en matière de réglementation pour annuler des pans entiers de l’horrible usine à gaz créée par la loi sur la santé de son prédécesseur, le fameux Obamacare : ce qui s’annonçait comme une défaite de Donald J. Trump a fini par une séries de victoires : il a vidé de sa substance l’obligation de s’assurer, a introduit de la concurrence inter-États et a autorisé un nouveau type d’assurance-santé à la demande de Rand Paul.

Comme le rappelle Reason Magazine – le quotidien libertarien de la Reason Foundation – les nouvelles réglementations sont au « plus bas depuis que les données sont compilées depuis le milieu des années 1970 ». Le président fait un réel effort de simplification. Dans les secteurs de l’alimentation et de la santé, il pourra se targuer d’avoir sauvé des vies humaines.

Ceci dit, Donald J. Trump lutte contre une armée de fonctionnaires qui n’ont voté pour lui qu’à 14% et qui continuent à pondre des textes inutiles : cette semaine, la liste des espèces en voie de disparition a vu l’ajout de cinq espèces de tarentules du… Sri Lanka ! La Federal Communications Commission modernise ses règlements sur les… cabines téléphoniques payantes. Et 18 ans après le millenium, le gouvernement fédéral pond finalement des textes règlementant l’accès aux documents de la Millennium Challenge Corporation !

Autant dire que Donald J. Trump a encore du pain sur la planche…

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • ce donald trump semble très bien sur plusieurs sujets…
    nous savons que c’est la méthode pour réussir, et donc, peut être réussira t’il et fera t’il un deuxième mandat.
    nous n’avons pas besoin de gens très intelligents qui ont fait l’ena et qui étouffent tout le monde avec des réglementations très intelligentes et très complexes qu’ils sont les seuls à comprendre, nous avons besoin d’éléphants dans des magasins de porcelaine pour casser bêtement et drastiquement et indistinctement cette réglementation absurde.

    • Les Américains disent qu’on ne peut pas être con et milliardaire. A-t-on beaucoup de milliardaires chez nos énarques?

      • Aucun, tous les milliardaires sont des ingénieurs: Bernard Arnault est X, ou des hommes d’affaires comme François Pinault.

    • Les énarques se prétendent intelligents! Les faits démontrent le contraire puisqu’ils sont incapables de comprendre comment fonctionne l’économie et de la promouvoir.

  • La photo est géniale. Trump montre à ses citoyens les méfaits de la bureaucratie étatique, et en particulier de Obama qui a pondu plus de règlements que tous ses prédécesseurs!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles