Covid : quelques bonnes nouvelles en cette fin d’année

Quelques chiffres réconfortants à propos du Covid, afin d’éviter le marasme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Annie Spratt on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : quelques bonnes nouvelles en cette fin d’année

Publié le 25 décembre 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Plus de 120 000 patients ont été traités en phase précoce lors de la seconde vague, et Macron, Véran, Casteix et Salomon ne voient toujours rien, refusent de se pencher sur le traitement précoce du Covid. Ces patients traités n’existent pas, rappelez-vous Castex devant les députés : « je ne sais pas de quoi vous parlez ». Seuls les patients passant par la case hôpital les intéressent.

120 000 patients, ce n’est pas moi qui le dis, mais la Sécurité sociale, publication téléchargeable ici. Si vous faites le décompte du surplus de consommation d’azithromycine dans le tableau ci-dessous, vous constaterez que près de 120 000 patients en ont reçu sur les trois derniers mois, sans compter les autres antibiotiques, hydroxychloroquine, ivermectine et autres thérapeutiques possibles.

Périodes de 15 jours, de janvier au 22 novembre

 

Il semble que de plus en plus de médecins ne suivent pas les consignes régulières de monsieur Salomon et toutes ces sommités médicales qui ne sont pas au contact des patients.

Pourquoi « avec succès » ? La seconde vague, plus importante que la première, a conduit à moins d’hospitalisations et de passages en réanimation.

Plus importante ? Le nombre de patients traités est indiscutable, le nombre de passages en réanimation est indiscutable, mais si nous sommes passés de 164 000 cas pour la première vague à 2 326 000 cas pour la seconde, ces chiffres ne permettent pas de comparer objectivement l’importance des deux vagues, car il dépend surtout du nombre de tests pratiqués.

Par contre les taux de positivité, d’incidence et le R effectif, permettent peut-être d’en montrer l’importance, le taux de positivité étant huit fois plus important lors de la seconde vague, alors qu’il aurait dû l’être pour la première vague, puisqu’on ne testait que des malades positifs qui entraient à l’hôpital !

Par contre, en ce qui concerne la mortalité, on peut constater que le résultat n’est pas à la hauteur : 30 000 morts pour la première vague, 30 000 morts pour la seconde. Ce chiffre n’a pas baissé. Peut et doit mieux faire.

Il y a toutefois un chiffre à considérer : les décès en Ehpad représentaient le tiers des décès en première vague, sans doute près de la moitié en seconde vague. Le nombre de décès hors Ehpad semble donc avoir diminué, et d’après les renseignements que j’ai, s’il y a bien un endroit où on applique les consignes gouvernementales, c’est bien en Ehpad.

Ces 120 000 malades traités, sachant que tous les témoignages de médecins qui traitent, sans aucune exception, font état de moins de 1 % d’hospitalisations, contre 10 % chez les non traités (nous ne parlons dans les deux cas que des symptomatiques, pas des positifs), cela fait 12 000 hospitalisations évitées, 1500 à 2000 réanimations évitées, 7 à 800 décès en moins.

Médecins de France, ne démissionnez pas face à la maladie, traitez. Il n’y a pas de fatalité, et si vous êtes sceptiques, essayez au moins, et vous jugerez par vous-mêmes, c’est le meilleur moyen de vous faire votre propre opinion.

J’en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes, et une idée de cadeau tout à fait d’actualité et qui fera très plaisir : quelques boîtes d’azithromycine, d’ivermectine ou d’hydroxychloroquine, surtout pour papi et mamie, à mettre sous le sapin, afin de ne pas finir dans le sapin.

Sur le web

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • en ce qui concerne l’hydroxychloroquine , ça va être coton pour s’en procurer ….suite à l’explosion a Taïwan( 2em fournisseur mondial ) , d’une usine pharmaceutique fabriquant ce produit …..tiens donc …..

    • Un hasard, une coïncidence, rien de plus ? Une pénurie bienvenue !
      Allez, zou, que tout le monde tente son bras !

    • vous avez des sources? j’ai bien trouvé l’explosion dans une usine pharmaceutique…
      j’ai trouvé ça SCI Pharmtech, Inc. develops, produces, and sells active pharmaceutical ingredients, intermediates, and custom products worldwide. Its active pharmaceutical ingredients include allopurinol, amobarbital, probucol, pentobarbital sodium, thiopental, valproic acid, sodium valproate, divalproex sodium, bisoprolol hemifumarate, and propafenone. The company’s intermediate products comprise diethyl dipropylmalonate, diethyl ethyl (1-methylbutyl) malonate, benzylmalonic acid diethyl ester, diethyl isobutylmalonate and isopropylmalonate, diethyl n-butylmalonate, ethyl 2-allyl-2-cyano-3-methylhexanoate, ethyl ethylphenylcyanoacetate, ethylphenylmalonic acid diamine, propiophenone, diethyl ketone, aminazole, 3-azetidinol hydrochloride, benzhydrylamine, 1-benzhydrylazetidin-3-ol, 1-benzosuberone, cyanoethylthiomethyl-2-thiazolylguanidine, dibenzosuberone, (r)-ethylnipecotate-l-tartaric acid, and 1-(2-hydroxyphenyl)-3-phenylpropan-1- one. Its intermediate products also consists of 1-(2-((oxiran-2-yl)methoxy)phenyl)-3-phenylpropan-1-one, n-methyl-4-chloropiperidine, n-methyl-4-piperidinol, 4-chloropiperidine hydrochloride, a-phenyl-2-piperidineacetamide, a-phenyl-2-piperidineacetic acid, (+)-a-phenyl-2-piperidineacetic acid hydrochloride, pyrogallolaldehyde, (s)-3-(methylamino)-1-(2-thienyl)propan-1-ol, and 5-hydroxymethyl thiazole. The company also provides custom manufacturing services. SCI Pharmtech, Inc. was founded in 1987 and is based in Taoyuan City, Taiwan.

  • Ce sont globalement de bonnes nouvelles – mais il est hallucinant que cela se passe « sous les radars », à l’encontre des consignes du pouvoir.
    Incontestablement, les autorités ne VEULENT pas que le Covid soit une maladie traitable. Ce parti pris se traduit par des milliers de morts évitables. Il devrait mener les responsables en cour d’assises.

  • Vécu : Covid pour un parent très âgé en EHPAD (2 eme vague). J’ai cru rêver quand on m’a répondu qu’il n’avait pas de traitement ! L’antibiotique est venu plus tard, à l’hôpital. La seule chose qui a été faite, c’est l’isolement drastique de tous les résidents. Cela n’a pourtant pas empêché la contamination de plus de la moitié des résidents et d’une bonne partie du personnel. Naïvement, je pensais qu’ils mettraient tout le monde ou presque sous HCQ et ATB par prévention. Mais le protocole de sieur Raoult n’étant pas tamponné par l’ARS, …… on applique le « protocole  anglais » : Wait and see !

    • Vous pensez que la liberté de prescrire conduit à ce que tout le monde prescrive pareil..et comme vous pensez que ça doit l’etre..
      ça ce n’est pas de la naiveté..

  • Pas certain que cela soit une bonne nouvelle pour le gvt, si j’en crois les graphiques, la seule différence entre 2019 et 2020 est… L’interdiction aux médecins de soigner les malades…..

  • Merci pour cet article, qu’on a aucune chance de trouver dans les médias traditionnels.
    Comme dit Laurent, c’est hallucinant que tout cela passe sous les radars.
    Le gouvernement et ses médecins conseils ont tellement menti qu’ils ne savent plus comment s’en sortir, d’où la psychose savamment entretenue pour faire croire aux Français que la 3ème vague est là et qu’il va falloir nous reconfiner après les fêtes.
    Ce matin, Brigitte Milhaud affirmait sur CNews que le faible taux de positivité actuel ne signifie rien parce que ce sont des gens asymptomatiques qui se font tester.
    Donc, quand les chiffres sont mauvais, ils sont justes et quand ils sont bons, ils sont faux !
    Je n’aimerais pas me faire soigner par ces médecins de plateau, qui n’ont même plus le sens du ridicule.

  • EN gros, tout a changé mais comparons…

    le nombre de cas ,bof ..ok la positivité fait plus de sens mais je ne sais pas exactement lequel d’autant plus que test et test.. le nombre de morts bof pour le moment ..à confirmer ( eh oui!),
    le nombre d’hospitalisations semble encore le plus fiable..à condition que les mêmes patients lors de la première et de la seconde aient fini à l’hosto… ce qui n ‘est sans doute pas le cas…

    mais allons y..

    et on ne sort pas de cette évidence, si vous voulez vérifier si une thérapie fonctionne, (ici plusieurs) , il faut vous placer dans les conditions les meilleures pour le faire…
    il ne faut pas confondre indices et preuve.

    Par ailleurs..oui laisser les médecins soigner avec l’accord des malades ..par ailleurs avec le recul on évite des erreurs..

    • je m’explique..

      d’un part il est trivial que la prise en charge des malades s’améloire si on affaire à des soignants qui ne sont pas des demeurés notoires..( hypothèse que certains n’hésitent pas à retenir pourtant..le fameux il faut laisser les gens acheter une voiture de la couleur qu »il souhaite et qui est noire…)
      mais la façon correcte d’estimer ce progrès dont l’existence tient à la trivialité n’est pas de comparer des choses incomparables..

      Les chiffres seraient ils comparables.. que de voir une amélioration pourrait s’expliquer par l’abandon de procédures néfastes et non l’emergence de procédures bénéfiques..
      « sire , vous êtes anémique je vais vous saigner.. »

      est ce qu’il est si difficile de se rendre compte que voir si un truc est efficace n’est pas si simple…il me semble avoir vu les recommandations sur la position de sommeil du nourrisson pour éviter la mort subite changer du TOUT au TOUT..était ce malicieux?

      • je ne prouve RIEN sinon que les éléments apportés pour tirer une conclusion sont insuffisants.

        une remarque avant de pouvoir dire sans se faire traiter d’idiot que la létalité de la maladie n’etatpas de 3% il a fallu pas mal de temps…
        estimer la létalité et la contagiosité n’est pas « facile »..pourtant..certains « voient » des mutations plus létales et plus contagieuses..

        OUI …l’angoissisme est une position « officielle » il est interdit de ne pas être inquiet par des choses nouvelles….non les erreurs des angoissistes ne renforcent pas la position des rassuristes..

  • Heureusement, on voit que la médecine de ville n’a pas été totalement mise sur la touche.
    La simple évocation de la possibilité d’un traitement précoce est un tabou depuis le début. La ligne officielle n’a jamais varié : doliprane, samu, réa, et morgue pour les plus malchanceux. Aucune autre voie ne peut être explorée ni envisagée sous peine d’indignité sociale. Alors, obéissez, rentrez à la niche et attendez le traitement magique homologué par la junte sanitaire.

    Le lien du Dr Maudrux permet aussi d’évaluer les dégats psychologiques que cette folie a provoqué sur l’année :

    Antidépresseurs : +399 680 (prescriptions par rapport à l’attendu)
    Antipsychotiques : +151 588
    Anxiolytiques : +1 665 785
    Hypnotiques : +676 397

    Tout a été fait pour saper l’équilibre mental de la population.

  • Vous finissez l’année comme vous l’avez débutée en Mars…L’azythromycine est le traitement de toute infection respiratoire..!!! L’HCQ est un antipaludéen de synthèse efficace sur les rickettsioses ( vous vous renseignerez ), l’Ivermecta est le traitement de la gale etc etc…Les deux derniers sont inutiles contre le COVID …Le premier avec des corticoides et de l’oxygene au masque et bien c’est très utile et cela évite les passages en réanimation ..N’oubliez pas les anticoagulants non plus…Maintenant nous savons faire , mieux …Et puis Raoult comme Trump se taisent ou ne sont plus crédibles…2021 sera une bone année…

    • Nous savons mieux faire… vous traitez des patients covid ? Le nombre de spécialistes médicaux qui se sont découvert une vocation ces derniers mois est sidérant. Quant au prisme obsessionnel des traitements qui ne marchent pas et au charlatanisme de Raoult et consorts j’ai cru remarqué que cela sortait de la bouche de vieux blancs de la petite ou moyenne bourgeoisie sûrs de leur fait mais représentant déjà classe en voie d’extinction, covid ou pas.

      • Et bien il se trouve que oui et nous savons mieux le faire…Et que les protocoles Raoult …Comment dire…Rien , nous tournons la page 2020 et vive 2021 ..!!! Quant aux vieux blancs et que sais je encore…ce sont des préjugés de bas niveaux…Bonnes fêtes à vous et vos proches…

        • C’est bizarre. Vous savez mieux que plusieurs professeurs de l’IHUM ❓
          Avez-vous un Nobel en médecine ❓

          • Bin eux non plus….!!! Et connaissant quelques infectiologues de ce cher IHU et encore mieux ceux de l’APHM …Raoult ils n’en peuvent plus depuis des années…Vous les connaissez vous …??? Je ne pense pas …!!! Donc évitez des remarques déplacées et inutiles…Meilleurs voeux toutefois…!!

            • Votre argument d’autorité, devinez ce que j’en fait : aux chiottes et avec des gants pour ne pas me salir.
              Quant aux « quelques » infectiologues de ce cher IHU, s’ils ne sont pas content du Druide, eh bien, ils changent de cantine au lieu de moisir dans cet institut. Qu’ils partent aux USA, en Allemagne, à Paris, ce n’est pas les choix qui manquent.
              Ou bien ce sont des branleurs de première, la gueule grande ouverte, et donc, vous racontez des âneries.

  • 30 000 morts pour la première vague, 30 000 morts pour la seconde.
    Comment s’y retrouver vu le nombre inconnu de certificats de décès Covid établis à tort puisque la cause principale du décès n’est pas celle-là?

    • Et pis y a ceux qui sont décédés du Covid mais ils ne le savaient pas pensant avoir un rhume ou une angine..Mais beaucoup de comorbidité..Et eux ils n’ont pas été comptabilisés et il y en a plus que vous le pensez…!! Donc match nul…!!!

    • vous mettez le point sur un vrai problème..
      compter n’est pas si simple…
      mais vous tirez trop de conclusion..

      je me fous de la raion pour lesquels les gens rétenent ad nauseam sans caveat..60 000 morts..
      je me content de dire à vérifier..

      je dirige volontiers sur un truc qui m’intrigue…
      la différence apparente entre bilan du comptage direct et de la mortalité en allemagne…

      un mort avec un test covid positif est une coincidence,.. même une autopsie ne peut conduire qu’à un déplacement de la causalité supposée..

      son sternum est dégommé et c’est une cause associée clairement au covid..justement non…

      on parle toujours de mort prématurée la mort est une certitude..seule sa date est inconnue.

      parfois une chiquenaude peut tuer..surtout si vous êtes vieux et malade…

      il FAUT croiser nombre de coincidences et surmortalité… car les coincidences sont clairement plus probables si on teste massivement!!!

      Ne vous y trompez pas on ne va pas autopsier TOUS les morts pour rechercher des preuves de la causalité.. d’abord parce que il n’y en a pas…en outre si on ne cherche pas un autre virus qui conduit aux mêmes effets…

      Le seul interet serait éventuellement en normalisant le comptage de pouvoir se comparer à d’autres pays…à cet égard…regardez la surmortalité!!! c’est là que le covid peut etre le plus visible..

      Tous les comptages via tests sont sujets à caution.. on ne peut comparer dans un pays donné un jour à la veille… et on ne peut pas comparer run pays à un autre..

      mais point de malice là dedans.. dans peu de pays semble t il , existent des tests dédiés au suivi épidémique.. on compte donc les morts.. on soustrait ceux qui semblent « normaux »..on en déduit les morts excédentaires..
      qui sont ..morts du covid + morts des virus hivernaux + autres morts anormaux..

      AU premier ordre..acceptable.. de l’ordre de 30 000 pour la premiere…

      pour la seconde… je ne sais pas…aber wenn mein Name das kleine Tier ist

  • Je pense que ces chiffres sont parfaitement connus du gouvernement.
    Ils ne font que confirmer, une fois de plus, que nos gouvernants ont mal géré et pris de mauvaises décisions sans prendre la peine de regarder ce qui se faisait ailleurs. Cependant, s’il s’agit de mauvaises décisions d’un point de vue sanitaire, il s’agissait de très bonnes décisions pour renforcer le pouvoir administratif et pour cadenasser le mécontentement populaire. Et c’est pour cela qu’il y a peu de chance que cela cesse rapidement.
    La tentative avortée de faire passer l’urgence sanitaire dans la Loi tient du même processus destiné à renforcer l’Etat administratif alors que s’accumulent des données allant dans le sens inverse des décisions prises.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles