Youpi les vaccins arrivent !

Vu la façon dont se sont admirablement bien passé les précédentes étapes de la crise sanitaire, la distribution vaccinale promet le meilleur.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vaccin CC flickr Daniel Paquet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Youpi les vaccins arrivent !

Publié le 7 décembre 2020
- A +

par h16

Aaaaah, enfin ! La France vient d’ajouter un ustensile indispensable à sa boîte à outils pourtant déjà fort pourvue : avec Alain Fischer, nous voilà à présent dotés d’un M. Vaccin ! Il était vraiment temps !

Pensez-donc : tous les autres pays ont déjà amplement discuté des prochaines phases de la crise, et parmi celles-ci, l’étape « obtention d’un vaccin » puis « distribution du vaccin » est clairement la suivante dans le plan de route, ce qui impose logiquement une pléthore d’organismes en charge, qu’on qualifiera de « responsables » (même si toute notion de responsabilité s’est déjà totalement évaporée du gouvernement depuis des années).

Et comme on va picouser du Français par trouzaine, il fallait donc absolument nommer une tête bien faite, bien pleine et bien sympathique pour servir de point focal dans les prochains points-presse, communiqués et autres conférences qui ne manqueront pas d’émailler la petite vie sanitaire des Français pour les prochaines semaines.

Or, ça tombe bien : le joyeux gagnant du poste officiel, un certain Alain Fischer, est vraisemblablement compétent et semble même avoir été choisi après mûre réflexion par les instances les plus hautes de notre élite gouvernementale, ce qui n’est vraiment pas peu dire vue l’historique de leurs performances passées.

Et, après deux confinements et quelques couvre-feux, voilà la grosse machine de l’État en marche, sur la base d’une idée simple : on va avoir plein de vaccins conservés dans des gros frigos (qu’on va trouver, ne vous inquiétez pas – et c’est pas cher puisque c’est l’État qui paye), puis on va ensuite distribuer comme des allocations de la dosette vaccinale à chaque Français volontaire et, après un temps indéterminé, plus ou moins long, beaucoup d’entre eux seront vaccinés et tout ira mieux.

Après quoi, on retournera à notre petite vie tranquille du Monde d’Après écologique et syntonisé avec Gaïa, dans laquelle la moitié des commerçants, des artisans et des indépendants sont en faillite, un tiers des Français perçoit des aides sociales et un quart est au chômage à la recherche d’un poste dans l’un des nombreux secteurs sinistrés.

Enfin en principe.

Parce que lorsqu’on épluche les détails, et notamment lorsqu’on les demande au Dr. Fischer, c’est un peu plus compliqué que ça : rappelant que nous n’avions pour le moment que de lénifiants communiqués de presse des laboratoires (et non de vraies études et résultats), on devait procéder avec précaution d’autant qu’on ne connait toujours pas l’impact de ces vaccins sur les personnes les plus fragiles (celles auxquelles on le destine pourtant en premier lieu). Si l’on ajoute qu’on ne sait pas non plus si le vaccin est efficace pour empêcher la transmission du virus, on aboutit à la conclusion – toujours aussi calme et pondérée – qu’on n’a finalement aucune idée de ce que vaut cette annonce, le vaccin et la campagne de vaccination planifiée.

C’est tout à fait rassurant.

Cependant, sans même présager de l’efficacité du vaccin en question, une chose semble certaine dans cet océan de flou et d’approximations scientifico-journalistiques : comme à son habitude, la communication gouvernementale va être au taquet pour surpasser les sommets déjà élevés qu’elle a atteints lors des phases précédentes de la crise.

Comprenant ainsi qu’imposer d’emblée le vaccin pourrait être mal perçu, le chef de l’État a ainsi déclaré :

« Il ne s’agira pas d’une stratégie de vaccination obligatoire mais d’une stratégie de conviction et de transparence »

On peut donc s’attendre à une nouvelle tempête de messages confus et contradictoires, dont certains, rédigés en « français appauvri simplifié », seront destinés à faire de la propag pédagogie en prenant les Français pour de petits mammifères en bas-âge, intellectuellement amoindris.

Cette stratégie, redoutable de pertinence, a amplement démontré son efficacité lors de l’épisode « Des Masques Pour Presque Tous » de la saison 1, et de façon encore plus flagrante lors de l’épisode « Testons Tous Azimuts et Mon Chat Aussi » de la saison 2.

Certes, certes, on peut se rassurer pour le moment en pointant que le gouvernement affiche ne pas vouloir rendre l’opération obligatoire… Ce qui ne veut rien dire puisque, chafouin, il peut aussi choisir de rendre l’absence de vaccination si pénalisante qu’il rend l’injection de facto impossible à refuser.

Quoi qu’il en soit, l’océan d’incertitudes qui s’ouvre maintenant impose la plus grande prudence, d’autant que, parallèlement, on sent déjà les précautions (oratoires et logistiques) du gouvernement pour préparer le terrain à un troisième confinement : les fêtes et les rassemblements familiaux qui les entourent serviront de prétexte pour justifier une nouvelle vague, encore plus bricolée que la seconde, et conserver ainsi un verrou sur toute velléité de la population de reprendre enfin le cours normal de ses activités.

C’est attendu : d’une part, il ne faudrait surtout pas laisser se perdre une telle crise et d’autre part, il faudra continuer à tout faire pour éviter que les Français se rendent compte de l’incompétence abyssale du gouvernement et qu’ils en viennent à se rassembler pour réclamer enfin un État limité, contraint à ses strictes prérogatives régaliennes.

Imaginer qu’on puisse laisser la bride au peuple pour ainsi se rassembler et réclamer enfin un retour de l’ordre et du raisonnable dans le pays, ce serait prendre de gros risques pour nos gouvernants qui ont, on le sait, le cou fragile. Dès lors, on peut garantir que de telles manifestations seraient immédiatement réprimées avec force pour des motifs évidemment sanitaires (« On vous éborgne pour vous éviter de mourir du Covid, voyons, ne râlez pas ! »). Tout le monde sait que les seules exactions permises sont celles des brochettes de brindilles gauchistes qui, au moins, respectent les distanciations socialistes et les gestes barricade.

Bref : tout se met gentiment en place, avec la même méthode finement calibrée, la même précision diabolique, le même soin que les précédentes phases. Il y aura des petites picouses, des incitations, quelques amendes tout de même, et tout ira bien, dans trois mois. Ou six. Ou plus.

Mais à tout hasard, tenez-vous prêts.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (128)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (128)
  • Donc, on résume : on ne sait pas si le vaccin est efficace, on ne sait pas s’il est sans danger et, au fond, on n’est même pas tout à fait sûr d’avoir le moindre vaccin. Et sur cette absence complète d’information pertinente, on planifie déjà la stratégie vaccinale dans ses grandes largeurs. C’est la proverbiale charrue avant les bœufs, mais sans bœuf ni charrue, en toute décontraction.

    • Oui et en revanche, on fait les gros titres sur les anti-vaccin ! Pendant qu’on les critique et décortique, on ne parle pas de la situation ubuesque d’un vaccin dont on n’est pas certain qu’il soit, en effet, efficace et sans danger, c’est pourtant la base, non ? Pfffft….

      • Comment peuvent-ils en effet critiquer ceux qui ne souhaitent pas être vaccinés avec les vaccins proposés, si on ne peut pas peser le bénéfice du vaccin (via son efficacité) et les risques du même vaccin (via les effets secondaires)… Ils ( = ceux qui critiques les gens ne souhaitant a priori pas se faire vacciner dans ces conditions) n’en sont pas à leur première incohérence…

      • Les effets de protection contre les effets du Covid sont bien établis pour au moins trois vaccins, avec tests en double aveugle selon les trois phases traditionnelles – ce qui ne l’est pas encore, c’est l’effet de ces vaccins sur la transmission du Covid. Seul d’Astazeneca / Oxford a annoncé une réduction significative de ce risque ( comme l’étude prend plus de temps, les chiffres ne sont pas encore publiés, seules des tendances peuvent être connues ).
        Pour les effets secondaires de ces vaccins, il faut rappeler que ceux-ci se manifestent principalement dans les six semaines suivant les inoculations, et qu’ils sont donc maintenant connus, et limités.

        • Très bien, que les gros titres se fassent sur ces info et non sur les anti-vaccin qui représentent une minorité de « fanatiques », les autres sont simplement dubitatifs et manquent d’info…

        • Je mettrais juste un petit bémol sur les effets secondaire, les principaux sont effectivement connus et vous avez bien rappelé que les différentes phases ont été respectées.

          Mais la durée de la phase 3, celle où on teste en double aveugle sur échantillon randomisé le vaccin, a été plus courte et avec un échantillon plus petit que ce qui se pratique habituellement.
          De fait, un effet secondaire apparaissant que un cas sur un million, ne serait pas nécessairement apparent dans cette phase 3.
          A titre de comparaison, le vaccin contre le papillomavirus a été testé en phase 3 durant 4 ans sur environ 100 000 personnes, ce qui a permis d’avoir la force statistique nécessaire pour détecter des effets secondaires rares.

          Néanmoins je pense que ces vaccins sont sûr et qu’il faudra assurer un suivi des personnes vaccinées pour enrichir le connaissance des effets secondaires (process habituelle pour tout vaccin, d’ailleurs).

        • Bien établis pour trois vaccins ? Selon quelles preuves ? Jusqu’à présent, nous n’avons que des professions de foi ou des déclarations d’intention, ce qui est notoirement insuffisant pour nous faire une idée plus précise. Et c’est sur cette base franchement dérisoire qu’on nous enjoint de nous positionner pour ou contre la vaccination. On comprend mieux pourquoi la majorité se positionne négativement dans la plupart des pays.

          Par ailleurs, un minimum de logique permet de comprendre que la seule vaccination efficace est celle des principales victimes, les plus âgés. Or, s’il n’est pas possible ou utile de vacciner les anciens quelles qu’en soient les raisons, cela implique que la stratégie vaccinale n’est pas la bonne stratégie pour lutter contre ce virus. Il ne reste dès lors que le traitement classique pour soigner, si vous voyez vers quoi on revient invariablement.

          • « Bien établi pour trois vaccins » : les résultats de Moderna, Pfizer et Astrazeneca ont été rendus publics et terminent leur parcours d’approbation. ( pour Pfizer, la FDA a marqué son accord, celui du CDC est attendu cette semaine, pour Astrazeneca, les résultats ( universitaires) ont été peer-reviewed et confirmés; et pour Moderna, l’approbation de la FDA est attendue pour le 17 décembre, et celle du CDC espérée avant fin d’année

            « une majorité dans la plupart des pays » – à part en France, dans quel pays ?

            Pour le minimum de logique, après l’échec constaté des politiques d’immunité de groupe spontanée, il ne reste que l’immunité de groupe induite par les vaccins

        • Les vaccins à ARNm ne contiennent pas d’adjuvants, alors votre myofasciite est hors-sujet.

    • Je vous rappelle que Raoult est trainé devant le conseil de l’ordre pour charlatanisme (définition: soigner sans preuve scientifique de l’efficacité du traitement)
      Heu… n’est ce pas exactement ce à quoi l’on assiste avec ce vaccin miracle?

      • Ah le conseil de l’ordre, la police politique de la médecine. On se demande pourquoi ils ne poursuivent pas tous les médecins homéopathes pour charlatanisme alors. Car en plus eux ils savent déjà que leurs remèdes ne servent à rien quand ils le prescrivent (contrairement à Raoult).
        PS: le médecin homéopathe n’est pourtant pas inutile, il peut rassurer, informer, réconforter.

    • Vos réactions me rappelle fortement celle concernant la découverte d’un acier nouveau dans le livre d’Ayn Rand, la grève (que je conseille sans réserve). On ne sait pas ce qui se déroulera dans 20 ans

    • en effet c’est un peu surréaliste…

  • Vu les connaissances accumulées sur ce virus… Un vaccin ne sert à rien pour plus de 95% de la population et pour les seniors….. Un vaccin… Ça marche pas trop… Reste, soigner enfin les malades avec quelques antiviraux bien connus… A temps pas quand il est trop tard.
    On a déjà eu l’expérience de vaccination de masse en France, h1n1, ça semble avoir bien marché même si peu de gens se sont fait vaccinés .. Ils en font des caisses pour montrer leurs muscles, ça va être dur de piquer des millions de gens.. Pas vraiment !

    • En fait un vaccin classique genre sputnik aurait dû suffire.

    • la couverture vaccinale de la grippe h1n1 a été juste risible, et le virus est parti de lui même…
      1. soit le vaccin a été donné à LA population souche
      2. soit le vaccin était inutile au final…
      Dans tous les cas, sur ce type de virus, la meilleure solution et le traitement en début de contamination et pas quand le patient arrive à l’hôpital sous oxygène…

    • on en sait rien…en outre ..si le virus s’installepour longtemps, qu’il mute se recombine…si l’immunité n’est pas acquise une fois pour toute etc….

      on pare au plus pressé qui est taux de mortalité façon roulette russe pour les personnes âgées..

      vu les connaissances sur le virus..MODESTIE…

  • Ou six. Ou plus.

    Je dirais même bien plus. Le vaccin n’empêchera pas les contaminations. Vacciné, chacun fera ce que bon lui semble. D’où la quatrième vague. De mon temps, on avait l’expression « jamais deux sans trois ». Maintenant nous avons « jamais trois sans quatre.

    Cela promet. CPEF pour de bon.

  • J’ai une question pour les gens plus compétents que moi:
    On nous annonce un vaccin efficace à 95%, ça veut donc dire que sur 100 personnes vaccinées, 5 auront quand même la Covid.
    Le taux actuel de positivité des tests est de 10%.
    Donc sur 100 personnes testées, 10 ont la Covid.
    Si je raisonne avec ma petite tête, je pose 10:5=2 et je déduis que le vaccin divise par 2 le risque de contamination.
    Son efficacité effective est donc de 50% et non 95%.
    50%, c’est déjà très bien mais c’est loin des 95% annoncés.
    Je suis, bien sûr, preneur d’un raisonnement différent qui me prouvera que j’ai tort.

    • Y a pas besoin de faire de calculs savants il suffit d’évaluer le vaccin contre la grippe, il n’a jamais arrêté d’epidemie et pour cause, trop de mutants, comme pour les corona virus.
      Un vaccin est une fausse piste il faut chercher des médicaments pour soigner, pour la grippe, n’y a t il pas le Tamiflu et d’autres?
      Mon médecin vient de passer, il croit dur comme fer que les tests pcr sont valides et il y a donc dans ma ville plein de contaminés. Dans l’ephad local 30 avec le personnel….. Le labo fonctionne à fond, n’en douter pas.

    • Ca n’est pas comme ça que ça marche. Ce qui compte est le nombre de rencontres entre une personne « sensible » et une personne contagieuse. Le nombre de rencontres entre personnes, mettons qu’il ne change pas. Avec le vaccin, vous diminuez à la fois le nombre de personnes qui ont le covid, contagieuses, et le nombre de personnes qui peuvent l’attraper. Prenons une rencontre, au hasard, avant vaccination. Mettons les 10% (en fait, on ne teste pas tout le monde et tout les positifs ne restent pas éternellement contagieux, donc c’est certainement très exagéré, mais pour l’illustration).
      100 personnes (dont 10 contagieuses et les 90 autres sensibles) donnent 4950 rencontres possibles, dont 900 entre un contagieux et un sensible, soit environ une rencontre sur 5 « à risque ». Si les personnes sont vaccinées avec un vaccin à 90%, on a 10 contagieux, 9 sensibles, et 81 protégées, donc seulement 90 rencontres à risque possibles, 10 fois moins, une sur 55. Et si les chances d’attraper le virus ont été divisées par 10, le nombre de personnes contagieuses va aussi chuter, amplifiant encore la réduction.

      • -2 pour une explication factuelle ? Les notateurs peuvent-ils détailler leurs raisons ?

        • J’ai pas mis de « moins » mais ça le mériterait presque : 17 lignes pour ne pas répondre à la question !

          • Respectant mon interlocuteur, j’ai essayé d’expliquer ce qu’il en était, ça pris 17 lignes. Mais vu l’ambiance ici, la prochaine fois je répondrai juste que la question est mal posée, ça fera 5 mots et satisfera mieux sans doute votre désir de concision…

      • Une personne n’en rencontre pas 100 autres avec des rapports suffisamment proche pour être contaminant. Il faut partir sur une base plus petite.
        D’après ce que j’ai lu le vaccin n’empêche ni d’attraper la maladie, ni d’être contagieux. Donc il n’y a pas de protégés juste moins de cas grave.

    • C’est plutôt divisé par 20. On vaccine 100 personnes 5 auront quand même le covid. Le taux de positivité n’a pas d’intérêt, c’est plutôt le nombre de porteur du virus qui sera divisé par 20. 10000 nouveaux cas, Avec le vaccin 5000 nouveau cas, le niveau de juin 2020.

    • le 95% d’efficacité n’est pas calculé comme ça.
      Ce qu’ils ont fait c’est assigner des gens au hasard en 2 groupes, l’un recevent recu le vaccin et l’autre non. Puis on attend et on laisse ces gens vivrent normalement.
      Ou bout d’un certain temps, on regarde le taux de gens qui ont attrapé le virus dans les 2 groupes. Le taux de gens ayant attrapé le virus dans le groupe non vacciné est 20 fois plus élevé, et on arrive donc à 95% d’efficacité.

  • Ne vous tracassez pas …vu le respect des gestes barrières….le 15 décembre les chiffres seront bien remontés et nous fêterons Noel à Pâques…Youpi..!!! Quant au « vaccin » ARN, il évite semble t-il les formes graves…Je demande à voir..

    • Un vaccin est sense empêcher d’être malade, la réplication du virus étant immédiatement combattue avec brio par le système immunitaire…. Il semblerait que les vaccinés seraient contagieux.. Ces vaccins ne fonctionnent donc pas, belle opération commerciale.

  • En résumé:
    – on nous annonce un « vaccin » qui est une thérapie génique (un truc dont on ne sait pas les conséquences sur l’organisme à long terme) pour combattre un virus dont la mortalité est de 0,05%
    – ce vaccin permettra de n’avoir aucun symptôme dans 94% des cas, alors que sans rien prendre, on est déjà asymptomatique dans 86% des cas (https://www.sciencesetavenir.fr/sante/86-des-personnes-contaminees-par-le-covid-19-n-auraient-pas-de-symtpomes_148191)
    – il y a plusieurs vaccins déjà disponibles en quelques mois alors que les vaccins en général prennent des années à être conçus
    – et nos dirigeants, au lieu de se faire vacciner, veulent que ce soit fait dans les EPHAD en premier.

    J’ai encore plus confiance en ce « remède » qu’en l’appli StopCovid. S’ils veulent me l’injecter, il leur faudra un fusil hypodermique….

    • Vous avez bien résumé, il est intéressant de noter que le « principe de précaution » ne s’applique pas sur un vaccin, dont le seul résultat est une plaquette marketing de labo… 🙂

    • Et n’oubliez pas: les labos sont exonérés de toute responsabilité en cas de tracas rigolos. Trop fort, Capitaine Connivence!

    • le vaccin permet de ne pas être contagieux(de tester négatif) dans 95% des cas, alors que les 86% asymptomatiques peuvent être contagieux.

      • Le directeur médical de Moderna dit qu’il n’est pas sûr que son « vaccin » permette d être non contagieux.

        • non, on ne peut pas en être absolument certain car on ne peut pas tester quelqu’un directement pour la contagieusité mais il est raisonable de penser que so l’on teste négatif on a moins de chance de contaminer quelqu’un. A mon avis il se couvre.

          Pour autant le 86% et 95% ne sont pas comparables.
          Le 95% vient d’ un test de covid. (20 fois moins de gens testent positifs dans le groupe vacciné). Les 5% qui restent forment les cas symptomatiques et symptomatiques.
          Le 86% rappel juste que la maladie n’est pas grave voir invisible pour beaucoup de monde.

          • Du tout… en fait si on lit entre les lignes de leur marketing fumeux, leur taux d’efficacité c’est la baisse de cas graves dans l’échantillon testé. Donc on peut être quand même porteur du virus, contagieux et tout… on a juste moins de chance d’aller à l’hosto quand on a le virus. Super non ? Les systèmes de santé ne seront plus « saturés » mais on pourra quand même avoir des « vagues » et donc « confiner » ou « mettre des couvre feu » au cas où « l’économie capitaliste » et la « société patriarcale centrée sur la famille nucléaire » résisteraient trop bien (ce sont bien eux les ennemis à abattre dans tous ces ébats médiatico-politiques…

            • Non. Sur le site de pfizer (https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-and-biontech-conclude-phase-3-study-covid-19-vaccine).
              Sur 170 cas de Covid, 162 avaient reçu un placebo et 8 avaient reçu le vaccin.
              Et sur les 10 cas graves, 9 avaient reçu un placebo et 1 avait reçu le vaccin.
              Je suis d’accord qu’il faut en finir avec toutes les restrictions des libertés qui durent depuis des mois, qui sont autoritaires et souvent inefficaces. Cela n’empêche pas que les scientifiques aient pu trouver un bon, vrai vaccin.

              • ouaip..il y un exploit technique ( ou une victoire bureaucratique?) mais une certaine incertitude sur ce que ça vaut..

                on a parfois du mal à comprendre les gens..parfois » l’urgence sanitaire » justifie l’audace thérapeutique, c’est acceptable, mais visiblement pas toujours et pas si quiconque qui pourrait faire du profit est impliqué…

                bizarre…

  • Sinon, le vaccin homéopathique à CH4 pourrait être sympathique.
    Peu de risques, et on vaccine un maximum de gens 🙂

  • J’aimerais tout de même que l’on m’explique pour quelle raison tous ceux qui ne sont pas atteints de co-morbidité ou n’ont pas encore atteint un âge canonique devraient se faire vacciner contre un virus qui ne les rend pas malade…

    • Exactement. Et ceux-là répondent au sondage ou aux journalistes que non, ils ne se feront pas vacciner, et on les qualifie de « anti-vaccin » et on leur rappelle que des maladies mortelles ont été éradiquées grâce aux vaccins et patati et patata….
      Pauvre France….

    • Si vous avez le virus, vous ferez quoi pour ne pas le transmettre à quelqu’un qui en serait affecté ? Et une gérante de société de 60 ans qui se retrouve sur le flanc pendant 15 jours, vous vous en moquez aussi, parce qu’elle a un âge canonique ou parce que ça n’est pas votre boite ou parce que les dégâts ne valent pas que vous fassiez le moindre effort ou courriez le moindre risque pour les éviter ?

      • Votre gérante de société de 60 ans est anti-vaccin ou elle a un problème grave qui l’empêche de se faire vacciner ?

        • Ma gérante de société se relève tout juste. Si le vaccin avait été disponible, nul doute qu’elle se serait fait vacciner, par souci de responsabilité envers sa société, ses clients et ses amis et associés. C’était ma réponse à « pour quelle raison tous ceux qui ne sont pas atteints de co-morbidité ou n’ont pas encore atteint un âge canonique devraient se faire vacciner contre un virus qui ne les rend pas malade.

          • Est-ce que votre gérante s’est faite soignée lorsqu’elle a eu les tout premier symptômes, standard d’une grippe ou virus de ce type ?

          • La grande majorité des gens que je connais, quand ils se font vacciner, le font pour se protéger eux-mêmes d’abord. Il m’a toujours semblé que c’était le but premier de la vaccination : protéger les intéressés.

            • Alors qu’il serait beaucoup plus simple de refuser de se laisser approcher par une personne non-vaccinée ?

              • Je reformule : la plupart des gens que je connais qui a priori se feront vacciner contre le Covid (si et quand le vaccin offrira les garanties voulues), le feront pour se protéger eux-mêmes d’abord.
                En attendant le vaccin éventuel, ils font attention à eux-mêmes, par l’hygiène personnelle, l’évitement des contacts rapprochés avec autrui, et autres comportements de bon sens ; ils font aussi attention aux autres, en passant.
                Se comporter en individus libres, responsables et de bon sens est possible, si si.

              • Votre devoir premier est envers vous. Puis vos proches, puis ceux que vous voulez bien aider. Rien de moins, mais rien de plus. Et si vous voulez forcer les autres à prendre des risques (même infimes) ou à changer leurs comportements pour que vous ayez moins de risque à subir ou que vous n’ayez pas à changer votre comportement vous êtes un tyran qui s’ignore. Ou pas. En tout cas pas franchement libéral ni sympathique… pensez y pour d’autre domaines que le médical et vous verrez.

                • Exactement. +1000.
                  Pensez-y quand vous voyez quelqu’un approcher une autre personne en se moquant bien de la contaminer parce qu’on n’a pas à lui faire changer son comportement sauf à être un tyran.
                  Lequel des deux est libéral et sympathique : celui qui approche ou celui qui refuse de se laisser approcher ?

      • … pour l’instant, les rares infos que l’on a, c’est que ces fameux vaccins empêchent d’être malade pas d’être contagieux…
        … et mes amitiés à votre gérante de société de 60 ans qui, comme moi, a bien d’autres possibilités d’être sur le flanc pendant 15 jours avec une bonne grippe, une gastro, etc, etc., etc…. c’est la vie, mon pauvre monsieur…

        • Oui, et d’ailleurs à quoi bon développer vaccins ou protections contre la grippe ou la gastro, puisqu’on n’en meurt pas et qu’on n’imagine pas les risques que ces vaccins et protections feraient courir ?
          Et puis hein, laissons l’Etat se tracasser de ça, il le fait si bien…

      • Si on a le virus, on fait comment pour ne pas le transmettre à la gérante de société de 60 ans, sans vaccin ? Il me semble qu’on est au maximum des protections pour ne pas le transmettre justement : masque + distance + plexiglass + désinfectant + interdiction de se rendre où on veut sans bonne raison + couvre-feu. On peut aussi rappeler que les asymptomatiques sont très peu contagieux.
        A un moment, il faut pouvoir admettre qu’il y a aussi une fatalité et qu’on ne peut pas arriver à un risque de transmission de zéro tant que l’épidémie est en cours.
        Il me semble que toute la population fait d’énormes efforts depuis le mois de mars, que des gérants de société se retrouvent sur le carreau économique pour éviter que la gérante de 60 ans se retrouve sur le flanc et… eh bien elle s’y retrouve tout de même, 9 mois après le début de l’épidémie !
        Il faudrait peut-être arrêter de toujours rendre les « simples gens » responsables des conséquences des carences de ceux qui ont pris les mauvaises décisions (et qui continuent d’en prendre). Non, je ne suis pas d’accord, s’il y a encore des malades à l’heure actuelle, ce n’est pas la faute de ceux qui se demandent s’il est bien utile qu’ils se fassent vacciner.

        • Mais ce ne sont pas « les simples gens » que je rends responsables ! Et je ne remets pas en cause le fait pour quelqu’un de peser le pour et le contre de se faire vacciner… Je dénonce, en revanche, ceux qui ne pèsent rien et partent de prémisses qui me choquent comme de toute façon, ceux qui ont quelque chose à perdre sont uniquement les vieux co-morbides, ils sont ultra-rares et ils n’ont qu’à se protéger, donc je ne pèse que les risques — que je ne sais pas évaluer autrement que bien supérieurs avec le vaccin qu’avec une affection anodine — pour ma petite personne.
          Le choix de se faire ou non vacciner doit être raisonné. Affirmer qu’il n’y a pas de raison de se faire vacciner si l’on n’est pas un pph co-morbide, c’est refuser justement toute raison dans ce choix. Eviter à soi-même et à ses interlocuteurs une maladie pénalisante, quand on a un rôle important dans la vie économique et sociale, voilà ce qui doit être mis en balance avec le risque de la vaccination. Et s’il y a encore des malades, sinon à l’heure actuelle du moins dans quelques mois, c’est bien à mon sens la faute de ceux qui ont la réponse toute faite sans avoir fait honnêtement cette mise en balance.

          • « s’il y a encore des malades, c’est bien à mon sens la faute de ceux »

            Vous partez du postulat qu’on pourrait maîtriser l’épidémie, soit par des comportements appropriés soit par la vaccination. C’est l’erreur fondamentale de votre raisonnement. Il vous faut admettre que nous ne pouvons pas maîtriser cette épidémie, seulement espérer la contrôler à la marge, à titre individuel (lavage des mains, distance, HCQ préventivement…) C’est sans doute regrettable mais c’est ainsi, ce qu’on appelle la fatalité. Nul ne peut être jugé fautif de la fatalité.

            Des individus vaccinés pourront quand même contaminer leurs proches en étant porteurs sains du virus. Bref, si on doit se vacciner, c’est uniquement pour soi, pas pour les autres. Le seul moyen de protéger un individu est de le vacciner lui-même, si le vaccin est réellement efficace et qu’il n’apporte pas plus de risques que de bénéfices. L’urgence dans ce cadre est la vaccination des principales victimes, les personnes âgées notamment. Si pour n’importe quelle raison, on ne peut pas les vacciner, alors le vaccin ne sert à rien.

            • Merci Cavaignac, tout votre 1er paragraphe c’est ce que je pense et vous l’avez parfaitement formulé.
              On se protège soi-même en portant un masque tout en restant à distance et on se lave les mains fréquemment. Si on l’attrape quand même, c’est la fatalité parce qu’on ne peut pas faire plus. A moins de s’enfermer et ne plus sortir de chez soi.

              • Si on l’attrape ou le transmet quand même, c’est peut-être la fatalité, mais peut-être pas, parce qu’on s’est trop souvent bien gardé de se renseigner pour savoir si l’on pouvait faire plus, ou qu’on a jugé que c’était trop de peine de le faire : de toute façon, si ça se passait mal, on accuserait la fatalité et nul ne pourrait prouver le contraire.

      • Je ne pars pas sur le terrain « bons sentiments » ! Je pars sur celui des raisons qui peuvent pousser un individu à estimer, sans avoir lui-même de risque d’en mourir, qu’attraper le virus, en être malade, et le refiler à ses amis, clients, fournisseurs et autres proches, ça n’est pas un inconvénient mineur à balayer d’un revers de la main.
        J’ai pris l’exemple d’une gérante de société, parce que c’est une personne libre et responsable, et consciente des implications de ses décisions (sinon, sa boite aurait coulé depuis longtemps). Mais bon, nous sommes sur un site libéral, de gens qui réclament le droit d’être libres de faire ce qu’il leur plaît sans avoir à se préoccuper des conséquences, ni pour les autres ni même pour eux-mêmes si ils ont une bonne excuse du genre si ça tourne mal, ça ne peut pas être ma faute à moi. Finalement, ce sont les caricatures du libéral, libres de faire ce qui les arrange personnellement dans l’instant, de profiter des conséquences si elles sont bénéfiques, et de s’exonérer en accusant l’état ou les autres si elles ne le sont pas. Pas étonnant qu’avec de tels porte-paroles, le libéralisme n’ait pas bonne presse…

        • Qui dans ces colonnes aurait tenu des propos semblables à ceux que vous stigmatisez ? Si vous échouez à nous en donner au moins un exemple, vous affabulez.

          • « Si vous échouez à nous en donner au moins un exemple, vous affabulez. »
            C’est comme ça que nombre de lecteurs, et pas seulement moi, ont compris les « ne laissez pas le virus vous empêcher de vivre votre vie, vous qui ne risquez à peu près rien » qui ont fleuri ici (cf. par exemple en réponse à l’article d’Alain Laurent publié le 1/12), et les absences de condamnation et de contre-arguments. Les défis ne font pas avancer le Schmilblic, si vous trouvez ces propos que je stigmatise condamnables, condamnez-les clairement.

        • Le libéral est pour la liberté. La liberté va avec la responsabilité. Envers soi et les autres. Vous êtes libre de faire ce qu’il faut pour vous protéger. Si d’ailleurs vous et les autres ses protégeaient sérieusement l’épidémie s’arrêterait aussi surement que si « les autres » faisaient tout pour ne pas vous contaminer. Seulement vous assumeriez la responsabilité qui va avec votre liberté sans chercher à la déléguer à d’autres.

          • J’assume la responsabilité qui va avec ma liberté. Je constate que la majorité des autres ne le font pas, et demandent une liberté sans responsabilité. Je les stigmatise. Et vous ?

    • « un virus qui ne les rend pas malade(s) »

      mais qui les rend porteurs (et contagieux).

      Je suppose que le droit à la libre circulation n’inclut pas celui de contaminer ceux qui veulent librement circuler en sécurité.

      • Quand j’ai un rhum, je le mets dans le grog et j’invite les autres à ne pas trop s’approcher.

      • Celui qui renonce à la liberté pour avoir la sécurité ne mérite aucune des deux et n’aura rien. Celui qui chérit la liberté au détriment même de la sécurité aura une bonne mesure des deux.

    • La principale raison serait si on interagissait avec beaucoup de personnes âgées. Même si le vaccin est efficace contre le virus, en étant jeune et en bonne santé je préfère éviter des potentiels effets secondaires même si il y a très peu de chance.

  • Et le principe de précaution qu’on nous sert à longueur de temps à toutes les sauces devenu l’alpha et l’omega de toute action ou inaction politique ,il est passé où pour le vaccin?

    • Vous le regrettez, ce principe débile anti-progrès ?

      • Et vous, vous acceptez le « deux poids deux mesures » ?

        • J’ai un naturel optimiste qui voit dans le renoncement à appliquer le même principe débile à tous un progrès vers sa suppression et non une entorse à un devoir d’homogénéité…

      • Vous semblez ne pas avoir compris que le principe débile de précaution n’est débile que lorsqu’il empêche toute recherche innovante qui déboucherait sur une découverte dangereuse pour la société ( Ex le nucléaire et la bombe atomique – tiens! pour la bombe on ne l’a pas appliqué!)
        En l’occurrence, la vaccination est depuis Pasteur un moyen efficace de lutter contre certaines maladies ( pas toutes malheureusement) quand toutes les précautions, tests et essais cliniques ont prouvé un rapport bénéfice/risque élevé de cette thérapie. Vouloir appliquer ce principe à tout, tout le temps et partout est vu sous cet angle une robuste connerie!

        • Donc il me semble que nous sommes d’accord que les risques et les rapports bénéfices/risques doivent être évalués au mieux, sans lésiner, et sur la base de travaux scientifiques et non de présomptions politiques ou subjectives. Ensuite, les efforts doivent porter sur les marges d’incertitude, sans lésiner non plus, pour les réduire.
          Mais le principe de précaution, tel qu’il est appliqué en France, consiste à décider que l’incertitude cacherait toujours un risque supérieur à toute évaluation qu’on pourrait en faire, dès que la santé ou l’environnement sont impliqués. C’est une attitude illogique, et débile parce qu’elle prend le pas sur l’analyse de risques normale et scientifique. L’analyse de risques est nécessaire et suffisante, le principe de précaution la renie pourtant.

          • Et l’analyse de risques et la détermination des incertitudes associées est une technique parfaitement mature de nos jours, la politique n’a pas à s’en mêler.

          • tout le monde prend des précautions…mais il faut bien rappeler que tout n’est pas prévisible…
            ce qui est fondamentalement débile est de penser qu’on peut disposer de méthode qui s’affranchisse de l’inconnu..

            donc des couilles arriveront TOUJOURS…. hors prévisions..

            • Bien sûr. Mais il faut (et c’est possible) faire la distinction entre ce qu’il était raisonnable d’éviter avec les mesures adéquates et la météorite qu’on se prend sur le coin de la gueule. C’est à hiérarchiser les risques que sert que leur analyse, et à éviter de faire remonter dans la liste de ce qu’on peut rencontrer et contre quoi il faut se protéger la météorite par rapport à la bagnole du fêtard aviné le samedi soir.

              • Hiérarchiser, c’est porter le masque sur le nez et non sur le haut du crâne quand on est chauve, en reconnaissant qu’on a plus de chances de mourir comme Giscard que comme Eschyle.

      • C’est juste un constat.

      • Le principe de précaution est juste un principe de déni de responsabilité.

        Donc le principe anti-progrès (qui n’y est pas toujours associé) est co-latéral et précède l’analyse du risque.

        Sauf que le progrès est lui-même largement subjectif. C’est sur la base d’un supposé progrès (mis en avant pas les « zélites ») qu’on impose de réelles régression (pour les « sans-dents »).

        Au final, les seules choses qui restent sont les contradictions.

  • Soit c’est réellement prémonitoire, et là il faut s’attendre à tout, je dis bien ABSOLUMENT tout même ce qu’on pense inenvisageable ou insensé et là ça risque de tanguer.
    Soit c’est un bluff pour instiller le doute ou l’interrogation dans l’esprit des gens, pour nous faire croire qu’il est capable de tout, de force s’il le faut.
    Il n’est rien de pire que de faire douter et s’interroger les gens. Ca détourne l’esprit et le regard, pendant ce temps, on peut faire autre chose en quasi toute tranquilité, du moins, un certain temps.

    • Sauf que le doute politique, ça fait augmenter les risques pour un potentiel investisseur en France. Donc il ira ailleurs (temporairement), alors qu’on en aurait bien besoin en sortie de crise…

  • Vu sur le site de vaccination info-service ( 2017):
    «  » »SE PROTÉGER ET PROTÉGER LES AUTRES GRÂCE À LA VACCINATION
    Mis à jour le 08.12.2017
    Lorsque l’on se fait vacciner contre une maladie infectieuse, on évite de développer cette maladie et, par conséquent, de transmettre le microbe aux autres.

    En se faisant vacciner, on se protège donc soi-même, mais on protège aussi les autres : ses enfants, ses proches, ses voisins et l’ensemble des membres de la collectivité. Réciproquement, la vaccination des autres contribue à nous protéger. » » » »

    Donc on va bientôt comme pour le masque, nous ressortir pour nous culpabiliser que ceux qui refusent la vaccination sont des criminels potentiellement contaminateurs  » des autres »!
    Personnellement, je ne demande rien aux autres, surtout pas de me protéger. Si j’estime que le vaccin me protège correctement sans danger ni effets secondaires, je me vaccine, je ne suis plus contagieux et tout va bien. Si  » les autres » ne se vaccinent pas, c’est leur choix, mais je n’irai pas les accuser de pouvoir me contaminer si j’ai fait le même choix ou un choix différent. Le choix que j’aurai fait n’engage que moi dans ce cas.

    • Ca tombe bien ce vaccin empêcherait les formes graves mais on serait toujours transmetteur et donc contagieux…d »après les infos qui ont fuitées.

      • Ce qui tombe mal, c’est que ce n’est pas un vaccin car ça ne fonctionne pas comme un vaccin. Donc on risque de devenir ogm tout en restant contagieux sans être guéri. Supeeeeerrrrrrr!

        • Un vaccin n’agit que pour soi dans beaucoup de cas, exemple tétanos, rage. La non contagion est un effet de bord bienvenu, mais pas forcément recherché. Au moins ils ne pourront pas utiliser cet argument pour forcer la vaccination.
          Perso, je suis pro vaccin, mais pas celui là il me servirait à rien,

  • Nous risquons de devenir des OGM. Que disent les écolos ?

    • rien puisqu’au lieu de promouvoir le développement et la prospérité des individus comme les OGM pour l’agriculture ça promeut le contrôle étatique et la pauvreté… Ils aiment donc.

  • Einstein disait :
    Il y a deux choses infinies, l’espace et la bêtise humaine, cependant pour l’espace je ne suis pas sûr ! »

  • On peut le tourner dans tous les sens mais ce qui ressort de toutes les études scientifiques est que le plus efficace reste de garder ses distances , de se laver les mains , et d’avoir un masque..C’est pas hypercompliqué et probablement plus efficient actuellement que le « vaccin » ARNm ou tout autre traitement. 9 mois après voilà ce qui est à peu près sûr…Suppeerrrr…!!!

    • Le masque ne sert à rien, sauf pour les malades symptomatiques et le personnel médical. Par contre, il a une utilité non sanitaire: mesurer notre degré de soumission

      • Bien sûr ..!!! Demandez donc aux coréens ce qu’ils en pensent..Aux asiatiques en general !!! .Le masque ça marche si vous le portez correctement…Point …!!!

        • Les Asiatiques et Coréens sont des champions de l’hygiène. Vous avez vu ces reportages où les enfants nettoient la classe chaque soir ? C’est comme ça pour tout.
          Vous ne pouvez pas savoir si c’est cette hygiène et donc le lavage des mains et des surfaces ou le masque qui est à l’origine de leurs excellents résultats. Un indice : les virus se transmettent davantage par les mains qui se promènent sur les surfaces… ?

          • Dans une sorte de pragmatisme philosophe, les Asiatiques ne se demandent pas si c’est le lavage ou le masque. Les Français, eux, aimeraient bien savoir pour pouvoir en supprimer au moins un.

            • Certes, mais je répondais à sainté qui affirme que « le masque ça marche ». Moi, je me souviens qu’on m’a assuré juré-craché en mars que le masque ne servait à rien… et maintenant les mêmes voudraient que je le porte même dehors même s’il n’y a personne, même en promenade en bord de plage, même en montagne, même dans la forêt etc ?
              C’est juste du foutage de gueule et c’est pour ça que oui, on est nombreux à vouloir prouver que ça ne sert à rien, sauf dans le cas « 15mn à moins d’un mètre », mais je crois que c’est déjà prouvé par des épidémiologistes, juste pour obtenir que nos dirigeants redescendent sur Terre, parce qu’ils sont tombés dans le fanatisme sur ce sujet.
              Les Asiatiques ont davantage que nous « l’effet de groupe ». Et ils ont peut-être aussi bien davantage confiance dans leurs dirigeants, moi c’est fini, sur ce sujet et bien d’autres hélas.
              Chez nous, on impose le masque même dans des situations surréalistes (seul dans la rue) car la seule chose qui compte pour le gouvernement est de faire, de dire, d’affirmer, de surenchérir etc et voir cette obéissance jusqu’à l’extrême doit les faire biiip biiip.
              Je ne peux pas m’y résoudre, je n’ai pas l’esprit militaire (obéir aux ordres c.ns, je ne peux pas, c’est dans mes gènes, plus un ordre est c.n, plus je vais faire le contraire exprès, je sais c’est tout aussi c.n…. lol mais au moins je défend le libre arbitre).

              • A mon avis, les Asiatiques n’ont pas spécialement confiance en leurs dirigeants, mais ils ont le respect d’autrui, de la sagesse, de la connaissance, de l’âge, … C’est d’eux-mêmes qu’ils décident de mettre un masque quand ils sortent dans le métro et qu’ils sont enrhumés (ma compagne a eu un petit ami japonais qui s’étonnait que les Français ne le fassent pas). Alors oui, le masque dehors, c’est idiot, mais c’est la méthode française : il y a certaines gens qui ne le portent pas dans les moments où il est utile, alors on étend l’obligation légale aux moments où c’est inutile plutôt que de tous réagir comme les Japonais vis-à-vis des quelques uns qui enfreignent la règle de bon sens.

                • C’est vrai que la prochaine fois que je serais enrhumée, je mettrais peut-être un masque ( ce sera pas pour tout de suite, rhumes très rares depuis 8 ans que je suis dans le sud).
                  Dans ma précédente boîte en Bourgogne, à 4 en open space, dès que l’un était enrhumé, il avait son gel sur son bureau pour s’en servir après chaque mouchage. C’était il y a 8 ans… comme quoi, il y a des gens responsables, même sans Covid.

                • Les asiatiques mettent surtout le masque contre la pollution, les mauvaises odeurs et ne pas se moucher en public, qui est mal vu.
                  Je doute que beaucoup se posent des questions.
                  Il n’y a qu’en France qu’on se questionne sur le sexe des anges, les américains se moquent bien de nous pour ça. On est trop intellectuels.

            • Vous seriez surpris en allant à Hong-Kong, Séoul ou Tokyo ces jours ci. On y voit beaucoup de gens masqués, c’est sûr… mais nettement moins qu’on ne peut en voir en France depuis cet été. Ils ne portent le masque que quand ils toussent ou sont malades pour protéger les autres, un peu, pour montrer qu’ils s’en soucient et qu’ils sont potentiellement contagieux beaucoup.

              • En France on a arrêté de dire qu’on n’est pas contagieux par l’air expiré quand on est asymptomatique. Pour que tout le monde porte le masque, partout, tout le temps. Parce qu’on a voulu faire croire que les Français sont majoritairement des individualistes j’m’en-foutistes, ou incapables de comprendre la différence entre malade et pas malade… et qu’il faut donc imposer le masque partout tout le temps. C’est stupide. C’est digne d’un gouvernement de technocrates parisiens ne raisonnant qu’en fonction de la population parisienne (très concentrée).

  • Il y a plusieurs mois, je pensais moi-même qu’une situation exceptionnelle justifiait des mesures sinon exceptionnelles du moins accélérées.

    On a tellement brouillé la communication sur le sujet et mis en place n’importe quoi qu’aucune communication ou mesure exceptionnelle ne me paraît valable. Dès lors, toute décision et encore plus une décision justifiée par l’urgence me semble la pire des c…

    En un sens, je dirais avec cynisme qu’on a trouvé la solution pour tester les décisions du Docteur Folamour en utilisant les vieux comme cobayes.

    • Oui pareil, j’ai perdu toute confiance dans toutes les annonces du gouvernement depuis l’affaire des masques en mars. Et comme on a toujours la même équipe… voir Salomon me donne des boutons, l’entendre annoncer encore que la situation est de plus en plus dramatique, j’ai juste envie de lui rappeler qu’il était aux manettes lorsqu’il fallait contrôler le stock de masques et en recommander….

  • Les gens vont se faire vacciner dans l’espoir de reprendre une vie normale, comme ils ont accepté de mettre un masque dans l’espoir de travailler et vivre normalement.
    Ils auront le vaccin et la dictature.

  • à moins d’une fraude historique sur les résultats (qui auraient des conséquences judiciares massives et qui a peu de chance de ne pas se faire prendre), le 95% est établi avec un randomized drug trial et est statisquement juste. Ca n’est pas de la comm.

  • Pfff juste un mec qui a theorisé l’egoisme vertueux comme une politique viable. Il ne joue pas sa peau en dehors des calculs politiciens. Bon courage à lui…planificateurs planifient.

  • Relisez l’excellent blog du docteur Maudrux, qui écrit dans ce colonnes. Il y détaille tous les traitements actuels efficaces
    https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/06/le-traitement-du-covid-existe-1/

  • Dixit le porte parole du gouvernement, les ministres ne vont pas se faire vacciner par solidarité, pour réserver le vaccin à ceux qui en ont le plus besoin…
    On ne sait jamais, autant tester les autres avant au cas ou. Cela rappelle un certain Mr. Castes, instigateur de l’application « télécopie » et qui ne l’avait même pas chargée

    • Bof, le pipeau continue de jouer à fond, ils n’en sont plus à une ânerie près! Et puis, ils espèrent nous faire croire qu’avec les millions de doses de vaccins commandées, un millier de plus ou de moins va changer quelquechose à la catastrophe annoncée!
      CPEF EBF ( ET BIEN FOUTU)

    • Castex, télécovid, bien sur

  • N’étant pas spécialiste, j’ai cherché à en savoir plus sur les « vaccins » à ARNm. J’ai trouvé ce lien:
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-fonctionne-vaccin-arn-84148/

    Globalement, ça semble prometteur et rassurant, cependant on peut lire dans l’article certaines réserves sur certains effets indésirables ou inattendus comme la fragilité de cet ARNm, les difficultés de conservation du vaccin ( -80°C) et quelques conséquences graves voire mortelles de vaccins à ARNm comme indiqué ci-dessous:
    « Certaines études cliniques ont rapporté des événements indésirables de grade 3, c’est-à-dire qui invalident totalement ou menacent la vie du patient, pour deux vaccins à ARNm destinés à lutter contre la rage et les virus H10N8 et H7N9 alors qu’ils étaient en phase 1. »

    La précipitation et le manque de recul concernant spécifiquement ce « vaccin » contre le covid incitent à rester extrêmement prudents tant que les évaluations cliniques n’auront pas été poussées assez loin pour pour en garantir l’innocuité. ( A défaut de l’efficacité).

  • @ casuffit ! + 1000 ! Nous sommes embarqués vers un futur écrit d’avance : la ndestruction de notre mode de vie, la destruction de notre société ! C’est le monde d’après, et il n’est pas celui qu’encouragent les bobos ! C’est l’éradication d’un peuple !
    Je suis radicale parce-que réaliste !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tout le monde, même les plus rétifs au sport en général et au tennis en particulier, connaît le grand champion Novak Djokovic. Personnalité autrement moins lisse que certains de ses homologues, il s’est distingué depuis le début de la pandémie en refusant d’être vacciné. L’épisode tragi-comique du dernier tournoi du grand chelem, dont il a finalement été interdit de participation et déclaré persona non grata sur le sol australien, est dans toutes les mémoires.

Egoïste, intransigeant, irresponsable jusqu’au-boutiste, les qualificatifs l... Poursuivre la lecture

Face au tsunami de contaminations déferlant sur la France, il convient de prendre acte de l'irresponsabilité des non-vaccinés et de les traiter comme des voyous. Ainsi que le président de la République l’a suggéré, un refus de se faire vacciner et un rejet du dispositif de pass vaccinal ne peuvent être que le produit de la « bêtise » ou du « mensonge ». Le camp de la raison et de la science a amplement démontré ce qui devait l’être pour justifier une quasi-obligation vaccinale (et le changement de régime allant avec). Il n’a donc plus à s’exp... Poursuivre la lecture

Joni Mitchell et Nils Lofgren du E Street Band ont rejoint leur collègue Neil Young afin de demander le retrait de leur musique de Spotify pour désaccord avec l'animateur de podcast controversé, Joe Rogan.

Cette histoire a commencé quand Neil Young a exigé que le service de streaming musical supprime le podcast de Rogan, en évoquant ce qu'il a appelé de "fausses informations" et de la désinformation au sujet des vaccins contre Covid-19.

Dans une lettre ouverte publiée en ligne, et maintenant supprimée, Neil Young a demandé à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles