Contrôle des loyers : les leçons du passé oubliées

S’il est un sujet où l’histoire et la théorie économique se rejoignent pour dénoncer une erreur politique majeure, c’est bien celui du contrôle des loyers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Maisons en banlieue parisienne, immobilier logement (Crédits : Serge Nérac, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrôle des loyers : les leçons du passé oubliées

Publié le 26 novembre 2020
- A +

Par Vincent Benard.

La ministre du Logement a annoncé ce 24 novembre que les métropoles de Bordeaux, Lyon, Grenoble (conquises par des maires écologistes en 2020) et Montpellier (Parti Socialiste) se sont portées candidates pour encadrer plus fortement qu’actuellement les loyers, ainsi que certaines intercommunalités du Grand Paris.

Fort heureusement, d’autres municipalités telles que Marseille ou Toulouse ont pour l’instant renoncé à y recourir.

Pourtant, s’il est un sujet où l’histoire et la théorie économique se rejoignent pour dénoncer une erreur politique majeure, c’est bien celui du contrôle des loyers.

Brêve histoire du contrôle des loyers en France

Même si la décision de ces métropoles pourrait laisser croire que le reste de la France est un far west locatif, il n’en est rien. Les loyers en France sont encadrés par la loi Mermaz-Malandain de 1989, amendée par plusieurs textes dont la loi Duflot (ou ALUR) de 2015.

Ce contrôle permet une réévaluation annuelle des loyers encadrée par un indice des prix officiel plus ou moins en phase avec l’inflation, et limite en théorie le pouvoir des propriétaires d’augmenter les loyers au-delà de cet indice au changement de locataire. Mais des versions beaucoup plus dures du contrôle des loyers ont existé par le passé.

En France, le premier contrôle des loyers fut instauré entre 1914 et 1948. D’abord supposé protéger d’expulsion les veuves des soldats morts au front, il ne fut pas abrogé après guerre, et son application stricte sur tout le territoire –Barème fixé par l’administration en fonction de zones arbitraires, réévalué annuellement nettement en dessous de l’inflation– a eu des effets particulièrement catastrophiques sur la quantité et la qualité des logements disponibles pour les ménages entre les deux guerres.

En effet, la rentabilité du placement immobilier a chuté dans de telles proportions que l’investissement immobilier locatif a été ramené à presque zéro !

Le taux d’effort des ménages locataires avant la Seconde Guerre mondiale était tombé à environ 3,5 % de leur revenu. En contrepartie, le manque total d’attrait de l’investissement immobilier a maintenu la construction de nouveaux logements à des niveaux historiquement bas : 1 800 000 logements furent construits en France entre les deux guerres, soit moins de 100 000 par an contre 3,7 millions de logements édifiés au Royaume Uni, sans contrôle, et 4 millions en Allemagne, avec contrôle instauré par la république de Weimar, mais indexé sur l’inflation, donc moins contraignant.

Ajoutons que du fait que le blocage des loyers ne leur en a donné ni l’incitation ni les moyens, les propriétaires ont fait peu d’efforts pour améliorer leur patrimoine locatif. Résultat : 72 % des familles d’ouvriers français habitaient dans des logements de moins de 3 pièces en 1935, contre 56 % en Italie, 52 % en Allemagne, 19 % en Angleterre ; de nombreux témoignages d’époque indiquent que l’état du patrimoine locatif français était l’un des plus mauvais du monde occidental.

Le résultat est qu’en 1939, on estime la pénurie de logements à 2 millions d’unités pour une population de 41 millions d’habitants !

Si la loi de 1948 libéra partiellement les loyers mais uniquement pour les constructions neuves, la loi Quilliot de 1982 coïncida avec une nouvelle chute de l’investissement locatif, même s’il est juste de rappeler que d’autres mesures prises par le même gouvernement (instauration de l’impôt sur la fortune, hausse générale de la fiscalité) ont également participé à cette perte d’appétit des investisseurs.

Une brève embellie fut constatée lorsque Pierre Méhaignerie abrogea cette loi en 1986, mais en 1989 le retour d’un encadrement, bien que moins contraignant coïncida à nouveau par une baisse des mises en chantier locatives.

Plus récemment, le blocage des loyers mis en place par Paris en 2015 dans le cadre de la loi Duflot, abrogé en 2017 par décision de justice, se traduisit immédiatement par une chute de 13 % du nombre de mandats de gestion locative confiés aux agences parisiennes dès 2016.

Nous n’avons pas encore assez de recul pour juger des effets du rétablissement de ce contrôle des loyers à l’été 2019.

L’histoire du logement en France plaide donc en défaveur d’un contrôle des loyers en général, et d’un contrôle dur en particulier.

À l’étranger, ça ne marche pas non plus

Les exemples étrangers d’échec de ces mesures sur le long terme abondent. Le très centriste Think Tank américain Brookings Institution recense de nombreux exemples de conséquences négatives du contrôle des loyers, analysés par des universitaires sur tout le continent américain ou ailleurs.

Il apparaît que si à très court terme, les locataires en place bénéficient d’une hausse de pouvoir d’achat, très vite, la situation se dégrade tant pour les propriétaires que pour les nouveaux ménages entrant sur le marché du logement.

La théorie économique l’explique aisément. Un prix de marché libre correspond au point d’équilibre trouvé entre l’offre et la demande : si le prix d’un bien est artificiellement fixé en dessous de ce prix d’équilibre, alors l’offre diminue et la demande augmente, engendrant un effet de pénurie.

Cet effet de pénurie entraîne de nombreux effets pervers sur la vie quotidienne des habitants des villes ou des bassins de vie pratiquant le contrôle des loyers.

L’exemple de Stockholm

Il est assez édifiant : un contrôle des loyers assez souple existant depuis 1942 fut considérablement renforcé en 1970.

Plus de 500 000 demandes de logement sont en souffrance, pour une agglomération de 1 700 000 habitants. Propriétaires et locataires rivalisent d’ingéniosité pour contourner le système : achats en fausse copropriété, sous-locations illégales, dessous de table (reprises), et autres mécanismes inventifs ont pour effet de rétablir un prix de marché réel bien plus élevé que le prix officiel.

Les effets pervers observables dans la capitale suédoise ne s’arrêtent pas là. La compétition pour bénéficier d’un loyer bloqué étant rude, ce sont les plus aisés, les mieux connectés aux bons réseaux, qui en bénéficient. Ceux qui ne bénéficient pas de ces réseaux sont relégués dans les banlieues les moins désirables, ou dans le black market et ses frais cachés très élevés. Le contrôle des loyers, supposé bénéficier aux ménages modestes, s’est mué en outil de ségrégation sociale.

De plus, les entreprises de Stockholm peinent à recruter, de nombreux candidats potentiels renonçant à se déplacer à la capitale faute d’y trouver à se loger. Enfin, les propriétaires ne pouvant augmenter leurs loyers que sous condition de forts travaux de rénovation, privilégient les rénovations luxueuses, ce qui tend à gentrifier le parc bloqué, alors que les logements plus ordinaires voient au contraire leur état se dégrader.

L’exemple de San Francisco

Le renforcement du contrôle des loyers de 1979, voté en 1994, a également provoqué des effets de bord intéressants. Ainsi, les occupants de logement à loyer bloqué sont moins mobiles que le reste de la population, ce qui pose problème en cas de perte d’emploi. La hausse des rares loyers encore libres a quant à elle eu un effet ségrégatif sur la démographie, les minorités noires et hispaniques voyant leur accès au logement rendu plus difficile.

Enfin, il n’est pas rare que des propriétaires envisageant de rénover un logement pour le vendre versent une somme au locataire (c’est légal en Californie) pour qu’il quitte les lieux. Ce phénomène a été largement observé en France dans les appartements loués avant 1948, où le propriétaire désirant vendre devait convaincre le locataire de quitter son logement, généralement en dessous de table.

Le blocage des loyers agit donc, dans ce cas, comme une captation d’une partie de la valeur de l’habitation par le locataire.

Démagogie, quand tu nous tiens…

Les politiciens qui promeuvent les mesures de blocage ne peuvent ignorer tout ce qui précède. Le blocage des loyers est l’un des très rares sujets abondamment étudiés qui fait quasi consensus chez les économistes.

Mais les propriétaires loueurs sont en général moins nombreux que les locataires, ont moins de poids électoral, et le blocage des loyers est un poison lent qui ne produit ses effets visibles que plusieurs années après sa promulgation, alors que le politicien a depuis longtemps fait évoluer sa carrière, et n’a que très rarement à souffrir des conséquences de ses erreurs.

Voilà pourquoi, lorsqu’il convient de répondre au mécontentement des familles sur le coût de leur logement, les politiques ne chercheront pas à en analyser les causes profondes, comme leurs politiques de restriction artificielle du foncier constructible, qui leur donne du pouvoir et fournit beaucoup d’emplois à leurs bureaucraties et à des armées de bureaux d’études spécialisés.

Mettre en place un contrôle des loyers donne l’illusion à leur clientèle électorale qu’ils ont fait quelque chose, et l’éducation économique de l’électorat est trop faible pour que les leçons des blocages des loyers du passé ou de l’étranger soient connues. Comme souvent, ces mauvaises décisions sont prises de façon démagogique, les édiles échangeant un avantage politique de court terme contre des problèmes que leurs successeurs auront à gérer des années plus tard.

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Jolie rappel sur un sujet bien connu… où les français sont très mauvais comme souvent et entretiennent la misère par des lois anti-économiques aux apparences charitables…

    • « Des lois anti-économiques aux apparences charitables » : excellent constat. Ce pourrait être la définition du socialisme. La solidarité socialiste n’a aucun rapport avec la charité chrétienne, ni de près ni de loin. La solidarité collectiviste est un dévoiement malsain de la charité, nécessairement privée.

      • « La solidarité socialiste n’a aucun rapport avec la charité chrétienne »
        encore que en ce moment, la confusion devient importante.
        Il n’y a qu’à lire les élucubrations du souverain pontif actuel en matière économique et écologique pour être plus qu’inquiet pour cette institution.

      • Oui, on oublie souvent que l’altruisme, pour être évangélique, doit être volontaire et le plus possible désintéressé.
        On oublie aussi que la bienveillance évangélique ne dispense pas du discernement.
        La charité chrétienne est plutôt un altruisle exigeant et certainement pas un droit-de-l’hommisme émotionnel…
        Quant à la solidarité, nouveau nom utilisé par les étatistes qui organisent la spoliation de ceux qui n’ont pas grand chose au profit de catégories électoralement ciblées tout en exonérant les puissants des efforts demandés aux autres, cette solidarité n’est pas chrétienne… mais socialiste en effet!
        Le socialisme menteur instrumentalise aussi volontiers la pitié, la générosité ou la tolérance pour des objectifs politiques. Ainsi, l’accueil du « lointain » devrait se faire au détriment du soin du prochain, ou la tolérance envers certaines personnes devrait valoir approbation de comportements dévoyés.
        La non-violence évangélique peut étre aussi pervertie. Le christianisme n’interdit pas la légitime défense et l’exemple du Christ montre qu’il y a de saintes violences (les vendeurs de tous les temples ou églises s’exposent à la colère de Dieu). Et aussi qu’il est parfois justifié de risquer sa vie…

  • et ce qui est amusant est le reproche fait par ces gens aux « capitalistes » de privilégier le court terme… et ils viennent d’operer une réquisition de masques…qui abouti logiquement à une pénurie de masque..

    le pire…je pense que beaucoup d’elus ont si peu de notions économiques qu’ils croient tout de même que « ça marche »..

  • Cette ânerie est aussi grosse que pour le contrôle des prix. Comment est il possible que des gens s’imaginent que cela peut marcher… avec des ecolos, rien n’est impossible, ils passent leur temps à chercher le pire pour détruire la société et la mettre sous contrôle.

  • En matière de démagogie, on ne peut mieux faire que sous la V ème république. Car que se^passe-t-il en 2022, donc dans moins de deux ans ? je vous le demande….

  • Sauf qu’a court terme , ça pourrait accélérer les ventes et faire baisser le marché.
    Les normes toujours plus nombreuses obligeant les propriétaires à investir les précipiteraient dans la vente de leur bien et donc une baisse du marché et pour le coup les occupants serait des propriétaires et non plus des locataires. Les locataires serait expulsés de ces villes ne pouvant pas acheté ces biens .

  • Cet article est la preuve flagrante que voter socialiste ou écologique est un non sens politique, car la politique n’est pas faite pour satisfaire un petit nombre dans un temps limité mais pour voir loin pour tout le monde

    • C’est un non-sens à condition de prendre un peu de hauteur et de regarder le problème globalement. Par contre, l’électeur de base se pose la question: « Avec quel candidat MA petite situation personnelle sera améliorée ». Dans un pays comme la France où une majorité de gens ne paient pas un centime d’impôt, il ne faut pas s’étonner si cette même majorité vote pour des candidats qui promettent de piquer le pognon des autres pour le leur donner.

      La solution? L’impôt payé par tous? On peut toujours rêver.

  • Ainsi, les occupants de logement à loyer bloqué sont moins mobiles que le reste de la population, ce qui pose problème en cas de perte d’emploi.

    Cdg, t’es ou là sur cet autre aspect du respect de la propriété?

  • Bon article mais la fin est fausse. La principale cause de la hausse du cout du logement n est pas la restriction de foncier (sinon les prix n auraient pas augmente a la campagne ) ni les normes de construction (qui ne concernent que le neuf alors que le sprix ont le plus flambe ou il n y a quasiment pas de neuf: paris)

    La principale cause c est les taux faible. La parade aurait ete de limiter la duree des emprunts (15 ans max par ex). A cela s ajoute les subventions etatiques (PTZ, Pinel …) .

    PS: un etat a tout interet a avoir des prix des logements faibles. Ca permet d avoir des couts de production plus faible (personne ne va travailler si ca paie juste le loyer), d inciter a investir dans l industrie au lieu du parpaing. Par contre ca favorise les jeunes generations sur les gens agees, et ca c est mauvais electoralement (les jeunes votant peu et le peu qui vote chosit souvent EELV ou FN)

    • un etat a tout interet a avoir des prix des logements faibles.

      Non, il a intérêt a engranger un maximum de plus-values, donc un marché haussier.
      Dans le cas contraire, il doit lever d’autres impôts, car il ne baissera aucune de ses inutiles dépenses.

      • je parle d un etat dans sa globalite : la france et tous les francais. SI on se limite a ceux qui vivent de l etat (politique, conctionnaires, entreprises vivant de commande publique) c est sur que plus l etat a de ressource mieux c est.

    • C’est un peu tout. Le foncier est rare, donc les prix sont haussiers de proche en proche, le prix du neuf augmente, donc il y a un arbitrage neuf vs ancien qui touche l’ancien, les taux sont faibles ce qui arrange l’état et ses dettes et augmente les prix. La bonne solution n’est pas de rajouter une couche de réglementation comme vous le préconisez, mais d’en retirer. Par exemple, abolition du PLU, de la loi ALUR, du surendettement de l’état. Faire simple, tout terrain est constructible par défaut, abolition du permis de construire, abolition des aides et niches fiscales.

      • le seul probleme c est que si tout terrain devient constructible, vous allez avoir des imbeciels pour construire la ou il ne faut pas (couloir d avalanche, zone innondable type la faute sur mer) et apres pour pleurer pour que le contribuable les indemnisent ou protegent leur maison avec une digue.
        On a deja le cas ou des coproprietaires ont assigne l etat pour pour leur immeuble qui s ensable et l ocean qui avance …

        • Qui serait assez idiot pour aller construire sur des terrains à risques?
          Qui a dit que l’on pouvait construire n’importe où?
          C’est aux assurances d’évaluer les risques et de refuser, le cas échéant d’assurer le bien.

        • 1°/ J’ai écrit par défaut. On peut imaginer que le maire interdise telle zone trop dangereuse.
          2°/ En libéralie les propriétaires, bien entendu, ne peuvent pas se retourner contre l’état, puisque l’état n’a rien à dire.
          3°/ Comme dit nevez, pourquoi voulez vous que les gens construisent dans un endroit dangereux, il y a de la place, seulement 1% des terrains sont bâtis.

  • Le blocage des loyers a eu aussi un grave effet sanitaire, le saturnisme, car les propriétaires, n’ayant plus les moyens d’entretenir les lieux, les anciennes peintures au plomb s’écaillairent et leurs particules étaient inhalées. De plus avec l’humidité, elles prenaient un goût sucré et douceâtre qui plaisait beaucoup aux petits enfants…

    • reste a savoir si un proprietaire auraiut fait des traveaux s il aurait pu louer plus cher. Franchement si je peux louer plus cher, pourquoi ne pas garder l argent dans ma poche si le logement avec des peintures au plomb trouve preneur ?

      • No no parce que votre voisin a moyen ou court terme l’aurait fait et accumulant se retard de travaux , vous ne pourriez plus loué au même prix et donc à long terme perdu votre patrimoine se dégradant , alors que lui toujours maintenu en état avec une constante évolution du prix. C’est justement une fausse économie 😉

      • Là, vous insultez les propriétaires honnêtes.

  • Très bon article, juste ceci: « Les politiciens qui promeuvent les mesures de blocage ne peuvent ignorer tout ce qui précède. »
    Si si, ils les ignorent totalement, les politiciens français sont comme les journalistes subventionnés, des pages vides avec un vague fatra idéologique en guise de savoir économique, historique et social.

  • « des effets particulièrement catastrophiques sur la quantité et la qualité des logements disponibles pour les ménages entre les deux guerres »

    En dehors des logements sociaux, on observe en effet un effondrement du nombre de constructions nouvelles entre 1915 et 1955, visible encore aujourd’hui dans les ruptures de style du bâti existant. Le constat se vérifie lors de balades en ville, en cherchant les années de construction inscrites sur les immeubles.

  • Encore un sujet qui démontre incroyable l’inculture économique en France car une grande partie de français n’ont pas une connaissance correcte des mécanisme économiques de base. Cette ignorance affecte aussi la classe poilitique, les fonctionnaires, les juges et beaucoup de journalistes. L’ENA et l’école de la magistrature ont un très faible part de cette éducation. Les conséquences (entretenue par l’Education Nationale) de cette ignorance sont catstrophiques. L’irresponsabilité collective est érigée en système de gouvernement.

  • Si il est une connerie à ne pas faire, l’état s’en charge. Là encore si nos minables politiques n’ont pas compris qu’un boulet supplémentaire pour les propriétaires était un excellent moyen de dissuader les investisseurs et en même temps de pénaliser les métiers du bâtiment tout en accentuant la pénurie de logements alors, une fois de plus ils démontrent leur incompétence crasse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

716 : c’est le nombre de biens immobiliers disponibles à la location au premier août en Irlande, contre 2500 l’an dernier. Même pour un pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants, le chiffre est ridiculement bas. Cela se traduit par des files d’attentes gigantesques, notamment à Dublin, pour visiter un appartement à louer et plus tristement encore, par l’augmentation du nombre de personnes sans abris et d’exils.

This is what a house viewing now consists of in Dublin. Over 100 people waiting in line for a rental p... Poursuivre la lecture

Comment adapter votre location saisonnière pour plaire aux familles nombreuses ? Comment faire en sorte que les familles passent leur vacances dans votre location saisonnière plutôt que celle du voisin ? Comment aménager une location saisonnière pour les grandes familles ou les groupes ?

À chaque période de vacances scolaires, au moment de chaque vacances d’été, vous mettez votre location meublée de courte durée en ordre de bataille pour accueillir les familles… et les résultats obtenus en termes de nombre de réservations obtenues ne s... Poursuivre la lecture

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles